En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 25 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // 9e journée
  3. // PSG/Reims (1-0)

Champagne pour Gameiro

Le PSG a livré une prestation des plus moyennes face à Reims. Peu inspirés en attaque, les Parisiens ont tardé à trouver la faille (1-0). Et heureusement que Sirigu a arrêté un péno, pour le coup, et Gameiro trouvé le chemin des filets.

Modififié
PSG-Reims : 1-0 (0-0)

Buteur : Gameiro (65e) pour le PSG

Non, le PSG n’a pas été impressionnant face à Reims. Loin de là. Les Parisiens ont disputé une sale première période, sans la moindre inspiration offensive. Ils auraient même pu encaisser un but sur pénalty, d’ailleurs. Mais avec l’entrée de Ménez, le PSG a su se ressaisir et retrouver un peu de ses automatismes en seconde période. De quoi assurer un service minimum (1-0). Une petite victoire, mais trois points très précieux, qui permettent au club de se hisser à la première place de Ligue 1. Pour la première fois de la saison.

Sirigu décisif

Sans Verratti, suspendu, Carlo Ancelotti a recomposé tout son milieu de terrain pour affronter Reims. Ce qui donne une grosse surprise avant même le début de rencontre, avec un Maxwell milieu gauche, et Thiago Silva à la récupération. Étrange. Mais le milieu parisien maîtrise néanmoins son entrée en matière, en mettant directement le pied sur le ballon. Pas de quoi trouver la faille cependant, contre une défense rémoise bien regroupée. Le voilà, le défi parisien du jour. Car les visiteurs restent fidèles à la tactique qui leur réussit si bien. À savoir, une défense solide et la contre-attaque express. C’est ainsi que la première chaude alerte intervient dès la 4e minute, avec deux interventions successives de Sirigu, sur un centre de Glombard et une frappe de Diego. Une première occasion rémoise en guise d’avertissement pour les Parisiens. Ils ne s’y feront pas reprendre dans ce registre, cela dit. Par contre, ils auraient pu faire pire. Genre, encaisser un pénalty après la main de Van der Wiel dans la surface. Mais heureusement, là encore, que Sirigu veille au grain et anticipe du bon côté le tir du Brésilien (40e). La seule fois où le gardien sera dépassé, sur une frappe de Souaré (45e), ce sera détourné par Maxwell.

Grâce à son gardien, le PSG tient le 0-0 à la mi-temps. Mais c’est pas folichon. Offensivement parlant, les Parisiens se sont procuré très peu d’occasions, hormis une frappe de Gameiro, détournée par Agassa et sauvée sur sa ligne par Mandi (30e). Même Ibra est transparent. Et ça l’énerve.


Gameiro frappe


La seconde période repart sur les mêmes bases, avec des Parisiens toujours aussi peu inspirés en attaque. Témoignage de cette difficulté, une contre-attaque menée par Maxwell, qui livre trop tardivement le ballon à Gameiro, ce dernier cherchant un Zlatan à l’arrêt (48e). Ça ne marche vraiment pas. Du moins, jusqu’à que Jérémy Ménez amène enfin de la percussion . Entré à la place de Nene, l’ailier est à l’origine des deux premières grosses occasions du PSG : c’est lui qui frappe le corner à la suite duquel Matudi frappe la transversale (55e), et c’est lui qui touche le poteau avec une belle frappe des vingt mètres (64e). Il ne sera pas impliqué sur l’ouverture du score parisienne, mais tout partira de son aile droite, cela dit. Maxwell y trouve de l’espace et ajuste un centre au second poteau, où Gameiro surgit pour tromper Agassa de la tête (65e). Le PSG domine, mais au regard de sa forme du jour, un but suffira. Quand bien même Ménez ratera deux face-à-face, tout comme Zlatan. Ce n'était pas son jour, voilà tout. Reims, étonnamment absent en seconde période, ne se procurera qu’une grosse occasion, par l’intermédiaire de Toudic : l’attaquant claque un ciseau devant Sirigu, mais sa frappe s’écrase sur la barre (83e).

Pas au top, Paris est quand même parvenu à s’imposer face à Reims (1-0). Un service minimum qui permet néanmoins au club de s’asseoir provisoirement dans le fauteuil de leader en Ligue 1. La pression est désormais sur Marseille, qui devra faire un résultat à Troyes ce dimanche.

Par Alexandre Pauwels
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



il y a 9 heures Coentrão casse le banc des remplaçants 8 Hier à 21:56 L2 : Les résultats de la 22e journée 4 Hier à 16:15 Un club espagnol offre un maillot à tous les bébés nés en 2018 3
Partenaires
Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
À lire ensuite
Longo murit en Liga