1. //
  2. // Quarts
  3. // Bilan

Ceara : « Ce Brésil manque de qualité »

Pas de Ronaldinho, de Ganso ni de Neymar. Uu Kaka trop mou, un Robinho pas assez tranchant. Un jeu trop prudent, une élimination en quarts par les Bataves... Marcos Ceara, le latéral droit du PSG, analyse les échecs de son Brésil au Mondial 2010.

Modififié
0 0
As-tu suivi le match du Brésil contre les Pays-Bas (1-2) ?


J'ai vu les quinze premières minutes chez moi puis j'ai filé à l'entraînement. J'étais trop content, le Brésil menait 1-0. Puis à mon retour, j'ai vu le résultat. J'étais dégouté. J'ai revu la rencontre et forcément je suis triste du résultat.

Comment expliques-tu cette défaite ?


Après l'égalisation hollandaise, le Brésil n'a pas su réagir. L'équipe est apparue apathique. Elle a accepté la domination Oranje. Pourtant, la Seleção avait les qualités pour renverser ce match. Et puis, l'expulsion de Felipe Melo a pas mal compliqué les choses. L'équipe s'est retrouvée beaucoup plus exposée.

Croyais-tu aux chances du Brésil avant le Mondial ?


Le Brésil faisait partie de mes favoris pour aller en finale avec l'Espagne. Mais moi je sens les Espagnols champions du monde depuis le début. La Seleção manque de qualités à certains postes pour prétendre à la victoire suprême. Du milieu de terrain vers l'avant, les joueurs ne se sont pas montrés en grande forme. Kaka et Robinho peuvent faire bien plus que ce qu'ils ont démontré dans cette Coupe du monde.

La liste de Dunga a beaucoup fait jaser. Certains joueurs ont-ils manqué dans cette Seleção ?


Je pense que Pato aurait été très bien aux côtés de Luis Fabiano. Ils auraient formé un beau duo. Il y a aussi les deux jeunes prodiges de Santos : Neymar et Ganso. Ce sont les grands oubliés de Dunga. Je pense qu'il ne les a pas pris par esprit de contrariété. Et puis, Ronaldinho avait aussi sa place. Il a réalisé une belle saison à Milan. Le Brésil aurait bien eu besoin de lui. Mais je pense que si Dunga en l'a pas pris c'est parce que lorsqu'il était encore joueur, Ronaldinho, qui évoluait au Grêmio, lui avait tout fait lors d'un match de Championnat. Il doit en garder une certaine rancune.

Au final, les critiques contre ce Brésil trop défensif étaient-elles fondées ?


Les supporters brésiliens sont très exigeants. Ils sont habitués à gagner. Mais ce qui compte c'est le résultat. Chaque entraîneur possède sa méthode et son style et on ne doit le juger que par les résultats. On réclame un football offensif mais on ne va pas jouer avec cinq attaquants et perdre derrière. Après le succès sur le Chili (3-0), je m'attendais à voir le même Brésil contre les Hollandais. Mais non... Tant que les résultats sont là, on doit respecter les choix de l'entraîneur.

Comment as-tu trouvé le Mondial du Lyonnais Michel Bastos ?


Ca faisait longtemps qu'il n'avait pas joué au poste de latéral gauche et on peut dire qu'il a fait le boulot. Je pense qu'il s'est d'abord concentré pour s'appliquer dans les tâches défensives et ensuite il songeait à aller de l'avant. Mais pour l'équilibre de cette équipe, Dunga aurait du appeler un autre défenseur gauche de métier. Pour ses qualités et la saison qu'il a faite avec le Corinthians, Roberto Carlos aurait pu être appelé...

Qui vois-tu pour succéder à Dunga ?


Pour leur expérience et leur connaissance, je dirais Luxemburgo (Atlético Mineiro) ou Scolari (Palmeiras) qui ont déjà dirigé le Brésil. Ou encore Muricy Ramalho (Fluminense) qui n'a pas eu sa chance avec la sélection...

Propos recueillis par Nicolas Vilas

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Aucun commentaire sur cet article.
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
Article suivant
Le Paraguay a un plan
0 0