1. //
  2. // Ce qu'il fallait retenir de la saison de Gladbach

Ce qu'il faut retenir de la saison du Borussia Mönchengladbach

Alors qu'on attendait plutôt le Borussia Dortmund, c'est finalement le Borussia Mönchengladbach qui a terminé sur le podium de la Bundesliga à une très belle 3e place, synonyme de qualification directe en Ligue des champions. Une qualification qui arrive près de 40 ans après la dernière et que le BMG n'a pas volée. Loin de là.

Modififié
8 6

L'analyse définitive


Qu'on se le dise, la troisième place du Borussia Mönchengladbach en championnat est tout sauf une surprise. Depuis l'arrivée de Lucien Favre en février 2011, le club connaît une véritable renaissance. Et cette saison, grâce à l'un des effectifs les plus homogènes de la Buli géré d'une main de maître par le tacticien suisse, le club phare des 70's a retrouvé toutes ses lettres de noblesse. Deuxième meilleure défense du championnat, cinquième meilleure attaque, public chaud bouillant… Le Borussia a réussi à tout conjuguer pour devenir l'équipe la plus sympa à regarder. Et à la différence des dernières saisons, Gladbach n'est plus obligé de tout le temps bien jouer pour gagner. Au début de la Rückrunde, alors qu'ils gambadaient encore sur tous les tableaux, les Poulains ont certes parfois marqué le pas offensivement, mais ils n'ont jamais cédé mentalement. Même en Ligue Europa face à Séville, le futur vainqueur, ils n'ont rien lâché. La marque des grands.

Le match chef-d'œuvre : Bayern 0-2 Gladbach


Lors du match aller, les joueurs du Borussia avaient déjà bien fait chier ceux du Bayern, en défendant comme des morts de faim et en courant comme des dératés sur chaque contre-attaque. La rencontre s'était terminée sur un score vierge bien heureux pour les Munichois, qui sans El Manu seraient rentrés en Bavière avec un certain excédent de bagages. Mais c'est au match retour que les Fohlen se jouent véritablement de Guardiola et ses copains. Solides derrière à en faire hurler d'énervement Thomas Müller, meurtrières devant à en faire perdre son latin à Neuer, les ouailles de Favre ont tout simplement donné une leçon de foot aux Bavarois comme peu souvent lors de ces dernières saisons (surtout en championnat). Pour ajouter à la rareté des faits, on notera que cette leçon fut dispensée sur le terrain de l'Allianz Arena, où le Bayern a rarement l'habitude d'être pris à défaut.

Le tournant de la saison


La victoire contre Munich, bien sûr, puisqu'à partir de cette rencontre et jusqu'à la dernière journée, Gladbach n'a perdu qu'un seul match (contre Augsburg) et a battu notamment Hoffenheim, Dortmund, Wolfsburg et Leverkusen. Le club a même flirté un temps avec la place de dauphin pour finalement se contenter de la troisième place. Mais quelle troisième place !

Le meilleur joueur : Yann Sommer


Lorsque Marc-André ter Stegen a fait ses valises pour Barcelone il y a maintenant un an, personne n'aurait pu prédire qu'il serait si vite remplacé, aussi bien sur le terrain que dans le cœur des supporters. En la personne de Yann Sommer, Gladbach a trouvé un successeur moins flamboyant que son prédécesseur, mais au moins tout aussi solide. En n'encaissant que 26 buts lors de sa première saison en Bundesliga, soit seulement huit de plus que l'intouchable Neuer, le gardien de la Nati a grandement contribué à faire de sa défense l'une des meilleures en Europe. Il avait le rôle le plus ingrat, celui de remplacer l'idole, il s'en est tiré avec les honneurs.

Le joueur révélation : Patrick Herrmann


Patrick Herrmann n'est pas à proprement parler une révélation puisqu'avant cette saison, il avait déjà joué plus de 100 matchs avec le BMG. Mais cette année, il a tout simplement explosé. Titulaire quasi indiscutable dans une équipe où la rotation est le maître mot, Patrick Herrmann a été le joueur offensif le plus important cette saison. En 46 matchs toutes compétitions confondues, il a inscrit seize buts et délivré sept passes décisives. Surtout, il a été très costaud dans les matchs dits importants comme lors de la rencontre face à Leverkusen, décisive pour une qualification directe en LDC, où il a régalé avec un but et une passe décisive. Cette progression folle, même Joachim Löw (pourtant allergique à la nouveauté) n'a pas pu l'ignorer, puisque Patrick Herrmann sera au rendez-vous pour les prochains matchs amicaux de la Mannschaft.

Le flop : André Hahn


Arrivé en provenance d'Augsburg l'été dernier, André Hahn devait tout casser et puis (trop) rapidement, il est rentré dans le rang au point d'être un peu invisible par moments. Rarement le premier choix, il fut même écarté six fois du groupe lors de la phase retour alors que Gladbach courait à pleins poumons vers la grande Europe. Évidemment, Hahn est encore jeune et les raisons d'espérer sont nombreuses, mais il ne faudrait pas trop qu'il traîne : les bons joueurs ne manquent pas de l'autre côté des frontières belges et néerlandaises.

La décision arbitrale qu'on n'a pas aimée (et le coup de gueule qui s'en est suivi)


4 octobre 2014. Alors que le Borussia Mönchengladbach mène tranquillement face à Mayence, l'arbitre siffle un penalty suite à une supposée main volontaire de Julian Korb dans la surface. Une décision qui rend fou de rage Lucien Favre qui estime qu'un joueur ne peut jouer les bras le long du corps tout le temps. L'entraîneur suisse n'hésite pas à expliquer son point de vue lors d'un monologue de plus cinq minutes au micro de la Sky après le match. Et d'en remettre une couche en conférence de presse. « Das ist absurd. Das ist nicht Fußball. »

Youtube

Le plus beau but


En Allemagne, il n'y pas que Kevin De Bruyne qui se rappelle au bon souvenir de Chelsea, il y aussi Thorgan Hazard.


Sinon, ce but de Christoph Kramer était pas mal aussi.

Youtube

Pourcentage de résistance à la blessure


90%

Si on excepte la blessure à la cheville de Granit Xhaka en octobre dernier et celle d'André Hahn au talon en février, l'effectif du BMG a pété la forme toute la saison. Une affaire rondement menée

Le joueur dont le club a besoin cet été : un milieu axial


Si le départ de Max Kruse devrait être rapidement compensé par les autres joueurs offensifs déjà présents au club, le départ de Christoph Kramer sera lui plus compliqué à gérer, tant l'ancien-futur joueur de Leverkusen a marqué de son empreinte ces deux dernières saisons au milieu. Évidemment, Granit Xhaka sera toujours là pour faire le taff, mais un petit copain pour l'aider ne serait pas de trop. Mais le manager, Max Eberl, qui depuis un certain temps a un coup d'avance sur tout le monde, a sûrement déjà tout prévu.

Ce qui va se passer la saison prochaine


Après un début de saison chaotique, conséquence d'une volonté de jouer à fond sur tous les tableaux, le BMG pointe à une très moyenne 7e place en championnat à la trêve. Éliminé sèchement par le Barcelone de Ter Stegen en 8e de finale de la LDC, Gladbach se ressaisit en championnat et nous gratifie d'une Ruckründe record grâce notamment à Max Kruse, de retour au club après avoir été viré par Wolfsburg pour organisation de tournoi de poker illicite dans les usines VW. Au final, le Borussia Mönchengladbach termine champion d'Allemagne à la dernière journée grâce à une victoire sur son dauphin, le Bayer Leverkusen. Mais la fête tourne court, puisque Lucien Favre décide, à la surprise de tous, d'aller prendre la succession de Pep Guardiola au Bayern. Histoire de prouver aux yeux du monde qu'il est bien le meilleur entraîneur d'Europe.

Par Sophie Serbini
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Cheric Zghemmfour Niveau : CFA
Très lourd ce concept qui consiste à faire un bref récapitulatif de la saison des clubs, vivement que ça cesse.A quand un article "ce qu'il faut retenir de la saison du Chievo Vérone" ?

Sinon, belle équipe de Mönchengladbach apparemment.Les deux fois ou je les ai vus à l'oeuvre , ils avaient maltraité le Bayern Munich à l'extérieur et le Borussia Dortmund à domicile.Le 4-4-2 concocté par Lucien Favre permet aux quatre joueurs offensif de s'épanouir.
DoutorSocrates Niveau : CFA
Au contraire, c'est très bien. Et s'ils ne l'avaient pas fait t'aurais pas pu donner ton opinion sur Gladbach donc je vois pas de quoi tu t'plains.
clement6628 Niveau : CFA2
Moi aussi je trouve ça cool ces bilans.

A un moment, vous dites qu'il n'y aura pas de mal à remplacer Kruse, au contraire je n'ai pas trop l'impression qu'il y a d'autres purs 9 dans l'équipe bien qu'il y ait une foule de joueurs offensifs.

PS : les Anglais et Espagnols vont envoyer leurs meilleurs représentants en Champions League l'an prochain mais je pense que les clubs français ont une chance à saisir vis-à-vis des représentants italiens et allemands. Loin de moi l'idée de dénigrer Wolfsburg, Gladbach, la Roma ou la Lazio qui peuvent constituer de véritables surprises l'an prochain mais ça n'apporte moins de garanties que Dortmund voire Leverkusen, Schalke et le Napoli et les Milan il y a quelques années où on savait que tous ces clubs figureraient au second tour. Là, ça sera beaucoup plus ouvert !
C'est à croire qu'on t'oblige à lire tous les articles..
Jamais compris les gens qui cliquent, lisent, puis râlent sur des articles qu'on leur force à lire et se permette même de commenter sur l'article! troll?

Sinon Lucien Favre clairement l'entraineur le plus sous coté du continent et Sommer facilement dans le top 10 des meilleurs gardiens.
One Night Stand Niveau : DHR
Cool mais un poil basé sur Les Cahiers du Foot quand même...
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
8 6