Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 9 Résultats Classements Options
  1. // CM 2018
  2. // Qualifs
  3. // France-Suède (2-1)

Ces Bleus ont digéré l'Euro

Il n'est jamais simple de relancer la machine après une défaite en finale d'une grande compétition. Mais depuis l'Euro, la France a gagné en Italie et compte désormais dix points sur douze en éliminatoires pour le Mondial 2018. Preuve qu'au lieu de s'apitoyer, le groupe de Didier Deschamps a commencé à bâtir sur le traumatisme du 10 juillet.

Modififié
Ils ont fini la soirée en allant saluer leurs supporters. Hilares pour certains, simplement satisfaits du devoir accompli pour les autres. Les joueurs de l'équipe de France viennent d'enchaîner une troisième victoire de rang en qualifications pour la Coupe du monde, et par là même prennent seuls la tête de leur groupe devant la Suède. Le tout dans une ambiance festive, en communion avec leurs supporters. Avec l'idée que tout va bien dans le meilleur des mondes, et que l'avenir s'annonce brillant pour le groupe de Didier Deschamps.

Un bilan sportif presque parfait


À part un accroc à Borisov synonyme de partage des points avec la Biélorussie, la France a donc fait carton plein dans son groupe A. Une victoire facile contre la Bulgarie, une autre très précieuse aux Pays-Bas, et enfin ce succès indispensable pour marquer son territoire face à des Suédois qui seront normalement les vrais concurrents pour la première place. Alors certes, l'EDF se fait peur à quasiment chaque match, mais elle réagit toujours. Et va pouvoir sereinement attendre son prochain déplacement, en mars au Luxembourg. La prochaine grande difficulté attendra juin, et une visite en Suède durant laquelle les Bleus valideraient quasiment leur ticket avec un match nul. Il était difficile d'en demander plus.

Un style de jeu qui s'affermit


Depuis l'Euro, l'équipe de France offre une continuité dans son jeu. Deux schémas, le 4-2-3-1 quand il s'agit de bousculer un adversaire replié, le 4-3-3 quand il s'agit d'occuper parfaitement les espaces. Mais toujours la même volonté de poser le jeu, de s'appuyer sur la technique de ses cadres, et surtout, une capacité à marquer à chaque rencontre qui n'a pas toujours été l'apanage des Bleus. Longtemps considérée comme ennuyeuse, l'équipe de France de 2016 est joueuse, offensive et spectaculaire. Avec les défauts que cela comporte : des frayeurs derrière malgré la solidité de la charnière centrale et la sérénité de son capitaine Hugo Lloris. Cette équipe de France a ses talons d'Achille, mais elle a aussi le supplément d'âme pour faire avec, comme on l'a vu contre la Bulgarie et surtout la Suède. Pas un hasard si le public est plus prompt à encourager et beaucoup moins à siffler à la première difficulté.

Lloris-Varane-Koscielny-Pogba-Griezmann : la colonne vertébrale


Didier Deschamps avait dû composer avec une hécatombe en défense centrale pour l'Euro. Depuis, il a pu récupérer son pivot Raphaël Varane, et désormais, tous ses cadres sont à disposition. Ce qui se traduit par une équipe type qui prend clairement forme autour d'une colonne vertébrale Lloris-Varane-Koscielny-Pogba-Griezmann. Reste à voir comment cela va évoluer pour les latéraux - Djibril Sidibé a été parfois dépassé contre la Suède -, si Olivier Giroud va résister au retour en force de Kevin Gameiro, et si Blaise Matuidi sera éternellement préféré à N'Golo Kanté. Surtout, il va falloir voir si de nouvelles têtes arrivent à tirer une petite épingle du jeu. Sébastien Corchia, Adrien Rabiot et Thomas Lemar pourraient étrenner leur première cape mardi à Lens et donner un début de réponse à ce sujet.

Par Nicolas Jucha, au Stade de France
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


Hier à 09:51 GRATUIT : 10€ offerts sans sortir la CB pour parier sur la Ligue des champions
Hier à 16:26 Une amende de 2250 euros pour Lampard 10
Partenaires
MAILLOTS FOOT VINTAGE Olive & Tom Tsugi Podcast Football Recall Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Un autre t-shirt de foot est possible
À lire ensuite
Varane le commode