En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 12 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // 8e de finale
  3. // Barcelone/Manchester City (2-1)
  4. // Notes

Cesc il est fort !

Patron au milieu du terrain, Cesc Fàbregas s'est rappelé aux bons souvenirs de son époque Premier League. Pas en reste, Iniesta, Kompany et Messi ont passé une soirée paisible. Cela n'a pas été le cas du pauvre Lescott, sur qui la vie s'acharne.

Modififié

FC Barcelone


Valdés (7) : Il a beau avoir une tête à taper du pied sur l'embrayage de sa Seat Ibiza au rythme d'une makina bas de gamme, Víctor Valdés est le Fred Astaire du Barça. Quelle claquette...

Alves (6,5) : Un but de Dani + grosse parade de Valdés = joyeux anniversaire Dely Valdés, 47 ans ce mardi.

Piqué (6) : Un tacle décisif et un tacle qui aurait dû déboucher sur un pénalty mancunien. Un homme qui a l'habitude de partager l'addition avec Madame. Un homme de la paix des ménages.

Mascherano (6,5) : Jamais dépassé, toujours précis à la relance, toujours vicieux. Mascherano, c'est cet habitué de bar : on ne sait pas ce qu'il fait là, mais en tout cas, il est toujours là.

Alba (6) : Match tranquille pour la mobylette espagnole. Il faudra se faire débrider avant le Mondial. Non, pas avec David Silva.

Busquets (6) : « T'as vu Yaya, tu es parti et moi, je gagne encore. Sheh. »

Fàbregas (8) : S'il faut jouer 9, Cesc joue 9. S'il faut aller au goal, Cesc ira au goal. Mais qu'est-ce qu'il est délicieux face au jeu. Très peu de ballons perdus malgré une recherche perpétuelle de la passe décisive, des ouvertures de génie, le tout en costard. Comme quoi, un Espagnol, ça peut être classe. Sauf à un mariage, évidemment.

Xavi (6,5) : Les gens qui enterrent le Barça et Xavi oublient qu'un type avait acheté l'appartement de Jeanne Calmant en viager.

Iniesta (8) : Un taquet qui aurait brisé le ligament de n'importe quel footballeur ? Pas de problème, Tata Martino emmène son iNiesta à l'Apple Store et c'est réglé. La fonction double-contact fonctionne à nouveau. La passe décisive aussi. On n'a toujours pas réglé ce problème de bronzage, par contre. Il faudra peut-être enlever la coque.

Neymar (5,5) : Il aurait pu planter en première période après un joli contrôle de la tête. Il aurait pu jouer la seconde période, aussi.

Messi (7) : Pas de vomi pour Leo ce soir, mais une belle gueule de bois pour les Citizens. Accélérations à gogo, tentatives de frappe à la pelle, ouverture du score et grinta. L'Argentin se chauffe avant la Coupe du monde puisqu'apparemment, Agüero n'a pas le même docteur.

Sanchez (<3) : Sa contre-attaque supersonique mais loupée vous a fait penser à quelque chose? C'est normal.

Vidéo

Manchester City


Hart (5) : Last christmas, I gave you my Hart, certes. Mais le problème, c'est que depuis, personne ne l'a retrouvé à Manchester.

Zabaleta (4) : Il a déjà envoyé un texto groupé avec le nom de Stéphane Lannoy, un numéro de téléphone et une adresse au pays. Ça pue le fait divers estival tout ça.

Kompany (7) : Vous connaissez cette fille qui s'entoure de copines moches pour être encore plus canon ? C'est Vincent Kompany. Indéniablement doué, le Belge brille d'autant plus qu'il a passé la soirée à côté d'un unijambiste.

Lescott (2) : On ne choisit ni son prénom ni sa gueule, alors on ne se moque pas. Bon, par pur hasard de la loterie humaine, il se trouve que Lescott s'appelle Joleon et qu'il est vilain, mais surtout, qu'est-ce qu'il est mauvais. Et il a coûté 22 millions de livres, hein.

Kolarov (4) : Partager son couloir avec Milner un jour de déplacement à Barcelone, c'est un peu partager un Formule 1 avec sa femme un soir de lune de miel : une certaine idée de l'enfer.


Fernandinho (6,5) : Le Brésilien le plus énervé depuis Eddy Gordo et Wanderlei Silva. Une activité hors du commun, beaucoup de fautes, mais un élément essentiel du milieu de terrain. Et dire qu'il n'est passé qu'à deux lettres d'être un attaquant longiligne de l'OM Khalifa Airways.

Touré (6) Yaya sait tout faire, on le sait. Mais ce soir, il avait des tocs footballistiques. Son cœur voulait gagner avec City, mais ses jambes voulaient faire des passes à ses anciens partenaires. Yaya Tourette.

Milner (3) : C'est bien, cette mode des gauchers à droite et des droitiers à gauche. Manque de bol, James est gauche du pied droit.

Silva (5,5) : Il dégaine la talonnade aérienne de Zlatan en mille fois plus dur, mais tout le monde va s'en foutre. Il ne va pas aller au Mondial, mais tout le monde va s'en foutre. C'est ça d'avoir la coquille de Caliméro en guise de coupe de cheveux.

Nasri (3,5) : Un loupé important sur la remise de Silva qui aurait pu mettre les siens sur de bons rails. Puis le néant. De toute façon, Didier Deschamps regardait le PSG, tranquille.

Agüero (3) : Une passe réussie en première période et c'était l'engagement. Le Quint Agüero était définitivement plus solide avec Mionnet et N'Diefi.

Negredo (non noté) : Entrer en attaque en fin de match contre le Barça : le meilleur décrassage.

Džeko (5) : Il aurait dû provoquer un pénalty, il a couru, il a sauté, mais il a quand même l'air démodé. Džeko Untld.

Navas (non noté) : De toute façon, son émotion c'était ce mardi, quand l'avion s'est posé sur la terre de sa mère. Il en a chialé le con.

Par Swann Borsellino
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Hier à 18:30 La Fondation Lionel Messi pas très utile selon les Football Leaks 40
Partenaires
Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
dimanche 14 janvier Le low-kick fou de Tony Chapron 165