Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Gr.E
  3. // Chelsea/Valence (3-0)

Chelsea n’a pas tremblé

Chelsea n’a pas fait dans le détail. Les Blues se sont largement imposés face à Valence (3-0) et se qualifient pour les huitièmes de finale de la Ligue des Champions. Cerise sur le gâteau : la formation de Villas-Boas termine première de son groupe, grâce au match nul entre Genk et Leverkusen.

Modififié
Il fallait un grand rendez-vous. Un grand rendez-vous pour oublier la claque contre Arsenal, la défaite contre Leverkusen et le double revers contre Liverpool. Et Chelsea a répondu présent. Villas-Boas n’avait pas laissé le choix à ses joueurs. Il fallait gagner contre Valence, pour donner un sens à la saison. Et Chelsea a gagné. Chelsea a même largement gagné. Déjà, au niveau du score, mais aussi et surtout dans la manière. On a retrouvé le Chelsea cynique, le Chelsea conquérant, le Chelsea conscient de sa force. Et l’équipe londonienne n’a pas mis longtemps à comprendre que cela allait être sa soirée. Trois minutes. Oui, le sort était déjà scellé au terme des 180 premières secondes. Le but de Didier Drogba n’a pas seulement mis Chelsea sur les bons rails. Il a fait comprendre à Valence que Chelsea était dans un soir où rien ne peut lui arriver. Et le reste de la rencontre n’a fait que le confirmer. Un match à sens unique, une équipe de Valence scindée en deux, incapable de s’approcher vraiment dangereusement des buts de Petr Cech malgré une énorme possession de balle. Hormis à la cinquième minute, lorsque Jordi Alba fait trembler le montant. Cela aurait changé la donne, changé la physionomie de la rencontre. Mais non. Il était écrit que le destin était dans le camp bleu. Inexorablement. Inévitablement. Jamais, depuis le début des années 2000, Chelsea n’avait été éliminé lors des phases de poule de la Ligue des Champions. Villas-Boas n’aurait pas supporté d’être l’exception honteuse qui confirme la règle. Au contraire. Le coach portugais a su motiver ses troupes, avec brio. Chelsea gagne et termine même premier de sa poule, grâce au match nul entre Genk et Leverkusen. Valence sera reversé en Europa League. Pas forcément la place que le club espagnol aurait méritée. Mais sur ce que l’on a vu ce soir, si.

Possession inutile

On l’a dit. Il ne faut que quelques secondes pour comprendre dans quel sens va tourner cette rencontre. A peine trois minutes de jeu : Mata récupère un bon ballon dans la surface et sert Drogba. L’Ivoirien, avec la classe qu’on lui connaît, fixe son défenseur et pan. Il est où le ballon ? Au fond des filets. 1-0 pour Chelsea. Voilà pourquoi Fernando Torres fait banquette : parce que Drogba est de retour à son meilleur niveau. Valence accuse le coup, mais ne se démonte pas. Le chrono tourne de deux minutes, et Jordi Alba expédie un missile sur le poteau droit de Cech, complètement battu. Stamford Bridge se tait. Mais cet éclair va rester isolé au milieu de désert espagnol. A partir de là, c’est un monologue anglais. Non pas sur la possession de balle, à 66% à l’avantage de Valence en première période, mais dans l'utilisation du ballon.

A chaque fois que Chelsea attaque, il y a danger. La défense de Valence panique dès que Dorgba reçoit le ballon. Normal, l’ancien Marseillais ne perd jamais le ballon. Mieux, il s’en sert à merveille. A la 20ème minute, le voilà qui récupère le cuir au milieu du terrain, et que j’élimine un joueur, et que j’avance, et que je donne un caviar à Ramires. Victor Ruiz est généreux et laisse le Brésilien passer devant lui et glisser le ballon sous les gants de Diego Alves. 2-0. Le break est fait. Deux attaques. Deux buts. On appelle ça le réalisme. Valence est noyé sans pourtant être sous l’eau. L’équipe d’Emery ne joue pas mal, mais n’arrive pas à dépasser la ligne défensive de Chelsea, bien commandée par une paire Terry-Tahiti Bob des grands soirs. Pasd grand chose d’autre à se mettre sous la dent en cette première période, hormis peut-être une jolie frappe lointaine du capitaine Albelda. Facile d’aller la chercher en lucarne, pour Cech.

C'est qui le roi? C'est Drogba


En début de seconde période, la musique ne change pas. Valence garde le ballon, et Chelsea se met dans une position d’attente, prêt à partir en contre avec la vitesse de Mata et Sturridge. Les petits malins. La domination espagnole est stérile, et c’est finalement Chelsea qui se créé la première occasion, par une frappe en angle fermé de Sturridge, qui a tendance, bien souvent, à oublier ses partenaires. A partir de l’heure de jeu, Valence plante sa tente dans la moitié de terrain des Blues. La possession de balle augmente encore (on atteint les 71%), et Feghouli se créé une bonne occasion, avec une frappe puissante que Cech, insurmontable, détourne en corner.

Chelsea a un petit coup de mou, mais les Valencians n’en profitent pas, alors qu’il y aurait peut-être eu la place d’en mettre au moins un, histoire de faire douter les locaux. Même pas. Au contraire. Le héros du soir s’appelle Drogba, et l’Ivoirien va le prouver. Une première occaz, énorme, manquée face à Diego Alves. Pas grave. Deux minutes plus tard, à la 76ème minute, Didier Drogba, « le foutbaleur » , couronne sa prestation d’un petit extérieur du droit, sur un service de Mata. 3-0, et 148 buts pour l'ancien de l'OM sous le maillot des Blues. Un but qui clôt le match, le spectacle et la qualification. A la fin de la rencontre, la belle nouvelle arrive de Belgique : Genk a tenu le Bayer Leverkusen en échec, 1-1. Chelsea termine premier de sa poule. Suffisant pour éviter le Barça et le Bayern en huitièmes de finale. Oui, c’est vraiment une belle soirée.

Eric Maggiori
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Partenaires
Un autre t-shirt de foot est possible Tsugi Podcast Football Recall MAILLOTS FOOT VINTAGE Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
Podcast Football Recall Épisode 48: Mbappé, merci ; Lloris, oups ; Deschamps, président : émission exceptionnelle de Football Recall Hier à 09:02 La danse de la deuxième étoile !! (via Facebook SO FOOT) Hier à 00:10 La drôle de liste d'invités de la finale 37 dimanche 15 juillet Modrić meilleur joueur du tournoi, Mbappé meilleur jeune 68
À lire ensuite
Chelsea, une peur bleue