Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Nantes-PSG

Chapron, le tacle de l'indécence

En essayant de tacler Diego Carlos avant de lui flanquer un carton rouge, Tony Chapron a dépassé toutes les bornes. Un geste impardonnable de la part d'un arbitre qui avait de toute façon saboté le match depuis le coup d'envoi. Décidément, il en faut du courage pour continuer à aimer ce sport qui nous déçoit chaque jour un peu plus...

Modififié
Que c'est dur le lundi ! Chaque semaine, c'est le même rituel. Le réveil hurle pour nous sortir brutalement de notre torpeur, et on a à peine le temps d'ouvrir un œil que déjà ce constat s'impose : le week-end est terminé. Fini, la bringue du samedi soir ! Bye bye, la grasse matinée réparatrice du dimanche matin et le convivial brunch entre amis ! Pendant deux jours, nous étions libres. Flâner, rêvasser, traînailler, s'enrouler dans un plaid, bavarder en terrasse, danser comme si demain n'existait pas, tout était permis. Alors oui, après tout ça, le lundi matin est toujours une épreuve. Le lit semble nous dire « reste ici ! » , alors qu'on est obligés de lui répondre « laisse-moi tranquille ! » Dur dur, d'aller au boulot, mais bon, il faut bien y aller quand même.

Pire encore, une étude scientifique commandée par la compagnie aérienne Sky Travel à l'agence de communication Porter Novelli dans le cadre d'une opération publicitaire a prouvé par A+B que le troisième lundi de janvier était le jour le plus déprimant de l'année. C'est-à-dire aujourd'hui, lundi 15 janvier 2018. Une journée nommée le Blue Monday (car c'est le lundi où on a le plus le blues) au cours de laquelle toutes les raisons d'avoir le cafard sont réunies. Le début de semaine, la grisaille qui ne part pas et qui donne envie de tout plaquer, les bonnes résolutions du Nouvel An qui commencent à exploser, et le souvenir des fêtes qui ne fait que s'ajouter au découragement. Tout cela est déjà bien compliqué à encaisser, mais Tony Chapron a jugé que ce n'était pas suffisant et n'a rien trouvé de mieux que d'aggraver notre gueule de bois du lundi matin avec un geste totalement inacceptable dimanche soir à la Beaujoire.

Et si on relisait Rousseau ?


Tout avait mal commencé. Les Parisiens ont lancé le match par un but qu'ils ne doivent qu'à la fourberie de Kylian Mbappé, soi-disant petit génie du ballon rond pas assez courageux pour attraper une passe, et qui a préféré la laisser passer entre ses jambes. Une attitude tout sauf fair-play qui a évidemment surpris les Nantais avant qu'Ángel Di María, pas beaucoup plus chevaleresque, ne vienne ouvrir le score. Ces gars-là ont beau coûter plus de deux cent millions d'euros à eux deux, niveau humain, c'est zéro. Mais l'escroquerie est devenue totale en deuxième mi-temps quand, après un coup franc bien botté par Léo Dubois, Emiliano Sala a réussi à tromper Alphonse Areola de la tête. Les Nantais avaient à peine commencé à célébrer l'égalisation que Tony Chapron les attrapait déjà par le col pour leur annoncer que le but leur était refusé. Le motif ? Un hors-jeu tout droit sorti de l'imagination de son arbitre assistant.

En levant leur drapeau ou en soufflant dans leur sifflet, les arbitres et ceux qui les assistent ne doivent pas oublier qu'ils prennent des décisions importantes qui ont des répercussions sur les personnes qui jouent un match. En bafouant ainsi les valeurs et les règles du sport, Tony Chapron et son équipe ont montré que le pouvoir, quand il était donné à des âmes de petits chefaillons, pouvait se transformer en une chose terrible. « Rien n'est plus dangereux que l'autorité en des mains qui ne savent pas en faire usage » , écrivait Jean-Jacques Rousseau dans ses Pensées d'un esprit droit. En ça, le football prouve une nouvelle fois qu'il est un reflet de notre société, même si nous n'aimons pas toujours ce que l'on voit dans ce miroir.

Karatéka


Si Tony Chapron avait voulu faire bon usage de son sifflet, il aurait pu éviter de donner le coup d'envoi dans une Beaujoire envahie par des fumigènes qui gênaient les joueurs, mais surtout les 1,3 million de téléspectateurs de Canal + qui voulaient simplement terminer leur semaine devant un bon match de football. Combien de temps encore quelques supporters prendront-ils en otage les fans, le tout devant un corps arbitral impuissant qui les laisse agir à leur guise ? Il faut dire que dimanche soir, Tony Chapron a montré que son comportement était plus proche de celui d'un hooligan que de celui d'un homme de loi. Involontairement bousculé par Diego Carlos dans le temps additionnel, il a répliqué par un coup de pied dans le mollet du joueur avant de dégainer un carton rouge. La conclusion la plus folle possible pour un match très moyen qui n'a proposé que peu de beau jeu, ce qui était prévisible en raison de l'absence de Neymar, le magicien brésilien qui fait tourner la tête de toutes les défenses.

L'arbitrage français, déjà très critiqué, perd donc un peu plus de crédibilité. Tony Chapron est pour l'instant écarté des terrains et passera devant une commission de discipline. Bien fait ! Pour décompresser dans cette atmosphère tendue, les réseaux sociaux nous offrent comme à leur habitude un grand bol d'air frais à grands coups de « mèmes » délirants (petites pastilles ou montages photos humoristiques qui font le buzz sur la toile). On y aperçoit Tony Chapron grimé en personnage de jeu vidéo de bagarre, ou en karatéka. Ou, encore mieux, en compagnie de Patrice Évra, lui aussi un sacré personnage. Un rire nécessaire et salvateur pour faire passer ce Blue Monday un peu plus triste les autres.


https://www.youtube.com/watch?v=neqVYJOalwI

Les coups de gueule de Jean-Michel Moralisateur :
  • Neymar, le prix de l'indécence
  • Fekir, le maillot de l'indécence

    Par Jean-Michel Moralisateur
    Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
  • Modifié


    Dans cet article


    il y a 7 heures Euro Millions : 45 Millions d'€ + 1 Millionnaire garanti ce mardi il y a 4 heures Nainggolan prend sa retraite internationale 54
    Partenaires
    Tsugi Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom Podcast Football Recall MAILLOTS FOOT VINTAGE
    Hier à 10:19 Le drôle de penalty pour le Real Madrid en finale de Ligue des champions 1960 90
    À lire ensuite
    Top 10 : Chapron rouge