1. // Foot & Politique
  2. //

Ce que le foot nous apprend sur les primaires à droite

Les primaires à droite commencent à s'annoncer dans le ciel très sombre d'une vie politique française angoissante et angoissée. Comme le veut l'exercice, chacun va chercher à se distinguer dans le marché des divers courants, écoles ou filiations de cette grande famille où l'on aime tant se détester (et dont l'historien René Rémond avait dressé en son temps un tableau devenu classique entre légitimistes, bonapartistes et orléanistes). Seulement, à l'heure de la confusion des lignes de fractures partisanes et de la course aux suffrages ou idées d'extrême droite, il va s'avérer grandement difficile d'y retrouver ses petits. Y compris pour les quelques supporters de gauche qui voudraient venir allumer leurs bulletins de vote dans le kop adverse façon fumis. Heureusement, ce que les programmes ne disent pas, le rapport au foot le dévoile souvent...

Modififié
735 44

Alain Juppé, l'homme qui aimait encore l'Europe


Natif de Mont-de-Marsan, amoureux de rugby, Alain Juppé a dû faire contre mauvaise fortune bon cœur, et apprendre à parler rond plutôt qu'ovale. Dans la ville des Girondins, guère le choix. Et lorsque vous rêvez d'un destin national, le foot devient un impératif. Pour l'instant, il y a surtout campé son rôle habituel de gestionnaire, de notable provincial aussi. Que ce soit en tant que représentant des maires accueillant l'Euro 2016, tentant de gratter un peu de sous à la très radine UEFA, ou en négociant – étrangement, il faut l'avouer – la construction du nouveau stade des Girondins. Surtout, cet événement fut finalement pour lui l'occasion de vanter les vertus de la construction européenne à un moment où les Anglais votaient le Brexit et nos compatriotes ne portaient plus vraiment cette belle utopie dans leur cœur. Pour les en convaincre, quoi de mieux que l'image rassurante de ces supporters irlandais qui vinrent obligeamment animer nos si tristes enceintes démesurées, et faire le bonheur des bars des bords de la Garonne.



Nicolas Sarkozy, un ultra à Paris


Nicolas Sarkozy aime le foot. Depuis toujours. Le PSG surtout. Les loges présidentielles du Parc sont un peu devenues, exil du pouvoir oblige, son nouveau Fouquet's. Un endroit où il tisse son réseau, où il parle beaucoup. Certes, moins de gaulois et d'islam, et bien davantage d'économie et de cadeaux fiscaux. Seulement, les temps ont changé. Son retour ne fut pas aussi facile qu'escompté, personne ne l'a attendu. Ni ses concurrents qui rongeaient leur frein sous son règne, ni les juges qui le poursuivent de leur méchanceté (comme les arbitres après l'#OL, selon Aulas) n'ont franchement envie de le voir refaire un tour de piste. Tout un paradoxe, il ne vibre que pour Paris, alors que sa vie politique renvoie le portrait craché de l'OM (à chacun son Bygmalion). Pour éloigner les oiseaux de mauvais augure, il a donc encadré au-dessus de son bureau une citation du grand Pelé : « Plus difficile est la victoire, plus grande est la joie de gagner. » C'est vous dire si sa revanche se révélera terrible pour ses ennemis s'il vient à l'emporter. Sauf qu'à l'instar de Sam Allardyce, il aurait dû se méfier des gens qui enregistrent les conversations.



François Fillon, le milieu de tableau


Quand on veut passer pour un centriste, il faut savoir trouver le bon ton. Seul problème, dans le foot comme en politique, la passion reste malgré tout le marqueur de toute véritable sincérité ou du moins d'engagement. Trop sage, trop mesuré, trop dans l'analyse, il craint par avance les conséquences de ses mots, au risque de ne rien dire d'audible dans le brouhaha médiatique. Son désir de rassembler le centre et la droite se heurtera vite à l'envie pathologique qui anime toute primaire : humilier l'autre. Ainsi, quand Benzema vient pleurer au racisme après son éviction des Bleus, il livre une réaction qui sent bon le compromis et la fuite par une porte dérobée. « Je trouve ça insupportable. D'abord parce que le sélectionneur est souverain dans ses choix. Ensuite parce que le fait de ramener en permanence les problèmes du pays à des questions de race, de religion, d'ethnies et de communautés n'est pas un signe de bonne santé. » On ne passe pas les tours préliminaires en jouant le nul...



Jean-François Copé, « J'y crois ! »


Dans toutes les élections, certains savent, avant de se lancer, qu'ils ne gagneront pas. Ils y vont par conviction, pour emmerder le monde ou durer dans le game. Seul problème, la candidature en forme de témoignage n'a pas de sens dans une primaire. On retourne vite dans les limbes, et ce sont les autres qui vont ensuite occuper tout l'espace, au moins jusqu'à la présidentielle. On sera peut-être même contraints de les soutenir, un peu comme on le ferait avec le dernier club français en lice dans une compétition européenne, même si cela donne mal au bide. Jean-François Copé a beau se le répéter, « rien n'est joué » , il se doute que personne ne l'attend. Alors il a été puisé dans le foot d'outre-Manche de quoi forger son destin de winner.


Pas faux, mais n'a-t-il pas remporté son trophée en devenant président de l'UMP ? Et cette année, ils font quoi Leicester ?


Bruno Le Maire, la soccer mom


Il se présente comme le Kennedy français. Le candidat de la modernité, même si son discours économique (anti-impôts, anti-fonctionnaires, etc) s'est largement banalisé dans ce petit monde de l'entre-soi en costard et de la PME salvatrice. Il faut trouver le contrepied, le moyen d'incarner un vent nouveau, un nouveau style de jeu, quitte à subir le syndrome Emery à force de laisser tout le monde dans le vague de ses constructions intellectuelles. Premier pas, il s'est « courageusement » abstenu lors de la loi Taubira sur le mariage pour tous, ce qui traumatisa nombre des soutiens potentiels de ce catholique père de famille nombreuse. Et lui qui n'a pas franchement le ballon rond dans le sang, plutôt la raquette de tennis, a décidé de surfer sur la hype du foot féminin... Malin, aucun risque qu'on vous ennuie avec le nom des joueuses lors d'une interview.



Nathalie Kosciusko-Morizet, la... En fait non, rien.


La seule femme à avoir réussi le tour de force de se glisser dans ce concours de testostérone dopée à la libido du pouvoir rencontre juste un petit problème : le populaire n'est pas franchement son truc. Et le foot pas davantage, avec un sens presque émouvant de la gaffe sur les réseaux sociaux : « Nous nous retrouverons ensemble samedi pour fêter la victoire au Stade de France » , glissa-t-elle ainsi aux supporters parisiens qui s'apprêtaient à célébrer leur titre dans leur fief du Parc des Princes. Depuis, la plus « à gauche » de cette course à droite bosse ses dossiers et tente de rattraper son retard. Or, si la droite bourgeoise a son Le Maire et la droite libérale son Alain Juppé, la marge de manœuvre de NKM sera forcément en pointe. Toutefois, ses talents évidents de pronostiqueuse lui laisse peut-être entrevoir une belle reconversion sur les plateaux télé. Un destin à la Roselyne Bachelot ? « On a une équipe qui a été de meilleur en meilleur depuis le début de l'Euro. C'est comme s'ils n'avaient pas été complètement rodé au début, et puis il s'est construit quelque chose » , lâchait-elle avant un certain France-Portugal en finale de l'Euro. La primaire pour Eder !



Par Nicolas Kssis-Martov, comme NKM
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Dans cet article

zinczinc78 Niveau : CFA
Et à la fin, c'est Juppé qui gagne..
Cafu cremes Niveau : CFA2
Message posté par zinczinc78
Et à la fin, c'est Juppé qui gagne..


Le gagnant je ne sais pas mais les 65 millions de perdants on les connait déjà.
Vous comptez nous pondre un article comme ça tous les jours jusqu'aux élections?
Je préfère les années qui précèdent l'Euro, on a droit à des top 100 passionnants et pas à ce genre de pavés indigents sans forme ni fond.
Fillon a une certaine tenue et aucune casserole au cul, mais il n'est pas centriste modéré pour autant. Economiquement c'est le plus à droite de tous ces candidats.

Et sinon, vous avez oublié Jean-Frédéric Poisson (qui ne va pas faire beaucoup moins que Copé).
zinczinc78 Niveau : CFA
Note : 1
Message posté par Cafu cremes
Le gagnant je ne sais pas mais les 65 millions de perdants on les connait déjà.


Tout dépend de ce que tu appelles "perdant".. Au moins quand tu as voté pour le vainqueur, tu as le sentiment que ton vote a été utile et la sensation n'est pas désagréable.

En poussant le truc à fond, tu peux aller klaxonner le soir dans la rue après chaque tour (oui, même pour la primaire).

Pour ma part, j'ai gagné toutes les élections depuis 2005, toutes catégories confondues (présidentielles, legistlatives, municipales..). 11 ans d'invincibilité, ça impose le respect
Note : 1
Message posté par AuxArmes
Fillon a une certaine tenue et aucune casserole au cul, mais il n'est pas centriste modéré pour autant. Economiquement c'est le plus à droite de tous ces candidats.

Et sinon, vous avez oublié Jean-Frédéric Poisson (qui ne va pas faire beaucoup moins que Copé).


Le même Fillon qui balance sans sourciller que la colonisation visait à "partager la culture française"?
Cafu cremes Niveau : CFA2
Message posté par zinczinc78
Tout dépend de ce que tu appelles "perdant".. Au moins quand tu as voté pour le vainqueur, tu as le sentiment que ton vote a été utile et la sensation n'est pas désagréable.

En poussant le truc à fond, tu peux aller klaxonner le soir dans la rue après chaque tour (oui, même pour la primaire).

Pour ma part, j'ai gagné toutes les élections depuis 2005, toutes catégories confondues (présidentielles, legistlatives, municipales..). 11 ans d'invincibilité, ça impose le respect


Ma plus belle victoire reste 2002, voter Chirac au second tour, c'est un peu comme être heureux de voir son équipe perdre pour empêcher le titre de l'ennemi façon Bordeaux/ Paris.

Ce jour la en sortant de l'urne sur ma carte électorale y'avait comme de la poussière de gravier. Avec le temps j'ai compris comme beaucoup que ça venait du gravier utilisé pour me fister.

2007 était un beau match aussi avec des soupçons de malletas quand même, tant l'equipe Ps a marqué contre son camp pour être sure de perdre.

Après enquête sérieuse, l'Arjel n'a trouvé aucune irrégularité, seulement une bêtise crasse de l'equipe Ps.

Mais pour 2017 je vois bien une victoire de l'équipe Tefal. Les mecs ont tellement de casserole au cul, ils sont sponsorisés c'est obligé.
Message posté par AuxArmes
Fillon a une certaine tenue et aucune casserole au cul, mais il n'est pas centriste modéré pour autant. Economiquement c'est le plus à droite de tous ces candidats.

Et sinon, vous avez oublié Jean-Frédéric Poisson (qui ne va pas faire beaucoup moins que Copé).


Au vu de son programme, Fillon c'est la réincarnation de Margaret Thatcher.
Je suis loin d'apprécié NKM, mais je vois pas ce qu'il y a d'infament ou de ridicule dans sa déclaration. Oui, l'EdF a eu un début d'Euro difficile et après ça allait mieux. Tous le monde disait la même chose avant la finale. Et même après la finale, en faisant le bilan de l'Euro, on dirait la même chose.
Allah au Bar Niveau : Loisir
Je ne vois pas ou vous voyez encore des orleanistes, des bonapartistes et des legitimistes a l'UMP.

Il ne reste plus que des liberaux qui ne different que sur la forme et la comm'

au pouvoir ils feront grosse merdo le meme programme que...Hollande.

Ils n ont qu'un seul club c'est bruxelle, a l extreme limite strasbourg!
@Zinzinc:
Tu serais pas un politix?

@Celui qui parle de Fillon:

Les jets privés + vacances payés par des dictateurs.
Les avions du gouvernement pour des déplacements privés et en famille.

C'est peut être pas le plus corrompus de sa famille politique, mais perso toute cette clique de politocards...bon j'arrête ici.
Champion-mon-frère Niveau : Ligue 2
Message posté par Ubriacone
Vous comptez nous pondre un article comme ça tous les jours jusqu'aux élections?
Je préfère les années qui précèdent l'Euro, on a droit à des top 100 passionnants et pas à ce genre de pavés indigents sans forme ni fond.


Attends, ils seraient capables de te faire les 100 plus grands politiques aperçus dans les tribunes de stade !
Cédric Fauré Niveau : District
Vous êtes durs les gars...
Je suis content que le NKM de So Foot se remette à la plume, il est autrement moins con que son homonyme, et même si effectivement c'était loin d'être son meilleur article, ça nous change un peu des brèves putaclic ou des articles à la qualité littéraire de Footmercato...
Ici c'est So Foot putain !
Message posté par zinczinc78
Tout dépend de ce que tu appelles "perdant".. Au moins quand tu as voté pour le vainqueur, tu as le sentiment que ton vote a été utile et la sensation n'est pas désagréable.

En poussant le truc à fond, tu peux aller klaxonner le soir dans la rue après chaque tour (oui, même pour la primaire).

Pour ma part, j'ai gagné toutes les élections depuis 2005, toutes catégories confondues (présidentielles, legistlatives, municipales..). 11 ans d'invincibilité, ça impose le respect


Ce qui veut donc dire que tu n'as pas d'idée politique.
Mehmet Scholl Niveau : CFA
Message posté par zinczinc78
Tout dépend de ce que tu appelles "perdant".. Au moins quand tu as voté pour le vainqueur, tu as le sentiment que ton vote a été utile et la sensation n'est pas désagréable.

En poussant le truc à fond, tu peux aller klaxonner le soir dans la rue après chaque tour (oui, même pour la primaire).

Pour ma part, j'ai gagné toutes les élections depuis 2005, toutes catégories confondues (présidentielles, legistlatives, municipales..). 11 ans d'invincibilité, ça impose le respect


C'est pas un truc dont je me serais vanté perso...
Chatperché Niveau : DHR
Primaire...
Ecole primaire?!
zinczinc78 Niveau : CFA
Message posté par Fenmarel
Ce qui veut donc dire que tu n'as pas d'idée politique.


Je dirais plutôt que j'estime que mes idées politiques ne sont incarnées par aucun des candidats en lice.

Le fait de ganger l'élection est donc la seule satisfaction qu'il me reste.
Article aussi vide que les commentaires qui suivent.
Message posté par zinczinc78
Je dirais plutôt que j'estime que mes idées politiques ne sont incarnées par aucun des candidats en lice.

Le fait de ganger l'élection est donc la seule satisfaction qu'il me reste.


Tant que tu n'habites pas Fréjus, ça va.
Message posté par zinczinc78
Tout dépend de ce que tu appelles "perdant".. Au moins quand tu as voté pour le vainqueur, tu as le sentiment que ton vote a été utile et la sensation n'est pas désagréable.

En poussant le truc à fond, tu peux aller klaxonner le soir dans la rue après chaque tour (oui, même pour la primaire).

Pour ma part, j'ai gagné toutes les élections depuis 2005, toutes catégories confondues (présidentielles, legistlatives, municipales..). 11 ans d'invincibilité, ça impose le respect


Tu as gagné "toutes les élections depuis 2005, toutes catégories confondues (présidentielles, legistlatives, municipales..)".
C'est normal ça?
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
Article suivant
Joaquín, l'éternel gamin
735 44