1. // Journée internationale de la frite belge

Charlet : « Je me faisais trois mitraillettes par semaine »

Ancien joueur emblématique de Mouscron, avec qui il a connu la première division belge une dizaine d’années durant, Jean-Phlippe Charlet est aujourd’hui à la tête d’une friterie. Un snack qu’il a fréquenté pendant toute sa carrière. Et qui offre désormais des repas aux SDF.

Modififié
316 35
En France, on ne te connaît pas, mais tu as une petite réputation en Belgique. Tu as notamment évolué très longtemps à Mouscron...
J’ai commencé dans un club provincial. Je suis ensuite passé chez les jeunes du Standard de Liège, puis à Mouscron, à la limite française. J’y ai réalisé toutes mes classes, j’ai été appelé en équipe nationale des jeunes. L’entraîneur de Mouscron m’a alors fait confiance au poste d’arrière droit. J’ai signé mon premier contrat pro à 18 ans. Et je suis resté presque dix ans… De là, j’ai eu quelques problèmes physiques, je suis parti en division 2 belge, puis en division 3. Mais si j’avais pu terminer ma carrière à Mouscron, je l’aurais fait.

Tu n’as malheureusement remporté aucun titre avec ton club de cœur. C’est un regret ?
J’ai fait 150 matchs de division 1, quatre matchs de Coupe d'Europe en C3, et deux finales de coupe. Mais vivre ces finales, c’est extraordinaire. C’était déjà un trophée en soi. Pour une petite ville comme Mouscron, c’était fou. Quand on rentrait, même si on avait perdu, c’était une grande fête.

C’était quoi ton poste ?
J’étais back droit ou arrière central. Je pouvais jouer milieu défensif également. Ma force, c’était ma combativité. Et puis j’étais hyper rapide. Moins technique que les autres, mais un pur défenseur...

Aujourd’hui, tu as 35 ans. Tu es président d’un club amateur, c’est ça ?
Oui, je suis président-joueur du FC Colfontaine. On a créé le club il y a trois ans avec deux amis. C’est un challenge intéressant. Ça permet de garder un pied dans le foot.

Venons-en à la frite. Après ta carrière, tu as choisi de te recycler et de racheter une friterie. Comment c’est arrivé ?
Depuis que je suis tout petit, je vais toujours à la même friterie. Avant que j’arrive, elle s’appelait Chez Sandro. Je l’ai rebaptisée Chez Jean quand je l’ai rachetée. En fait, quand je me suis rendu compte que je n’allais plus pouvoir vivre du foot, j’ai cherché un autre boulot. J’ai travaillé pour Audi, à la production. C’était un truc à la chaîne, mais ce travail n’était pas pour moi. Bosser pour quelqu’un, dans une usine avec des règles précises et exigeantes… Non. J’ai préféré faire quelque chose en indépendant. Quand j’ai su que la friterie allait fermer, je me suis donc dit : « Pourquoi pas ? » Voilà comment ça s’est passé. En janvier, ça fera trois ans que je suis gérant de l’établissement.

« La friterie a 28 ans d’existence, donc quand je l’ai reprise, elle avait déjà une grosse réputation. C’était une valeur sûre. À moi de la maintenir au top. »

Et ça te plaît ?
Oui. Pour faire une comparaison avec le foot, je dirais que tu es toujours en contact avec des gens que tu ne connais pas forcément. Que ce soit avec des clients fidèles ou des nouveaux, tu parles de tout, de rien, de la pluie et du beau temps. Moi, c’est ça que je recherche : le contact social.

La particularité de ton snack, c’est qu’il offre des repas aux plus défavorisés.
J’ai toujours voulu faire quelque chose pour les sans-abris, les gens qui sont dans le besoin. Mais je n’ai jamais été fan du don d’argent versé aux associations, car tu ne sais jamais trop où va ta monnaie. Sans dire qu’il y a des voleurs ou quoi que ce soit, hein. Donc j’ai préféré faire quelque chose de mon côté, tout seul. J’ai mis une urne dans la friterie, les clients mettent une petite pièce et ça me permet d’offrir chaque mercredi soir un repas aux sans-abri. J’invite donc 20 personnes par semaine grâce à ma clientèle.

Est-ce qu’il y a eu des abus depuis que tu as lancé cette initiative ? Tu avais notamment quelques craintes car tu estimais que « certains adorent tricher » ...
Non, je n’ai jamais eu aucun problème. Ici, dans la région, tout le monde me connaît. Tout le monde sait très bien quel est l’objectif de cette initiative. Donc il n'y a jamais eu de triche. Si tu veux me voler un hamburger-frite au détriment de ceux qui n’ont rien, tu vois, c’est un peu la gêne quand même…

Tu travailles avec des associations ?
Je devais, j’étais d’accord... Mais du jour au lendemain, je n’ai plus eu de nouvelles. Du coup, ça ne s’est pas fait.

Tu as toujours été dans cet esprit de partage ?
On me dit toujours que je suis trop généreux. Si tu viens dans ma friterie et qu’il te manque un euro, je te la fais, ta barquette de frites. Quand j’étais footballeur, je donnais énormément d’argent. J’ai toujours donné aux sans-abris dans la rue. Maintenant, je suis un peu « comme tout le monde » , mais ça ne m’empêche pas de rester généreux.

Elle marche, ta friterie ?
Elle a 28 ans d’existence, donc quand je l’ai reprise, elle avait déjà une grosse réputation. C’était une valeur sûre. À moi de la maintenir au top.

Il y a des footballeurs qui viennent ?
Des amis footballeurs du passé... Et aussi du présent.

« Quand j'étais footballeur, si je ne mangeais pas de frites, c’est limite si je ne perdais pas du poids ! »

Tu as dit que tu allais manger dans cette friterie depuis très longtemps. Cela concerne aussi la période durant laquelle tu étais professionnel ?
Ouais. En plus, je faisais 60 kilos, je n’arrivais pas à prendre un gramme ! Donc je pouvais me permettre de manger plus de frites que certains. Quand je faisais les tests médicaux, on ne m’a jamais conseillé de manger moins gras. Si je ne mangeais pas de frites, c’est limite si je ne perdais pas du poids ! Mon entraîneur voulait que je monte à 66 kg, donc je faisais tout pour grossir mais je n’y arrivais pas. Je mangeais bien trois mitraillettes par semaine (sandwich répandu dans les snacks belges contenant de la viande, des frites et de la sauce, ndlr). Mais je n’étais pas le seul, hein !

Le foot belge est plus tolérant que les autres de ce côté-là ?
Non, je ne pense pas. La frite n’est jamais conseillée, elle cuit dans la graisse, t’as de la sauce, tout ça… Si tu as tendance à prendre facilement du poids, c’est mort. J’ai connu des footballeurs, ils faisaient un écart, ils prenaient direct. Bon après, je n’ai jamais observé d’engueulades avec le coach.

Quand on voit Pep Guardiola qui a imposé un régime assez strict à City, on se dit que tu n’aurais jamais pu jouer pour une de ses équipes…
Mais là, c’est un autre monde en revanche. Les mecs, ce sont des extraterrestres. Donc je comprends qu’à ce niveau-là, il y ait de telles exigences.

Tu as déjà goûté les frites françaises ?
(Il se marre) Oui, bien sûr ! Comment dire… Tout le monde sait que les frites françaises ne sont pas les mêmes que les frites belges. Maintenant, pourquoi ? Je ne sais pas. Notre recette n’est pas non plus extraordinaire. Quand j’allais manger des frites du côté de Lens il y a quelques années, je ne trouvais pas ça mauvais, mais je n’ai jamais trouvé une frite cuite comme en Belgique. Je ne comprends pas. C’est là qu’on voit la qualité des produits, la graisse qu’on travaille… Ici, sur un kilomètre, il y a sept friteries, et on te propose sept frites différentes. Le point commun, c’est que les frites belges comme les françaises sont nocives pour une carrière de footballeur !

Propos recueillis par Florian Cadu
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Dans cet article

Réussir a caler Guardiola dans chaque article... C'est un peu devenu le point Godwin du football.
LouisCroixVBaton Niveau : Loisir
Mon dieu la mitraillette... C'est un vomitif ce truc
Virgin Rabiot Niveau : District
pour avoir vecu a bruxelles et avoir mangé un certain nombre de mitraillette en rentrant de soirée notamment, la mitraillette c 'est tellement lourd, que perso je prend 2 kilos en la mangeant.
En plus c 'est bien moins bon qu'un durum
ManodesMontagnes Niveau : CFA2
Message posté par Virgin Rabiot
pour avoir vecu a bruxelles et avoir mangé un certain nombre de mitraillette en rentrant de soirée notamment, la mitraillette c 'est tellement lourd, que perso je prend 2 kilos en la mangeant.
En plus c 'est bien moins bon qu'un durum


Ca dépend de ton durum, sérieux.

Une mitraillette pita avec frites sel et mélange épices, comme certains snacks le font, et une petite sauce "à part"... Mon dieu, je te laisserai jamais dire que c'est moins bon qu'un durum.

Bon, après j'avoue que certains durum's me donnent l'impression de descendre du ciel, tellement ils sont intestables. Mais en général, le snack qui te fait un durum exceptionnel t'envoie des mitraillettes pita tout aussi bandantes.

C'était l'avis d'un gars très satifsait de sa mitraillette pita de la veille. Sérieux, ca fait un de ces bien, quand tu reviens de vacances.
Plus qu'avec la mitraillette , c'est avec ça que j'ai du mal "Ancien joueur emblématique de Mouscron".

Charlet était un bon petit joueur au niveau local mais n'a jamais été considéré comme un "emblème" ni même comme un titulaire ,son temps de jeu (129 rencontres au total au plus haut niveau ,différentes coupes comprises ) en autant d'années au club le prouve.

Ok,il faisait partie des meubles mais si c'est ça être emblématique, on a un sacré problème de vocabulaire .

De même se vanter d' avoir mangé de la malbouffe trois fois par semaine alors qu'il était pro ,rien de valorisant .

Déjà qu'apparemment ,il ne se soignait pas bien non plus selon son ancien entraineur Lorenzo Staelens... `"C'est la deuxième fois qu'il reçoit un coup pendant un match et ne se présente pas aux soins ensuite, attendant le lundi pour dire qu'il ne sait pas s'entraîner. Ce n'est pas professionnel: il écopera d'une amende. Si j'avais été plus riche en défenseurs, il aurait été versé dans le noyau B!´

Donc ,en bref un joueur qui, tout sympa et au grand coeur qu'il a l'air d'être dans sa reconversion , a choisi de ne pas tout faire pour son métier -passion lorsqu'il en avait l'occasion . C'était son choix, ce seront ses regrets sans doute (ou pas) .

Il a l'air d'avoir des problèmes avec les règles strictes(foot pro,usine), mais s'il veut réussir en tant qu'indépendant ,il va falloir qu'il apprenne à les assumer .
Son initiative pour les sans-abris est vraiment sympa en tout cas.
 //  10:23  //  Supporter des Pays-Bas
Note : -1
Connais pas les durum.
Mais j'étais allé manger une mitraillette à un snack sur une place de Bruxelles, un truc avec une queue de ouf et une grosse réputation.
LA recette sur le papier est alléchante : demie baguette, steack, frites. Sauf que la baguette se transforme en faux pain de mie, le steack est clairement pas du steack de bœuf mais une saloperie recomposée et les frites sont cuites à la graisse animale. Une horreur. Ce jour là on m'avait vendu du rêve et j'ai clairement été hyper déçu. Les belges peuvent se les garder leurs frites.
Message posté par Virgin Rabiot
pour avoir vecu a bruxelles et avoir mangé un certain nombre de mitraillette en rentrant de soirée notamment, la mitraillette c 'est tellement lourd, que perso je prend 2 kilos en la mangeant.
En plus c 'est bien moins bon qu'un durum


Pareil que la réponse toute en nuances de ManodesMontagnes.

J'ajouterais que la qualité de la frite dans les durumeries laisse parfois à désirer (mais là encore, ça dépend du chef).

Maintenant, il reste la question de la mitraillette andouillette. Et de la sauce. Vaste débat.
LouisCroixVBaton Niveau : Loisir
Message posté par toof11
Connais pas les durum.
Mais j'étais allé manger une mitraillette à un snack sur une place de Bruxelles, un truc avec une queue de ouf et une grosse réputation.
LA recette sur le papier est alléchante : demie baguette, steack, frites. Sauf que la baguette se transforme en faux pain de mie, le steack est clairement pas du steack de bœuf mais une saloperie recomposée et les frites sont cuites à la graisse animale. Une horreur. Ce jour là on m'avait vendu du rêve et j'ai clairement été hyper déçu. Les belges peuvent se les garder leurs frites.


Je crois qu'on a mangé au meme endroit. Soit disant les meilleurs frites de bruxelles, une queue enorme. Gorgées d'huile, la viande chimique et perimée, le pain qui est tout sauf du pain.

Pareil, qu'ils gardent leurs frites
Message posté par domisyl
Plus qu'avec la mitraillette , c'est avec ça que j'ai du mal "Ancien joueur emblématique de Mouscron".

Charlet était un bon petit joueur au niveau local mais n'a jamais été considéré comme un "emblème" ni même comme un titulaire ,son temps de jeu (129 rencontres au total au plus haut niveau ,différentes coupes comprises ) en autant d'années au club le prouve.

Ok,il faisait partie des meubles mais si c'est ça être emblématique, on a un sacré problème de vocabulaire .

De même se vanter d' avoir mangé de la malbouffe trois fois par semaine alors qu'il était pro ,rien de valorisant .

Déjà qu'apparemment ,il ne se soignait pas bien non plus selon son ancien entraineur Lorenzo Staelens... `"C'est la deuxième fois qu'il reçoit un coup pendant un match et ne se présente pas aux soins ensuite, attendant le lundi pour dire qu'il ne sait pas s'entraîner. Ce n'est pas professionnel: il écopera d'une amende. Si j'avais été plus riche en défenseurs, il aurait été versé dans le noyau B!´

Donc ,en bref un joueur qui, tout sympa et au grand coeur qu'il a l'air d'être dans sa reconversion , a choisi de ne pas tout faire pour son métier -passion lorsqu'il en avait l'occasion . C'était son choix, ce seront ses regrets sans doute (ou pas) .

Il a l'air d'avoir des problèmes avec les règles strictes(foot pro,usine), mais s'il veut réussir en tant qu'indépendant ,il va falloir qu'il apprenne à les assumer .
Son initiative pour les sans-abris est vraiment sympa en tout cas.


Pour avoir bossé à l'usine, je comprends son propos. La chaîne, c est le degré zéro du monde du travail, c est déshumanisant au possible. J'ai fait du bâtiment en hiver, les ponts et chaussées l'été en plein cagnard, ça n'a rien avoir, on se marrait quand même malgré la pénibilité et la charge de travail.
Sinon j'avais bien aimé le boulet, spécialité local goûté à Liège avant d'aller festoyer au festival de D'ours.
luigidibiagio Niveau : DHR
Les americains cheese ribs sauce bicky, la seule chose qui fait que je reste dans les Hauts de France. Et les frites belges, cette saveur, bordel j'en salive à 10h33 du matin, c'est cruel comme article.

http://www.cooxo.fr/467-thickbox_defaul … chilli.jpg

Pour les nordistes (et les autres motivés), la meilleure adresse c'est Al'Baraque à frites à la gare d'Herseaux (à côté de Mouscron justement)
gabifesse Niveau : DHR
Message posté par LouisCroixVBaton
Je crois qu'on a mangé au meme endroit. Soit disant les meilleurs frites de bruxelles, une queue enorme. Gorgées d'huile, la viande chimique et perimée, le pain qui est tout sauf du pain.

Pareil, qu'ils gardent leurs frites


Ca doit être les frites de la place Jourdan, qui devaient à une époque être excellentes, mais qui sont complètement surévaluées maintenant.
Pour moi, les meilleures sont à Flagey.
 //  10:54  //  Supporter des Pays-Bas
Note : 1
Message posté par LouisCroixVBaton
Je crois qu'on a mangé au meme endroit. Soit disant les meilleurs frites de bruxelles, une queue enorme. Gorgées d'huile, la viande chimique et perimée, le pain qui est tout sauf du pain.

Pareil, qu'ils gardent leurs frites


Je confirme.
Mais s'ils aiment ça, tant mieux pour eux. de retour chez moi, je me suis fait une mitraillette maison avec vraie baguette, vrais steacks et frites à l'huile végétale, et là le pied!
ManodesMontagnes Niveau : CFA2
Message posté par LouisCroixVBaton
Je crois qu'on a mangé au meme endroit. Soit disant les meilleurs frites de bruxelles, une queue enorme. Gorgées d'huile, la viande chimique et perimée, le pain qui est tout sauf du pain.

Pareil, qu'ils gardent leurs frites


Je ne suis en aucun cas de Bruxelles, mais ca fait quelques temps que des bruits circulent quant au fait qu'il n'existerait plus de "vraies friteries" dans la capitale.

Faut aussi comprendre le fonctionnement du truc. Un snack plein centre ville, dont la queue atteint le trottoir d'en face et dont les 3/4 des clients ne sont pas inconditionnels de la vraie frite, qu'on te sert tout de même dans un cornet pour faire croire à un gage d'authenticité... T'es un vrai Belge, tu sens l'embrouille. Autant taper un snack Turc plus discret où tu seras certain de bouffer de l'industriel, mais correct.

Un peu comme la friterie établie depuis plus de 60 ans, qui serait la plus célèbre de la région parce qu'elle nourrit des déchets d'étudiants à 4h30 du mat'. Tu sens l'embrouille, donc tu n'y vas pas. A moins d'être toi même un déchet.

J'aurais plutôt tendance à privilégier la "friterie du village", chez qui toute les familles font leur bouffe du vendredi (quoique, de plus en plus le font le dimanche, aujourd'hui).
Message posté par boulaouane
Pour avoir bossé à l'usine, je comprends son propos. La chaîne, c est le degré zéro du monde du travail, c est déshumanisant au possible. J'ai fait du bâtiment en hiver, les ponts et chaussées l'été en plein cagnard, ça n'a rien avoir, on se marrait quand même malgré la pénibilité et la charge de travail.
Sinon j'avais bien aimé le boulet, spécialité local goûté à Liège avant d'aller festoyer au festival de D'ours.


Il y a chaîne et chaîne
je bosse également à l'usine en 4 shifts hebdomadaires , et je t'assure qu'on arrive à s'amuser aussi .
Il y a pas mal d'anciens joueurs pros (basiques) venant du Portugal ,de France ,Belgique dans mes collègues de travail . C'est un régal de parler avec eux sur l'envers du décor .

Ils sont souvent là parce qu'ils n'ont pas gagné assez pour assurer leur vieux jours (ou l'ont dépensé ^^) et doivent donc trouver un job d'après carrière foot.

D'autres ont été blessés prématurément et, brisés dans leur élan, ont dû choisir une autre voie pour subsister, souvent sans diplôme .

Aucun n'a l'air de trop se plaindre de la paie ni du boulot .
Mais encore une fois,tout dépend sans doute de l'usine et de la manière de production .

Le boulet sauce "lapin" , un régal ^^
Tu parles sans doute du festival de Dour :-)
LouisCroixVBaton Niveau : Loisir
Message posté par ManodesMontagnes
Je ne suis en aucun cas de Bruxelles, mais ca fait quelques temps que des bruits circulent quant au fait qu'il n'existerait plus de "vraies friteries" dans la capitale.

Faut aussi comprendre le fonctionnement du truc. Un snack plein centre ville, dont la queue atteint le trottoir d'en face et dont les 3/4 des clients ne sont pas inconditionnels de la vraie frite, qu'on te sert tout de même dans un cornet pour faire croire à un gage d'authenticité... T'es un vrai Belge, tu sens l'embrouille. Autant taper un snack Turc plus discret où tu seras certain de bouffer de l'industriel, mais correct.

Un peu comme la friterie établie depuis plus de 60 ans, qui serait la plus célèbre de la région parce qu'elle nourrit des déchets d'étudiants à 4h30 du mat'. Tu sens l'embrouille, donc tu n'y vas pas. A moins d'être toi même un déchet.

J'aurais plutôt tendance à privilégier la "friterie du village", chez qui toute les familles font leur bouffe du vendredi (quoique, de plus en plus le font le dimanche, aujourd'hui).


Bah c'est que le truc a une reputation.

Le monde ne veut pas dire mauvaise qualité
gwynplaine76 Niveau : CFA2
Message posté par toof11
Je confirme.
Mais s'ils aiment ça, tant mieux pour eux. de retour chez moi, je me suis fait une mitraillette maison avec vraie baguette, vrais steacks et frites à l'huile végétale, et là le pied!


Vous m'étonnez les gars. On m'a toujours dit que les frites de friterie étaient cuites à la graisse de bœuf.

Sinon, 3 mitraillettes par semaine, ça me laisse pantois. Déjà que chaque fois que je reviens dans le nord, je n'arrive plus à finir mon américain-fricadelle... je comprends maintenant pourquoi j'avais pris 10 kilos là-bas (ça plus la bière).
De toute façon, je préfère le bicky burger.
Message posté par ManodesMontagnes
Je ne suis en aucun cas de Bruxelles, mais ca fait quelques temps que des bruits circulent quant au fait qu'il n'existerait plus de "vraies friteries" dans la capitale.

Faut aussi comprendre le fonctionnement du truc. Un snack plein centre ville, dont la queue atteint le trottoir d'en face et dont les 3/4 des clients ne sont pas inconditionnels de la vraie frite, qu'on te sert tout de même dans un cornet pour faire croire à un gage d'authenticité... T'es un vrai Belge, tu sens l'embrouille. Autant taper un snack Turc plus discret où tu seras certain de bouffer de l'industriel, mais correct.

Un peu comme la friterie établie depuis plus de 60 ans, qui serait la plus célèbre de la région parce qu'elle nourrit des déchets d'étudiants à 4h30 du mat'. Tu sens l'embrouille, donc tu n'y vas pas. A moins d'être toi même un déchet.

J'aurais plutôt tendance à privilégier la "friterie du village", chez qui toute les familles font leur bouffe du vendredi (quoique, de plus en plus le font le dimanche, aujourd'hui).


Tu parles de Robert La Frite ? Étant de la région de Charleroi, je peux dire que cette friterie est une véritable institution ici, mais tout le monde sait que c'est dégueux voire sale. Mais bon, ça fait partie du folklore : faire la tournée des happy hours, faire la clôture de l'Irish (ou du Harpers si t'es un peu plus BCBG) et te prendre un sachiot d'frites chez Robert avec tes potes. Tu fais parfois des rencontres sympas ou ça te permet au moins d'analyser la faune et la flore du Pays Noir.

Robert, plus qu'une friterie, un champ d'études sociologiques.
Message posté par domisyl
Il y a chaîne et chaîne
je bosse également à l'usine en 4 shifts hebdomadaires , et je t'assure qu'on arrive à s'amuser aussi .
Il y a pas mal d'anciens joueurs pros (basiques) venant du Portugal ,de France ,Belgique dans mes collègues de travail . C'est un régal de parler avec eux sur l'envers du décor .

Ils sont souvent là parce qu'ils n'ont pas gagné assez pour assurer leur vieux jours (ou l'ont dépensé ^^) et doivent donc trouver un job d'après carrière foot.

D'autres ont été blessés prématurément et, brisés dans leur élan, ont dû choisir une autre voie pour subsister, souvent sans diplôme .

Aucun n'a l'air de trop se plaindre de la paie ni du boulot .
Mais encore une fois,tout dépend sans doute de l'usine et de la manière de production .

Le boulet sauce "lapin" , un régal ^^
Tu parles sans doute du festival de Dour :-)


Ben disons qu'avec les autres collègues intérimaires, on mettait l'ambiance à coups de bataille de boulon (on fabriquait des machines à laver).
Mais les salaires étaient pas mirobolants, beaucoup de gens étaient là depuis des dizaines d'années et souffraient de maladies professionnelles type tendinite, arthrose précoce, dûes aux gestes répétitifs. Ces gens là, j'ai un énorme respect pour eux, et certains m'ont durablement marqué.
L'usine sera une étape importante pour moi, c'est ce qui m'a secoué et m'a poussé à reprendre mes études.
A Dours c'était bien pour le festival. C'était un peu à l'arrache mais vraiment bon et ambiance et un super plateau, avec le meilleur rapport qualité/prix. Je l'ai fait 3 mois après mon opération des croisés, la meilleure rééducation possible !
ManodesMontagnes Niveau : CFA2
Message posté par Corso
Tu parles de Robert La Frite ? Étant de la région de Charleroi, je peux dire que cette friterie est une véritable institution ici, mais tout le monde sait que c'est dégueux voire sale. Mais bon, ça fait partie du folklore : faire la tournée des happy hours, faire la clôture de l'Irish (ou du Harpers si t'es un peu plus BCBG) et te prendre un sachiot d'frites chez Robert avec tes potes. Tu fais parfois des rencontres sympas ou ça te permet au moins d'analyser la faune et la flore du Pays Noir.

Robert, plus qu'une friterie, un champ d'études sociologiques.


Putain évidemment que je parle de chez Robert (!!!!), dont le "champ d'études sociologiques" me semble être la meilleure définition qui puisse exister. Tu m'auras bien fait marrer, au passage.

Le Mano du vendredi soir me semble être un bon échauffement pour s'y lancer dans des études sociologiques profondes. Mais j'avoue, y a match avec l'enchaînement de 5-6 Snakebites à l'Irish. Quoi qu'il en soit, t'es également obligé de passer te mettre une demi-mine dans ces endroits pour éviter d'avoir envie de gerber ton Mulky Frites andalouse maison.

Après j'ai d'autres exemples pour appuyer ma théorie: chez Bily à Mons, la friterie de l'avenir ou chez Gaby à Namur, trois petits points.
Quel beau débat sur la frite belge ! Pour répondre à certains commentaires assassins sur nos friteries, chaque friterie propose un produit différent. Certains seront ravis, d'autres seront déçus... Mais ce dont je suis sûr, c'est que les petites friteries de village offrent de meilleures frites que dans les grandes villes (j'en ai testées un paquet !). Mitraillette ou durum ? Bah, l'une et l'autre sont aussi mauvaises pour la santé mais tant qu'à manger du gras, j'opte pour la mitraillette !
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
316 35