Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 12 Résultats Classements Options
  1. // Recopa Sudamericana
  2. // Chapecoense-Atlético Nacional (2-1)

Chapecoense, l'Atlético Nacional comme thérapie

Quatre mois après le terrible accident d'avion qui coûta la vie à 71 personnes, Chapecoense et l'Atlético Nacional se retrouvaient dans la nuit de mardi à mercredi pour la manche aller de la Recopa Sudamericana, équivalent sud-américain de la Supercoupe d'Europe. Une rencontre remportée par le club brésilien (2-1) qui a su rebondir après avoir vu la quasi-totalité de son effectif périr sur la colline de Cerro Gordo.

Modififié
17h15. Alors que le coup d’envoi de la Recopa Sudamericana entre Chapecoense et l’Atlético Nacional ne sera donné que dans deux heures, l’Arena Condá de Chapecó est déjà pleine à craquer. 22 000 supporters venus encourager leur équipe et rendre un nouvel hommage aux 71 personnes disparues lors du crash d’avion du 28 novembre 2016. Rescapés miraculeux de cet accident, Alan Ruschel et Jakson Follmann sont, eux aussi, présent à l’Arena Condá. Acclamés par la foule, les deux hommes aux yeux teintés d'émotion prennent le micro quelques minutes avant le début de la rencontre pour évoquer leurs anciens coéquipiers et adresser un beau message d’espoir. Quelques vidéos d'hommages plus tard, l’heure est venue de faire entrer les vingt-deux acteurs du soir que le speaker présente ainsi : « Entrent sur la pelouse, Chapecoense, l’Atlético Nacional et une troisième équipe de 71 anges. » Unis dans la douleur, les deux équipes se mélangent avant d’entrer ensemble sur le pré. La mine est triste et seule la photo de famille arrivera à décrocher un petit sourire aux joueurs.

Une équipe à reconstruire


Touchés, les onze joueurs titulaires du côté de Chapecoense ne faisaient pourtant pas partie du club brésilien endeuillé au moment du drame. Seuls Douglas Grolli, Túlio de Melo et Apodi avaient déjà porté le maillot verdão par le passé. Trois joueurs qui sont revenus du côté de Chapecó pour aider le club à se reconstruire. Un retour dans l'État de Santa Catarina logique pour l'ancien Manceau qui a mis de côté des offres financières alléchantes pour aider son ancien club : « Quand le président de Chape m’a appelé, j’avais quelques doutes. Être dans le même hôtel, le même vestiaire qu’avant, mais sans tous mes amis partis... Mais il y avait une mission : reconstruire le club, pour honorer la mémoire des morts dans l’accident. »


Comme Túlio de Melo, vingt-quatre autres joueurs ont débarqué à Chapecó à vitesse grand V. Parmi eux, seize sont prêtés par les autres clubs brésiliens du championnat, solidaires dans la douleur. À l’origine de ce grand débarquement, l’ancien recruteur de Grêmio, Rui Costa, raconte sa mission périlleuse : « Le défi était gigantesque. On avait trois joueurs au départ, aujourd’hui on a un groupe de trente-cinq athlètes. Le profil que l’on recherchait était plutôt celui de joueurs sur-motivés, des guerriers, pour coller à l’identité du club. Certains ont dit non à cause du contexte émotionnel, mais tous ceux qui sont là le sont parce qu'on les a choisis. » Avec sa nouvelle armée « qui rigole bien » d’après De Melo, la dernière phase du deuil se met en place : l’acceptation. Touché, mais pas coulé, Chapecoense retrouve alors les terrains de football, règne sur son Campeonato Catarinense et fait bonne figure en Copa Libertadores avec une victoire et une défaite en phase de groupes.

Chapecoense et Atlético Nacional, le lien tragique


Petite parenthèse au milieu de ce début de saison à trois matchs par semaine, cette Recopa Sudamericana était surtout l’occasion pour Chapecoense d’accueillir son nouveau meilleur ami de l’Atlético Nacional. Arrivés au Brésil la veille de la rencontre, les Colombiens ont reçu un accueil digne des grands dirigeants mondiaux : jets d’eau des pompiers sur leur avion, haie d’honneur à la sortie de leur véhicule aérien, présence des supporters de Chapecoense à l’aéroport et logo du club brésilien transformé pour y faire figurer le drapeau colombien. Un honneur que le gardien de l’Atlético Nacional, Franco Armani, a visiblement apprécié comme il l’a déclaré aux médias présents à l’aéroport de Chapecó : « Nous sommes reconnaissants d’être ainsi accueillis par la ville. Nous voulons leur témoigner notre affection, notre solidarité. Je suis sans mot. »



Liés à vie, les deux nouveaux amis ne se sont pas pour autant fait de cadeaux sur la pelouse. Désireux de remporter cette rencontre, Brésiliens et Colombiens se sont battus pendant quatre-vingt-dix minutes pour livrer une rencontre assez pauvre en occasions, mais à l’intensité forte. Et, à ce petit jeu, ce sont les locaux de Chapecoense qui se sont montrés les plus adroits en marquant par deux fois grâce à leur latéral Reinaldo – qui n’a rien à voir avec son homonyme passé par le Paris Saint-Germain – sur penalty et par leur défenseur central Luiz Otavio de la tête. Défait, l’Atlético Nacional pourra toujours s’accrocher à son but à l’extérieur inscrit par son attaquant Macnelly Torres d’une superbe frappe du gauche. De quoi garder espoir avant le match retour le 10 mai prochain à Medellín, là où aurait dû se jouer la finale aller de Copa Sudamericana. L’occasion pour Chapecoense de terminer son deuil et de commencer une nouvelle page de son histoire avec un trophée en poche.

Par Steven Oliveira Propos de Túlio de Melo et de Rui Costa tirés de SoFoot n°144.
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Partenaires
Un autre t-shirt de foot est possible Podcast Football Recall MAILLOTS FOOT VINTAGE Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Tsugi Olive & Tom