1. //
  2. // Présentation

Ce qu'il va se passer en Premier League cette saison

Trois mois qu’on l’attendait, la Premier League est de retour. Il n’y a qu’à regarder le tableau pour saliver : Klopp, Mourinho, Dja Djédjé, Puel et même Rolland Courbis derrière son micro. Alors, qu’est-ce qu’il va se passer ? Comment ? Avec qui ? Pourquoi ? Éléments de réponses entre les mois.

Modififié
619 7

Août

Putain, ça y est. On les attendait, ils sont là : Rolland Courbis, Frank Lebœuf, Emmanuel Petit. Il ne manque que Daniel Lauclair et on serait bon. Sur le plateau de SFR Sport, c’est déjà le feu alors que Stéphane Guy se console devant l’élimination précoce de Christophe Lemaître lors des séries du 100m à Rio. La raison ? Un faux départ consécutive à la déconcentration causée par Mahiedine Mekhissi qui s’amuse avec une mascotte. Rageant. Sur le terrain, Manchester City lance alors sa saison contre Sunderland. L’Etihad Stadium est bondé, c’est la fête. Un peu trop. Car Samir Nasri, posé en tribunes, décide de s’allumer un pur aux côtés d’un Yahiaoui déchaîné. On comprend enfin le secret des yeux exorbités de David Moyes. La science est heureuse.

Septembre

On pense au début à une journée de championnat comme une autre. Mais l’histoire ne choisit pas toujours ses acteurs. 25 septembre, stade olympique : West Ham-Southampton. Claude Puel n’a pas craché sur son style et débarque à Londres avec un trois-pièces parfait et une paire de mocassins serrée aux pieds. Seule faute de goût, la décision de gominer ses poivre et sel. Un truc plus proche de Danny Trejo que de Lucas Deaux. Lorsqu’il sort du tunnel, Puel est dévisagé par Bilić qui laisse alors les choses se faire. Jusqu’à cette action de la 79e minute où Southampton ouvre le score grâce à l’inévitable Grégoire Puel, débarqué dans les dernières heures du mercato. Car l’entraîneur français trace alors sa ligne et s’écroule sous les yeux de son homologue. Bilić insiste, Puel a plongé, mais l’entraîneur de West Ham est expulsé. Laurent Blanc est vengé, putain.

Angleterre, l'idylle italienne

Octobre

L’Angleterre se réveille sous le choc et dans un tollé général. Dans un entretien donné au Guardian, Pablo Iglesias fustige « ce sport populaire qu’est le football devenu un outil marketing dégoulinant de l’argent palpé par des agents véreux et qui trompe l’amour sincère des supporters » . Le nez sur son portable, Brice Dja Djédjé relève la tête et l’affirme sur l’honneur : il n’a rien compris. La BBC saute sur l’occasion et organise un débat entre Sam Allardyce, Iglesias et Sean Dyche, l’entraîneur de Burnley. Sur le papier, c’est beau. Dans la forme, c’est le bordel entre un Allardyce déchiré et déchaîné, et un Iglesias premier degré. L’histoire se termine sur un selfie entre les deux hommes, alors que Dyche tweete dans la minute : « Ce qu’il faut comprendre, c’est que je suis vraiment le nouveau Mourinho. »

Novembre

Alors que Chelsea reçoit Everton, Romelu Lukaku est déféré devant la Haute Cour pour les contrôles dans les pieds. Les jurés et le président Richard Dunne sont unanimes. L’attaquant belge vient d’être radié du monde du foot et est désormais interdit de s’approcher à moins de 200 mètres d’une pelouse. Les derniers mots du président Dunne sonnent comme un coup de hachette – « C’est une petite hache.  » – : « Tout dans la tête ce gamin, tout dans la tête. » L’important est finalement ailleurs, car, dans le même temps, Leicester écrit une nouvelle fois la légende : celle d’être la première équipe à faire tomber la foudre après un but. L’incroyable M. Fox.

Décembre

Cette fois, c’est la bonne. Mauricio Pochettino le sait et en a même retiré le couteau calé entre ses dents qui l’empêche de sourire. Pendant que Noël approche, son Tottenham est en tête avec deux points d’avance sur Manchester United, alors que les deux équipes se retrouvent sur le tatami. Le duo veut s’en mettre plein la tronche et Pochettino ne veut pas manquer le rendez-vous. Doucement, l’Argentin ne veut donc rien laisser au hasard et fait appel à un comportementaliste. Trois jours avant la rencontre, les Spurs voient alors Louis van Gaal débarquer dans le vestiaire. Sa consigne sera simple : enfermer l’effectif pendant trois jours dans un hôtel où la sécurité est assurée par Gennaro Gattuso et David Bentley, dont la mission est d’agiter un drapeau islandais à chaque sortie du groupe. Les veines au bord de l’explosion, Harry Kane débarque à Old Trafford avec les globules prêts à éclater : victoire 3-1, nette.

Janvier

Et pourtant, tout était parfait. Du moins, sur le terrain. Alors que la Premier League n’a toujours pas respiré, Michy Batshuayi truste la tête du classement des buteurs. Sauf que voilà, quand notre vie se résume à tabasser un ballon toute la journée, à regarder Scar balancer Mufasa dans une course d’antilopes et à jouer à Pokémon Go en confondant la tête de N’Golo Kanté avec un Racaillou, l’heure est grave. Alors Michy va déconner, mais vraiment déconner. Lui pense que c’est une blague, mais on ne rit pas avec Antonio Conte. Surtout pas avec sa lotion qui fait office d’élixir de vie. Car oui, l’ancien buteur de l’OM a bien glissé du balsamique dans la fiole de Conte. Résultat, l’Italien débarque le 21 janvier à Stamford Bridge avec son cratère capillaire. La sanction est radicale : Twitter ouvre de nouveau le compte de Michy pour lui permettre de se canaliser.

Février

Alerte : pour la réception de Bournemouth, Tony Pulis a retiré sa casquette. Une première historique. Interrogé après la rencontre par un journaliste de terrain, le coach de West Bromwich Albion se confie : « J’ai reçu hier soir un appel assez surprenant. C’était Boris Johnson. C’est quelqu’un dont je partage les idées et ça m’a d’abord fait plaisir. Jusqu’à ce que Boris m’explique que si je veux que mon équipe excite enfin quelqu’un et si je veux sauver ma tête, il faut que je jette cette casquette. Je ne sais pas pourquoi, mais voilà le résultat, aujourd’hui on a gagné facilement et Saido n’a même pas boudé. » Bluffant. Dans le même temps, Harry Redknapp est nommé porte-parole de la mise en œuvre du Brexit. Pourquoi pas.

Mars

Le temps et ses stigmates. Vingt ans que ça dure et cela ne pouvait finalement pas se terminer autrement que par une trahison. Arsène Wenger ne croit pas au grand amour. Mais tout finit toujours par se savoir. Le dimanche 12 mars est un tournant. Arsenal reçoit Leicester et doit s’imposer pour rester dans la course au titre. Reste que le matin même, la BBC révèle les contacts avancés entre l’entraîneur français et Tottenham, alors que Pochettino, de nouveau lâché dans la course au titre, est annoncé pour reprendre le banc du Real. L’Emirates Stadium offre alors le silence pendant quatre-vingt-dix minutes jusqu’à la réponse finale de l’Alsacien : « Je vais vous quitter en fin de saison. J’ai refusé de reprendre Tottenham. J’ai décidé de rejoindre le presbytère de Paimpol. Seule la prière peut maintenant me faire gagner. » Le père Arsène donc.

Avril

On parle maintenant des dernières foulées de la saison. Et de l’heure où l’histoire va choisir son camp. Voilà, Tottenham a lâché, Arsenal n’a pas réussi à suivre, Manchester United n’a pas tenu. Ce sera donc Manchester City ou Chelsea, Guardiola ou Conte, Fabian Delph ou Victor Moses. Ils se touchent, se caressent, se collent, mais il va falloir se séparer. Au moins un petit peu plus. Alors pour l’occasion, la Premier League passe une nouvelle étape et organise un véritable show avec un duo improbable entre Gwen Stefani et Kate Middleton. Cette journée reste également marquée par l’arrivée des deux entraîneurs dans un carrosse tiré par des chevaux royaux, par l’apparition de Paul Gascoigne habillé en tribunes et la présence incroyable du cheikh Mansour au stade. Score final : 0-0. Quoi ? Oui, le meilleur du foot n’est pas sur SFR Sport.

Mai

On sait ce que veut dire le printemps. Il va falloir couronner un roi. Au sens propre. Oui, c’est la dernière invention du boss de la Premier League, Richard Scudamore : chaque joueur champion se verra déposer une couronne sur la tête alors que chaque effectif relégué sera envoyé deux mois entre Arcachon et le Moulleau. Et il faut se le dire, celui qui porte finalement le mieux la couronne est bien Pep Guardiola, champion d’Angleterre dès sa première saison alors que Raheem Sterling a enfin réussi à ne pas courir tout droit. Comme quoi tout arrive. Au point que pour booster sa campagne, François Hollande fait tomber le Sabot 1. Joue-la comme Pep.




Par Maxime Brigand
Modifié

Dans cet article

Il va se passer que So Foot va nous rabâcher toute l'année la grandeur et la magnificence du soi disant meilleur championnat du monde , qui n'est en fait que la version foot de la nba américaine,du show et de l’esbroufe .Ah oui j'oubliais ,et les espagnols gagnent à la fin .Paluchez vous bien ..
Je valide pour Arsène qui reprend le presbytère de Paimpol, depuis que l'abbé Raoul nous a quitté (paix à son âme) il y a 2 mois ce n'est plus pareil.
Et puis au niveau football il y a de quoi faire entre le stade Paimpolais, les goëlands de Plouezec ou encore les écureuils de Plourivo.
Sans oublier que l'été prochain c'est à nouveau le festival des chants de marin.
Quelle région fantastique !
C'est vrai que l'Espagne bat toujours les USA en compétition internationale de basket. Ah non en fait, jamais.
Sofoot me semble quand même assez fan de foot italien, plus que lêcheur de la PL
Message posté par Ego24
C'est vrai que l'Espagne bat toujours les USA en compétition internationale de basket. Ah non en fait, jamais.
Sofoot me semble quand même assez fan de foot italien, plus que lêcheur de la PL


Sorry, message pour @Czerny
El Puerro Niveau : CFA2
Note : 1
Ce qu'il va se passer en PL cette saison ?

Et bien je vais lire ici de temps en temps les résumés vu qu'un margoulin international a décidé de rafler les droits pour sa nouvelle chaine dont tout le monde se fiche.
bandinidakar Niveau : CFA2
Bah zut alors, j'ai pas trouvé ça très drôle... Pas grave ça arrive!!!
Message posté par bandinidakar
Bah zut alors, j'ai pas trouvé ça très drôle... Pas grave ça arrive!!!


Perso j'ai rien compris. Du tout.

Le Kiosque SO PRESS

Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
Article suivant
Monaco sauve les meubles
619 7