Cet OM lui va si bien

S'il est trop tôt pour évoquer le retour au top de Dédé Gignac, André-Pierre, lui, est de nouveau un joueur souriant. Intégré dans un projet qui lui ressemble enfin, il a retrouvé un tout petit bout de sa confiance passée. En attendant encore mieux.

Modififié
6 10
Pour mentionner le retour en forme d'André-Pierre Gignac, son but contre Rennes est une accroche évidente. L'année dernière, il aurait dévissé sa frappe. Elle aurait terminé en touche. Il se serait blessé tout seul, en reposant le pied au sol. Mais ce symbole n'est pas le seul. Ils sont nombreux. Grâce à cette réalisation hors-norme qui trouvera à n'en pas douter une place de choix dans les highlights de la saison, il a offert à l'OM sa quatrième victoire consécutive et le meilleur départ en championnat de son histoire. Rien que ça. Sur une reprise de demi-volée, il a ponctué un superbe été et rappelé à tous le joueur qu'il pouvait être. Quand tout va...

Le retour de la sucette

Deux années durant, André-Pierre Gignac se savait attendu au tournant. Le moindre geste raté, la moindre passe en touche, le moindre tir forcé était relevé. À l'inverse, le moindre but était vécu comme une normalité ou, pire, comme une évidence. Avec le prix exorbitant de son transfert en fond sonore. Après ce match contre Rennes, la donne semble avoir changé. En partie. Son arrivée commence à dater, et si ses 18 millions d'euros pèsent toujours sur les finances d'un club qui ne peut plus rien se permettre, ils sont aujourd'hui une histoire ancienne. Brandão parti, Rémy blessé et en instance de départ, il fallait une pointe valable pour valoriser cette équipe 1.0 qui devrait être sur la corde raide toute la saison. Toujours là, à traîner son spleen dans le back office olympien, Dédé attendait, lui, désespérément son heure dans son club de cœur. Début septembre, en plus d'une ligne statistique qui a retrouvé une toute autre allure, Dédé semble avoir retrouvé le sourire et la joie de jouer. Mieux, il a retrouvé sa sucette.

Attaquant idoine pour projet club moyen

À y regarder de près, l'OM 2012-2013 ne pouvait être que le sien. Car André-Pierre Gignac connaît déjà cette idée. Il l'a côtoyée à Toulouse lors de sa deuxième saison, lors de laquelle il n'a jamais été aussi bon et a claqué 26 buts. Oui, André-Pierre Gignac n'est pas le genre à s'épanouir dans la concurrence à outrance ou les projets de jeu trop ambitieux. Donnez-lui un coach sans style, un bloc équipe moyen qui ne compte que sur lui pour concrétiser, un ou deux milieux capables de le fournir, le milieu de tableau comme première destinée et laissez-le ensuite agir, c'est sa came. Il l'a d'ailleurs très bien compris et vite formulé : « Dès le premier jour avec Élie, on s'est parlés, on a eu le bon feeling, on a eu le sourire. Je suis en tout cas paré pour cette saison, j'ai une grosse envie de prouver et une grosse détermination. » Dans L’Équipe, Élie Baup ne semblait pas dire autre chose : « La saison est longue, il faut qu’il persiste. Le physique est essentiel, mais il a mûri, je le sens plus responsable, et à l’aise dans le groupe. Il y a une belle complicité et ses partenaires sont avec lui. »

Pourtant, leur première cohabitation sur les bords de la Garonne, lors de la saison 2007-2008, s'était soldée par un bide. Venu initialement pour épauler Elmander sur le front de l'attaque, APG n'avait alors presque pas joué, et le TFC, sauvé lors de l'ultime journée, avait failli goûter aux joies de la deuxième division. S'il y a bien une qualité qu'il faut reconnaître à André-Pierre Gignac, c'est de ne pas être du genre rancunier, mais plutôt de tout pardonner. Consensuel, il a fait fi des moqueries pour vivre son retour en forme, non pas comme une revanche sur la vie, mais bien comme une victoire collective. Aujourd'hui, lui et Élie Baup savent que leurs futurs sont intimement liés. Un futur qu'ils espèrent écrire en majuscule sur la Canebière.

Par Antoine Mestres
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Scotch_OMsoccer Niveau : Loisir
le deuxième sous titre tape tellement dans le vrai : "Attaquant idoine pour projet club moyen"

Cet OM nous va si mal...à nous supporters
Faut bien faire passer le temps chez Sofoot hein?

Pour titiller un peu, l'OM avait deja fait un debut de championnat avec 4 victoire de rang en...1932.

C'est un peu gros quand meme de dire que c'est un joueur fait pour un club de milieu de tableau... que direz-vous si l'OM finit sur le podium a la fin de la saison et qu'APG a plante 15-20 buts?
C'est encore plus gros aussi de dire que l'OM est devenu un club moyen avec des joueurs moyens et un coach moyen.
Certes c'est plus ce que c'etait il y a 2 ans mais je pense qu'il y a beaucoup de clubs moyens qui aimerait avoir cet effectif la.
Si Marseille est un clun moyen, quid de l'ASSE, Rennes, Toulouse, ce sont des chevres?
A vous entendre chez Sofoot, il n'y a que le PSG qui a une equipe de ce nom, voire Lille, bien que sans Hazard, c'est plus ce que c'etait.

J'attend la fin de saison avec impatience pour voir les journaleux de Sofoot reviser leurs jugements.
Soit beau joueur Lou_tcho, laisse leur le temps de digérer l'épisode Barton, le plus rock'n roll du mercato...sinon moi je kif toujours bien en constatant que, malgré tout, l'OM reste - même inconsciemment - le mètre-étalon aux yeux de tous.
footchampagne Niveau : Ligue 2
Note : -1
Je suis absolument pas supp de l'OM mais je vous trouve sévère, cette année l'équipe m'a l'air plus équilibré et l'effectif pas dégueu du tout.
Avec l'Europa League dans 1 ou 2 mois je pense qu'il y aura un passage à vide mais je vois très bien cette équipe dans les 5 premiers.
Au passage votre Vélodrome commence à retrouver de la gueule et ça c'est un facteur important.
Le temps des gitans!
Le temps nous dira si Gignac et les siens peuvent redorer le blason de L'OM en ligue 1 ...

C'est quand même une équipe physique avec des joueurs qui se connaissent bien. Sans prétendre au titre, je pense qu'il peuvent sortir dans les 5 premiers.
Ronald McDonald like this.
Gentil Ghana Niveau : DHR
Après les pépins physiques qu'il a subi et les moqueries qu'il a enduré (moi le premier) réussir à revenir à son meilleur niveau prouve qu'il possède un mental en or massif.

Rien que pour ça, il a gagné mon respect éternel.
Nicollin avait donc raison d'y croire...
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
6 10