1. // Autres championnats – Russie – Saison 2014/2015

Ce qu'il faut retenir de la Premier League russe 2014/2015

Un Zénith qui reprend son trône, un CSKA qui s'en sort bien, la révélation Krasnodar, la déception pour Valbuena et le retour de l'Anji Makhatchkala : tout ce qu'il faut savoir de la saison 2014/2015 de football en Russie.

5 3

La tête de classe : Zénith Saint-Pétersbourg

Le nouveau titre obtenu par le Zénith Saint-Pétersbourg ne souffre aucune contestation possible, avec une équipe qui s'est installée sur le fauteuil de leader dès la 2e journée pour ne plus jamais le quitter. Les hommes d'André Villas-Boas terminent finalement avec 7 points d'avance au classement sur leurs plus proches poursuivants, le CSKA, laissant à leur dauphin la première place de l'attaque (67 buts inscrits contre 58 pour le Zénith), construisant d'abord et avant tout leur sacre sur une impressionnante assise défensive, avec seulement 17 buts encaissés en 30 journées. Les hommes forts de cette arrière-garde se nomment Nicolas Lombaerts, Neto, Ezequiel Garay (trois pour deux postes de centraux), les latéraux Domenico Criscito et Igor Smolnikov, avec Yuri Lodygin dans les buts. Devant, Hulk (15 buts) et Rondón (13) ont fait le travail, ainsi que Danny et ses 12 passes décisives. La saison a été belle même si la domination sur le plan national a été un peu ternie par des performances un chouia en deçà de celles espérées par les ambitieux dirigeants (3e place de son groupe en C1, élimination en C3 par le futur vainqueur, Séville). La prochaine étape attendue pour le Zénith, c'est de pouvoir bientôt évoluer dans son nouveau stade ultramoderne de 64 000 places, mais les travaux ont pris du retard et ça ne semble pas être encore pour tout de suite…

Le battu pas malheureux : CSKA Moscou

Double tenant du titre, le CSKA Moscou s'en sort bien en récupérant de justesse la deuxième place si importante, synonyme de qualification pour la Ligue des champions. Une deuxième place longtemps occupée par le FC Krasnodar, qui a fini par céder dans les dernières journées. Les deux terminent dans le même nombre de points, mais le CSKA passe devant grâce à une meilleure différence de buts, conséquence d'une armada offensive efficace qui n'a pas tant que ça souffert du départ de Seydou Doumbia à la Roma en cours de saison. Le Finlandais Roman Eremenko a inscrit 13 buts, l'Israélien Bibras Natcho 12, le Nigérien Ahmed Musa 10. Pas mal pour une équipe qui a su digérer deux gros passages à vide en novembre, puis en avril pour finir par une série de sept matchs d'invincibilité, dont cinq victoires.

La révélation : FC Krasnodar

L'ancien adversaire de Lille en Ligue Europa complète le podium du championnat russe et c'est amplement mérité. Le FC Krasnodar a même cru un temps pouvoir décrocher la deuxième place, mais va devoir se contenter de ce déjà beau classement qui va lui permettre de disputer de nouveau la petite Coupe d'Europe. Les hommes de l'entraîneur Aleh Konanaw n'ont perdu que quatre fois cette saison et se sont offert quelques succès de prestige, face au CSKA, au Spartak deux fois, au Rubin Kazan deux fois ou encore face au Lokomotiv. Pourtant, aucun gros nom n'est à signaler. En plus des locaux, les cadres sont des Brésiliens méconnus (Ari, Joãozinho, Wanderson), le Suédois Granqvist, l'Islandais Sigurdsson, l'Uruguayen Mauricio Pereyra ou l'étoile du football ouzbek Odil Akhmedov. Attention : le FC Krasnodar ne doit pas être confondu avec le Kuban Krasnodar, l'autre club de la ville, où a joué Djibril Cissé et qui a terminé à une bien plus modeste 10e place cette saison.

La petite déception : Valbuena et le Dynamo Moscou

La quatrième place du classement est pour le Dynamo Moscou, où évolue Mathieu Valbuena. Et c'est forcément une petite déception pour un club qui ambitionnait de disputer la Ligue des champions la saison prochaine et qui devra se contenter de la Ligue Europa. C'était finalement assez largement inaccessible avec 10 points de retard sur le podium et 17 sur le Zénith au bout des 30 journées. Le manque de régularité dans les résultats a pesé, de même que les quelques défaites face aux gros : deux revers face au Zénith, idem face au Spartak… Valbuena termine son exercice avec 4 buts et 12 passes. Les statistiques de ses coéquipiers de l'attaque sont également très correctes : 10 buts et 4 passes pour Kurányi, 7 buts et 11 passes pour Dzsudzsák, 8 buts et 6 passes pour Kokorin ou encore 9 buts et 3 passes pour Ionov. L'autre Français de l'équipe, William Vainqueur, a également joué son rôle avec 27 matchs disputés.

Le flop : Spartak Moscou

Déception encore pour le Spartak Moscou, ancien club phare du football russe dans les années 90 et dont le dernier titre remonte à 2001. Le choix de confier l'équipe au Suisse Murat Yakin, transfuge du FC Bâle, n'a pas été payant et il a quitté son poste dès la fin de la saison. On ne connaît pas encore le nom de son successeur.

Le retour d'un mort-vivant : Anji Makhatchkala

Tiens, revoilà l'Anji ! L'équipe où a évolué Samuel Eto'o avait décidé de très sérieusement réduire la voilure la saison dernière, ce qui lui avait coûté sa place en élite. Une descente qui n'a pas duré puisque la formation de la ville de Makhatchkala termine la saison 2014/2015 à la seconde place de la D2 et fera son retour en D1 la saison prochaine, avec dans ses rangs un certain Yannick Boli. Oui, c'est moins sexy qu'Eto'o…

Le coup de chaud

Enfin, on retiendra aussi de cette saison de football en Russie les récurrents actes de violence qui pourrissent l'ambiance dans les stades locaux. Le pire exemple a été vécu le 5 avril, avec des fans déchaînés du Torpedo Moscou, en déplacement dans l'enceinte de l'Arsenal Tula, qui ont foutu un souk pas possible, y compris en essayant de charger des tribunes occupées par des femmes et des enfants. Bonne nouvelle : le Torpedo Moscou est relégué en D2.

Youtube


Par Régis Delanoë
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
zinczinc78 Niveau : CFA
Pas sûr que la construction de leur nouveau stade sera achevée si on retire l'orga du mondial 2018 à la Russie à cause de la corruption..

Entre ça et l'affaire des navires Mistral, Poutine va vraiment finir par croire qu'on l'aime pas..
trés bon joueur ce Ari, il était déjà pas mal à l'AZ Alkmaar
Spartakist Niveau : CFA2
Message posté par zinczinc78
Pas sûr que la construction de leur nouveau stade sera achevée si on retire l'orga du mondial 2018 à la Russie à cause de la corruption..

Entre ça et l'affaire des navires Mistral, Poutine va vraiment finir par croire qu'on l'aime pas..


Premièrement, on parle d'un pays industrialisé qui a un programme spatial, pas du Bénin.Le stade de St Petersbourg sera construit, coupe du monde ou pas coupe du monde. Si Lyon a réussi à construire son stade, le Zenith appuyé par Gazprom et le gouvernement devrait y arriver, non ?

Deuxièmement, c'est la ville de Poutine, la deuxième ville de Russie. C'est surtout une question d'image.

Sinon pour en revenir à ce bilan, quelle tristesse pour le Spartak...
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
Article suivant
Le Péril rouge
5 3