1. //
  2. // Corée du Sud
  3. // Frédéric Mendy

« Ce qui me plaît, c’est le barbecue coréen »

Depuis le début de l’été, Frédéric Mendy (vingt-huit ans), ancien joueur d'Évreux en CFA 2, promène sa grande carcasse sur les terrains de la K-League. Après avoir bourlingué au Portugal, l’attaquant international bissau-guinéen a donc rejoint la Corée du Sud sous les couleurs du Ulsan Hyundai. À l’aventure !

Modififié
632 15
En 2010, tu quittes Évreux pour l’Étoile FC, à Singapour. Raconte-nous cette première expérience en Asie...
J’ai été repéré par Patrick Vallée, quand il entraînait Pacy-sur-Eure en National. Il m’a proposé de le rejoindre à l’Étoile FC, un club de joueurs francophones, à Singapour. On a gagné le championnat et la Coupe. J’ai continué dans un club local, Home United, on a gagné une Coupe. Est-ce que ça m’a fait peur d’aller à l’autre bout du monde ? Non, moi, je suis un amoureux du football, j’ai pris Singapour comme un tremplin. C’est marrant, à l’époque, au United, j'ai eu un coach coréen. Il m’a proposé à des clubs coréens, mais ça n’a pas été concluant.

Venons-en à la Corée du Sud. Après trois saisons au Portugal, entre Estoril, Moreirense et Madère, tu atterris fin juin à Ulsan. Comment ça se passe ?
On m’a dit que si je venais ici, je tuerais ma carrière. Moi, je ne voyais pas ça comme ça. Si ça ne marchait pas, au moins j’aurais tenté. Je me suis dit : pourquoi ne pas aller là-bas, encore à l’aventure ? Et je ne regrette pas du tout, au contraire. Je suis plutôt surpris, je ne m’attendais pas à me fondre dans le moule aussi facilement. Pour mon premier match officiel, on est menés 1-0, l’entraîneur me fait entrer. Et je marque le but de la victoire lors de la toute dernière action ! Au total, j’en suis à sept buts en quatorze matchs. J’entame mon troisième mois en Corée, je suis épanoui, j’ai tout ce qu’il me faut. Il y a juste le manque de la famille comme d’habitude...

En quoi étais-tu agréablement surpris ?
Parce qu’ici, ils ne regardent pas le CV. En Corée, même si tu n’es pas un grand nom, tu peux réussir avec tes qualités. Si tu es bon, alors on te fait confiance. C'est ce que j’apprécie.

Comment définirais-tu la mentalité coréenne ?
« Ils sont gentils avec toi, ils te ramènent des cafés pour rien. Ils te mettent à l’aise, en fait. »
Ils sont super respectueux des gens plus âgés, ils sont très carrés là-dessus. Ils sont travailleurs. Le coach ne rigole pas toutes les cinq minutes, on déconne de temps en temps. L’entraînement, c’est l’entraînement. C’est à moi de m’adapter à eux, pas le contraire. Et ça s’est fait naturellement. Je sais pourquoi je suis venu, je ne rechigne pas. Les coéquipiers ? Franchement, ça va, ils m’aiment bien. Je suis le petit renoi, le petit marrant. Ils sont gentils avec toi, ils te ramènent des cafés pour rien. Ils te mettent à l’aise, en fait.

Au sein de l’équipe, tes coéquipiers parlent anglais ? La barrière de la langue est difficile à surmonter ?
Il y a toujours un traducteur avec moi pour les causeries du coach, etc. Et puis, je me démerde en portugais et en anglais. Il y a deux-trois Coréens qui parlent anglais, les autres pas trop. Mais on arrive à se comprendre. Ils m’ont mis à l’aise, c’est comme si j’étais là depuis des années. Je suis quelqu’un d’assez sociable, j’observe, je m’adapte vite à leur culture : ce qu'il faut faire, pas faire, dire, pas dire... Dans l’équipe, il y a aussi un Croate, avec qui je m’entends bien et un Brésilien (la Fédération coréenne limite à quatre joueurs extra-communautaires maximum par équipe, dont un quota d'un joueur asiatique non-coréen, ndlr.)

Quelles sont les caractéristiques de la K-League ?
Il y a certaines équipes défensives : « On met un but et après on ferme derrière. » Sinon, ça joue du beau football, le niveau n’est pas mauvais. Je ne vais pas me mouiller sur tous les clubs (rires), mais le top cinq, ça n’a rien à envier à l’Europe. Beaucoup d’internationaux coréens jouent dans le championnat local. Et puis, deux clubs, Jeonbuk Motors et Séoul, sont qualifiés en demi-finale de la Ligue des champions asiatique. Ils représentent bien le championnat !

Est-ce que tu as déjà croisé des têtes connues sur les terrains, des joueurs ayant fait carrière en Europe ?
À vrai dire, non. Il y a quelques Brésiliens, des Croates, des Serbes. Un Franco-Nigérien aussi, Olivier Bonnes. Il a été formé à Nantes. On a joué l’un contre l’autre. Je l’ai entendu parler sur le terrain : «  Ah tu parles français ? – Ouais, toi aussi... » On a tapé la conversation après le match.

Quatorze ans après le Mondial co-organisé avec le Japon, le football coréen doit profiter de belles infrastructures. C’est ce que tu ressens ?
On joue dans des beaux stades, la plupart construit pour la Coupe du monde 2002. (La capacité du Big Crown Stadium, le stade du Ulsan Hyundai FC, est de 44 000 places, avec une affluence moyenne d’environ 6 300 spectateurs la saison dernière, ndlr.) Contre Séoul, par exemple, c’est bien rempli. On s’entraîne aussi là où l’Espagne s’entraînait pendant le Mondial 2002. Est-ce que les supporters sont chauds ? Ça va, mais je ne comprends pas ce qu’ils disent ! Ça supporte, chacun derrière son équipe, c’est bon enfant.

Quelle est la place du football en Corée du Sud ?
C’est aussi médiatisé qu’en France. Ils ont leurs émissions de foot. Au niveau marketing, c’est très développé... Le sport numéro un ? Je vois beaucoup de baseball à la télé. Je dirais que le baseball et le foot sont les deux sports les plus importants.

Et en dehors du foot, tu apprécies la culture coréenne ?
« Au départ, la nourriture est difficile à digérer. Ils mangent épicé. Moi, je déteste le piment ! »
Au départ, la nourriture est difficile à digérer. (Rires) Ils mangent épicé. Moi, je déteste le piment ! Au quotidien, c’est beaucoup de légumes. Et à chaque fois qu’ils mangent, il y a de la soupe. Maintenant, ça passe bien. Ce qui me plaît, c’est le barbecue coréen. C’est comme un grand buffet où tu cuis toi-même ta viande.

Tu as vécu un choc culturel en arrivant ?
Oui, le décalage horaire ! Il y a sept heures de décalage avec la France. Si je veux m’entretenir avec ma famille, je dois appeler tôt le matin ou juste avant de me coucher. Si tu veux regarder les matchs de Ligue 1, faut te lever à 4 heures du matin.

La vie te plaît à Usan ?
« Je ne sors pas beaucoup, je joue à FIFA en ligne avec des anciens coéquipiers restés à Singapour ou partis en Thaïlande. Je visite un peu avec mon coéquipier croate. »
C’est pas mal, je ne suis pas trop dépaysé par rapport à la France. J’habite un condominium où sont regroupés les étrangers. Il y a des ingénieurs. La ville, c’est vachement grand. C’est une ville portuaire, dans le sud du pays, à 50 kilomètres de Busan, la deuxième plus grande ville de Corée. Je ne sors pas beaucoup, je joue à FIFA en ligne avec des anciens coéquipiers restés à Singapour ou partis en Thaïlande. Je visite un peu avec mon coéquipier croate. Lui est arrivé il y a un an, il m’emmène dans les bonnes adresses.

Tu as dit que tu n’es pas trop dépaysé, mais tout est écrit dans un autre alphabet, pas facile pour se repérer...
En ville, il n'y a pas écrit « shopping » , il faut rentrer dedans pour voir que c’est un magasin. (Rires) Contrairement à Singapour, les routes ne sont pas indiquées en anglais. Un jour, je voulais faire le connaisseur, je suis allé dans le centre-ville. Mais je n’arrivais plus à retrouver la route pour rentrer chez moi. C’était impossible de rentrer ! Je tournais en rond en fait, et j’ai réveillé le traducteur, puis donné le téléphone à quelqu’un pour que le traducteur lui indique la route ! Il lui a expliqué et le mec a marqué l’adresse dans le GPS – qui était aussi en coréen. Quand je me suis perdu, il était 21h. Je suis rentré chez moi quatre heures plus tard ! Il n'y avait même pas trente kilomètres de route. (Rires)

En coréen, tu fais des progrès ?
Je sais dire bonjour et merci, c’est tout. C’est super dur d’apprendre le coréen ! Même avec un prof particulier, j’ai essayé, au bout de trente secondes, j’avais mal à la tête.

Sinon, en janvier prochain, la Guinée-Bissau, « le pays où sont nés [tes] parents » , est en lice pour la première fois de son histoire en phase finale de la CAN, au Gabon. Tu as intégré la sélection au printemps dernier, forcément, tu dois avoir la compétition en ligne de mire…
Je n’attends que ça ! Début septembre, j’ai joué tout le match au Congo (défaite 1-0 en amical). Mon premier match, c’était la Zambie : le match qu’il fallait gagner. J’ai marqué, on a gagné. Je n’oublierai jamais la qualification. Ça faisait longtemps que la patrie attendait ça. Le pays était en fête, ça restera gravé dans ma tête. Cette première expérience a été magique. En Corée, quand je dis Guinée Bissau, on me demande où c’est. C’est un beau pays à visiter, j’espère que la CAN fera un peu de pub. Et puis, il y a des bons joueurs : prends Éder, il est né à Bissau !

Pour terminer, on peut lire sur internet que tu es le cousin de Bernard Mendy, c’est vrai ?
On n’est pas cousins. Chez nous, on dit tous cousin, mais on se comprend. On va dire cousin éloigné !

Par Florian Lefèvre
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Dans cet article

Chatperché Niveau : DHR
Super cool.
Anyoung
C est vrai que les bbq sont bons
On est pas mal d'expat a Geoje aussi en face de Busan (les 2 autres plus gros shipyards sont ici en plus de celui d'Ulsan)
Capte nous sur FB si tu veux sortir t'amuser un peu au lieu de jouer a FIFA ;)
c'est la vie la coree du sud.
s'il va sur busan pour sortir il a de quoi faire et il risque pas de s'ennuyer la bas ca envoie du bois comme ville!
Des proches se sont rendus à plusieurs reprises en Corée du Sud et sont revenus les yeux ébahis et à lire vos commentaires, ca a l'air vraiment top!
En plus l'interview est super et le gars a l'air cool. Bon boulot SF!
Qu'est ce que la photo d'Eder vient foutre sur cet entretien néanmoins très cool s'il vous plaît ?
Message posté par MetekoO
Qu'est ce que la photo d'Eder vient foutre sur cet entretien néanmoins très cool s'il vous plaît ?


Il est mentionné à la fin de l'entretien.
Funky_samurai Niveau : CFA2
"C’est à moi de m’adapter à eux, pas le contraire." Une leçon que beaucoup en France devrait apprendre.
Funky_samurai Niveau : CFA2
Pour etre allé au japon en Mars, à Singapour et hong kong cet été, je peux dire qu ece mec a de la chance !
Faire un métier qui te permet de vivre à Singapour, en corée et dans d'autres pays d'asie.
Message posté par Funky_samurai
Pour etre allé au japon en Mars, à Singapour et hong kong cet été, je peux dire qu ece mec a de la chance !
Faire un métier qui te permet de vivre à Singapour, en corée et dans d'autres pays d'asie.


lol je peux te garantir que la Corée ce n'est ni le Japon, ni Singap ni HK.
C'est sympa aussi hein, à la limite ça tendrait à se rapprocher du Japon (ne leur dites surtout pas) mais on en est loin.
Et je peux également vous garantir que derrière cette phrase "Je suis le petit renoi, le petit marrant" il y a beaucoup de choses pas très jolies.

Enfin ceux qui viennent en vac sont dépaysés et heureux c'est le moins qu'on puisse dire, en plus c'est trendy donc n'hésitez pas. Mais y vivre c'est bien autre chose même si ça parait con à dire. Et n'hésitez pas non plus à aller partout ailleurs autour avant si vous voulez mon (notre) avis.
Qu'entends-tu par la "il y a des choses pas très jolies"? J'ai de la famille (des Noirs) qui s'y sont rendus et ne m'ont jamais fait part d'un racisme latent.. Maintenant tu sembles mieux t'y connaitre donc j'aimerais bien savoir si il y a des choses dans la mentalité coréenne qui tende vers une intolérance envers ce qui est "différent" d'eux.

Par exemple, j'ai un pote renoi qui a passé quelques mois en stage à Ghuangzou et le mec se faisait photographier ! Maintenant Est-ce que c'est à mettre sur le compte du racisme ou plutôt de la "surprise" de la rencontre?
"C’est à moi de m’adapter à eux, pas le contraire."

Merde, on m'aurait menti?
Le BBQ coréen, le mec il a tout compris!!
@Tolone, y'a toujours autant de taf, j'avais lu, après avoir visité les chantiers chez Tecnip, que cela s'était sévèrement ralenti! Et je suis aussi d'accord, il peut se cacher pas mal de trucs derrière le "renoi marrant", les coréens sont assez nationalistes et peu coutumier de la différence....
Funky_samurai Niveau : CFA2
Message posté par chenmawon
Le BBQ coréen, le mec il a tout compris!!
@Tolone, y'a toujours autant de taf, j'avais lu, après avoir visité les chantiers chez Tecnip, que cela s'était sévèrement ralenti! Et je suis aussi d'accord, il peut se cacher pas mal de trucs derrière le "renoi marrant", les coréens sont assez nationalistes et peu coutumier de la différence....


En même temps sans vouloir défendre les Coréens, c'est plus simple de comprendre une certaine surprise de la part d'un peuple qui n'a pas l'habitude de l'immigration autre qu'asiatique, que du racisme de la part de peuple (européens) qui sont coutumier des personnes de couleurs/cultures différentes.
Funky_samurai Niveau : CFA2
Message posté par Funky_samurai
En même temps sans vouloir défendre les Coréens, c'est plus simple de comprendre une certaine surprise de la part d'un peuple qui n'a pas l'habitude de l'immigration autre qu'asiatique, que du racisme de la part de peuple (européens) qui sont coutumier des personnes de couleurs/cultures différentes.


Car je vous rassure, quand un chinois debarque au Sénégal où autre, il n'est pas accueilli à bras ouverts non plus.
Les noirs ne sont pas "le gentil peuple du monde" qui aime et sourie à tous. Donc ce qui est reproché aux Coréens, peut l'etre à des tas de peuple.
Super article, du vrai So Foot !
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
632 15