En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 25 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // 36e journée
  3. // Liverpool/Chelsea (0-2)

Chelsea, Mourinho et Gerrard plombent Liverpool

Une erreur de Gerrard juste avant la mi-temps a pourri l'entrain de Liverpool et relancé la Premier League. Vainqueurs avec une équipe presque bis (2-0), Chelsea et Mourinho ont encore montré leur supériorité dans les grands rendez-vous.

Modififié

Liverpool - Chelsea
(0-2)
D. Ba (47'), Willian (93') pour Chelsea.


C'est l'histoire d'un capitaine, d'une idole, d'une légende vivante, qui d'un contrôle foireux et d'une glissade à la con, remet en cause l'obtention d'un titre de champion que les fans de Liverpool attendent depuis 24 ans. Reds et Blues disputent le temps additionnel du premier acte du duel de C1 le plus vu des années 2000, quand Gerrard offre à Demba Ba le but fatal de l'après-midi. Dominateur de bout en bout, Liverpool n'a jamais réussi à faire craquer un Chelsea bis courageux et intelligent. Et de retour dans la course au titre. Car cette victoire inattendue à Anfield Road réinstalle les troupes de Mourinho à deux petits points d'un leader touché, et désormais sous la menace de Manchester City, qui pourrait revenir à hauteur des Liverpuldiens en cas de victoire dans ses deux matchs en moins. À deux journées de la fin, Gerrard a, malgré lui, complètement relancé cette Premier League.

La chute de l'idole

Équipe B, pas équipe B. Mourinho et sa doudoune ont, comme annoncé, opté pour la première option. C'est donc avec du Kalas en défense, du Demba Ba en attaque et un milieu privé de son trio créateur Hazard-Oscar-Willian que les Blues se présentent dans un Anfield chaud patate. Résultat, les locaux mettent d'entrée la grosse pression, dans un stade transformé en cocotte-minute. Héros de Saint-Denis, Sakho préfère offrir le ballon à un kop qui n'a qu'une envie : fondre sur les centaines de bonshommes en bleu et blanc venus espérer un exploit de leurs protégés. La domination locale est totale, l'engagement incontestable, mais l'efficacité dans les 30 derniers mètres minimale. La demi-heure de jeu est passée et Mark Schwarzer, la doublure de Čech, n'a pas eu à s'employer. Même pas d'envolée pour les caméras. Le Mou décide donc d'aller taper la conversation dans le petit carré de Rodgers, histoire de faire le show et de passer le temps. Regroupés derrière, les Londoniens s'osent soudainement à une sortie. Salah danse avec Sakho, puis frappe au but, mais son tir est stoppé par la main de Flanagan. Rien, dit l'arbitre. On connaît un Portugais qui reviendra sur cette action litigieuse. La mi-temps approche, quand l'improbable se produit. Gerrard manque son contrôle, chute, et Ba ne se gêne pas pour crucifier les Reds et leur capitaine (45e + 2).

Willian plie les débats

Les chiffres sont cruels pour les Liverpuldiens : presque 70% de possession, mais rien à se mettre sous la dent, hormis quelques frayeurs et un coup de poignard juste avant la pause. Peu importe, les hommes de Rodgers reviennent avec les mêmes intentions. Attaquer, pousser, faire sauter le verrou. Mais le mur bleu est solide. Azpi croque Sterling dès qu'il s'approche et Tomas Kalas sort un match de patron malgré ses 21 piges. Liverpool cherche la clé. C'est l'heure de jeu, quand Rodgers décide de mettre le paquet, en lançant Sturridge dans l'arène à la place de Lucas. Joe Allen lâche un missile, Schürrle répond par une percée et un tir croisé. Dans les deux cas, les gardiens sont à la parade. Les locaux insistent, envoient des centres dans tous les sens, tirent de plus en plus loin, sans jamais trouver la faille. À chaque offensive de Liverpool, les Blues se réunissent devant leur dernier rempart et laissent Demba Ba se démerder tout seul devant. C'est l'heure des crampes pour la bande à Mourinho. L'objectif est double pour Schürrle and co : gagner du temps et se faire soigner par Eva Carneiro. Gerrard, de la tête, du pied gauche, du pied droit, cherche par tous les moyens à se rattraper. Rodgers, lui, tente le tout pour le tout : Aspas remplace Flanagan et les attaquants s'empilent devant le but de Schwarzer. C'est finalement Willian, d'un contre fatal, qui plie les débats, encore dans le temps additionnel (94e). Mourinho exulte, Gerrard s'en veut. Chelsea et City sont de retour dans la partie.

Par Léo Ruiz
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié