En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 1 Résultats Classements Options
  1. //
  2. //
  3. // PSG-Anderlecht

Ce qui a changé depuis le but de Berić au Parc

Le 9 septembre 2016, Robert Berić offrait l’égalisation à Saint-Étienne face à un fade PSG. Aujourd'hui, l’attaquant slovène recroise la route des Parisiens dans leur fief, mais avec le club d'Anderlecht. S'il devrait encore une fois débuter sur le banc, beaucoup de choses ont bougé en un an. Parce qu’un an, c’est parfois plus loin qu'on ne le pense.

Modififié
- Le PSG disputait alors son millième match au Parc des Princes. Ce match contre Anderlecht sera donc le 1034e. 1034, soit l'année où Paris avait été partiellement détruite par un incendie. Robert, range ce briquet tout de suite !

- Depuis ce match, le PSG est toujours invaincu dans son fief. 26 victoires pour sept matchs nuls. Et ce n’est pas avec un RB27 exilé que ça changera.

- Sur le but, Romain Hamouma crée le décalage en effaçant un certain Grzegorz Krychowiak, ce qui nous rappelle que le Polonais a un moment été dans les plans d'Unai Emery. Voilà comment 13 mois peuvent te foutre un coup de vieux.

Vidéo

- Robert Berić avait trompé Kevin Trapp. Quand Jean-Jacques Amsellem était donc dans sa période gros plan sur la tronche d'Areola après chaque mouvement de l'Allemand. Le réalisateur a dû depuis se résoudre à changer son casting. Faut dire que le profil de Kevin est autrement plus télégénique.


- En parlant de ciné, un point Gravity s’impose : en septembre 2016, c’est Rosetta qui était la star du cosmos. Thomas Pesquet ? Il finalisait à peine son stage d’apnée dans la piscine de Cologne.

- Seule et unique occurrence du genre, ce match est la preuve que Ben Arfa, Jesé et Lucas pouvaient être titularisés ensemble. Juste pour rappeler aux supporters ce à quoi ressemblait le PSG avant QSI.

- Jesé a pu découvrir entre-temps deux autres clubs : Las Palmas et Stoke City. La baroude, y a que ça qui tient en vie.

- À l'époque, personne ne s'embrouillait au PSG pour tirer les penaltys. La distribution était claire : Matuidi va chercher à grandes enjambées le contact dans la surface, Lucas se charge de la transformation en cas d’absence du Matador. Point.

- D’ailleurs, des doutes planaient sérieusement autour de la capacité d’Edinson Cavani à remplacer Zlatan Ibrahimović. Une semaine plus tard, l'Uruguayen claquera un quadruplé contre Caen et pointe aujourd’hui à 11 longueurs du Suédois. Sheh !

Vidéo

- Neymar Junior se quedait plus que jamais à Barcelone. Un attachement au club plus solide que celui de la Catalogne à l'Espagne, alors que le séparatiste Carles Puigdemont lançait à peine la campagne pour l'indépendance.


- Kylian Mbappé n'avait toujours pas ouvert son compteur de but de la saison avec Monaco et n'avait inscrit qu’un seul petit but l’exercice précédent, contre Troyes dans l’indifférence générale. Le genre d’info qui permet de remettre les choses à leur place.

- Justice toujours, Serge Aurier ne connaissait toujours pas la décision du tribunal concernant son altercation avec un policier en sortie de boîte de nuit. Une affaire qui lui coûtera une interdiction de territoire anglais, mais pas son transfert à Tottenham l'été suivant. Vous n'aurez pas sa liberté de periscoper.

- Ce qui était jaune n’attendait pas encore.

- Berić, lui, est passé au Mauve. Comme Jordan Veretout, qui était titularisé pour la première fois par Christophe Galtier ce soir-là au Parc et qui porte depuis la liquette de la Fiorentina. Si purple is the new green, pourquoi Henri Saivet, faisant lui aussi ses débuts avec les Verts face au PSG, n'a-t-il pas filé à l'Austria Vienne ?

- Bobby a depuis connu quatre périodes de blessures : une à la hanche, deux aux ischio-jambiers et une au genou. Et le loustic a planté tout autant de buts. Un ratio but/blessure qui a de quoi rendre jaloux tous les Abou Diaby du monde.

- Lasse de ses contre-performances, la Slovénie a trouvé un nouvel ambassadeur mondial, en la personne de Melanija Knavs, alias Melania Trump.

- Alain Juppé était encore le grand favori des primaires de la droite, ainsi que favori pour l'Élysée. C’est dingue comme en politique les choses vont encore plus vite que dans le foot.

- Robert a été au bout des démarches administratives pour faire breveter son style de jeu. « Je suis un joueur de surface et mes qualités sont mieux adaptées à une équipe qui domine. Je ne suis pas le genre d’attaquant qui dribble trois joueurs avant de décocher des frappes de 25 mètres. Dans mes équipes autrichiennes, ils ont même déclaré que j'avais un brevet sur les buts moches » , détaillait-il dans un entretien au canard belge Nieuwsblad. Attention aux litiges, car Pippo Inzaghi semblait propriétaire de la marque « Renard des surfaces » depuis bien plus longtemps.


- Béric ? Beríc ? Beric ? Berić ? Berič ? On ne sait toujours pas où placer l'accent dans son nom de famille.

- Cette saison, Berić a cumulé seulement 18 minutes de jeu avec Anderlecht, seulement 38 de moins que Lucas, l'autre buteur de ce match. Un soir de 09/09. La résurgence de la malédiction du chiffre neuf, qui a vu Beethoven, Schubert, Dvořák, Bruckner et Mahler mourir après la composition de leur neuvième symphonie.

- En parlant de 9 maudit, son remplaçant Loïs Diony n'a toujours pas marqué avec Sainté.

- C'est d'ailleurs pour briser le sort que Nolan Roux, son compagnon d’infortune de l’année dernière, est parti chercher ses dix buts au FC Metz. Et la relégation dans le même temps.

- À Bruxelles, le Slovène est actuellement barré par Łukasz Teodorczyk. Un garçon qui doit lui rappeler avec nostalgie Alexander Søderlund.


- À l'époque, le Sainté de Galtier était critiqué pour son manque d'ambition dans le jeu. Depuis, c'est Óscar García qui est sur le banc des Verts et ça va vachement mieux... Ah ben non en fait.

- Ça, c'est comme les cheveux gris de Loïc Perrin, ça rassure de voir que certaines choses ne changent pas.


- Des supporters ont lancé en août une pétition pour que Berić reste à Saint-Étienne. « L'ASSE ne peut se permettre le luxe de laisser filer un joueur pareil. (...) Le peuple vert est prêt à vibrer au son des filets vibrant sous les coups de canon de l'Inspecteur » comme l'écrit un des souscripteurs. 1512 personnes ont adhéré à ce cri du cœur.

- Mais la Berićmania n’est pas près de s’essouffler dans le Forez, car Roland Romeyer lui-même compte bien faire revenir le goleador à la fin de son prêt. « Robert Berić reviendra de toute façon. L'enquête interne sur les blessures de la saison passée n'a rien donné, il n'y a pas plus de blessures à Saint-Étienne qu'ailleurs » , déclarait le président du directoire au site Poteaux-Carrés. Robert pourra dès ce mardi donner rendez-vous aux Parisiens pour le 7 avril prochain à Geoffroy-Guichard.

Par Mathieu Rollinger
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié




Dans cet article


il y a 11 heures Barton : « 50% des joueurs parient sur les matchs » 20
Partenaires
Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
Hier à 15:40 Une ex-formatrice défonce la goal-line technology (via Brut Sport) Hier à 14:28 Quand Ronaldo planquait de la bière 51 Hier à 12:50 Dupraz quitte le TFC 128 Hier à 11:55 Robinho en route vers Sivasspor 60 Hier à 08:57 Un supporter arrêté après avoir uriné dans la bouteille du gardien adverse 18
À lire ensuite
Kylian bâté ?