Ce qu'il faut retenir des Galactiques 2.0

Une saison et 300 millions d'euros plus tard, le Real de Perez est revenu au point de départ. Le Real a beau être devenu le club le plus riche du monde, il n'a rien à accrocher à sa boutonnière à part quelques regrets. S'il ne fallait se souvenir que de sept jours, voilà ce qu'on choisirait.

Modififié
0 3
Ronaldo, l'homme aux pieds d'or

21 avril 2010. En Espagne, quand Juan Antonio Samaranch disparaît, on demande son avis au Roi, au Premier Ministre et à Cristiano Ronaldo. Le Portugais était une icône avant d'arriver au Real. Dix mois et 96 millions d'euros plus tard, il a remplacé Raul dans le cœur des socios. Avec 33 buts en 34 matchs, il est le seul des galactiques 2.0 à avoir rempli le cahier des charges. Le patron du Real c'est lui.

Kaka, le bide

24 avril 2010. Pellegrini aura attendu le dernier moment pour démontrer ce qu'il pense de Kaka. Ce jour-là, contre Saragosse, le Brésilien n'a plus d'excuse. Certes son entrée sera décisive mais il ne sera plus titulaire. Kaka c'est le bide du Real cette saison. Jamais vraiment dans le coup (sauf peut-être à Valence et un peu au Camp Nou) et souvent blessé, l'Auriverde a terminé la saison sur le banc. Rafael Van der Vaart, l'homme dont personne ne voulait à la fin de la saison dernière, a réussi à lui voler la vedette. Perez l'a déclaré intransférable. Il paraît qu'il se réserve pour le Mondial, en fait.

L'Alcorconazo

27 octobre 2009. Un club de banlieusards colle une déculottée à ses voisins de la capitale. Ce soir-là, les Galactiques jouent en jaune et les Madrilènes font franchement pitié. Pour Marca, ce match, c'est le péché originel de Pellegrini. Si les socios ont pardonné, le quotidien, lui, n'en démordra plus. Pellegrini est un loser et les losers n'ont rien à faire du côté de Bernabeu. Marca 1- Pellegrini 0.

Le Real n'a pas gagné les bons matchs

29 novembre 2009, 10 avril 2010. Le Real a beau avoir planté 102 buts cette saison (soit 4 de plus que le Barça), remporté 31 matchs (record européen à égalité avec les Azulgranas) et tenu ainsi le rythme hallucinant imposé par la Pep Team, les Merengues n'ont pas gagné quand il le fallait. Les deux défaites (1-0 au Camp Nou, 2-0 à Bernabeu) contre l'ennemi héréditaire auront eu raison des espoirs madridistes. See you next season.

Pepe, et si ...

12 décembre 2010. Le Real s'impose 3-2 à Valence. Benzema fait son meilleur match de la saison mais Pepe se pète le genou. Cette blessure est peut-être le vrai tournant de la saison. Rapide, puissant, précis et intelligent, Pepe était alors le meilleur défenseur d'Europe et peut-être le meilleur joueur du Real. On se demande si Pjanic, Messi ou Pedro se seraient autant régalés dans la surface blanche si le géant portugais avait été de la partie. Il sera sur deux pieds pour le Mondial. Et si c'était le Portugal en fait la surprise de la Coupe du Monde ?

L'ombre du Mou

28 avril 2010. Le Barça tombe. José Mourinho fait ce que tous les Merengues rêvent de faire à ce moment-là : exulter dans un Camp Nou muet. L'entraîneur lusitanien sauve Bernabeu de l'infamie et éloigne l'ennemi intime du fief madridiste. Ce soir-là il entre dans la mythologie merengue et Perez tombe amoureux. Scénario made in Florentino : le Barça est champion, Mou remporte la Champions au Bernabeu. En cadeau Perez lui offre officiellement le banc merengue. Et Pellegrini ? Marca s'en charge.

Higuain, l'anti-Benz

11 mai 2010. On attendait Benzema, ses 35 millions, sa saga et son statut de meilleur attaquant du monde du futur. On a trouvé Higuain, Zahia et pas de Mondial. El Pipita a enfoncé des portes fermées toute la saison. Le Breton de naissance, pourtant promis aux lions en début de saison, termine presque meilleur buteur du club et presque attaquant titulaire de l'Albiceleste au Mondial. L'Argentin réclame une revalorisation de son contrat à hauteur de celui du Benz (soit trois fois plus que son salaire actuel). Perez fait la moue. C'est Chelsea ou la Juventus qui vont être contents.

Thibaud Leplat, à Madrid

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Bien sûr, ils ne nous ont pas fait "rêver" autant qu'ils auraient dû. Bien sûr certains, comme Kaka, ont déçus. Bien sûr, ils auraient dû battre Lyon, qui n'a décidément pas la carrure d'un gagnant potentiel de C1... mais putain qu'est ce que ça va être !!!

Avec ce niveau collectif moyen, ils battent le record de points en championnat d'Espagne et marquent 102 buts. Je pense que la base est là. Des petites retouches à apporter à droite à gauche (Marcelo, Granero) et cette équipe sera très grande. Espérons qu'ils ne détruisent pas tout encore une fois... car c'est pour moi une bonne saison de transition... la seule grosse erreur commise l'été dernier fut de laisser partir Robben (pas d'autres vrais joueurs de couloirs de qualité dans l'effectif à part Ronaldo, mais il a plus joué dans l'axe) et Sneijder (qui lui par contre avait des remplaçants potentiels, mais qui n'ont pas été à la hauteur de sa saison magnifique à l'Inter). L'erreur aujourd'hui serait de tout changer !!!
Seront-ils seulement capables de rééditer une telle saison en championnat ?
Pas sur...

Sinon, j'ai un autre scénario à proposer pour le "traductor".
Samedi, le Van Gaal, son mentor, lui met une fessée.
Le traductor reste alors à madrid, ayant montré au bernabeu qu'il avait les compétences pour succéder à pellegrini. Il travaillera alors dans la continuité.
C'est alors que les tuyaux d'arrosage se mettent en route en toute fin de match lorsque les bavarois fêtent le titre sur la pelouse.
Certains disent avoir aperçu Valdés dans la salle des commandes...
Ce qu'il faut retenir des Galactiques 2.0 c'est que c'est une equipe de merde club de facho
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
Article suivant
Les révélations de la L1
0 3