Cette Serie A est folle

Après six journées, la Serie A 2015/2016 réserve un scénario des plus fous. Si les dernières éditions du championnat ont manqué d'intérêt et de suspense, cette saison s'annonce déjà comme l'une des plus indécises de la décennie, à commencer par la course au titre. Et ce n'est pas pour nous déplaire.

12 9
On était resté sur une Juventus championne d'Italie pour la quatrième fois consécutive. Qui plus est avec 17 points d'avance sur son dauphin de l'AS Roma, lors des deux dernières éditions. Un gouffre, encore plus apparent avec la belle aventure turinoise en Ligue des champions, et son dixième sacre en Coupe d'Italie. Pour résumer, la Vieille Dame semblait tellement dominante qu'une intersaison agitée de plus - cette fois sur le marché des transferts - ne provoquait pas d'inquiétudes plus que de mesure.

D'ailleurs, dès le premier match officiel de la saison, la Juve remettait les pendules à l'heure face à la Lazio. Un 2-0 sec pour arracher un premier titre - une Supercoupe d'Italie - avec en prime des buts des recrues Dybala et Mandžukić. Mais le cinéma italien a enfin décidé de s'emballer et de chambouler l'ordre établi. Fini les saisons jouées d'avance comme un nanar hollywoodien. Cette fois, le scénario de Serie A s'est calqué sur une trame hitchcockienne. Avec cette dose maximum de suspense si cher au bon Alfred. Un film dont il ne reste plus qu'à trouver le titre en attendant l'inattendu dénouement. Les 38 marches ? Pourquoi pas.

La Fiorentina en tête pour la première fois depuis 1999


Hasard ou coïncidence, le dernier rebondissement en date vient d'intervenir à San Siro. Dans la Scala du football, où l'Inter - leader déjà assez inattendu - a abandonné son fauteuil à une Fiorentina survoltée. Qui était capable d'annoncer que la formation viola viendrait étriller 4-1 les Nerazzurri sur leur pelouse ? Personne. Qui avait annoncé les Florentins en tête après six journées ? Encore personne. Et pour cause, la Fio n'avait plus mené la danse depuis la 21e journée de la saison 1998-99, précisément depuis le 14 février 1999. Il y a plus de 15 ans donc ! Pour vous situer, les jambes de Gabriel Batistuta étaient encore en parfait état et lui avaient déjà permis d'inscrire 18 buts en 20 apparitions. Rui Costa était, lui, encore loin de penser à un quelconque avenir au Milan AC. Andrei Shevchenko évoluait encore au Dinamo Kiev, et Didier Deschamps et Zidane à la Juve. Une autre époque, où la Serie A était l'incontesté meilleur championnat du monde.

Revenons à nos moutons. Si l'Inter a subi une lourde défaite ce dimanche, cela n'enlève rien au (très) bon début de saison réussi par les Nerazzurri. Avec cinq victoires consécutives pour débuter, les hommes de Roberto Mancini ont même égalé le meilleur départ de l'histoire du club qui datait de 1966/67. On vous passe le contexte de l'époque. D'ailleurs, avec 15 unités au compteur, l'Inter possède toujours plus de points que le Milan et la Juve… réunis. Les Rossoneri ont effectivement du mal à trouver le bon rythme, alternant le bon et le très médiocre (3 victoires, 3 défaites). Mais c'est surtout la Juve qui inquiète puisque les Bianconeri réalisent leur pire début de saison depuis 1969/70. Pour vous situer, Dino Zoff évoluait encore au Napo… Bref, vous avez compris. Évidemment, la Vieille Dame a encore tout le temps de se relever et de remonter au classement. Comme l'a dit Roberto Mancini, si elle terminait les dernières saisons avec 17 points d'avance, elle a encore de la marge. Toujours est-il que sa domination sans partage semble aujourd'hui dater d'une autre vie. Ce qui ne fait que confirmer la vitesse à laquelle peuvent s'effacer les vérités d'un jour dans le football.

Sassuolo seul club invaincu


Après six journées, le nom de la seule équipe de Serie A encore invaincue conforte encore plus le tableau. Puisque c'est effectivement Sassuolo, encore en Serie B il y a trois saisons, qui pointe le bout de son nez à une jolie quatrième place avec 3 victoires et 3 nuls. On pensait que les Neroverdi souffriraient du départ de Zaza - d'autant plus que Berardi a été freiné par une blessure -, mais ils poursuivent au contraire leur progression. Une édition de Serie A qui ne cesse donc de surprendre. Encore une preuve ? L'Inter, la Juve et le Milan se sont inclinés ce week-end lors de la même journée pour la première fois depuis 1994/1995. C'était à l'époque respectivement face à Bari, Foggia et Padova. Trois équipes qui ont échappé de peu à la disparition totale lors des dernières années.

En fait, mis à part les déboires des trois promus qui squattent déjà les trois dernières places, il était difficile de prévoir le moindre événement de cette Serie A 2015/2016. Pour preuve, le Chievo Vérone joue aujourd'hui l'un des footballs les plus attrayants de la Botte, après des années de profond ennui. Quand le Torino prouve qu'un mercato ciblé sur de jeunes joueurs italiens peut parfaitement fonctionner. Oui oui. Pour les plus conservateurs, Francesco Totti a tout de même trouvé le temps d'inscrire son 300e but sous les couleurs de la Roma. Un dernier exploit pour le Capitano, qui semble quand même très proche de la fin alors qu'il vient de fêter ses 39 ans. Mais sait-on jamais, tant cette Serie A est imprévisible. Installez-vous confortablement, pop corn à portée de main, pour encore 32 journées de bonheur. Le film ne fait que commencer. Et ce ne sont pas les réalisateurs qui manquent pour le rendre encore plus fou. N'est-ce pas, Massimo Ferrero ?

Par Eric Marinelli
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
McMilkshake Niveau : CFA2
Calmons-nous, 6 journées un peu à contre-courant, tous les championnats ont connu ça, y a qu'à voir l'OM la saison dernière (oui c'est un troll).

La Fio peut être la bonne surprise de la saison et finir en LdC, mais des surprises y en a tous les ans (la Samp en LdC, la Lazio, le Torino en EL...) vu que les cadors sont de moins en moins au rendez-vous. Mais ça va se remettre en ordre d'ici peu.
Superbe, une compilation des 4 dernières brèves sur la Serie A. Putain de stagiaires.
Milan_forza18 Niveau : CFA
Sinon comment ne pas s'éclater en regardant la serieA! Depuis 2,3ans le jeu est de plus en plus offensif ça défend tjr aussi bien les résurrections les retour les victoires improbables défaite au bout du temps additionnel...ect ect le meilleur championnat d'Europe actuellement
Tiberius Caesar Niveau : Loisir
Le meilleur championnat peut être pas mais effectivement c'est vraiment sympa depuis 2-3 ans.
Chaque équipe, même les petits, joue au foot, a son joueur "star" (même le Carpi a Boriello, c'est dire), est tactiquement très au point, et a des jeunes extrêmement intéressants.
MacchiaGobbo Niveau : CFA2
"Si les dernières éditions du championnat ont manqué d'intérêt et de suspense"

Ok donc, la ligue 1 n'aura plus jamais d'intérêt et de suspense...
luigi_di_biagio Niveau : District
Effectivement depuis 2012, date à laquelle la Nazionale à joué le jeu le plus plaisant que j'ai pu voir en 31 ans sur cette Terre, le calcio a suivi la même voie et le jeu s'est embelli, c'est beaucoup plus spectaculaire. Et malgré le déclin annoncé de ce championnat, les stars se comptent toujours par dizaines. Par contre en coupes d'Europe je crains qu'on vivra encore une nouvelle désillusion...
"Toujours est-il que sa domination sans partage semble aujourd'hui dater d'une autre vie."

Non.
Alain Proviste Niveau : Ligue 1
Message posté par Milan_forza18
Sinon comment ne pas s'éclater en regardant la serieA! Depuis 2,3ans le jeu est de plus en plus offensif ça défend tjr aussi bien les résurrections les retour les victoires improbables défaite au bout du temps additionnel...ect ect le meilleur championnat d'Europe actuellement


J'aime beaucoup la Serie A qui est mon championnat préféré et retrouve effectivement des couleurs mais faut rester un minimum ojectif : actuellement, le meilleur championnat d'Europe (à ne pas confondre avec le plus intéressant) est la Liga et d'assez loin. ;)
Bien sûr que la liga espagnole est actuellement le championnat européen le plus attrayant. Quant'à ceux qui s'extasient devant la serie a de ces dernières années dont le profil révèle une écrasante majorité de joueurs étrangers de seconde zone, des clubs ne présentant que deux ou trois autochtones, plus l'un ou l'autre "dinosaure" local qui tire sur la corde pour rallonger sa carrière d'une ou deux années comme totti, di natale, toni, etc...je ne peux que les plaindre de ne pas avoir connu les années 80-2000! Ceux qui ont eu cette chance peuvent, au moins, se replonger dans leurs souvenirs; cela met, à défaut d'autre chose, un peu de baume au coeur.
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
12 9