1. //
  2. // Littérature

Ce que nous apprend la bio de Daniel Leclercq

Une histoire de druide. Certes, mais pas que. La biographie de Daniel Leclercq ne se cantonne pas au titre de champion de France qu’il a obtenu en 1998 à la tête du RC Lens. Car bien avant d’écoper du surnom de druide par une presse dithyrambique à l’époque, le natif du Valenciennois a été un bon joueur, un grand joueur de football.

Modififié
Il a débuté à l’USVA, son club formateur, à l’âge de 18 ans. En 1971, à 21 ans, il devient champion de France avec l’OM de Skoblar et Magnusson, puis patron de l’équipe phocéenne sous l’ère de l’entraîneur allemand Kurt Linder. Il obtient l’étoile d’or France Football devant Platini en 1977 sous le maillot Sang et Or. Le football français le surnommait alors « la patte gauche  » , « le grand blond avec une chaussure noire » ou encore «  le prince du Parc » au lendemain de la finale de la Coupe de France 1975 entre Lens et Saint-Étienne qu’il avait éclaboussée de son talent.

Barré en équipe de France par Henri Michel, on attribue à Daniel Leclercq, dans les années 1970, l’invention du concept de libéro-meneur de jeu, en opposition au style du « Kaiser » Franz Beckenbauer. « Lui, c’était le placement, la tranquillité, la facilité de passe, écrit-il dans son livre, mais il ne traversait pas le terrain d'une manière aussi insouciante que moi. » La France du foot est sous le charme de ce briseur de lignes, et le grand blond est sacré meilleur joueur du championnat. Rare, déjà à l’époque, pour un défenseur. Même si Daniel Leclercq était un milieu offensif reconverti.


Dans les 223 pages de sa biographie, sous forme d’interview, il revient donc longuement sur ses années valenciennoises, marseillaises et lensoises. Cinquante ans de carrière en tant que joueur et entraîneur. Où il a – presque – toujours rencontré le succès. À travers ce bouquin, Daniel Leclercq livre sa vision du football d’hier et d’aujourd’hui, et brise son image d’homme peu loquace et mystérieux. Il distille aussi au passage quelques anecdotes dont voici quelques extraits.

1. Sous fausse licence à l’OM


C’est lors de vacances au soleil chez Alain Macagno, un coéquipier de l’équipe de France militaire et joueur de l’OM, que le ch’ti Daniel Leclercq se retrouve à assister aux entraînements des Phocéens qui préparent la coupe d’été. Le coach, Mario Zatelli, propose au grand blond de s’entraîner avec son équipe. Le surlendemain, il propose au joueur de l’US Valenciennes-Anzin de jouer un match de coupe avec l’OM. «  Je lui dis : pourquoi pas, mais ai-je le droit ? » , raconte Daniel Leclercq. « On va se débrouiller  » , lui rétorque l’entraîneur olympien. Et voilà comment il intègre l’équipe de l’OM sous la licence d’un autre joueur, Roland Merschel, pour un match contre Stockholm au Vélodrome. Qui plus est télévisé... « Il était blond, comme moi, relate le druide, il n’y avait pas autant de médias (que maintenant). Mais je jouais déjà régulièrement en D1, j’avais fait la demi-finale de la Coupe de France peu de temps auparavant, et j’avais joué la finale du championnat d’Europe juniors à Cannes qui avait été télévisée et appréciée partout en France. » À la fin de ce match de coupe d’été, Zatelli convainc le milieu de terrain valenciennois de signer à Marseille. VA n’en demandait pas tant car Robert Domergue voulait enrôler Joseph, l’avant-centre de l’OM. Leclercq part pour six ans dans le Sud.



2. La flaque d’eau de Paulo César


Daniel Leclercq revient sur la saga brésilienne de l’OM en 1974. Jairzinho allait débarquer de Botafogo. Paulo César était, lui, déjà là. Et les conditions de son arrivée sur la Canebière sont assez loufoques. « Il arrive un jour d’entraînement au Vélodrome. On arrête la séance, on nous le présente, puis on lui demande d’aller mettre des chaussures. Il n’en avait pas alors on lui a prêté une paire de baskets. Le terrain avait été arrosé, il a glissé sur la pelouse et s’est ramassé dans une flaque d’eau, et là tous les supporters ont rigolé et l’ont chambré. » Le fantasque attaquant brésilien « qui faisait des trucs extraordinaires avec le ballon » restera une saison à l’OM. Pour 31 matchs et 16 buts.


3. La voiture anglaise de Couécou


Arrogant, chambreur, agressif sur un terrain, adorable dans la vie. Daniel Leclercq évoque « un personnage hors norme dans le foot » : l’attaquant de l’OM et ancien Bordelais Didier Couécou. Un peu dingue même ? « Comme je n’avais pas le permis, il passait chaque matin me prendre en voiture pour aller à l’entraînement. Il avait une voiture anglaise, volant à droite. Il partait dans Marseille, prenait le boulevard Michelet, roulait comme un fou. Tous les mecs pensaient que c’était moi, ils klaxonnaient, m'insultaient. Il le faisait exprès à chaque fois. »



4. Quand Salif Keita défie le président Rocher


La « perle noire » qui a conquis Marseille en un seul match. Daniel Leclercq se souvient très bien de cet OM-ASSE de novembre 1972. Un match qui fait partie de la légende du football français. Le Vélodrome était « bourré comme jamais » , dixit le druide, des files de supporters olympiens serpentaient devant le stade dès 6h du matin. En plus de l’enjeu du match, il fallait voir la première de l’ex-buteur stéphanois Salif Keita (40 buts la saison précédente), sous la tunique bleu et blanc. En conflit avec le président Roger Rocher, il venait de claquer la porte des Verts. Le peuple marseillais rêvait de son association avec Josip Skoblar (44 buts la saison précédente), « le meilleur joueur que j’ai connu en France, dixit Leclercq, exceptionnel. Deux des meilleurs buteurs de l’histoire du foot français associés, faire mieux aujourd’hui est quasiment impossible » , note-t-il encore dans son livre. Ce soir-là, Salif Keita marque deux buts, et l’OM de Kurt Linder bat les Verts de Robert Herbin 3-1. Sur sa seconde réalisation, à six minutes du terme, l’avant-centre malien reçoit une standing-ovation du Vélodrome. Bras levés, il entreprend un tour d’honneur qu’il stoppe brusquement. Pourquoi ? « Il s’est dirigé près du banc de touche stéphanois afin de narguer Roger Rocher, relate Daniel Leclercq, et lui dire quelques mots que je n’ai pas entendus. » 45 ans plus tard, le druide ne se rappelle peut-être plus du bras d’honneur également adressé par le buteur au président des Verts. Le Vélodrome, lui, n’a pas oublié.


5. Domenech pire que Rool


Évoquant les joueurs à fort caractère, capables de « péter un câble » sur un terrain, mais « fortement appréciables humainement » en dehors, à l’instar de Pascal Nouma, le druide est invité à comparer Cyril Rool et Raymond Domenech. À propos du premier, « vraiment quelqu’un de bien » , il accorde qu’il « en rajoutait quand même un peu trop » sur la pelouse, « même si ça a été moins le cas sur sa période lensoise » . « Ça ne l’a pas empêché d’être aussi victime de sa réputation, estime son ancien entraîneur, à chaque fois qu’il devait prendre un jaune, on lui mettait un rouge. » Mais, assure-t-il, « Raymond Domenech était beaucoup plus méchant. ça ne me gêne pas de le dire parce que c’est vrai. Je l’ai vu faire des trucs vis-à-vis de Josip Skoblar, vis-à-vis de moi... C’était inadmissible. Mais il a construit sa réputation de défenseur comme ça, et ça ne l’a pas empêché de faire carrière. »



6. Vairelles préfère les supporters au vestiaire


C’était un soir de mars 1998. Lens gagne 1-0 à Monaco et se lance véritablement vers le titre. Persuadé de l’emporter, le druide laisse « Tony goal » sur le banc. À la pause, il remarque que son buteur et le jeune Wagneau Eloi ne sont pas dans le vestiaire. Il en fait abstraction et lance l’autre grand blond en attaque à 30 minutes du terme. Le lendemain, il convoque ses deux joueurs avec le capitaine Wallemme pour régler ses comptes et savoir où ils étaient à la mi-temps. « On était sur le terrain, avec les supporters, on signait des autographes, on voulait s’amuser un peu. » Le druide voit rouge : « Ah oui, mais nous, on est un groupe, une équipe, votre place était dans le vestiaire avec nous, pas avec les supporters. » « Ah oui, mais nous ça nous plaisait » , rétorque Vairelles. « Écoute Tony, si c’est ça qui te plaît, mercredi on joue le PSG en demi-finale de la Coupe de la Ligue, et bien tu iras signer des autographes avec les supporters pendant que nous, on sera à Paris. » Le joueur est furieux, ainsi que son père qui avertit les journalistes. Ces derniers tombent sur Leclercq qui se prive de son meilleur élément. Lui n’en a que faire. Il oriente sa causerie sur son choix fort. Lens fait un gros match, mais s’incline 2-1. Le lendemain, Vairelles se rend dans le bureau de son coach : « Vous avez raison, j’ai compris... » « T’as compris ? Bon ben c’est bien, prépare-toi car tu vas jouer dimanche pour la revanche contre le PSG. Il a joué, il a marqué, ça a été des moments très, très forts. Après coup, Jean-Guy et les anciens m’ont dit : coach, si vous n’aviez pas eu ce comportement vis-à-vis de lui, on n’aurait pas apprécié. » Lens sera champion quelques semaines plus tard.


7. Borloo lance Leclercq, puis le vire pour son ami Lagardère


En 1986, Daniel Leclercq et son épouse tiennent le café en face du stade Nungesser à Valenciennes. Un matin, Borloo, néo-président, débarque et propose le poste d’entraîneur de l’équipe fanion, alors en D2, au grand blond : « J’ai suivi votre carrière et je vous vois bien entraîneur » , lui annonce l’avocat parisien. Celui-ci accepte et prend la succession de Léon Desmenez. Le voilà alors cafetier et entraîneur bénévole. L’aventure sera de courte durée car, en début de saison suivante (1987-1988), Borloo veut à nouveau voir Leclercq : « Écoute, Daniel, j’ai un gros problème, Jean-Luc Lagardère est embêté avec Victor Zvunka car il veut prendre Artur Jorge au Matra Racing. Comme c’est un ami et que j’ai un service à lui rendre, je vais prendre Zvunka qui va te remplacer jusqu’en juin. Au mois de juin, tu reprendras sa place et pendant ce temps-là, tu iras visiter tous les grands clubs en Europe pour voir comment ça se passe. » En colère, Leclercq refuse. « Tout est remis en cause juste pour rendre service à un autre club qui a quelqu’un sur les bras ? On ne peut pas l’accepter, ça... » , écrit-il. Mais seize ans plus tard, en 2003, Borloo décroche de nouveau son téléphone pour dire au champion de France 98 qu’il «  a besoin de (lui) pour faire remonter VA » alors en National. Pas rancunier, Leclercq signe : « Il fallait rendre honneur à ce club et à ses supporters après l’épisode marseillais. »



8. Une dent contre Pierre Ménes


Daniel Leclercq évoque son expérience de commentateur de matchs à la télévision. Un rôle dans lequel son franc-parler était reconnu. Par exemple par Pierre Ménès : « Un jour, avant un PSG-Lyon, je le croise et il me dit : "Ah, monsieur Leclercq, qu’est-ce que je vous apprécie quand vous commentez les matchs, car vous n’avez pas peur de dire les choses." » Problème, d’après l’ancien coach, c’est « qu’il te salue par rapport à ça et après il te critique » . Le druide n’ayant que peu goûté les « propos assez diffamants » qu’aurait tenus Ménès à son égard en 2007-2008. Lequel estimait, selon Leclercq, qu’à Lens, lors du duo JPP-Leclercq, c’était le druide qui « foutait le bordel  » . « J’ai voulu m’expliquer avec lui, mais j’ai eu à chaque fois son répondeur qui disait : "Je suis un garçon bien élevé donc je ne vais pas manquer de vous rappeler." Il ne l’a jamais fait » , regrette Leclercq.


9. Les doubles primes de Decourrière


Quelques semaines avant qu’il ne démissionne du VAFC qu’il avait pourtant ramené en L2 à l’issue d’une remarquable saison de National en 2004-2005, Daniel Leclercq avait eu un différend avec le président Decourrière. Une histoire de primes, qu’il raconte dans son livre : « Je trouvais que le président s’écartait un peu trop de son rôle, dit-il, donner des doubles primes sans m’en avertir par exemple. Je ne comprenais pas. J’ai l’habitude de motiver mes joueurs par la passion et pas par l’argent. Il y a un grand danger de motiver par l’argent, ça entraîne des risques de comportements déviants, néfastes. Ça ne m’intéressait plus de rester dans ces conditions-là. » Mais le druide a le soutien total de ses joueurs qui lui demandent de rester. Il poursuit donc l’aventure, obtient l’accession « dans un climat pénible et pesant » , puis s’en va, remplacé par Kombouaré dont le nom circulait déjà depuis un moment. « J’ai annoncé la nouvelle aux joueurs, puis le président m’a proposé un poste de président délégué que j’ai refusé. Je lui ai dit : "Je ne suis pas Binbin (ndlr, le géant de la ville de Valenciennes), qu’on pose sur un siège dans la tribune pour assister au match, ça ne m’intéresse pas." »



10. Quand l’idole devient fan


«  Je ne remercierai jamais assez mes joueurs d’avoir conquis ce titre, car ils m’ont permis de rencontrer mon idole » , écrit Leclercq. Pas son idole du foot, l’ancien Marseillais et Valenciennois Joseph Bonnel. Non, le musicien pour qui il a une « admiration sans faille » : Jean-Jacques Goldman. Et c’est à la demande du chanteur que ça s’est fait. « Un jour, Domique Régia-Corte, responsable de la communication du RC Lens, entre dans mon bureau et me dit : "Goldman suit ton parcours, il joue ce soir à Douai, et demande si tu peux passer le voir dans l’après-midi." Je pensais que c’était une blague. Eh bien non, j’y suis allé avec mon épouse. Lorsqu’il nous a vus, il a arrêté sa répétition, est descendu de la scène et m’a salué comme si j’étais quelqu’un qu’il appréciait. On a passé quelques heures ensemble, j’étais comme un gosse. Il m’a proposé de manger un bout avec lui. Je n’avais pas du tout envie de manger, mais de le regarder manger (rires). À chaque fois qu’il remontait ensuite dans le Nord, j’allais le voir. On a joué au tennis ensemble. On discutait souvent des valeurs humaines parce qu’il y est attaché. C’est quelqu’un de formidable et, depuis qu’il a arrêté, je suis un peu orphelin de tout ça. Je sais la vie discrète qu’il mène là-bas dans le sud. Il m’a dit un jour que son grand plaisir était de partir avec son épouse en vélo pour aller pique-niquer. »



Par Yannick Lefrère Daniel Leclercq, une histoire de druide. Entretien avec Thierry Morneau, Aux éditions Les Lumières de Lille
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article

Gianni Longo'o Niveau : District
Où on apprend que plus jeune, Leclerc avait la même tronche que Hernan Crespo.
cedoukeita Niveau : DHR
surtout par rapport à la bouche muy pulpeuse !
1 réponse à ce commentaire.
roue doux roux Niveau : DHR
on attend le film avec niels artstrup dans son role: un prophete 2
Il est touchant le Daniel.
Après, son délire sur JJ Goldman est tout de même un peu gênant...

J'imaginais pourtant que lorsque tu évoluais dans le football pro, tu prenais un peu de distance avec le côté strass, paillettes et délire de fans.
Me souviens de son pied gauche, avec celui d'Olarevic et de Bathenay à cette époque, on avait un trio qui savait envoyer de beaux obus !
Hier à 18:38 Les Brésiliens du PSG (via BRUT SPORT) Hier à 16:30 La petite gourmandise de Callejón 1
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
Hier à 11:44 Un but barcelonesque en D4 argentine 10
mardi 18 juillet Un supporter argentin dégomme un drone 18 mardi 18 juillet Utaka débarque à Sedan ! 16 mardi 18 juillet La Norvège, prochaine étape de Diego Forlán ? 11 mardi 18 juillet Un champion du monde 2006 recherche un club sur LinkedIn 41 lundi 17 juillet Lass officiellement à Al-Jazira 40 lundi 17 juillet Un tatouage de Lacazette sur le cul d'un fan d'Arsenal 44 lundi 17 juillet Les énormes fumigènes du Lech Poznań 11 lundi 17 juillet Michu arrête sa carrière 14 lundi 17 juillet Diego Costa parade avec un maillot de l'Atlético 13 dimanche 16 juillet Marco Simone nouvel entraîneur du Club africain 7 dimanche 16 juillet La mine de Pato avec le Tianjin Quanjian 5 dimanche 16 juillet David Bellion au Festival d'Avignon 15 dimanche 16 juillet Le lapsus embarrassant de Biglia 17 dimanche 16 juillet Gold Cup : La Martinique quasiment éliminée 2 samedi 15 juillet La famille Ajax affiche son soutien à Nouri 7 samedi 15 juillet Éric Abidal flambe dans un tournoi de foot à six 13 samedi 15 juillet Ah, au fait, Sneijder est officiellement libre 24 samedi 15 juillet La Guyane éliminée de la Gold Cup 8 vendredi 14 juillet Un match amical à onze contre cent 12 vendredi 14 juillet La Guyane perd sur tapis vert à cause de Malouda 22 vendredi 14 juillet Candela régale avec l'équipe de France de légendes de futsal 14 vendredi 14 juillet Un jour après son transfert, il se prend un lob de 50 mètres jeudi 13 juillet Rooney claque une grosse mine pour son retour 18 jeudi 13 juillet Bolton installe des sièges de luxe dans son stade 16 jeudi 13 juillet Munich 1860 ne jouera plus à l'Allianz Arena 22 jeudi 13 juillet Chuck Blazer est mort 96 mercredi 12 juillet Un club anglais va payer ses joueuses autant que ses joueurs 27 mercredi 12 juillet En direct : la présentation de Dani Alves au PSG (via Brut Sport) 6 mercredi 12 juillet Solomon Nyantakyi accusé de double meurtre 40 mercredi 12 juillet Verratti affiche Trapp 36 mercredi 12 juillet La Guyane prend un point historique ! 41 mardi 11 juillet Malouda titulaire avec la Guyane 4 mardi 11 juillet Quel mercato pour la saison 2017/2018 ? 5 lundi 10 juillet Amavi recalé à la visite médicale 38 lundi 10 juillet Le pétard de Ziri Hammar 2 lundi 10 juillet Un Allemand passe du foot amateur à la D3 anglaise 21 dimanche 9 juillet L'hommage de United à Rooney 17 dimanche 9 juillet Sol Campbell prêt à travailler gratuitement 22 dimanche 9 juillet Un maillot interdit à cause d'une carte du XXe siècle 9 samedi 8 juillet Le coup franc sublime d'Anderlecht 1 vendredi 7 juillet Un cours d'anglais pour annoncer la dernière recrue de Swansea 1 vendredi 7 juillet Les joueurs de Bilbao se rasent le crâne en soutien à Yeray Álvarez 13 vendredi 7 juillet Guy Roux rêve d'aligner Macron 17 vendredi 7 juillet Le programme de la première journée de Ligue 1 31 vendredi 7 juillet Mbappé en tournée à Paris 66 vendredi 7 juillet Un Anglais va faire le tour des stades des 55 pays d'Europe pendant un an 14 jeudi 6 juillet Fusion Juvisy-Paris FC actée 9 jeudi 6 juillet Platini : suspension confirmée par le Tribunal fédéral suisse 5 jeudi 6 juillet Le golazo de Damião avec Flamengo 10 jeudi 6 juillet Wycombe dévoile un maillot de gardien hypnotisant 20 jeudi 6 juillet Giovinco continue de régaler à Toronto 12 jeudi 6 juillet Piqué s'éclate dans le désert 20 jeudi 6 juillet Maradona continue ses péripéties 13 mercredi 5 juillet Le Real met la main sur Theo Hernández 44 mercredi 5 juillet SOLDES : jusqu'à -20% sur la boutique SO FOOT 2 mercredi 5 juillet Asamoah Gyan revient en Europe 26 mercredi 5 juillet Un supporter fait 13 700 km pour voir jouer son équipe 8 mercredi 5 juillet Eric Dier fait l'essuie-glace 9 mercredi 5 juillet Chapecoense vire son entraîneur 7 mercredi 5 juillet Lingard tape un foot avec des gosses hystériques 43 mardi 4 juillet Le prochain SO FOOT en kiosque le 12 juillet 1 mardi 4 juillet Chine : un arbitre tabassé lors d'un match supposé truqué 12 mardi 4 juillet John Terry s'invite sur la fesse d'un supporter d'Aston Villa 15 mardi 4 juillet Un Géorgien se fait tatouer son onze de rêve des Pays-Bas 48 mardi 4 juillet Maradona au match pour Infantino 3 mardi 4 juillet Podolski et la culture japonaise 23 mardi 4 juillet La superbe vidéo de campagne d'abonnement de la Sampdoria 24 lundi 3 juillet Maradona accusé d'agression par une journaliste russe 45 lundi 3 juillet Djibril Cissé signe en D3 suisse 26 lundi 3 juillet Le portrait mural d'Hamšík dévoilé 13 lundi 3 juillet Maradona joue au hockey en Russie 4 lundi 3 juillet Un joueur nord-irlandais fait croire qu'il signe au Barça 13 lundi 3 juillet Éric Besson devient président du Blanc-Mesnil 15 dimanche 2 juillet Le solo de Pato 14 dimanche 2 juillet Blatter : « J'aurais dû m'arrêter plus tôt » 16 dimanche 2 juillet Dybala marque un coup franc improbable 8 samedi 1er juillet Infantino reconnaît des failles dans l'arbitrage vidéo 17 samedi 1er juillet Ronaldinho humilie Blomqvist lors d'un match de charité 26 vendredi 30 juin Bientôt un plafond de salaire pour les clubs ? 41 vendredi 30 juin Percuté par un scooter, il rattrape le chauffard grâce à ses coéquipiers 18 vendredi 30 juin Mariano Díaz s'engage avec Lyon 47 vendredi 30 juin L'énorme frappe de Wendel avec Fluminense 2 vendredi 30 juin Hulk suspendu après avoir soutenu Oscar 24 vendredi 30 juin Benayoun offre la victoire au Beitar en barrage de Ligue Europa 21