1. // Bilan
  2. // Coupe / Coupe de la Ligue

Ces héros de Coupe…

Sienne, Mirandés, Cardiff City, Nice.. Ils sont plusieurs, cette saison, à s’être hissés dans le dernier carré ou en finale des Coupes nationales. Pour ces équipes là, il s’agit souvent d’une échappatoire. Et d’une façon de rêver d’Europe.

0 5

Sienne
En championnat d’Italie, Sienne n’est pas vraiment une terreur. Hormis un coup d’éclat contre la Lazio début janvier (4-0), les joueurs de Sannino enchaînent des prestations en dents de scie. Et plus souvent des dents cassées que des dents en parfaite santé. La preuve : le club est aujourd’hui 17ème du classement, et compte seulement quatre points d’avance sur la zone de relégation. Bon, pour un promu, cela reste pas si mal que ça. Puisque de toutes façons, Sienne n’arrivera à rien par le championnat, Giuseppe Sannino a décidé de tout miser sur la Coupe. Et là, le parcours de son équipe relève du sans-faute. Après avoir éliminé le Torino (leader de Serie B) et Cagliari aux tours préliminaires, Sienne est allé réaliser deux gros coups sur les pelouses de Palerme (4-4, et succès aux tirs aux buts) et du Chievo (1-0). Alors, certes, Sienne n’a pas rencontré l’Inter ou la Juventus. Mais maintenant que les Toscans en sont là, ils sont obligés d’y penser. En demi-finales, ils affronteront le Napoli, en match aller retour. Ce même Napoli qu’ils ont affronté il y a six jours en championnat, et qu’ils ont tenu en échec (1-1) en risquant même de s’imposer. Oui, la formation blanche et noire peut se permettre de tout miser sur la Coupe d’Italie. Parce que via le championnat, elle ne peut rien espérer de mieux qu’une 13ème place, le meilleur placement de son histoire.

CD Mirandés
La vraie hype espagnole, elle est là. Mirandés. Le club de la ville de Miranda de Ebro, situé à 50 kilomètres au sud de Bilbao, réalise une saison tout simplement magique. Pensionnaire du groupe 2 de Segunda B, la troisième division espagnole, le CD Mirandés survole son championnat, avec une seule défaite concédée en 21 journées et une logique place de leader, loin devant ses poursuivants. En Copa del Rey, son parcours aussi, relève de l’irréel. Mirandés a débuté la compétition fin août, en éliminant d’abord Amorebieta (rien à voir avec le défenseur de Bilbao), Linense et l’UD Logrones. Puis viennent les choses sérieuses. A la surprise générale, les Rojillos sortent Villarreal en seizièmes de finale, en réalisant l’exploit de s’imposer 2-0 au Madrigal. Totalement en confiance, les joueurs de Juan Carlos Pouso corrigent ensuite Santander (2-0 à l’aller, 1-1 au retour). Les quarts de finale contre l’Espanyol sont épiques. Au match aller, à Barcelone, Mirandés mène 2-0 à cinq minutes de la fin. Mais en quatre minutes, le petit s’écroule. La tornade Espanyol inscrit trois buts et s’impose 3-2. Fin de l’aventure ? Tu parles. Au match retour, Mirandés jette toutes ses forces dans la bataille. Tenu en échec, les joueurs de troisième division font preuve d’une abnégation sans limite, et inscrivent le but de la qualification à la 92ème minute. Ils affronteront leurs voisins de l’Athletic Bilbao en demi-finale, en rêvant déjà d’une féérique finale contre le grand Barça.

Cardiff City
La dernière fois que Cardiff City a participé à la Premier League, c’était… jamais. Le club de Cardiff n’a jamais connu la Premier League dans sa version actuelle, puisque sa dernière participation à la première division anglaise remonte à 1962. D’ailleurs, Cardiff a déjà remporté la FA Cup. Oui : en 1927. Autant dire que cette équipe a un petit quelque chose de vintage. De vintage, mais aussi d’hostile. En effet, l’an dernier, le magazine Four Four Two a placé l’équipe galloise parmi les 25 équipes les plus haïes de la planète au cours de l’histoire. Sympa. Haïssable ou pas, Cardiff, actuel quatrième de deuxième division, a cette saison retroussé ses manches, avec l’objectif de faire quelque chose de grand à la fin de l'année. Et elle est en passe d’y arriver. Grâce à un tableau qui lui a été plutôt favorable (ses adversaires : Oxford, Huddersfield Town, Leicester City, Burnley, Blackburn et Crystal Palace), l’équipe où évoluent Gerrard, Taiwo et Evans (dommage, ce ne sont que des homonymes) a atteint la finale de la Carling Cup, où elle affrontera Liverpool le 26 févier prochain. Une victoire face aux Reds, et ce sont les portes de l’Europa League qui s’ouvriront. Un beau pied de nez à l’ennemi Swansea, qui, malgré de bons résultats en Premier League, semblent condamnés à jouer la Coupe d’Europe à la Playstation. C’est pour toi JMA.

Holstein Kiel
Le 7 février prochain, l’Holstein Kiel recevra le Borussia Dortmund, champion d’Allemagne en titre, lors des quarts de finale de la DFB Pokal. L’Holstein qui ? L’Holstein Kiel, le petit poucet des petits poucets des coupes nationales, puisque ce club participe au groupe Nord de la Regionalliga, l’équivalent de la quatrième division en Allemagne. L’équipe, au sein de laquelle 100% des joueurs sont allemands, campe la deuxième place du classement, derrière le RB Leipzig. Mais alors, comment a-t-elle réussi à se hisser jusqu’aux quarts de finale de la Coupe ? Un miracle ? Un peu, oui. Mais aussi beaucoup, beaucoup d’envie. Au premier tour, fin juillet, elle élimine l’Energie Cottbus, équipe de milieu de tableau en D2. Déjà un exploit. Deuxième exploit, fin octobre. L’Holstein se débarrasse de Duisdburg, autre pensionnaire de 2.Bundesliga. Mais le vrai miracle se produit le 21 décembre dernier, à quatre jours de Noël. Le club du nord de l’Allemagne se paie Mayence (2-0). Trois matches, trois victoires et aucun but encaissé. Dortmund, qui se déplacera dans un Holstein-Stadion plein à craquer, ne sait pas trop s’il doit se réjouir du tirage, ou avoir les chocottes de cette équipe complètement folle.

Nice
Oui. Nous aurions aussi pu évoquer Lorient, demi-finaliste de la Coupe de la Ligue au même titre que Nice. Mais bon, à choisir, il fallait prendre les plus tristes en championnat. Et en se basant sur ce critère-là, les Niçois remportent l'enchère. Relégable depuis leur défaite sur la pelouse de Brest, le 14 janvier dernier, la formation de René Marsiglia n’arrive pas à se dépêtrer des bas-fonds du classement, et vient même de se faire sortir de la Coupe de France par Rennes, aux tirs au but. Le dernier espoir pour faire sourire le stade du Ray, c’est donc cette demi-finale de Coupe de la Ligue contre l'OM, qui apparaît plus que jamais comme un rayon de soleil dans une saison pluvieuse. Et pourtant, à Nice, la pluie est rare, en général. Les supporters niçois prévoient un déplacement massif au Vélodrome, même si, officiellement, seules 411 places leur sont accordées. L’OGCN, avec cette compétition, espère ainsi caresser le rêve européen, et venger cette finale de la Coupe de la Ligue perdue en 2006 face à Nancy. Il faut dire que le dernier trophée niçois remonte à 1997. C’était une Coupe de France. « Héros de Coupe » , qu’on disait…

Une pensée pour : Lorient (France), Greuther Fürth (Allemagne), GVVV (Pays-Bas), UD Oliveirense (Portugal)...

Eric Maggiori
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
En 97, Nice remportait la coupe et descendait en deuxième division.

Un exploit sans équivalent à ma connaissance.

Un exploit à sa portée cette saison encore.
En France je ne me rappelle pas d'un équivalent non plus mais en Angleterre c'est arrivé pas plus tard que la saison dernière avec Birmingham vainqueur de la League Cup face aux Gunners et rélégué en fin de saison... Moche.
Vous avez la mémoire courte....Guingamp en 2009, bas de tableau en ligue 2, qui sort Le Mans, Toulouse et Rennes en finale

Et Gueugnon en 2001
Ailier Gauche Niveau : DHR
Le Strasbourg de Chilavert avait aussi réussi le doublé Coupe de France/relégation. En 2001, peut-être ?
Nice article!

Holstein Kiel envoie du lourd pour les avoir vu jouer... Une D4, c'est dingue!

Sinon en Belgique... jamais de surprise. C'est la coupe la plus pourrie du monde ou tout est fait pour avantager les D1...qui peuvent même carrément inverser les matchs (moyennant paiement) quand elles rencontrent des petits clubs! Ce qui arrive très souvent.
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
0 5