1. // Coupe des confédérations
  2. // Finale
  3. // Brésil/Espagne

Cette Espagne qui gagne « moche »

Souvent encensée pour son jeu léché, l'Espagne sait aussi gagner salement. Cette Coupe des confédérations brésilienne est là pour le rappeler. De quoi se demander si la Roja n'a pas atteint l'âge de raison.

Modififié
3 73
« Nous aimerions terminer ce cycle et en commencer un nouveau. Le fait d'avoir gagné tant de choses nous remplit de fierté. Il y a une génération fantastique pour continuer à gagner des titres. La santé est extraordinaire et il faut en profiter. Ce groupe a beaucoup de mérite. » À bientôt 34 ans, Xavi Hernández parle comme un vieux sage. Conscient du chemin parcouru depuis cette gifle zidanesque de 2006, le vice-capitaine de la Roja se la joue modeste. Une constante chez lui. À lire la presse espagnole et le discours de certains de ses coéquipiers, le tempo est pourtant différent. Lorsque Fernando Torres s'espère en « Brésil du présent » , ou que le très sérieux El País envoie « l'Espagne la plus brésilienne provoquer l'autre Brésil » , par exemple. Pas de quoi contester la prétention de Jules César, mais suffisant pour se demander si cette Espagne n'est pas arrivée au bout. Le sentiment de gagne qu'elle insuffle tend à prouver le contraire. Son niveau de jeu actuel le contredit. État des lieux avant cette finale tant attendue.

Si chère et tendre Italie

Comme théâtre, le Maracanã. Comme adversaire, le Brésil. Pour asseoir sa domination mondiale, la Roja ne pouvait espérer meilleur scénario. Seul titre manquant à sa collection, la Coupe des confédérations n'a jamais suscité autant de désirs. Avec un succès dominical, la sélection de Vicente del Bosque bouclerait une boucle entamée en 2008. Depuis, elle s'est fendue d'un triptyque Euro-Mondial-Euro inédit. Passée à la postérité pour ses trophées, c'est son jeu qui fait sa renommée. Un jeu made in Barça où les milieux de terrain sont rois, la possession outrancière. De l'Euro helvético-autrichien au Mondial sud-africain, l'Espagne avait impressionné par sa capacité à enchaîner les prestations de haut vol. Le dernier rendez-vous européen avait, lui, offert un visage plus froid. Capable d'étouffer son adversaire, elle avait peiné à se créer des occasions. Moins fluide, son jeu a pris de la maturité. Et de la chienlit. À chaque compétition – Coupe du monde 2010 mise à part – c'est l'Italie qui lui a remis les idées en place. Que ce soit en 2008 pour lui faire franchir un palier, ou en 2012 pour lui offrir un sacre en mondovision. Cette fois encore, en 2013, c'est une Squadra Azzurra agréable qui est rentrée à la maison la queue entre les jambes.

La marque des grands ?

Redondants, ces rendez-vous méditerranéens appuient la thèse d'une Roja sur commande. Depuis 2010, la sélection espagnole se sait attendue à chacune de ses sorties. Ses adversaires, après analyses et dissections, sont au fait de ses us et coutumes. Que ce soient la France à l'automne, le Portugal et la Croatie l'été dernier, les sélectionneurs adverses trouvent des solutions. Un peu à l'instar du Barça, l'Espagne fanfaronne moins. Ou, tout du moins, son sentiment d'invulnérabilité a pris du plomb dans l'aile. Calquée sur beaucoup d'aspects au toque guardiolesque, la Roja a, elle, su s'adapter. Face au jusqu'au-boutiste divin chauve catalan, Vincent du Bois est, lui, plus pragmatique. Son ossature, bien que barcelonaise, a appris à gagner moche. Qu'importe si la possession doit atteindre des sommets d'inutilité. Sa sélection est à l'image de celle qui la compose : du romantisme blaugrana juxtaposé à la gagne madridista. Dans ce renouvellement par le bas – on caricature, hein – l'Espagne est sans doute définitivement entrée dans la cour des grands. La rançon de la gloire, paraît-il.

Par Robin Delorme
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Moustachement parlant, l'Espagne de Del Bosque garde un peu d'avance, mais le Brésil qui était complètement à la rue a rattrapé une bonne partie de son retard avec le retour de Scolari. J'en suis tout émoustaché.
Fredinhovic95 Niveau : Ligue 2
Note : 1
Je regarde presque toutes les brèves pour voir les photos!Vous me faites trop marrer SOFOOT!La photo de Torres est priceless :D
2yemklubapanam Niveau : Ballon d'or
le commentaire est faux par contre, c'est le scenario qui l'oblige a recracher. parce q'avec la thune que ca coute, si tu vois meme pas les effets spéciaux..
Quelle grande équipe gagne chacun de ses matchs avec du beau jeu? Aucune. Il y a toujours dans tout parcours des matchs ratés, des accidents, des erreurs d'arbitrage, de la fatigue, etc...

L'Espagne n'y échappe pas.

Elle est capable de produire un jeu flamboyant de maîtrise. Auquel cas elle écrase son adversaire (sauf si celui-ci arrive à lui résister et à obtenir un nul). Ou de jouer "moche", stérile, sans imagination ni jus. Auquel cas elle a le mérite de ne pas perdre et de s'en remettre à sa baraka.

On la critique beaucoup parce qu'elle ne produit pas toujours un jeu à la hauteur de sa réputation. Mais ce sont des critiques injustes. Qui ne tiennent pas compte qu'une équipe est une réunion d'humains qui ne sont pas infaillibles et parfaits.

Torrès dit que l'Espagne actuelle est le Brésil d'antan. Comment ne pas lui donner raison? Quand on voit le niveau de la relève, on se rend compte que ce pays, après des décennies de lose, est devenu LE pays du foot. Et que ce n'est pas près de finir. Peut-être même que ça ne fait que commencer.
C'est quand même pas nouveau, en fait 2008 mis à part, j'ai jamais trouvé l'Espagne flamboyante (finale 2012 exceptée). 2010 limite ils sont encore plus chiants qu'en 2012, puisque y a même pas un match d'anthologie en finale. Ils passent le tournoi à coller des 1-0.
Je_Vous_Aime Niveau : Loisir
Créons une pétition pour que les messages de Mario ne soient plus censurés!
Pfff de toute façon ils gagnent sans panache..
Oui c'est moi qui gueulait quand la Roja gagnait 4-0 avec 70% de possession.
Bah quoi? Pourquoi tu me regardes comme ça toi?
Ouai enfin rappelez vous du jeu produit par l'Espagne lors de l'euro 2012, les matchs étaient d'un ennui mortel et les scores loin très loin d’être fleuves. Il a fallu qu'ils se retrouvent en final pour enfin dérouler leur jeu (L'Italie s'en souvient...).

Ce que je vais dire va faire saigner mon coeur car je déteste la mentalité (sportive hein) espagnol, mais cette sélection en plus d’être brillante, arrive à maturité et sait jouer à fond les matchs qu'il faut jouer à fond.

Brésiliens, vous savez à quoi vous attendre.
Just saying en 2010 l'espagne met 2 fois moins de but que l'Italie de 2006
Içi ci Pourris Niveau : DHR
"Fernando Torres s'espère en « Brésil du présent »"
J'aurai toujours un peu de mal à prendre au sérieux les propos d'un mec avec un tatouage pareil sur l'avant bras......
C'est pas que l'Espagne joue de manière "moche", c'est plutôt que le docteur Fuentes a pris le mauvais stagiaire pour s'occuper du petit mélange traditionnel d'avant match.
Prestations de haut vol au mondial?
Ils ont perdu contre le Suisse, et sans l'arbitrage,ils auraient du perdre contre le Paraguay, le Portugal et les PB.
8 buts inscrits pour un champion du monde, du jamais vu! le pire de l'histoire!
Leur pire compétition est sans conteste la CDM 2010
Non mais faut arrêter : l'Espagne du football est chiante comme la mort... Mis à part l'Euro 2008 (probablement parce qu'ils n'étaient pas attendus), ça a toujours été moche, sans intérêt, poussif... Et dire que les gens parlent d'un football "léché". Je suis désolé, mais jouer à la passe à 10 pendant 90 minutes, je n'appelle pas ça "léché", mais "chiant". Surtout quand on a David Villa devant, le mec qui loupe dix fois plus de tirs que Torres à la "grande" époque de Chelsea sans qu'on se moque de lui...

Je ne retiendrai jamais qu'un seul chiffre qui est révélateur du football espagnol : 8, comme le nombre total de buts marqués par l'Espagne pour gagner leur Coupe du Monde en 2010. C'est le plus faible total pour un vainqueur, et ça a toujours été fastidieux.... Heureusement qu'il y avait De Jong en finale pour rendre le match un tant soit peu intéressant.

Ces dernières années, je trouve les footballs allemand, italien ou même brésilien (en tout cas ce que j'en ai vu de cette Coupe des Confs) bien plus attrayants.
Comme dit, les autres équipes trouvent des solutions, notamment en défense et parfois (pour les meilleures équipes) au milieu. C'est surtout ça, la différence. L'Espagne doit se contenter de quelques actions de classe offensivement et d'une énorme maîtrise du jeu. Mais ça suffit...
Message posté par Je_Vous_Aime
Créons une pétition pour que les messages de Mario ne soient plus censurés!



C'est sympa, Je_Vous_Aime.
Je t'aime.

En fait, j'ai pris un -12O d'un coup quand j'ai émis des doutes quant à la pertinence de la propagande pro-gay. On (qui? Dieu sans doute) m'a puni avec fulgurance.
N'empêche, pour revenir au sujet, gagner une coupe une monde en perdant son premier match, en produisant un football atypique et poussif et en ne marquant que 8 buts n'est pas une mince affaire.

La Grèce l'a fait en 2004 à l'Euro. Mais c'était ponctuel. Un exploit sans précédent et sans lendemain.

L'Espagne, elle, avait annoncé la couleur en 2008 et a persisté et signé en 2012.
Donc on est tous d'accord : le jeu de Roja est chiant à voir ! La passe à 10, ça marche souvent mais c'est ennuyeux. Je préfère le style PL ou BL où là au moins, ça avoine de partout et ça frappe de 30m. Là on bande !
Message posté par Ruud04
Prestations de haut vol au mondial?
Ils ont perdu contre le Suisse, et sans l'arbitrage,ils auraient du perdre contre le Paraguay, le Portugal et les PB.
8 buts inscrits pour un champion du monde, du jamais vu! le pire de l'histoire!
Leur pire compétition est sans conteste la CDM 2010


Prends un immodium, cela te fera le plus grand bien.
Message posté par Ruud04
Prestations de haut vol au mondial?
Ils ont perdu contre le Suisse, et sans l'arbitrage,ils auraient du perdre contre le Paraguay, le Portugal et les PB.
8 buts inscrits pour un champion du monde, du jamais vu! le pire de l'histoire!
Leur pire compétition est sans conteste la CDM 2010


Je suis d'accord avec toi, pour retrouver une équipe comme les PB en finale, fallait vraiment que cela soit une compétition de très faible niveau!
Tu crois que c'est ça qui permet au joueur du Barça de jouer 60m par an depuis 4 ans sans exploser comme du verre ? :-)
Parce que sinon je pense l'Immodium n'aidera personne.
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
Article suivant
Marama Vahirua en dix dates
3 73