1. //
  2. // Finale
  3. // Bayern/Chelsea (1-1 ap 3-4 tab)

Chelsea, label équipe

Le sacre des Blues, samedi soir à Munich face au Bayern, récompense avant tout un groupe qui était en mission après des années d’échecs répétés. Des déboires qui ont façonné une façon de penser, une solidarité, un état d’esprit : bref, une équipe.

Modififié
249 30
« Allez Didier, fais pas le con : reste ! » C’est en substance ce qu’on a envie de crier spontanément après l’époustouflant final, samedi soir à Munich. Un finish au couteau, hitchcockien quasiment, qui aura vu l’infernal Didier Drogba (Putain, Stéphane Guy, ça ne marche pas qu’avec Wayne Rooney, dis donc !) égaliser d’un coup de tronche rageur à deux minutes du terme, provoquer un peno idiot sur Ribéry, bien écarté par Petr Čech face à ce loser de Robben (Après le un contre un foiré face à Casillas au Mondial 2010, ça commence à chiffrer, coco !), avant d’inscrire le tir au but de la consécration lors de la séance fatidique. Lui, le chat noir des grandes finales (quatre défaites et aucun succès avant samedi). Lui, l’homme maudit des penalties (remember celui manqué lors de la finale de la dernière CAN).

Pour une dernière, quelle sortie de scène ! Bien évidemment, l’Ivoirien cristallise le sacre de Chelsea, et il y a sans doute dans ce focus une légère part de notre tropisme pour la Ligue 1. Car cette première victoire des Blues en Ligue des champions va bien au-delà du leader des Eléphants de Côte d’Ivoire. Elle est même différente de ce qu’on a pu voir ces dernières années. Le succès de Liverpool en 2005 récompensait un peuple, celui de Milan en 2007 une institution, celui de Manchester United en 2008 un club, celui de l’Inter en 2010 d’un chef de bande nommé Mourinho et enfin ceux du Barça en 2006, 2009 et 2011 une philosophie. La victoire de Chelsea, elle, consacre tout simplement une équipe. Au sens premier du terme. Et c’est peut-être ça, son plus grand exploit.

Rocky Balboa (Ouais, carrément !)

Car il faut avoir un peu de mémoire et se souvenir que, quand Roman Abramovitch, à partir de 2003, a commencé à bâtir son escouade à coups de dizaines de millions et de transferts surpayés, tous les observateurs du foot ont dénoncé cette bande de mercenaires sans foi ni loi qui débarquait dans la banlieue de Londres sans autre intérêt que les énormes chèques signés à tour de bras par le milliardaire russe. Au vrai, ils étaient nombreux à souhaiter secrètement l’échec de ce projet, avant de se réjouir des revers répétés des Londoniens sur la scène continentale. Pourtant, l’air de rien, à travers toutes ces désillusions, est né un sentiment d’appartenance, un esprit de corps, une unité de pensée : osons le mot, une âme. On exagère ? Mais alors, comment expliquer la formidable aventure blue de ces derniers mois. Donnés pour morts au soir d’un naufrage à Naples en huitième de final aller, les Anglais ont puisé dans leurs sentiments intimes, dans leur vécu commun, pour renverser la vapeur.

Oh, bien sûr, pour réussir ce come back, Chelsea n’a pas fait dans la dentelle ! Il a même donné dans le franchement dégueulasse par moments, et on entend déjà les puristes s’insurger contre ce football ultra défensif et appeler de tous leurs vœux le retour au sommet du Mes que un club. Ils en ont le droit, c’est une lecture des choses. Mais il existe aussi un autre regard qui admet avoir eu les poils face à cette débauche de courage, de don de soi. D’abandon de soi… Il y a parfois eu du Rocky Balboa dans la posture de Chelsea cette saison : un outsider un peu laid, capable de faire la nique à des favoris tellement plus racés. Et on peut bien le dire : on a tous quelque chose de Rocky en nous.

Et demain, avec ou sans Drogba ?

Bien évidemment, ce parcours invraisemblable recèle sa part de chance. Face à Barcelone, l’affaire a parfois même viré à la caricature. Et face au Bayern, ce fut pas mal non plus sur ce plan. Pourtant, on ne peut se résoudre à réduire la victoire de Chelsea à une énorme paire de baloches et une chatte grosse comme ça. Il ne faut pas sous-estimer l’intelligence extrême de ce groupe, dont l’expérience a nourri le QI foot au fur et à mesure des années, même si l’idiotie crasse de John Terry, en demi-finale face au Barça, figure un parfait contre-exemple. Il n’empêche, au Camp Nou, au milieu des cris d’orfraie sur la soi-disant négation du football, trop peu ont noté que les Blues n’avaient commis que dix fautes durant toute la partie. Ok, certaines à vous éparpiller jusqu’aux Ramblas, mais tout de même : dix minuscules fautes qui disent bien, face à une équipe aussi omniprésente dans votre camp que Barcelone, l’attention extrême dans la compréhension des circuits catalans, la lecture des angles de passes, un match où les Anglais, chose rarissime, ont donné un cours gratuit de défense debout. Peut-être la vraie patte de Roberto Di Matteo, l’homme qui a, avant tout, remis les anciens à leur place (Allez, hop, aux chiottes la révolution culturelle voulue par Villas-Boas ! ), en y ajoutant une vraie expertise tactique.

Intelligence, mental et chance, trois mamelles pour glaner un trophée dont on sent bien qu’il est un aboutissement pour cette équipe en fin de vie. Et voyez comme le foot est terrible. Déjà se pose la question de la suite : avec qui ? Car, paradoxalement, si Di Matteo a été l’homme idoine (Pape Diouf, c’est pour toi) pour cette mission, est-il celui qu’il faut pour bâtir un nouveau projet ? Pas sûr. Tout comme il n’est pas certain que, malgré notre cri du cœur initial, il faille que Drogba reste. Phénoménal ces dernières semaines, ne doit-il pas partir sur cet ultime acte céleste, selon l’adage signé Pelé : « Il faut savoir partir quand tout le monde veut que tu restes, pour ne pas rester quand tout le monde veut que tu partes » . Doux paradoxe : demain, Drogba ne sera peut-être plus à Chelsea. Aujourd’hui, il y est pour l’éternité.


Dave Appadoo
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Superbe article. En plus de ça tu as parfaitement illustré le mérite de cette équipe, malgré leur style assez... moche.
2010, c'était aussi l'histoire d'une équipe dont l'heure était venue, et menée par certes, un grand José, mais aussi un Principe immense.
Oui, forza Inter d'abord.
Tellement vrai cet article.
Yayou7 the king Niveau : District
Juste pour info, c'est Bosingwa et Malouda sur la photo ;)
(Contrairement à la légende de la photo)
Au poil l'article sinon !
Weasel.Cruyff Niveau : District
C'est quand même drôle de voir cette apologie du jeu défensif/moche qui fait son retour depuis quelques temps. Les mêmes mecs qui se sont insurgés de voir le Nancy de Correa jouer ou qui pleurent la frilosité de bcp d'équipes de L1, sont les mêmes qui se branlent sur l’héroïque Chelsea maintenant. C'est assez insupportable.

D'ailleurs vous avez pas préféré la finale de C3 ? Chelsea m'a fait voir une finale dégueue tout de même, je retiens aussi ça, même s'ils ont des qualités extraordinaires etc etc

Bref, je comprends pas trop ce nouvel engouement, sauf si on a toujours été fan du catenaccio ou autre. Bon article à part ça.
Même si dans la forme la politique d'AVB a été un échec complet dans le fond il avait raison de vouloir instaurer un nouveau cycle. Mais c'était trop tôt. Chelsea c'est un effectif de vieux roublards frustrés par le manque de reconnaissance, que l'échec en championnat et le foutoir dans l'effectif a fait que motiver encore plus pour un dernier baroud d'honneur. Oui, aussi paradoxal que ça puisse être AVB a sa part de responsabilité dans le parcours en CL. Alors c'est sûr qu'on peut parler de chance pour justifier le succès d'une équipe au déficit technique important mais c'est sous-estimer la rigueur défensive, l'impact physique et la détermination du collectif dans son ensemble. Le Chelsea de Di Matteo a tout simplement été l'incarnation victorieuse de celui de Mourinho grâce à un réalisme extraordinaire. Mais maintenant faut tourner la page ou bien la désillusion va être rapide pour les Blues, on l'a vu en championnat cet année ils ont tout simplement plus les reins pour tenir leur rang avec l'effectif actuel. Le changement de cycle doit s'amorcer, départs et arrivées, espoirs qui s'affirment, etc. Même conclusion qu'en 2011 donc en espérant que ça se passe mieux cette fois histoire de ne pas avoir de nouveau une Premier Manchester League.
L'opposition beau jeu/ jeu défensif est dépassée.

Les deux styles co-existent et c'est tant mieux.

Perso, j'aime les deux.

J'aime le catenaccio de Chelsea. Et j'aime le toque catalan.

J'aime les voir s'opposer sur un terrain.

Le football, c'est ça.

Vouloir le triomphe de l'un et la disparition de l'autre est absurde.
Le football c'est par définition 2 équipes qui s'affrontent (jusque la je ne vais brusquer personne). Ce qui fait la beauté de ce sport, c'est le nombre de possibilités tactiques qu'offre un groupe de 11 mecs.
Et la tactique c'est quoi? Avoir un plan, savoir exploiter les qualités de ces même 11 mecs, pour gagner au coup de sifflet final.
Chelsea n'a jamais eu (au cours des années 2000 du moins, j'étais trop jeune avant...) de vrais joueurs de ballon, des types "UHU stick" qui touchent la balle comme on touche aux verres en crystal de mami Yvette.
Alors Roberto di Matteo a fait quoi? Et bien tout simplement il a joué avec les qualités des 11 mecs (et plus avec les remplaçants) à sa disposition. Et ca donne quoi? Un style de football certes différent, avec des types qui s'arrachent sur tous les ballons, qui défendent admirablement bien, en restant debout tout le temps (le nombre de tacles ne doit vraiment pas être super élevé au final...).
Certains avaient tendance à oublier que le foot, c'est pas que de la passe à 10, avec des lutins qui courent partout ou des beaux-gosses sponsorisés par Vivelle-Dop, non des types comme Drogba, Terry, Lampard, Ivanovic (lui c'est mon idole), Cech, qui en veulent tout simplement.
Et p****n que c'est bon de voir ca, ras le bol des clasicos, du bon vieux foot à l'ancienne, ca fait du bien de temps en temps, même si ca fait moins vendre de maillots de Speedy Gonzales!
Weasel.Cruyff Niveau : District
@RonHarris : L'article lui même parle de donner dans le "franchement dégueulasse", et c'est pas pour autant qu'il perd en crédibilité à tes yeux j'imagine bizarrement.

Et je demande pas la disparition d'un football, le spectacle proposé par ce genre d'équipe a le droit d'être aimé bien entendu, et de co-exister avec le reste. Y'a pas de bien ou de mal.

Ce qui m'échappe juste, c'est que les 3/4 des gens qui aujourd'hui s'extasient sur ce type de jeu, sont les mêmes qui chieront dans quelques mois sur des équipes qui appliquent ça en L1 par exemple. Je comprends pas ça.
@Lethalrex

Très bien résumé, 100% d'accord avec toi..
Le_Touriste Niveau : DHR
Franchement ce Chelsea m'a etonné . C'est vraiment une equipe qui " vit" ensemble . Peut etre dans le vestiaire y a des divergences mais sur le terrain c'est autre chose . Voir sur une phase de contre 4-5 joueurs de Chelsea redescendre en sprint , rarement j'ai vu ca . Voir des joueurs comme Drogba , Torres & co descendre aussi bas ca aussi on le voit pas souvent . C'est vrai que Chelsea a fait peu de faute et etait toujours bien placé .Donc ca plus l'envie du groupe ca donne vraiment de l'interet a ce type de jeu plutot " ennuyant " . Apres Chelsea a souvent été le cocu de cette competition . Souvent eliminé sur une erreur d'arbitrage ou au peno c'est peut etre ca qui a donné cette etat d'esprit . Apres je suis pas vraiment calé sur le Chelsea d'avant Abra' donc si il y a des fan qui connaissent et qui peuvent nous apporter leur savoir ca serait sympa ^^
Il Ragno Nero Niveau : CFA2
Oui, enfin, en Ligue 1, c'est pas le même genre de défense, hein. Mets le Nancy de Correa contre le Barça, et c'est une véritable boucherie...

Par contre, oui, les styles de Chelsea et de Barcelone sont très différents, mais les deux équipes sont des équipes défensives. L'une défend sans le ballon, la manière classiqueemnt reconnue de défendre, l'autre défend en ayant le ballon, la manière la plus sûre de défendre (difficile d'attaquer sans ballon !). Barcelone n'attaque que sur des séquences très courtes, la déstabilisation de la défense adverse se fait sur une passe de "quarter-back" de Xavi ou Iniesta, ou un dribble de Messi. Y'a pas d'enchaînement de passes qui mettent progressivement hors de position la défense adverse comme pouvait le faire Nantes à une époque (snif !). Y'a pas de furia offensive comme le Chili de Bielsa, ou de permutations infinies rendant fou l'adversaire, comme le football total de l'Ajax et des Pays-Bas, où Cruijff se trouvait parfois arrière gauche, Haan avant-centre et Krol ailier droit !

Suaudeau (ou Denoueix, j'ai un doute) expliquait un jour que la défense, c'était l'organisation et l'attaque la désorganisation. Le Barça est une équipe extrêmement organisée (comme le Chelsea de Di Matteo ou l'Inter de Mourinho). Les phases de désorganisation de l'adversaire sont extrêmement limitées dans le temps, elles se font sur une passe ou un dribble, pas sur une séquence de plusieurs gestes. Y'a un ou deux joueurs d'impliqués, jamais plus. Où sont les fausses pistes, là encore chères à Suaudeau ? Pas besoin, quand on a Xavi en rampe de lancement et Messi à la conclusion. Alors, autant que les autres restent en place pour défendre en cas d'échec... Opposition de style, d'accord, mais même approche défensive du jeu...
Je crois rêver à entendre tout le monde essayer de justifier un club qui est arrivé jusqu'à la fin grâce à 90% de chatte. Drogba a fait quoi au juste ? Une belle tête et un penalty stupide digne d'un poussin de district. Il gagne une CL, il a joué à Guingamp et tout le monde oublie que c'est une des plus grosses catins d'Europe, un simulateur, tricheur, avec un des esprits les plus nauséabonds qu'on peut trouver sur un terrain.
Messi qui tape une barre sur un péno (provoqué par qui au fait ?), c'est du talent défensif (et je ne parle pas des 4 autres poteaux aller-retour) ? Robben qui tire d'un côté plutôt que l'autre, c'est du talent défensif ? Gomez qui rate l'immanquable seul face au but ?
Chelsea, au niveau du jeu, ne méritait pas, ils se sont faits bouffer que ce soit en 8ième, en demies, et hier soir. Ok, c'est pas non plus les dernières des brêles, mais faut pas abuser, ils ont rien à foutre là. Ce n'est pas toujours parce qu'on prend peu de buts qu'on est forcément méritants. Y'a qu'à voir sur le championnat, la chance ne peut arriver tous les week ends, ce qui donne une magnifique 6ième place derrière Newcastle.
Et que dire de Tottenham qui finit à la 4ième place qualificative pour la CL et qui se fait virer parce que Chelsea est incapable d'être dans les 3 premiers. Elle est là la réelle fuckin' disgrace.
Le_Touriste Niveau : DHR
@Il Ragno Nero
Et pour completer ton post on pourrait meme ajouter la philosophie decrite selon leur maitre " Tant que j'ai le ballon je suis le maitre c'est moi qui decide " l'objectif est bien d'avoir le ballon pour empecher l'autre de jouer et non d'avoir le ballon pour faire le jeu
esteban007 Niveau : DHR
WE CAME, WE SAW, WE CONQUERED!

CHELSEA, ONE LOVE, ONE CLUB
RahXephon Niveau : CFA
Note : -1
"Et que dire de Tottenham qui finit à la 4ième place qualificative pour la CL et qui se fait virer parce que Chelsea est incapable d'être dans les 3 premiers. Elle est là la réelle fuckin' disgrace."

Ouaip. Ça, c'est vraiment de l'injustice. Les Spurs n'étaient pas en C1 cette année, ils se sont battus pour y retourner, et au final, non ? Juste comme ça ? C'est légèrement dégueulasse, quand même...
De la chatte?

Eliminer Valence, Naples, Benfica, Barcelone et le Bayern avec rien d'autre que de la chatte?
esteban007 Niveau : DHR
@Lethalrex : T'as tout résumé

J'aime (en général) les commentaires de So Foot pour leur qualité et finalement quand j'en vois certain c'est niveau café du commerce.

Meme quand je lis des journalistes(Pierre Menez par exemple) qui ose t'écrire que le style de Chelsea contre le Barca avait été pathétique, ça me fait bien rigoler.
Etre journaliste et te livrer des analyses aussi clichés et groupie ça me fait rire ou pleurer (au choix).
J'aimerais bien les voir ces adeptes du soit disant beau jeu, en tant que coach préparer un match contre le Barca :

"Alors les mecs on va jouer haut,faire du beau football pour amuser la galerie et les spectateurs, à base de passe courtes et rapides (même si on a pas les joueurs pour), mais surtout les mecs si on se prend un 5-0, c'est pas grave on aura offert du spectacle à nos supporters qui rentreront chez eux la queue entre les jambe mais auront vu une belle défaite"

Du n'importe quoi! Parce que la Barca a gagné alors t'as tous les footix, des journalistes à Laurent Blanc qui se prosternent et vont dans ce sens, quand dans 5 ans la roue tournera alors le prochain modèle deviendra la référence que tout le monde devra suivre!!

Ce que ces personnes ne comprennent pas cest que le succes du Barca est du à 75% à un joueur d'exception qui s'appelle Messi et que les iniesta et Xavi ont beau avoir du talent, sans le nain, ils n'auraient jamais eu ce succès!

Bref, en gros les gens vont dans le sens du vent comme d'habitude et font semblant d'avoir des analyses!

Merci Chelsea d'avoir contrecarré les plans de Naples du Barca et du Bayern.

Merci de ne pas avoir vendu ton âme depuis des années.

Le temps passe ,les footix restent mais à la fin c'est cette coupe qu'on retiendra, qu'importe les ragueux et les jaloux!


article très constructif et sans faute d'orthographe qui plus est...chose rare ces derniers temps sur SF, même le titre est parfait merci Dave
et un gros +1 vert @ Mario et @Lethalrex
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
249 30