Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 3 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Real Madrid-Betis Séville

Ceballos à moëlle

Convoqué dans le groupe madrilène pour affronter son ancien club du Betis Séville, Daniel Ceballos va probablement jouer ses premières minutes en Liga sur la pelouse du Santiago-Bernabéu. Un honneur pour le joueur, tout aussi fan du Real Madrid que fervent opposant à l'indépendantisme.

Modififié

Dès l'enfance en Andalousie, Dani Ceballos est certain d’une chose : il veut devenir footballeur pour porter le maillot du Betis Séville. Mais à l'adolescence, certains choix peuvent parfois amener au regret, voire à la honte. Une coupe de cheveux délirante, un jean orange pour lequel on avait une passion sans commune mesure, ou un amour inconditionnel pour les chansons de David Charvet. La fameuse erreur de jeunesse. L'assumer, c'est exister. Ce que Dani ne fait qu'à moitié. « J’ai eu la malchance de jouer pour le FC Séville (de 2004 à 2009, ndlr) » , avouait-il en 2014, dans l’émission El Pelotazo. À treize ans et après cinq saisons d'apprentissage chez le voisin honni, il tente déjà de se remettre à la poursuite de ses rêves. « En deuxième année chez les U13, le FC Séville m’a rappelé pour faire la présaison chez eux, mais j’ai refusé et je suis parti. » À Utrera, le troisième club du coin, dans la banlieue de Séville. Deux saisons qui lui serviront de tremplin pour enfin toucher son graal : la tunique verdiblanca.

« Faire taire ces chiens catalans et basques »


Moyennant un léger pourcentage sur l'éventuelle vente du prodige, le Betis flaire le bon coup et récupère le talent. Le rêve de gosse se concrétise, le story telling peut commencer. Surtout quand l'autre camp a le pardon difficile. L'affront est toujours présent chez les supporters des Palanganas, qui n’hésitent pas à brandir les mots « traître » ou « infidèle » à chaque derby sévillan. À croire que Dani Ceballos a toujours aimé la controverse, l'a toujours alimentée. Le 25 mai 2012, Dani, ses seize ans et son acné, sont devant la télé pour assister à la finale de Coupe du Roi entre l’Athletic Bilbao et le FC Barcelone au Vicente-Calderón. L’hymne national est copieusement sifflé des deux côtés du stade, et l'adolescent se rue sur son smartphone. « J’ai profondément honte devant ces sifflets envers l’hymne espagnol, gazouille-t-il, un brin énervé. Il faudrait envoyer une bombe au-dessus de ce stade pour faire taire tous ces chiens catalans et basques. » Quand même.


Une seconde erreur de jeunesse qui, cette fois, a fait jaser au moment de rejoindre le Real Madrid cet été pour 16,5 millions d'euros (dont 2,25 versés au FC Séville comme indemnité de formation). Surtout qu'après trois saisons pleines au Betis, Ceballos était également convoité par le Barça. Mais ça, c'était avant que les internets ne mettent en lumière son compte Twitter, où un second tweet datant du 1er juillet 2012 et directement adressé à Cesc Fàbregas et Gerard Piqué, a également fait mouche en Catalogne : « Vous n’avez pas honte de prendre une photo avec le drapeau catalan ? Dégagez du pays, les Catalans ! » Pas très Barça compatible, mais nettement plus aguicheur pour toute la branche nationaliste des socios du Real.

L’apprenti magicien


Côté terrain : Ceballos a fait sa première apparition en Liga contre la Real Sociedad dimanche dernier, au sein d'une Maison-Blanche qui aura forcément besoin de forces supplémentaires dans une saison où, en Liga comme en Champions, tous ses adversaires vont tenter la cambriole flingue à la main. En conférence de presse d'avant-match, Zinédine Zidane en était parfaitement conscient : « Dani peut jouer à plusieurs postes, c’est justement son point fort. Techniquement, c’est un garçon à l’aise avec le ballon, un joueur intelligent. Je le sens bien en ce moment, impliqué. » De là à le récompenser contre son club de cœur ? Si le Real fesse rapidement le suspense ce soir, sûrement. Pour Dani Ceballos, l'apprentissage du très haut niveau ne fait que commencer. Sur le pré, comme en dehors.



Par Antoine Donnarieix
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


Podcast Football Recall Épisode 33: Le feu d'artifice belge, les Bleus s'ennuient et les scandales anglais
Partenaires
MAILLOTS FOOT VINTAGE Tsugi Olive & Tom Podcast Football Recall Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
Podcast Football Recall Épisode 32 : La France gagne 11-0, le miracle suisse et notre interview de Thomas Meunier
À lire ensuite
Lukaku, Sex Bomb