En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 25 Résultats Classements Options

Ce qu'il faut retenir des huitièmes

Pourquoi il ne faut pas en faire trop sur l'Amérique du Sud et le Ghana. Pourquoi les polémiques sur l'arbitrage nous les brisent. Pourquoi les USA vont nous manquer. Et plein d'autres remarques pertinentes.

Modififié
Amérique lat(r)ine et Vieux (in)continent

On va pouvoir en tartiner, des couches de confiture dégoulinante sur le renouveau du football sud-américain. Bah ouais, vous n'avez pas regardé le tableau ? En quarts, on retrouvera quatre équipes d'Amsud (Brésil, Argentine, Uruguay et Paraguay) contre seulement trois européennes (Allemagne, Pays-Bas et Espagne). Certes, c'est la première fois que le rapport s'établit dans ce sens à ce niveau de la compétition dans l'Histoire de la coupe du monde. Mais doit-on vous rappeler que le Paraguay a éliminé le Japon et l'Uruguay la Corée du Sud pendant que trois duels européo-européens réduisaient les effectifs du Vieux Continent. A la limite, tout ce que l'on peut conclure de ces huitièmes, c'est que le football sud-américain est supérieur au football asiatique. Bravo les gars, c'est déjà bien, mais pour le reste on attendra encore un tour.

Landon Freedom

Les Stars and Stripes ont donc joué aux étoiles filantes, reprenant leur bannière avec eux pour traverser le ciel de Rustenburg, direction Washington. Oui, les États-Unis nous ont séduits. Un jeu au goût de friandise dans le désert du groupe C, un leader un peu loser et un peu flamboyant (Landon Donovan), et le maillot le plus classe de la compétition. Sans oublier Bill Clinton, qui vient boire des Bud avec les joueurs dans le vestiaire. Salut les boys, on a toujours un petit pincement au cœur lors du retrait des troupes. Comme en Irak, les Américains reviendront plus forts la prochaine fois.

Ghana Diskan

En même temps, la qualification du Ghana nous donne raison. Alors que beaucoup se pâmaient devant les « grands noms » des bordels de campagne que deviennent le Cameroun et la Côte d'Ivoire dès qu'ils mettent les pieds dans une compétition, nous essayions de vous expliquer que les Black Stars étaient la meilleure chance du continent. Une bonne performance en 2006 (éliminés par le Brésil en huitième pour avoir voulu défendre à 40 mètres de leurs buts), un championnat du monde des U20 l'année dernière et une finale de CAN en janvier avec un effectif ultra-réduit, c'était juste de la logique. Maintenant, tout le monde va pouvoir s'enflammer pour Gyan et ses copains. Alors que l'Uruguay va les sortir en quarts.

Arbitre de bouche

Allemagne-Angleterre ; Argentine-Mexique. What a soulagement ! Alors qu'on ne l'attendait plus, voici venir le scandale d'arbitrage, toujours élégant, toujours fringant dans son costume en papier journal. Toujours prompt à lancer des débats interminables usant, encore et encore, les mêmes arguments « imparables » en faveur de la vidéo. Au fond, si l'on devait compter le nombre de ballons rebondissant juste devant ou juste derrière la ligne, les heures de discussion sur les révélateurs miracles nous paraitraient bien vaines. Si l'on devait compter le nombre d'arbitres-assistants incapables de voir qu'un ballon a rebondi un mètre derrière la ligne, idem. Pourtant, Sepp Blatter nous a esquissé une sorte de « Grenelle de l'arbitrage » qui inclura un examen de la vidéo-assistance. Après deux erreurs. Alors que les arbitres s'étaient plutôt bien comportés jusque-là. Au fond, soit la FIFA ne savait pas pourquoi elle était opposée à la vidéo, soit elle a décidé d'adopter la méthode sarkozyste : un fait divers, une loi. Au passage, on rappelle tout de même que l'Argentine a gagné 3-1, et l'Allemagne 4-1.

Miscellanées

- Des inédits : Le Ghana et le Paraguay atteignent les quarts de finale pour la première fois de leur Histoire.



- Des remakes : Le Brésil avait déjà battu le Chili par trois buts d'écart en huitième de finale de la coupe du monde 1998 (4-1). L'Argentine avait déjà battu le Mexique en huitième-de-finale de la coupe du monde 2006 (2-1, ap).


- Des héros : Avec la disparition de Rooney et Cristiano Ronaldo, Lionel Messi est la dernière grosse star encore en course. La définition de « grosse star » est un peu floue, certes. On pourrait peut-être y caler une poignée d'Espagnols, mais on ne va pas chipoter.


- Des personnages secondaires : La paire Forlan-Suarez, le goleador Vittek, l'espoir Özil, les Donovan/Bradley/Finley, voilà des gens qui ont marqué ces huitièmes de finale. Ceux qui sont encore là seront à surveiller.

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



il y a 13 heures Coentrão casse le banc des remplaçants 8 Hier à 21:56 L2 : Les résultats de la 22e journée 4
Partenaires
Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
Hier à 16:15 Un club espagnol offre un maillot à tous les bébés nés en 2018 3
À lire ensuite
Sur un air de handball