1. //
  2. // 16e journée
  3. // Atlético Madrid/Valence (3-0)

Cet Atlético a une belle gueule de champion

Trop fort pour Valence, l’Atlético de Madrid d’un bestial Diego Costa n’a pas fait dans le détail. Une victoire 3-0 glânée en seconde mi-temps qui permet aux Colchoneros de coller aux basques du FC Barcelone. L’Atlético de Madrid est désormais ouvertement candidat au titre.

Modififié
5 16
Atlético de Madrid – Valence CF : 3-0
Buts : Diego Costa (59e, 81e) et Raúl Garcia (64e) pour l’Atlético.


Diego Costa, sa gueule de méchant et son talent de salaud ont tout du champion. Ça tombe bien, ses camarades et son chef de meute l’ont tout autant. C’est, en substance, la leçon principale de cette victoire des Colchoneros sur Valence. Il aura pourtant fallu de la patience au Vicente Calderón pour entrapercevoir ce large succès. Totalement à côté de la plaque lors d’une première mi-temps insipide, les hommes de Simeone ont montré un tout autre visage lors de la seconde. Plus agressifs, plus tranchants, ils en ont collé trois à des Chés dépassés. Diego Costa, lui, en a profité pour inscrire ses seizième et dix-septième cachous de la saison, et ainsi rejoindre Cristiano Ronaldo dans la course au Pichichi. Tranquille. Cette victoire leur permet d’en finir avec un contentieux vieux de 2010, année de leur dernière victoire face au Valence CF. Mieux, ces trois nouveaux points les font recoller au leader barcelonais – les deux équipes ont le même goal average (+34). Et creusent un peu plus l’écart avec le voisin du Real Madrid. Bref, après 16 journées de championnat, cet Atlético de Madrid est un candidat déclaré au titre. Un candidat qui a peut-être même gagné le statut de favori. Champagne.

Guerre du milieu et guerre des mots

Plein, ou presque, le Vicente Caldéron est le théâtre d’un choc dominical qui sent bon l’Espagne ouvrière. Face à l’Atlético de Madrid et sa légion de soldats simeonesques, le Valence CF de Djukic lutte pour se sortir de la middle-class de Liga. Deux profils qui promettent un combat de tous les instants. Bingo, ce premier acte débute sur des bases très brouillonnes. Bien en place, les Chés font déjouer les Matelassiers. Gênés, les Madrilènes paraissent tendus. À l’instar d’un Simeone remis en place par M. Borbalán, c’est tout un Atlético qui titube. Malgré quelques rushs du bestial Diego Costa, les offensives sont toutes annihilées. Pas de jaloux néanmoins, puisque les Valenciens restent tout aussi quelconques. Et y ajoutent, eux, deux biscottes prématurées (12e, 15e). Bref, cette grosse bataille au milieu de terrain ressemble à une partie d’échec des plus musclées. Chiffre à l’appui, cet ennui se traduit par une première frappe de Villa à la 38e minute. Une frappe forcément dévissée qui s’envole dans les mains des Ultras du Frente Atlético. Plus dans la vocifération que l’encouragement, les aficionados matelassiers sont à l’image de leurs poulains : décevants. Une impression renforcée par l’ultime action de ce premier acte : un accrochage verbal entre Diego Costa et Parejo qui vaudra aux deux un avertissement. Aux vestiaires !

Diego la bête, Raúl la surprise

La seconde mi-temps est celle du changement. Pas d’acteur, mais de script. Ainsi, il ne faut que quelques minutes à Diego Costa pour tenter une frappe digne de ce nom. Bien captée par Diego Alvés. Après une dizaine de minutes, les plans de bataille sont plus clairs. L’Atlético, à la baguette, va faire le siège d’un Valence très bas, misant tout sur le contre. C’est pourtant une situation inverse qui va amener l’ouverture du score des Colchoneros. Suite à un corner valencien, Diego Costa, parti comme un grand depuis la ligne médiane, enchaîne crochets et frappe vicieuse. On fire depuis le début de saison, la Bête du Calderón va ensuite laisser la vedette à la surprise du chef. Entré quelques secondes auparavant, Raúl Garcia est à la réception d’un ballon mal dégagé. Excentré, dans la surface, il fusille un Diego Alvés esseulé. En cinq minutes, l’Atlético a retrouvé son identité et fait valoir le gouffre qui le sépare de Valence. Tout en gestion, les ouailles du Cholo se permettent même de chambrer. Suite à un penalty provoqué seul, Diego Costa trouve les gants de son ex-compatriote et portier ché. Pas grave. Car à dix minutes du terme, rebelote : séché dans la surface, il envoie son penalty sous la barre valencienne. Et s’affirme, s’il le fallait encore, comme l’étendard d’un Atlético prêt à viser la première place cette saison.

Par Robin Delorme, au Vicente Calderón
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

papaboubadiop Niveau : CFA2
l'azerbaidjan pense vraiment que sponsoriser une équipe ça va nous donner envie de partir en vacances chez eux?
Prospère Mulenga Niveau : CFA
J'espère que le club le plus ouvertement raciste d'Espagne ne sera pas champion !
Rojiblanco03 Niveau : Loisir
C'est bête ce que tu dis, il y a des racistes partout
Message posté par papaboubadiop
l'azerbaidjan pense vraiment que sponsoriser une équipe ça va nous donner envie de partir en vacances chez eux?


au moins les faire connaître. d'autant plus si l'équipe gagne (et donc, médiatisée davantage) comme c'est le cas.
"Le pus ouvertement raciste" c'est a dire ? Ya des croix gammées sur le maillot ? C'est un club qui ne recrute pas de joueurs de couleur ? Explique toi ????
Joshua_is_a_tree Niveau : CFA
@papaboubadiop

Explique toi?


@Prospère Mulenga

Explique toi?
Note : 2
On en entend des conneries. L'Espagne est un des pays les plus racistes, mais l'Atlético n'est pas le club le plus raciste. Même en regardant seulement les ultras.

Quant à l'Azerbaïjan, y a de très belles choses à voir, comme dans tous les pays, suffit de ne pas être étroit d'esprit.
Il est certainement faux de dire que l'Atlético est un club raciste.
En revanche dire que le Frente Sur est le groupe d'ultras le plus raciste d'Espagne ne me semble pas exagéré non plus...
Et des plus bêtes aussi. Des chants pour célébrer la mort de Juanito (ex Real Madrid) ou Puerta (Séville), il n'y a que dans ce stade qu'on les a entendus, c'est un fait.
MindTheGap Niveau : CFA
Message posté par gda
Il est certainement faux de dire que l'Atlético est un club raciste.
En revanche dire que le Frente Sur est le groupe d'ultras le plus raciste d'Espagne ne me semble pas exagéré non plus...
Et des plus bêtes aussi. Des chants pour célébrer la mort de Juanito (ex Real Madrid) ou Puerta (Séville), il n'y a que dans ce stade qu'on les a entendus, c'est un fait.


Frente Sur, WTF?!?
MindTheGap Niveau : CFA
Et il va falloir qu'on m'explique pour les penaltys et les cartons/faute:

Real Madrid:
Penaltys:
Pour 5
Contre 4
Ratio carton/faute: 0,21

FC Barcelona:
Penaltys:
Pour 4
Contre 2
Ratio carton/faute 0,14

Atlético:
Penaltys:
Pour 6
Contre 0
Ratio carton/faute: 0,19

Ca voudrait dire que les fautes du Real voir de l'Atleti sont beaucoup plus dangereuses que celles du FCB et que l'Atlético n'a commis aucun penalty? Etrange tout de même...
Message posté par MindTheGap


Frente Sur, WTF?!?


Frente Atlético...lapsus, en même temps l'idéologie n'est pas bien différente...
kickandbrush Niveau : DHR
Liverpool aussi, mais eux n'ont pas le droit à un article
MindTheGap Niveau : CFA
Message posté par gda


Frente Atlético...lapsus, en même temps l'idéologie n'est pas bien différente...


T'as un nœud au cerveau ou quoi?
Message posté par MindTheGap


T'as un nœud au cerveau ou quoi?


Ah il fallait te préciser aussi que le "Sur" était pour "Ultra Sur", ultras du Real Madrid, ayant la même idéologie que le Frente Atlético, ultras de l'Atlético Madrid?
Décidément faut tout te prémâcher toi...
Maintenant si au lieu de commenter les fautes de frappes des gens tu commentais les articles le forum ne s'en porterait que mieux.
@mind... En même temps avec pepe et Ramos (joueur le plus averti de liga) en défense tu en fais des coups de putes et encore ce nombre de cartons est plutôt modeste.
Les Barcelonais sont des Catalans, pas des Basques. Rien à voir! C'est une erreur qui saute aux yeux.
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
5 16