Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 3 Résultats Classements Options
Matchs du jour
  1. //
  2. // Bilan 2014/2015

Ce qu'il faut retenir de la saison du LOSC

Comme souvent lorsque René Girard est à la tête d'une équipe, le jeu du LOSC n'a pas été flamboyant en 2014/2015. Mais contrairement aux saisons précédentes, cela dit, les résultats n'ont pas suivi cette saison. Au grand dam des supporters.

Modififié

L'analyse définitive

Le Nord de la France, capitale de l'ennui ? Vrai ou non, c'est en tout cas ce que l'on s'est longtemps dit en regardant les matchs du LOSC cette saison. Peu armés offensivement, peu joueurs, les hommes de René Girard n'ont clairement pas fait d'éclats entre août 2014 et mai 2015. Treizième attaque de L1, le LOSC n'a donc jamais été en mesure de suivre le rythme imposé par les cadors. Flirtant avec la relégation en automne (trois points pris entre début octobre et début novembre sur 21 possibles), les Dogues ont clairement souffert d'un manque de réalisme offensif. Même constat du côté de la défense, qui a bien souvent lâché prise lors des rencontres importantes (face à Lyon, Toulouse, Marseille et Paris, mais aussi face à Wolfsburg en Ligue Europa). Bref, une bien triste saison pour la troisième équipe de L1 en 2013/2014.

Le match chef-d'œuvre : Lille 2-1 Lyon

Il aura fallu attendre la 27e journée pour que le LOSC tienne enfin son match référence. Et plus exactement, la deuxième mi-temps de cette 27e rencontre. Mené d'un petit but après 45 minutes, le LOSC, jusqu'ici inoffensif et inexistant, sort les crocs, transforme son 4-3-3 en un milieu en losange et claque deux buts à l'OL. Avec un Rony Lopes en chef d'orchestre. Une performance pas si évidente quand on sait que Lyon n'avait encaissé, à ce moment-là de la saison, que deux buts sur ses neuf derniers matchs.

Le tournant de la saison : Lyon 3-0 Lille

Lors des huit premières journées, le LOSC engrange 15 points sur 24 possibles. Avant de se déplacer à Lyon, les Dogues sont donc en confiance. Privés de huit cadres, ils vont vite déchanter. Après 45 minutes, l'OL mène déjà 2-0 grâce au buteur maison, Alexandre Lacazette. Lequel triplera la mise en fin de match, envoyant ainsi ses adversaires du soir au tapis. On est alors le 5 octobre et il faudra attendre le 14 décembre pour voir de nouveau le LOSC gagner.

Le meilleur joueur : Idrissa Gueye

Évidemment, il y a les piliers de l'équipe : Kjær, Mavuba, Origi, ou Balmont, toujours aussi importants, bien que moins flamboyants cette saison. Mais il y a surtout Idrissa Gueye. Appelé cet été à partir sous d'autres cieux, notamment ceux de la Premier League, le milieu de terrain a inconditionnellement surclassé ses coéquipiers cette saison, confirmant les espoirs placés en lui et réalisant une saison pleine avec 32 matchs, quatre buts et deux passes décisives. Si le départ se confirme, Lille, c'est certain, le regrettera.

Le joueur révélation : Sofiane Boufal

21 ans et déjà beaucoup de talent. Appelé en renfort durant le mercato d'hiver, Sofiane Boufal a réussi en seize matchs à peine à faire mieux que Marvin Martin en trois ans dans le Nord. Petit, technique et provocateur, il aura été durant la deuxième partie de saison l'électron libre d'une équipe trop peu dévergondée. Au point de piloter le jeu lillois la saison prochaine ? Avec ses trois buts et ses cinq passes décisives, Boufal a en tout cas tous les arguments pour convaincre Hervé Renard, son nouvel entraîneur.

Le flop : Marvin Martin

Cette saison encore, Marvin Martin a déçu. Cette fois, au moins, on ne pourra pas lui reprocher d'avoir mal joué ou de n'avoir pas su prendre le jeu du LOSC à son compte. Entre diverses blessures, l'ancien Sochalien n'a participé qu'a six malheureuses rencontres cette saison. Vu son passif et son salaire, pas sûr qu'il fasse partie du projet lillois l'année prochaine.

Il a dit...

« Pour une fois, je vais manquer un peu d'humilité. J'ai regardé mon palmarès et c'est pas mal, certains feraient bien de le potasser. Il est plutôt bien rempli. » René Girard
Visiblement agacé par les nombreuses critiques à son égard, René Girard a souhaité mettre les choses au clair. Oui, sa philosophie de jeu est aussi excitante que celle de Pablo Correa, mais la sienne a prouvé par le passé qu'elle pouvait marcher.

Le plus beau but

On l'a dit : les beaux et longs mouvements collectifs ont été rares cette saison au stade Pierre-Mauroy. Les supporters présents le 27 janvier dernier face à l'OL peuvent donc se féliciter de leur achat. La raison ? L'égalisation de Gueye qui, après un une-deux entre Koubemba et Béria, et un autre avec Rony Lopes dans la surface, vient crucifier le gardien lyonnais.

La décision arbitrale qu'on n'a pas aimée

L'histoire se souviendra que c'est sur un penalty fort litigieux que le LOSC a lancé sa saison à Caen lors de la 2e journée. Parfait, le tacle d'Appiah n'était visiblement pas du goût de Sébastien Desiage, qui le sanctionne alors d'un carton rouge et permet à Origi de donner la victoire à son équipe.

Le coup de gueule

« Je ferai peut-être un effort de chirurgie esthétique vu que les gens semblent apprécier les beaux blonds en chemise blanche. C'est à la fois rigolo et pathétique. » On est alors en mars 2015, et René Girard, en conférence de presse, tente tant bien que mal de mettre fin aux rumeurs envoyant Hervé Renard au LOSC.

Pourcentage de résistance à la blessure

5,9%


Voilà l'un des principaux problèmes du LOSC cette saison : les blessures à répétition et une infirmerie qui ne désemplit jamais. Entre un Marvin Martin qui a passé plus de temps aux soins que sur le terrain (six matchs, seulement) et un Michael Frey gravement blessé en janvier, entre Rony Lopes qui ne débute réellement sa saison qu'en janvier 2015 et un Béria qui l'arrête en mars, en passant par les autres blessés réguliers (Adama Soumaoro, notamment), l'on peut se poser une terrible question : les joueurs du LOSC ne sont-ils pas trop choyés ?

Le joueur dont le club a besoin : Jordan Ayew

Priorité du recrutement de Hervé Renard, qu'il connaît bien depuis son passage à Sochaux, Jordan Ayew serait l'atout offensif qu'il manque tant au LOSC depuis les départs successifs de Sow, Hazard et Gervinho ces dernières années. Forcément difficile, ce dossier risque de n'avancer qu'une fois le départ de Nolan Roux acté.

Ce qui va se passer la saison prochaine

Tourné vers l'attaque et fort d'un recrutement cohérent, le LOSC est une équipe séduisante de la Ligue 1 2015/16. Si elle prend plus de buts que par le passé, elle marque aussi davantage, même Ryan Mendes se prend à rêver de franchir pour la première fois la barre des dix buts. En championnat, Lille peine à rivaliser avec les favoris, mais lutte avec brio pour une place en Ligue Europa. Une qualification acquise grâce aux victoires en Coupe de France et en Coupe de la Ligue, deux compétitions remportées sans trop de difficultés par les hommes d'Hervé Renard, spécialiste de ce genre d'exercice depuis ses deux trophées en Coupe d'Afrique des nations.

Par Maxime Delcourt
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



il y a 1 heure Un supporter mexicain fait sa demande en mariage après la victoire 4 il y a 3 heures 350€ offerts EN CASH pour parier sans risque sur la Coupe du monde
Hier à 08:24 Bonus Coupe du monde : 1900€ offerts pour parier sur le Mondial 3 Podcast Football Recall Épisode 27 : Neymar boit la tasse, l'Allemagne KO et Thauvin à terre
Partenaires
MAILLOTS FOOT VINTAGE Tsugi Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom Podcast Football Recall
Hier à 21:23 Zuber égalise d'un coup de crâne pour la Suisse 2 Hier à 20:20 Le sublime but de Coutinho face à la Suisse 2 Hier à 17:45 Lozano climatise l'Allemagne 4 Hier à 17:15 Maradona, le cigare et les yeux tirés 54 Hier à 15:30 Le bijou de Kolarov face au Costa Rica 9 Hier à 14:58 La liesse des supporters mexicains à Moscou 1 Hier à 13:48 Un fan égyptien en fauteuil porté dans une fan zone 4 Hier à 11:10 Sept personnes blessées par un taxi à Moscou 15 Hier à 10:33 Le clapping solide des Islandais avant le match face à l'Argentine 9 Podcast Football Recall Épisode 26 : Les Bleus au ralenti, l'Allemagne démarre et un gardien au festival de Cannes samedi 16 juin Le CSC malheureux d'Etebo 1 samedi 16 juin Poulsen ouvre le score pour le Danemark 3 samedi 16 juin Le penalty de Cueva qui s'envole 9 samedi 16 juin Messi rate son penalty ! 18 samedi 16 juin Finnbogason relance l'Islande ! 3 samedi 16 juin Le premier but en Coupe du monde d'Agüero samedi 16 juin Van Marwijk : « On méritait le nul » 17 samedi 16 juin Pogba délivre les Bleus 8 samedi 16 juin La main de Samuel Umtiti et le penalty de Jedinak 4