Chantôme, l'homme invincible

Increvable dimanche contre l'OM, Clément Chantôme est en train de prendre une nouvelle envergure au Paris-SG. Souvent annoncé comme un crack, le milieu de terrain arrive enfin à maturité.

Modififié
0 5
Coïncidence ou pas, Clément Chantôme est en train de s'imposer au PSG dans le même timing que son pote Youssouf Mulumbu, qui, lui, explose avec West Bromwich Albion. Les deux milieux sont promis à un brillant avenir lorsqu'en 2006 ils remportent, avec les moins de 18 ans du Paris-SG, le championnat de France de leur catégorie. C'était l'époque des Mabiala, Dja Djedje & co. Quatre ans après, certains se sont cramé les ailes. Clément Chantôme n'est pas passé loin du bûcher. Mais il a su remonter la pente et faire fi de ses années de galère. Oui, Clément Chantôme, surnommé “Biactol” à une époque dans les travées du Parc des Princes en raison de sa peau juvénile, n'a pas toujours été le roi de Paname. Mais dimanche contre Marseille, le natif de Sens était partout. Relayeur, passeur, ratisseur, aboyeur, le numéro 20 francilien a fait preuve d'un coffre qu'on ne lui connaissait pas.

Une prestation XXL qui s'inscrit dans la lignée de son excellent début de saison. Antoine Kombouaré s'est senti obligé de laisser sur le banc Jérémy Clément et la recrue Mathieu Bodmer. A raison. Pourtant, en avril dernier, CC voulait prendre la tangente. Deux ans qu'il moisissait sur le banc à regarder ses potes jouer chaque week-end. Surtout, le courant ne passait pas avec Kombouaré et on sentait le joueur au bord de la rupture. Ses déclarations de l'époque attestaient un vrai malaise : « On ne me fait pas confiance, alors ça ne sert à rien de discuter pour forcer les choses On m'avait dit que je jouerais dans l'axe et je n'y ai pas joué. A un moment, j'ai baissé les bras. Quand on vous dit des choses et que ça ne se passe pas comme prévu, je le prends mal. Deux saisons (sans jouer), ce n'est plus possible. Je veux jouer plus de matches, même si je dois aller dans un club de standing inférieur » . Le jeune joueur était à deux doigts de se barrer. Toulouse et Nice étaient sur les rangs. Mais rien n'a bougé.

Le déclic Evian

Il faut dire que l'été a été studieux du côté du blondinet. Début juillet, le PSG entame sa préparation par un match amical contre Evian. Alors qu'il est en discussion très poussée pour rejoindre l'AJ Auxerre (les Bourguignons ont proposé 2 millions d'euros au cœur de l'été), Clément Chantôme se fend d'un doublé et donne la victoire aux siens. Le contact est rompu avec les Icaunais et Kombouaré sent que son milieu est prêt à franchir un cap. Derrière son physique d'adolescent se cache un mental de guerrier. En début de saison, le Parisien était quatrième dans la hiérarchie du milieu derrière Makelele, Bodmer et Clément. Compte tenu de ses dernières prestations et notamment de la blessure de Mathieu Bodmer, Chantôme s'est incrusté dans le onze parisien et survole l'automne. Pour aller le déloger, il faudra être costaud. Très complémentaire avec Makélele, le numéro 20 profite de l'abattage défensif du capitaine pour se consacrer sur son véritable rôle de relayeur/créateur. Le lascar est la première rampe de lancement du jeu offensif francilien. Dimanche, c'est lui qui décale Nenê sur le premier but notamment.

Plus rapide que Bodmer et plus complet que Clément, Chantôme est au final tout sauf un choix par défaut. Guy Lacombe l'avait lancé dans le grand bain, Paul Le Guen l'avait un peu bridé avant qu'Antoine Kombouaré ne lui fasse vraiment confiance après une paire de saisons à la cave. Mine de rien, la réussite de Chantôme, c'est aussi celle de la formation parisienne. Comme Mamadou Sakho. Celle d'un mec suivi par Arsenal à 20 ans. Il ne faut pas oublier que le môme est très couillu pour son âge. Lors du drame qui avait coûté la vie à Julien Quemener en 2006 et face aux exactions racistes qui pullulaient au Parc des Princes, Chantôme, alors trop jeune pour déguster un pinte en Angleterre, n'avait pas hésité à dénoncer l'ambiance nauséabonde qui régnait Porte d'Auteuil sur les ondes d'une radio francilienne. Tout sauf un mec prédestiné à un rôle de doublure, en définitive...

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Et dire que certains se sont lâchés sur Paul le Guen, criant au scandale, lorsque celui ci n'hésitait pas à titulariser des Chantome, Sakho ou Mulumbu en L1.
Enfin une spirale positive pour Clem ca fait plaisir pour lui... A noter qu'il était très bon aussi à ses début sous les ordres de 'moustache'...Mais c'était dans une équipe claquée qui jouait le maintien... Ce qui fait plaisir c'est que pour une fois c'est pas un bodybuilder qui sort du centre de formation...mais un vrai joueur de ballon...propre techniquement... Continue comme ca Clem...
"le milieu de terrain arrive enfin à maturité"... bah ouais, il y serait peut-être arrivé plutôt si on l'avait fait jouer...
Les voies du PSG sont impénétrables...
Je redis ce que j'ai dit sur un autre article mais Chantome m'a toujours plu, à des années lumières d'un clément indigent... Je n'avais pas compris sa mise au placard pendant deux ans, j'aurai préféré le voir sur le banc dimanche que sur le terrain...
Chantôme est le meilleur joueur parisien actuellement. C'était étonnant que le club puisse le transférer à l'interssaison. Dieu merci, tous les contacts noués à l'époque ont été échoué. Un conseil aux dirigeants parisiens : Gardez l'ossature actuelle, tout en songeant de remplacer ceux qui vont arrêter à la fin de la saison par des jeunes qui brillent au niveau inférieur du club et, éventuellement, un renfort de poids de la trampe de NENE à droite.
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
Article suivant
L'Azpi de trèfle
0 5