Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. // Calendrier prospectif

Ce qu'il va se passer en 2012

Venus et Pluton domineront le ciel tandis que le soleil en maison 2 pourrait masquer la lune du troisième décan. Bref, en un mot comme en mille, les astres ont parlé. Verdict.

Modififié
Février

A Libreville, c’est jour de fête. Après s’être débarrassé du Mali et de la Côte d’Ivoire, le Gabon se retrouve en finale face au Ghana. Dans les tribunes, la Françafrique vient assister au sacre. Les Panthères de Gernot Rohr remportent le match grâce à un but de raccroc de Daniel Cousin sur un centre d’Aubameyang. Le Gabon exulte en soulevant la coupe. En conférence de presse, Rohr, visiblement bourré au schnaps, se lâche : «  C’est le plus beau jour du Gabon depuis la prise de pouvoir d’Omar Bongo !  » . On appelle ça "l’alcool patriotique".

Mars

Pas de miracle en Ligue des champions : Marseille est calmé par l’Inter. Sans forcer. Au contraire, Lyon se qualifie dans la douleur face à l’APOEL Nicosie. « Encore une fois, l’OL prouve qu’il est un grand d’Europe » , s’enflamme Aulas, tout content d’être éliminé au tour suivant. L’Europe, voilà ce qui pourrait intéresser le candidat Cantona. Mais le révolutionnaire se retire de la course pour 2012. La faute aux signatures : « Les maires sont des sacs à merde !  » , lâche-t-il au micro d’Elkabbach.

Avril

Il n’y a plus de club français sur la scène européenne depuis que le Bayern a renvoyé l’OL en coulisse. Sans triplé d’Olic. Les demi-finales sont connues : Milan-Munich et Real-Barça. Tiens, tiens. Si la première manche du Clasico se passe bien, le match retour se termine en baston générale suite à la qualification des Madrilènes grâce à une tête de Pepe à la 92e. Par l'intermédiaire de Platini, l’UEFA tape du poing sur la table : «  Devant le spectacle affligeant, nous avons décidé de suspendre à titre conservatoire jusqu’en septembre 2012 les joueurs susnommés : Xavi, Piqué, Arbeloa, Pepe, Puyol, Busquets, Sergio Ramos, Dani Alves, Marcelo et Pinto » . Après avoir rayé de la carte Locminé, Sablé sur Sarthe, Ajaccio GFCO et Niort, le PSG remporte la Coupe de France. Toujours une coupe Pitch dans la potche.

Mai

Le buzzer clôt le money time : Manchester United, Milan, Lille et le Real sont sacrés. Fin de saison en eau de boudin pour Manchester City qui s’incline en finale de Ligue Europa devant l’Udinese. L’Europe. La vraie se trouve à l’Ouest. A l’Allianz Arena, le Bayern se mesure au Real Madrid. Décimés par les suspensions, les Merengues sont bousculés. Il faut attendre la 26e minute et la sortie sur blessure de Robben pour que le Real se reprenne. Après une interminable séance de tirs au but, Madrid remporte sa dixième Ligue des champions. Mourinho court comme un dératé aux quatre coins de la pelouse et répond aux interviews en parlant de lui à la troisième personne. En zone mixte, Ribéry encaisse mal : «  J’sais comment que j’pourrais trouver les bons mots justes. Mais on a dur là  » .

Juin

Euro 2012 : la France se qualifie à l’arrache pour sortir en quarts. Il faut dire qu’avec Cabaye comme meneur de jeu, les Bleus ne pouvaient espérer mieux. Malgré tout, Blanc est conforté à son poste. Amputé de sa colonne vertébrale (cf Real-Barcelone), l’Espagne arrive à se hisser jusqu’en finale en s’appuyant sur la réserve du Barça (Fontas, Thiago, Cuenca, Montoya). Insuffisant, pour marcher sur la Nationalmannschaft. Car malheureusement, l’Allemagne subjugue souvent en Pologne. Avec ou sans Wagner dans les oreilles.

Juillet

Le mercato permet enfin de voir la griffe d'Ancelotti au PSG : Zambrotta, Bonera, Gattuso, Ambrosini et Pato débarquent au Camps des loges. D’ailleurs Ancelotti ne se fait plus chier à baragouiner du français en conférence de presse : l’italien est devenu la langue officielle du PSG. Sur la promenade des Anglais, Eric Besson retrouve du boulot : président de l’OGC Nice. Première mesure ? Mettre sur la liste des transferts Pejcinovic, Diakité, Mabiala, Coulibaly, Dja Djédjé et Mouloungui. Transfert toujours : l’OM joue son va-tout pour se débarrasser de Gignac en l’inscrivant à "Belle toute nue".

Août

Début de saison mollasson. Les regards ensablés se tournent vers Londres 2012. Enfin ! Enfin ! L’équipe d’Angleterre qui a mis le paquet décroche SON tournoi olympique. Enterrer des années de vaches maigres, ça se fête. Dignement. Gascoigne s’enfile verre sur rail au fond des pubs les plus cradingues de Londres. Le lendemain, on retrouve le corps inanimé de Gazza entre deux urinoirs. Nommé ministre des Sports par le président Bayrou, Fabien Cool salue «  un grand joueur à l’hygiène incertaine emporté trop tôt  » . Le feuilleton Neymar touche à sa fin : il reste à Santos.

Septembre


Lassé du mauvais début de saison, Didier Deschamps claque la porte. Pour des raisons de sécurité, le préfet des Bouches-du-Rhône met son veto à la nomination de Frédéric Antonetti. Finalement, Anigo s’y colle. Sinon, une baston au Milan AC voit Ibrahimovic allonger Tevez. Bah, ça fera qu’une balafre de plus sur la gueule de l’Apache. En Liga, Giovani Dos Santos fait la nique au Barça.

Octobre

Suite à un nouveau plan d’austérité, la Grèce se révolte. Le championnat est suspendu. Libérés par leurs clubs, les joueurs hellènes sont refoulés à la frontière de la Bundesliga : «  Pas question que les truqueurs grecs viennent manger notre pain. Qu’ils mangent leur pain noir ! » , souffle Angela Merkel. Dans le championnat anglais, Carlos Vela profite de la blessure de Van Persie et caracole en tête du classement des buteurs.

Novembre

Sarkozy ne peut s’empêcher d’être président. Les qataris le savent et lui font une place au sommet de l’organigramme du PSG. Sarko ne tarde pas à retrouver ses vieilles habitudes en licenciant Hoarau (1m92) et en invectivant son homologue Labrune : « Viens, viens à Paris, si t’es un homme. C’est trop facile de parler sur la Canebière ! » . Ochoa est élu joueur du mois en Ligue 2.

Décembre

Le mois se résume à une date : le 21 décembre. Il fallait s’en douter, retrouver autant de joueurs mexicains au top du hip-hop était forcément un coup des mayas. Messi n’aura pas de quatrième Ballon d’Or.

Par Adrien Rodriguez Ares
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom Un autre t-shirt de foot est possible Podcast Football Recall MAILLOTS FOOT VINTAGE Tsugi
jeudi 19 juillet Quand Bryan Mélisse plante ses pieds dans un adversaire 25
À lire ensuite
Lyon avait faim