Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Quarts
  3. // Benfica/Chelsea (0-1)

Chelsea, le but compte double

Des Bleus, des Rouges et des brochettes de cinq joueurs au milieu. Chelsea-Benfica, c’était une partie de baby-foot. Sauf qu’il n’y a eu qu’un but, de l’attaquant axial bleu : Salomon Kalou. Chelsea a fait le plus dur.

Modififié
Benfica - Chelsea : 0-1

But : Kalou (75e) pour Chelsea

Au moment du tirage, Benfica, c’est un peu l’équipe qui ressemblait le plus à l’OM. Un outsider, capable de renverser des montagnes une fois la partition du générique de la ligue des champions jouée. Chelsea, c’est un peu l’équipe contre qui l’OM rêvait de tomber. Un gros, composé principalement de trentenaires, un peu sur le déclin. Quelque part, ce match, c’était donc une rencontre indécise où il était bien périlleux de désigner un favori.

Au début de la partie, il n’y a pourtant pas de quoi se dire que c’est finalement une bonne chose de voir OM-Bayern et Milan-Barcelone programmés à la même heure. Les équipes s’attachent avant tout à ne pas perdre la balle, et tant pis si pour garnir la case occasion, il faut frapper de loin. Du côté de Chelsea, Ramires et David Luiz, veulent se rappeler aux bons souvenirs de leurs anciens supporters. Meireles et Paulo Ferreira, eux, les anciens de Porto, veulent rappeler aux mêmes spectateurs pourquoi ils étaient tant détestés. Ça fait illusion, mais ça ne concrétise pas. Bah oui, Di Matteo aurait pu laisser l’équipe se faire porter par Drogba, comme pour le huitième victorieux contre Naples. Mais non, il a remis Torres, qui est toujours aussi maladroit. Comme en face, seul Cardozo se montre vraiment à la hauteur. Ça fait 0-0.

Luisao et ses airs de Sammy Traoré


Dès le début de la seconde période, les Lisboètes décident tout de même de prendre un peu de risque. Sur une tentative repoussée sur sa ligne par David Luiz, un coup franc dans la boîte, le stade s’enflamme. Gaitan se réveille et fait danser Ramires à sa guise sur son côté gauche. Dans la foulée, Witsel manque de peu le lob de la saison, Cech est obligé de sortir un arrêt référence pour capter une tête à bout portant de Jardel alors que Terry n'a d'autres choix que de sortir ses meilleures feintes pour préserver son camp : une passe en retrait soit disant involontaire pour son gardien, et juste avant, une poussette dans la surface qui aurait pu mériter un péno. Ça gueule dans la Luz, mais Chelsea a aussi de quoi calmer l’assistance. Il faut dire que Luisao n’a pas des faux airs de Sammy Traoré par hasard. Mata file dans son dos sur un dégagement de son goal, il contourne Artur mais son tir s’échoue sur le poteau. La deuxième tentative est la bonne. Javi Garcia sèche Ramires mais Torres profite de l’avantage pour s’échapper avec le cuir sur l’aile. Il repique, fixe la défense et place un petit piqué au milieu. Kalou tacle pour finir le travail.

L’expérience aura donc eu raison de la folie. Benfica comprend qu’il y a de grandes chances pour que les jeux soient faits et Chelsea en profite pour prendre confiance. David Luiz s’offre deux trois montées sexy tandis que Mata tente des lobs. Certains se diront que l’Espagnol a gâché le break. On sait jamais, Benfica peut se sublimer au retour. Oui mais non, il y aura toujours Drogba pour renverser la vapeur. Reste plus qu'à apprendre à faire des gamelles.

Par Mario Durante
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur MAILLOTS FOOT VINTAGE Un autre t-shirt de foot est possible Podcast Football Recall Olive & Tom Tsugi
À lire ensuite
Capitaine Lahm