1. // Autres championnats – Suisse – Bilan 2014/2015

Ce qu'il faut retenir de la Super League suisse 2014/2015

Un sixième titre de suite pour l'intouchable FC Bâle, l'improbable comeback de Guillaume Hoarau, l'échec de la remontée du Servette, la retraite de Streller, l'émergence d'Embolo et même un peu de violence : c'est le bilan de la saison de football chez les voisins suisses.

Modififié
3 17

La tête de classe : FC Bâle


FC Bâle champion de Suisse avec 12 points d'avance sur son dauphin, la meilleure attaque (2,33 buts marqués en moyenne), la meilleure défense (1,14), le meilleur buteur (Shkëlzen Gashi, 22 pions) et de très loin les meilleures affluences à domicile (près de 29 000 spectateurs de moyenne) : clairement, en Suisse, depuis quelque temps, il y a un club largement devant et tous les autres derrière à se battre pour les places d'honneur. C'est le sixième titre de suite pour les Bâlois, le dix-huitième de l'histoire, ce qui permet au club de passer devant le Servette au palmarès, à bonne distance néanmoins du Grasshopper et de ses 27 titres. Le changement d'entraîneur il y a un an (Murat Yakin remplacé par le Portugais Paulo Sousa) n'a pas eu de conséquences néfastes. Le FCB a déjà d'avance bien plus d'argent que la concurrence et voit son pécule augmenter à mesure des participations de plus en plus régulières à la phase de groupes de la Ligue des champions. Vraiment, difficile d'envisager à moyen terme les autres clubs venir ne serait-ce que titiller un peu l'intouchable FC Bâle en Suisse… Un football local qui n'a d'ailleurs pas tellement à se plaindre de la toute puissance de son incontestable meilleur représentant sur la scène européenne, le FCB permettant à la Suisse d'avoir un très honnête coefficient UEFA, qui plus est cette saison en y ajoutant les performances du FC Zurich et surtout des YB Berne en Ligue Europa.

La révélation : Breel Embolo


Attention très gros talent ! Breel Embolo a seulement fêté ses 18 ans en février dernier, mais il a été un incontournable de la nouvelle solide saison du FC Bâle, devenant même déjà international A avec la Nati. Né à Yaoundé au Cameroun en 1997, il n'a que 6 ans quand il part en Europe avec sa mère, direction Bâle où il intègre rapidement le centre de formation du FCB. Attaquant très complet, Embolo a fait ses débuts chez les pros il y a un peu plus d'un an. Pour sa première saison complète, il affiche déjà de très jolies stats avec 10 buts en championnat et 17 au total. Sa personnalité et sa fraîcheur font l'unanimité. Les dirigeants bâlois espèrent le garder encore au moins une saison avant qu'il ne finisse fatalement par aller évoluer dans un des grands championnats européens.

L'au-revoir : Marco Streller


Après Benjamin Huggel en 2012, après Alexander Frei en 2013, c'est un nouveau cadre du FC Bâle qui va prendre sa retraite en cette fin de saison : le capitaine Marco Streller, qui s'apprête à disputer un dernier match, la finale de la Coupe de Suisse dimanche à 14h contre Sion, avant de remiser les crampons à l'aune de ses 34 ans. Le vide laissé par l'immense attaquant international va être grand, forcément. À la relève d'en profiter, dont évidemment Breel Embolo…

La deuxième jeunesse : Guillaume Hoarau


Derrière le FC Bâle, ce sont les Young Boys de Berne qui terminent à la seconde place, avec un buteur renaissant : Guillaume Hoarau, 17 coups de pied et coups de tête dans les filets adverses en comptant seulement le championnat. À cela s'ajoute en prime une belle petite épopée européenne jusqu'en 16es de finale. Pas mal du tout pour un trentenaire qu'on disait totalement cramé par une expérience chinoise catastrophique et une première tentative de relance laborieuse à Bordeaux. De quoi lui ouvrir de nouveau les portes de la Ligue 1 ? En attendant d'en savoir plus sur son avenir, il faut retenir que le Réunionnais a parfaitement su profiter du challenge offert à Berne, ce qui prouve que le championnat suisse peut parfois constituer une belle opportunité en la matière.

La folle remontée : Lucerne


Dernier du classement une bonne partie de l'hiver et jusque mi-février, Lucerne a opéré un spectaculaire redressement dans le troisième tiers de la saison pour se hisser finalement jusqu'à la cinquième place finale, synonyme peut-être de qualification européenne (tout dépend du résultat de la finale de la Coupe de Suisse dimanche : si Bâle domine Sion, alors le dernier accessit continental ira à Lucerne). Une vraie belle réussite pour l'entraîneur Markus Babbel, arrivé en cours de saison et qui a finalement réussi son pari. L'ancien international allemand, dont la carrière de coach commençait à sérieusement patiner, a déjà été confirmé dans ses fonctions pour la saison prochaine.

La folle descente : Servette Genève


C'est l'info tristesse de cette fin de saison : en D2, le mythique Servette de Genève s'est battu avec beaucoup de courage pour remonter en élite, mais échoue finalement à la seconde place, laissant le seul ticket pour une promotion à Lugano. Mais ce n'est pas encore le pire : le club s'est vu interdit de licence pour la saison prochaine en raison de finances catastrophiques et va certainement devoir repartir au niveau amateur, en D5… Ce n'est malheureusement ni une surprise ni une première pour une institution qui a déjà connu pareille situation il y a une décennie. C'est triste qu'un club aussi prestigieux, qui plus est dans une ville telle que Genève, ne parvienne pas à disposer de finances suffisamment saines pour pérenniser son avenir parmi les meilleurs du pays…

Le but : Moussa Konaté


À Sion, la grosse satisfaction de la saison se nomme Moussa Konaté. L'attaquant international sénégalais, passé par Israël, la Russie et l'Italie, a marqué 16 fois cette saison pour l'équipe entraînée par Didier Tholot, dont ce joli retourné contre Thoune le 22 mars. De quoi attirer les convoitises de clubs étrangers. Ces derniers jours, il était question d'intérêts en France de Saint-Étienne et de Rennes. Affaire à suivre.

Youtube

Le coup de chaud : Bâle/Zurich


Un dernier point pas très glorieux à retenir de la saison de football en Suisse : de réguliers actes de violence de la part d'une minorité de supporters, notamment le 12 avril dernier en marge du match entre Bâle et le FC Zurich, ce dernier club se signalant un peu trop souvent en raison du comportement violent de hooligans. Les instances du football suisse semblent décidées à agir et ont récemment décidé la mise en place d'un projet baptisé Focus One, avec prises de photos et captation vidéo permettant d'identifier clairement les fauteurs de troubles pour mieux les sanctionner.

Youtube


Par Régis Delanoë
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

bale joue clairement dans une autre categorie a tous les niveaux: formation, budget, stade, equipe. il seront encore champion longtemps. Sinon Sion pour la 13 sur 13, on y croit!
La Groupie de Ronnie Niveau : DHR
Pour Hoarau je ne comprends pas. Il ferait du bien à tellement de clubs de ligue 1. On parle d'un attaquant qui est à l'aise des deux pieds et dont le jeu de tête est le point fort ! Dans le vestiaire je ne pense pas qu'il pose problème non plus, bien au contraire.
Note : 4
Message posté par Maidana
bale joue clairement dans une autre categorie a tous les niveaux: formation, budget, stade, equipe. il seront encore champion longtemps. Sinon Sion pour la 13 sur 13, on y croit!



c'est malheureusement un cas de figure qu'on retrouve dans beaucoup de championnats (Bayern en Allemagne, Paris en France, Juve en Italie, sans parler d'autres championnats moins reconnus, avec Ludogorets, Maribor, le Steaua, le Red Bull Salzbourg, entre autres, qui sont champions quasiment tous les ans dans leurs pays respectifs)

après, pour Bâle et les autres, c'est mérité au vu du travail accompli. Mais les championnats perdent de leur interêt. J'ai peut-être la mémoire sélective mais il me semble qu'auparavant les championnats étaient plus disputés.

Pour rester sur le sujet Suisse, c'est clair que Bâle manque de concurrence, mais les clubs romands sont mal gérés, les clubs italophones quasi inexistants, et les autres clubs germanophones comme Berne ou Zurich me paraissent encore loin de pouvoir rivaliser avec eux sur toute une saison.

je pense donc qu'ils vont encore enchaîner quelques titres !
Servette n'est pas relégué en "D5", mais bien à l'échelon inférieur: la "promotion league", l'équivalent de la "D3".
La_mangouste Niveau : District
Message posté par La Groupie de Ronnie
Pour Hoarau je ne comprends pas. Il ferait du bien à tellement de clubs de ligue 1. On parle d'un attaquant qui est à l'aise des deux pieds et dont le jeu de tête est le point fort ! Dans le vestiaire je ne pense pas qu'il pose problème non plus, bien au contraire.


Comme dit dans l'article, en août 2014, Hoarau sortait d'un an en Chine et de six mauvais mois à Bordeaux (1 seul but de mémoire). C'était quand même un gros pari pour Berne de le prendre.

Aujourd'hui qu'il s'est imposé dans ce club, a-t'il lui-même envie de partir et reprendre un risque de se planter ?
Message posté par Noé_Duc
Servette n'est pas relégué en "D5", mais bien à l'échelon inférieur: la "promotion league", l'équivalent de la "D3".


Pour l'instant. En cas de faillite du club (ce qui va malheureusement être difficile à éviter, il manque 7 millions), ça sera la D5.
Pas de finances suffisamment saines à Genève, un comble
Note : 1
Question de curiosité , la ville de Bale c'est un Allemand standard qu'ils parlent las bas non ?
Et non le Suisse Allemand , Alémanique ( comme l'Alsacien parlé ) ?

Les arbitres doivent etre trilingue pour officier chaque semaine ?
( question d'inculte , vu que la Suisse possède 3 langues officiels )

Qu'est ce qui explique la domination du FC Bale en Suisse , les groupes pharmaceutiques de la ville qui investissent dans le club ?
Message posté par El Xeneize
Question de curiosité , la ville de Bale c'est un Allemand standard qu'ils parlent las bas non ?
Et non le Suisse Allemand , Alémanique ( comme l'Alsacien parlé ) ?

Les arbitres doivent etre trilingue pour officier chaque semaine ?
( question d'inculte , vu que la Suisse possède 3 langues officiels )

Qu'est ce qui explique la domination du FC Bale en Suisse , les groupes pharmaceutiques de la ville qui investissent dans le club ?


En fait la Suisse possède 4 langues officielles ( sacré Romanche.. ).

Les bâlois ont leur propre "dialecte" suisse allemand, le Baslerdütsch, mais la quasi totalité des suisses allemands parlent un excellent allemand. L'allemand reste la langue numéro un pour les arbitres alémaniques. le français pour les romands, etc. etc.
Ah d'accord donc chaque arbitre reste dans son canton suivant sa langue maternelle , sans faire de déplacement national ?
Donc la Suisse est un pays hyper régionaliser , si j'en déduis bien ? :)

Le Romanche je connais , je pensais plus a l'Italien , Français , et Allemand ( standard et sous sa forme Alémanique )
http://fr.wikipedia.org/wiki/Suisse_allemand

Sacré tour de babel votre pays ;) , ca doit etre fun les communication inter cantonal las bas ! :)
Note : 1
Message posté par El Xeneize
Ah d'accord donc chaque arbitre reste dans son canton suivant sa langue maternelle , sans faire de déplacement national ?
Donc la Suisse est un pays hyper régionaliser , si j'en déduis bien ? :)

Le Romanche je connais , je pensais plus a l'Italien , Français , et Allemand ( standard et sous sa forme Alémanique )
http://fr.wikipedia.org/wiki/Suisse_allemand

Sacré tour de babel votre pays ;) , ca doit etre fun les communication inter cantonal las bas ! :)



Le Romanche je connais pas *
Note : 2
Message posté par El Xeneize
Ah d'accord donc chaque arbitre reste dans son canton suivant sa langue maternelle , sans faire de déplacement national ?
Donc la Suisse est un pays hyper régionaliser , si j'en déduis bien ? :)

Le Romanche je connais , je pensais plus a l'Italien , Français , et Allemand ( standard et sous sa forme Alémanique )
http://fr.wikipedia.org/wiki/Suisse_allemand

Sacré tour de babel votre pays ;) , ca doit etre fun les communication inter cantonal las bas ! :)


Non non les arbitres arbitrent à l'échelle nationale. Concernant la langue je ne sais pas mais j'imagine que les romands parlent en allemand lors de match 100% alémaniques.

Et comme précisé plus haut, les bâlois ont leur dialecte, comme chaque canton et ils le parlent en eux. Après tous savent l'allemand mais je m'avancerai pas en disant qu'ils parlent un excellent allemand. D'ailleurs entre certains cantons, ils sont obligé de communiquer en allemand car s'ils parlent dans leur dialecte respectif ils ne se comprennent pas.

Concernant le FCB, le club a bénéficié d'un mécène pendant plusieurs années, ce qui lui a permis d'atteindre un haut niveau. Ensuite c'est en effet les groupes pharmas (novartis) qui lui assurent des revenus sponsoring important.

Cela dit, il faut aussi souligner l'intelligence du club, notamment au niveau du recrutement. Franchement, Berne est pas loin d'avoir un budget similaire et chaque année on dit qu'ils pourront jouer le titre, mais ils se chient toujours dessus. Bâle est très intélligent au niveau du recrutement, ils arrivent chaque année à compenser les départs. On peut mentionner Salah, récemment, mais aussi Dominguez cette année, ou encore Dragovic il y 2 ans il me semble.
DoutorSocrates Niveau : CFA
Ce qui a également favoriser la domination du fc Bâle sur la scène nationale, c'est bien évidemment la nouvelle répartition des places en Champions League. Avant, le champion suisse devait souvent se farcir un gros au dernier tour qualificatif. Maintenant, il est quasi sûr d'y participer. Et comme Bâle était là au bon moment, il profite de ce cercle vertueux: argent de la Champions, champion national, argent de la Champions et ainsi de suite.

Il faut cependant pas exagérer en disant que les Suisses-Allemands doivent parfois converser en Hochdeutsch pour pouvoir se comprendre. Ça arrive peut-être lorsqu'ils croisent un Haut-Valaisan mais sinon...
Dans la formation des arbitres, ils commencent par des matches au niveau cantonal, et déjà dans certains cantons c'est le bordel pour se faire comprendre entre romands et alémaniques (Valais et Fribourg par exemple)

Ensuite ils peuvent arbitrer au niveau interrégional (D5) et là ils sont envoyés un peu partout en Suisse donc bonjour les déplacements et le bordel si t'es romand et que tu fais un derby Zurichois ou inversément.

Pour accéder en 1ere ligue Classic (D4) puis Promotion (D3), l'association te fait passer des tests de langue et les arbitres doivent obtenir un niveau minimum s'ils veulent être proposés à ce niveau là. Ils ont aussi un test d'anglais mais moins exigeant.

Bon après en tant que romand je vous cache pas que c'est infernal de comprendre les gens qui parlent un dialecte, et les joueurs font pas énormément d'efforts pour parler en "bon allemand". Mais avec le tournus des trios (romands-allemands), on commence gentiment à comprendre les mots, les expressions et c'est vraiment sur le terrain plus qu'à l'école qu'on apprend le suisse-allemand.

Donc les arbitres en SuperLeague, ils ont un niveau correct en allemand et ils s'entendent et se comprennent assez bien. Y a aussi des personnes bilingues et ça aide énormément dans un trio. Et je vous mens pas, les allemands parlent mieux français que les romands parlent allemand, sûrement parce qu'on aime vraiment pas la langue.

Concernant Bâle, ils représentent bien la Suisse au niveau européen et niveau national, ça reste l'équipe à (essayer de) battre.
Note : 1
Merci a vous tous pour vos réponses , pour avoir était a Bale niveau langue j'avais l'impression d'etre en Allemagne , alors que je m'attendais plus a du Suisse Allemand en y allant , ( c'est plus Zurich d'après vos écrits , que je ne connais pas )
Pareil pour Lausanne , niveau langue j'avais l'impression d'etre en France , hormis juste quelques personnes avec un accent .

Pour regarder la ligue des champions sur un canal Suisse public , commentateurs que j'apprécie pas mal d'ailleurs , le FC Bale ont l'air de posséder de bon recruteur *, et débusque chaque avant saison de joueurs intéressant a un bon potentiel revente !
Shaqiri , Salah , Sommer dernièrement , et par le passé Streller , Derdiyok , Degen , Shaka , Kuzmanovic , Yakin , Petric , Rakitic ..

La Bundesliga , étant le championnat de prédilection des joueurs Suisse Germanophone vu tout ces transferts , mais on va pas pas oublier l'excellentissime Stéphane Chapuisat qui a animer l'attaque de Dortmund pendant longtemps !

( * il fallait que je mentionne la touche Argentine du FC Bale , qui dure maintenant depuis + de 20 ans )
Et personne parle de mon club favori, le FC Vaduz? (Je blague à peine)
DoutorSocrates Niveau : CFA
Aha, mais à Lausanne, et dans toute la Suisse Romande, on parle un français tout ce qu'il y a de plus standard (hormis l'accent et qq expressions bien sûr). Il en va tout autre pour la Suisse alémanique où ils parlent de véritables dialectes.

P.S. pour ce qui est de Bâle et de l'allemand, c'est peut être aussi simplement que tu étais tombé sur des Allemands pure souche. Bâle est collée à la frontière...
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
3 17