1. // Angleterre – Premier League – 32e journée

Chelsea de retour dans la place

Tottenham est en train de se compliquer la tâche pour cette fin de saison. En laissant filer deux points contre Sunderland, les Spurs laissent Newcastle et Chelsea revenir dans la course à la C1. Les Vagabonds de Bolton ont baissé le rideau sur leur état de grâce.

Modififié
4 2
Papiss Cissé, who else ?

Cela faisait six longues années que les Magpies n’avaient pas aligné une série de quatre victoires consécutives. Vendredi soir, en match avancé, Swansea a comme d’habitude fait le jeu, multiplier les vagues offensives, et a, comme d’habitude, manqué d’efficacité se trouvant donc à la merci de l’opportunisme de ses adversaires. Avec deux passes chirurgicales de Cabaye, Papiss Cissé a ajouté deux nouvelles perles à son compteur (9 buts en 8 matches). « Nous avons un joueur très chaud en ce moment, avec Cissé, et aujourd’hui, c’était la seule différence entre les deux équipes. Je ne pense pas que nous avons été géniaux, nous étions mêmes plutôt sans relief, mais Cissé était électrique  » avouait Pardew, qui a surtout apprécié le second but de son autre serial buteur sénégalais. «  Je crois qu’il a mis comme un effet rétro sur celui-là, un peu comme un « chip » qu’on pourrait voir aux Masters de golf  » . L’entraîneur anglais a sans doute encore plus apprécié la performance de l’ennemi Sunderland, qui a réussi à tenir en échec un autre gros, Tottenham (0-0) au Stadium of Light, une semaine après Man City, et qui, malgré lui, met désormais la Toon Army à 2 petits points des Spurs, fragiles troisièmes avant le Arsenal / Man City de dimanche.

Renard serbe, pigeon et poteau

Chelsea s’en sort plutôt très bien. Incapables de bouger cette équipe de Wigan pendant la première période – un pigeon s’est même posé dans la surface d’Al-Habsi pendant trois minutes sans qu’il ne soit inquiété par un ballon ou un crampon, c’est dire – les Blues ont reçu un petit coup de pouce arbitral, à l’heure de jeu, pour se rassurer un minimum et ouvrir le score, encore par Ivanovic, en chaleur ces temps-ci dans les surfaces adverses. Stamford Bridge en était même à réclamer l’entrée de Fernando Torres, qu’il huait volontiers il n’y pas si longtemps. L’Espagnol n’a pourtant pas scoré, a plutôt faisandé deux belles occases, et a pu observer de loin l’accélération de Diamé sur l’égalisation de Wigan. Malgré lui, il a en revanche adressé un poteau décisif (superbe reprise de volée sur le montant) à son compatriote Mata, qui arrache les points de la victoire dans le temps additionnel. Soulagement pour les Blues qui non seulement grattent deux points sur Tottenham et rejoignent Newcastle dans le clan des empêcheurs de tourner en rond de fin de saison.

Tourner en rond, c’est vraiment ce que Liverpool s’apprête à faire pour le reste de sa saison en Premier League. Dans un match digne d’un mauvais milieu de tableau peu en rapport avec le statut des Reds et de Villa, les hommes de Dalglish ont passé la majeure partie de la rencontre à courir après le score, qui aurait pu être un peu plus lourd si Collins avait eu la bonne idée de doubler la mise pour les Villans. Suarez arrivera finalement à égaliser, à un poil de la ligne de but, de la tête, pour offrir un point qui ne sert à rien, si ce n’est à effacer une série de trois défaites en championnat. Quant à savoir si cela peut rassurer les Reds avant d’aller se coltiner Everton en Cup le week-end prochain, c’est une autre histoire.

Le bas de tableau s’enfonce

C’est vrai qu’en étant aussi nuls depuis le début de la saison et en faisant du Reebok Stadium un des stades les plus hospitaliers pour ses adversaires, on était tous un peu étonné de voir que l’accident Muamba et sa fulgurante « recovery » les avaient remis d’aplomb. Fin du rêve cet après-midi, contre Fulham. Rien d’étonnant au passage, lorsqu’on sait que Bolton est l’équipe contre qui les Cottagers réussissent le plus en Premier League (12 victoires pour Fulham). Dempsey, par un doublé (dont un coup-franc mignon), s’est chargé de faire redescendre tout le monde sur terre. Seul lot de consolation pour les Vagabonds ? Aucun de leurs concurrents directs pour le maintien n’a gagné de points. Blackburn s’est en effet crashé contre West Brom (3-0, un match avec trois Olsson sur le pré), une des équipes les moins en cannes du moment (3 défaites et un nul). Anthony Modeste, exclu pour avoir fait gentiment son dur, a de plus goûté à l’arbitrage à deux vitesses de la Premier League : celui pour les britanniques et celui pour les autres, bien plus sévère.

Résultats et Classement

Par Ronan Boscher
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

esteban007 Niveau : DHR
@ l'auteur de l'article

"Stamford Bridge en était même à réclamer l’entrée de Fernando Torres, qu’il huait volontiers il n’y pas si longtemps."

Soit t'es journaliste sportif et tu sais de quoi tu parles, soit t'évites de balancer des contre vérités et dans ce cas la vaut mieux pas la ramener!

Si y'a bien un public qui a soutenu El Nino pendant les pires moments c'est bien celui de Stamford Bridge.

Suffit de voir les matchs des Blues pour le savoir lorsqu'il sortait sous les applaudissement après des matchs complètements ratés ou encore lire les interviews de Torres quand il dit qu'il remercie le public qu'il l'a tjrs soutenu.

Bref, tu dis n'importe quoi, fais bien ton boulot mec.
esteban007 Niveau : DHR
@ l'auteur de l'article

"Stamford Bridge en était même à réclamer l’entrée de Fernando Torres, qu’il huait volontiers il n’y pas si longtemps."

Soit t'es journaliste sportif et tu sais de quoi tu parles, soit t'évites de balancer des contre vérités et dans ce cas la vaut mieux pas la ramener!

Si y'a bien un public qui a soutenu El Nino pendant les pires moments c'est bien celui de Stamford Bridge.

Suffit de voir les matchs des Blues pour le savoir lorsqu'il sortait sous les applaudissement après des matchs complètements ratés ou encore lire les interviews de Torres quand il dit qu'il remercie le public qu'il l'a tjrs soutenu.

Bref, tu dis n'importe quoi, fais bien ton boulot mec.
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
4 2