Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 12 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Ce qu'il faut retenir de la saison de Schalke

Ce qu'il faut retenir de la saison de Schalke

Deux entraîneurs évincés, un état de crise permanent, un projet de jeu en échec... La saison a été difficile dans la Ruhr. Seul l'essentiel a été sauvé de justesse : être européen, et devant Dortmund.

Modififié

L'analyse définitive

La crise perpétuelle : il est peut-être temps pour Schalke de penser à un autre modèle de gestion. Les années se suivent et se ressemblent bien trop. Jamais les Knappen ne semblent apprendre de leurs erreurs. Résultat, les entraîneurs sont mis sous pression, coûtent très cher, partent plus vite encore, et les joueurs s'empilent et se bouffent, entre achats mirobolants et promesses de la Knappenschmiede. Alors que Schalke a tout ce qu'il faut pour réussir et devenir une place très forte d'Allemagne, le club s'empêtre dans l'inconstance et perd du terrain face à la concurrence (Wolfsburg, Gladbach et Leverkusen). Il faut arrêter de flirter à coups de jeunes talents qui font frémir le caleçon. Maintenant, il faut concrétiser.

Le match chef-d'œuvre : Real Madrid 3-4 Schalke

Il n'a servi à rien, mais Schalke a fait frémir de plaisir tout l'Allemagne (et l'Europe) pendant 90 minutes. À Bernabéu, Schalke s'est pris à y croire : et si, tout compte fait, Di Matteo était un génie de la Coupe d'Europe (à défaut d'autre chose) ? Le Real pensait être en roue libre grâce à un match aller rondement mené (0-2). Seulement voilà, Schalke devient dingue et beau au retour, porté par Leroy Sané et Klaas-Jan Huntelaar. Les Königsblauen font vivre un calvaire à la défense du Real. Menés 3-2, ils passent soudainement à 4-3 et peuvent y croire... mais San Iker est là. Dommage. Et merci.

Vidéo

Le tournant de la saison : Dortmund, 23e journée de Bundesliga

Profitant jusque-là d'une saison catastrophique de l'ennemi, Schalke perd le début de ses illusions lors du Revierderby, fin février. Pourtant, au prix d'un combat défensif héroïque, les Knappen viennent de battre la bande à Lucien Favre 1-0. Au Westfalenstadion, ils sont méconnaissables. Pendant 90 minutes, les Schwarzgelben font ce qu'ils veulent de Schalke. C'est un pugilat, qui prend le temps de se concrétiser, mais qui finit par un 3-0 sans bavure. Di Matteo montre ses premières limites. Schalke sort du top 4 et ne le retrouvera pas, atteignant de justesse la qualification directe pour les poules de la Ligue Europa... derrière le FC Augsburg, à peine devant Dortmund. Ceux qui riaient à la trêve se font vanner par « Batman et Robin » désormais.

Top joueur : Höwedes

Un seul joueur a tenu son rang tout au long de la saison : le capitaine, Benedikt Höwedes. Revenu majoritairement à un rôle de défenseur central, Benedikt a été conforme à ce qu'on attend de lui : un joueur rugueux mais correct, qui tient son bloc et qui intervient quand il le faut. Suspendu une seule fois pour accumulation de cartons jaunes, Höwedes semble même se bonifier avec le temps. Finalement, ce n'est pas pour rien qu'il a été champion du monde.

La révélation : Wellenreuther

Quand Fährmann a déclaré forfait pour plusieurs semaines, cela devait être le tour de Fabian Giefer de montrer sa valeur. Mais, blessé dès son deuxième match, il a laissé sa chance à un autre : un petit jeune issu de la Knappenschmiede (le centre de formation de Schalke), Timon Wellenreuther. En sept titularisations, son intérim s'est révélé prometteur. La fin en eau de boudin au Westfalenstadion ne peut lui être attribuée, malgré des petites erreurs. L'avenir est là pour Schalke : chez ses jeunes.

Le flop : Sidney Sam

Est-il nécessaire d'aller piquer Sidney Sam à Leverkusen pour 2,5 millions d'euros ? Il y a 18 mois, cela ressemblait à une bonne idée. Aujourd'hui, après seize matchs et zéro but, nul doute que le Gelsenkirchen regrette de l'avoir pris et attend avec impatience qu'il trouve une porte de sortie. Au plus vite.

Il a dit...

  • « Pour une fois, les cœurs des fans sont perdus. C'est à nous de les regagner. » Horst Heldt, le directeur sportif, n'a pas apprécié, mais il est compréhensif devant la colère des supporters après le dernier match à domicile.

    Le plus beau but

  • Il y a eu sa frappe enroulée contre le Real Madrid, pleine de confiance. Mais en Bundesliga, on retiendra surtout de Leroy Sané sa folle course de 70 mètres pleine d'insouciance lors du match contre Wolfsburg.

    Vidéo

  • Le but du renard Christian Fuchs, c'était pas mal aussi.

    Vidéo

    La décision arbitrale qu'on n'a pas aimée

    54e minute entre Schalke et Leverkusen. Ömer Toprak fait une passe en retrait vers son gardien Leno, qui prend la balle à la main. L'arbitre, M. Gagelmann, ne siffle rien, ce qui a le don d'énerver les joueurs de Schalke. Après le match, Marco Höger peste : « N'importe quel aveugle le voit, seul Gagelmann ne l'a pas vu. »

    Pourcentage de résistance à la blessure : 2 %

    Tous les ans, c'est la même chose. Toutes les saisons, on se demande comment une telle poisse (et un tel problème dans la préparation physique) peut suivre le club. Schalke a failli perdre tous ses gardiens, a souvent perdu Huntelaar et compagnie (Draxler, Farfán, Obasi, Goretzka, Kolašinac, Uchida, Matip, Kirchoff...) et a été contraint de bricoler trop souvent. Forcément, la saison est plus dure dans ces cas-là, même avec un effectif trop fourni à certains postes.

    Le joueur dont le club a besoin cet été :

    Il est temps pour Schalke d'arrêter de prendre du clinquant, encore et toujours, et surtout de choisir des gars au mental d'acier et motivés à l'idée de jouer pour des Königsblauen instables. Non. Il leur faut un mec qui connaît bien le club, un bonhomme, un vrai, un ancien de la maison. S'il n'a pas sauvé le HSV, Heiko Westermann est l'homme de la situation, après une honnête saison. Un retour aux sources et un duo défensif avec Höwedes qui peut tenir la route.

    Ce qui va se passer la saison prochaine :

    Marc Wilmots craque et dit enfin oui à Schalke. Son arrivée est célébrée en grande pompe par les supporters de Gelsenkirchen. L'enfant belge du pays est de retour et mène au mieux son équipe. Après cinq journées, Schalke est invaincu et en tête de la Buli. Malheureusement, Wellenreuther et Fährmann se blessent en même temps. Giefer, sur une jambe, est obligé de jouer et prend cinq buts contre Darmstadt. C'est le début des embrouilles. Huntelaar et Eric-Maxim Choupo-Moting reprennent leur mutisme face au but, Schalke glisse vers le ventre mou : la crise de l'automne est fatale à Wilmots, tout heureux de pouvoir se concentrer sur l'Euro à venir. Horst Heldt confie alors les clés à Armin Veh. Une bonne idée qui ne dure pas : le club continue ses sursauts de beauté et de crises, avec une élimination en Ligue Europa contre Dortmund. Armin Veh repart avec un chèque, Hans Sarpei assure l'intérim pour la fin de la saison et décroche de justesse la 7e place. Ouf.

    Par Côme Tessier
    Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
  • Modifié



    il y a 6 heures La Corse veut adhérer à la FIFA pour jouer la Coupe du monde 83
    Partenaires
    MAILLOTS FOOT VINTAGE Un autre t-shirt de foot est possible Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Tsugi Olive & Tom Podcast Football Recall