1. //
  2. // 16e journée
  3. // Real Madrid/Espanyol Barcelone (2-2)

Après une défaite face à Vigo cette semaine, le Real Madrid a offert une pauvre partition face à l’Espanyol. Rejoint dans les derniers instants par un Espanyol de Barcelone sérieux (2-2), les Merengues ont dit au revoir à une deuxième Liga consécutive.

Modififié
9 38
Real Madrid - Espanyol Barcelone : 2-2
Buts : Cristiano Ronaldo (45e) et Coentrão (48e) pour le Real. Sergio Garcia (31e) et Albin (88e) pour l’Espanyol.

Alors que l’Espagne du football a les yeux rivés sur le Camp Nou pour un alléchant Barça-Atlético, il y a un autre Madrid-Barcelone. Et finalement, il ne faudra pas attendre le résultat du choc de la seizième journée pour savoir que la Liga est pliée. Dans une triste rencontre, le Real Madrid a perdu ses derniers espoirs de remontée. Car en concédant un nul dans les ultimes minutes face au bon dernier du championnat, l’Espanyol Barcelone, les Merengues peuvent se retrouver à treize points de l’autre Barcelone, le Mes que. Bref, alors que se profilent les fêtes de fin d’année, Santiago Bernabéu tire la gueule. Et n’espère plus grand-chose dans cette Liga. La crise, elle, a le sourire.

Silence de cathédrale

Sans Benzema ni Higuaín, tous deux sur une jambe, le Real s’avance sans pointe, mais avec beaucoup de créateurs. Alignés côte à côte, Özil et Modrić ont pour mission d’abreuver les deux flèches Cristiano Ronaldo et Callejón. Face à cette pléiade offensive, Javier Aguirre décide de la jouer simple : défendre très bas et profiter des espaces laissés par l’arrière-garde. Dans un Santiago Bernabéu calme, pour ne pas dire endormi, les Merengues commencent leur travail de sape. Il ne faut que quatre petites minutes pour voir Modrić frôler le cadre sur une passe de CR7. Puis plus rien. La possession est gargantuesque, mais les occasions se font attendre. La faute à un Espanyol bien regroupé et surtout au manque de mouvements des madrilènes. Le poteau de Modrić sauve les apparences, mais c’est bien l’autre club de Barcelone qui commence à sortir la tête de l’eau. À la demi-heure, Sergio Garcia, mélange entre les crinières d’Osvaldo et de Pršo, profite de son appel axial pour aller crucifier Casillas. Le Real est mal, et la Liga n’a alors plus aucun intérêt. Heureusement, dans le temps additionnel, Cristiano Ronaldo remet les compteurs à égalité sur un centre de Khedira. Une égalisation cache-misère qui ne trompe pas les socios : à la mi-temps, la Casa Blanca rentre sous les huées de son public.

Cristiano, décisif mais brouillon

Signe du destin, ou non, il pleut lorsque les Madrilènes reviennent sur le pré. Un petit crachin bien breton qui va finalement faire le bonheur du Real. Car sa première incursion du second acte fait mouche. Parti comme une bombe depuis son aile, Coentrão est servi sur un plateau par Cristiano Ronaldo. À quelques mètres de Kiko Casilla, le Portugais permet à la Maison Blanche de prendre les commandes. Avec l’entrée de Di María, l’animation retrouve par là même des couleurs. Par ses remises en une touche, et surtout par une frappe détournée sur l’équerre, l’Argentin réchauffe les gorges du Bernabéu. Un constat qui ne s’applique en rien à Cristiano. Décisif par son but et sa passe décisive, il rate beaucoup. Trop pour des socios qui commencent à siffler ses contrôles ratés, ses dribbles inutiles et ses frappes contrées. Preuve de cette fébrilité, il y va de son bon taquet sur la cheville de Christian Alphonso, et donc de sa biscotte. Dominateur dans la stérilité, le Real reste donc à portée de tir des Catalans. Et ce qui devait arriver arriva : suite à un cafouillage dans la surface, Albin envoie le cuir dans les filets de Casillas. Dans une fin de match tendue, le Real ne se crée plus une action dangereuse. Et offre la possibilité au Barça de se faire définitivement la malle.

Par Robin Delorme, au Bernabéu
Modifié

Note : 1
Oui c'est ça, "en revoir" (sic) sofoot
Note : -3
" dit au revoir à une deuxième Liga consécutive " Ils ont pas été champions la saison passée ?
Note : 2
Bah si justement. Ils disent au revoir à un titre back-to-back
Note : 1
"En revoir" au lieu de "au revoir" -> hardcore.
Note : -4
Regardé le match d'un oeil, je ne peux donc pas dire grand chose. Mais Mourinho dit que CR a été le meilleur de l'équipe ce soir. Alors je sais pas trop qui croire, connaissant les tendances des uns et des autres.

Bref, sinon, tout est donc plié. Le FCB se fait l'AM 4-1 à l'instant, les récompenses de fin d'année sont décidées aussi. A croire que les prières des uns et des autres ont été entendues en haut lieu. Ca fait tellement de temps qu'on lit ici et là que le vainqueur de la Liga est d'ores et déjà le FCB et le BO l'argentin, que voilà. Une impression qu'il aura suffit de défavoriser dans le même temps les perfs des meilleurs ennemis pour que tout ça arrive.

Bon, je cherche une explication, tant pis si elle n'est pas valable, je suis pas analyste à la Casa Blanca et encore moins à SoFoot. Reste plus qu'à fantasmer sur une grosse rèche des catalans à la reprise, et le tour serait joué.
cantona-forever Niveau : Loisir
Note : 1
hem69, qu'entends-tu par "défavoriser les perfs des meilleurs ennemis ?"
complot ? dieu du foot ?
Note : 2
Et surtout, c'est pas un peu tôt pour titrer ça?

Il reste encore un paquet de matchs à jouer et le Barça, aussi bonne équipe que ce soit, n'est pas à l'abri d'un craquage. On ne sait jamais. Le Real craque bien pour l'instant après avoir été champion la saison dernière.
Donc wait and see...

Ce genre de titre vaut quand c'est mathématiquement joué ou presque.
Note : 1
Hello Hem69 : même question que mon prédécesseur : tu penses que le BO pour Messi et la Liga pour le FCB promis par les médias auraient fonctionné comme une sorte de prophétie auto-réalisatrice ? Hypothèse séduisante. Pour le reste, même si je n'aime pas CR7, cette espèce de pot de gel ambulant qui m'agace au dernier degré, je ne comprends pas trop la réaction d'un public qui siffle un mec qui a mis un but et une passe déc' dans un match pourri... N'y aurait-il pas là quelque ingratitude ?
Note : 1
Clairement, problème de fluidité au RM. Par contre comme dit par Aguirre, si ça finit par 5-2, il n'y a rien a dire. En clair, une équipe qui ne perd jamais agne le championnat. Après il ne reste au Réal qu'à gagner à la maison et dire avec toute une mauvaise fois à la culé, qu'un championnat ou aucun clasico n'est gagné, n'est pas vraiment gagné. Mais pas le style de la maison blanche ;-)
Note : -1
Cantona-Forever et Solaris,

Bonne question, et c'est bien pour ça que je précise que je cherche une explication et que tant pis si elle n'est pas valable, car je suis bien conscient qu'elle ne l'est pas.

Je suis juste fatigué, depuis des mois (des années, même), de lire les mêmes choses, y compris durant la saison passée avec cette fameuse excuse d'un Barça pas au sommet de son art ou pas aussi motivé qu'avant vu le nombre de titres gagnés, enfin, tout ce qui a été dit et continue d'être dit pour amoindrir les perfs du RM et de son staff, en mettant quasi-systématiquement le doigt là où ça fait mal plutôt qu'en pointant les bons points, que je me dis que, bah, voilà, c'était écrit.

C'est un peu comme ta dernière phrase, Solaris. Je sais que je peux avoir du mal à être objectif, mais tu ne peux pas sciemment me dire que le traitement médiatique dont font l'objet les uns et les autres sont les mêmes. Au bout, c'est casse boules, c'est tout. Alors, bien sûr, c'est le rectangle vert qui compte et pas le format tabloïd qui parle de foot ou notre écran 16/9e, mais en tirant les choses par les cheveux, je me dis que moi-même entant que suiveur, je me résigne à cet état de fait, et j'en suis presque à me dire que, peut-être que si j'étais sur le terrain, un pro avec le ballon devant les pieds, y'aurait comme cette pression supplémentaire qui viendrait me mettre des bâtons dans les roues.

Me faites pas dire que j'ai écrit une théorie et que j'y croie. Je suis conscient à 100% de la fantaisie que je viens d'écrire, mais bon, y'a des trucs qui te désabusent, des karmas et autres choses. Un jour ça va, le lendemain, ça va plus, et quand tout se ligue contre toi, parfois, y'a plus rien à faire. Beaucoup de choses commencent par une idée.
Note : 2
Ringold, je mets le lien. Ceux qui parlent espagnol, lisez le, c'est hallucinant.
www.marca.com/2012/12/16/futbol/equipos … 20026.html
Note : 2
@ringold: c'est quoi le récit inquiétant du journaliste de Marca? Tu as un lien (même en espagnol)?
Partenaires
Le kit du supporter Trash Talk basket Vietnam Label
9 38