Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options

Ce qu’il faut retenir de la Liga 2011/2012

Madrid qui renverse Barcelone, des records en veux-tu en voilà, Messi, Ronaldo mais aussi Falcao, Malaga qui s’installe en haut, Villarreal qui sombre. Voici les principaux enseignements de la saison dans le meilleur championnat du monde.

Modififié
La fin de l’hégémonie du Barça

Comme prévu, cette 81e Liga a été l’affaire des deux géants nationaux, qui ont remporté 60 des 76 matchs qu’ils ont disputés. La petite surprise, c’est le changement de hiérarchie. Après trois saisons dévastatrices, le Barça est tombé sur un as. Un Real Madrid hors catégorie, qui, pour la première fois de l’histoire des grands championnats européens, finit la saison avec trois chiffres au compteur. 100 points. La Maison Blanche place trois de ses joueurs dans le Top 5 des goleadores (C.Ronaldo : 46 buts, Higuain : 22, Benzema : 21) et trois dans le Top 4 des meilleurs passeurs (Özil : 17 passes décisives, Di Maria : 15, C.Ronaldo : 12). C’est clair et net, la puissance offensive merengue a écrasé la Liga. Le Barça n’aura finalement été leader que l’espace de deux journées (la 7e et la 8e), le Real prenant le pouvoir dès la 11e journée, pour ne plus jamais le quitter. La fin de l’hégémonie catalane est aussi celle de la grande histoire d’amour entre Guardiola et le FC Barcelone. Une histoire longue de 13 (ou 14) titres. Oui, oui, en 4 ans !

Des records, toujours des records

A force de se tirer la bourre, les deux poids lourds de la Liga enchaînent les records hallucinants. En atteignant la barre symbolique des 100 points, le Real a fait mieux que les 99 points du Barça d’il y a deux ans, que les 97 de l’Inter en 2007 et que les 98 de Liverpool en 1979. Record de buts aussi avec 121 pions plantés (l’ancien record était de 107, le Barça a aussi fait mieux cette saison avec 114). Les records tombent aussi sous les coups de boutoir des deux meilleurs buteurs du monde, Cristiano Ronaldo et Messi. L’Argentin remporte le concours, cette saison, avec 50 buts marqués, soit plus que 13 des 20 équipes de la Liga. Ronaldo (46 buts) se console en devenant le premier joueur de l’histoire de la Liga à marquer contre les 19 autres équipes du championnat.

Le phénomène Falcao

40 millions d’euros. L’Atlético Madrid a signé le plus gros chèque du dernier mercato estival, profitant des ventes fructueuses d’Agüero (45M) et de De Gea (20M) pour s’offrir les services de la star du FC Porto, Radamel Falcao Garcia Zárate. Le plus gros transfert de la Liga, et probablement le plus rentable, tant le Colombien a brillé pour sa première saison en Espagne. 38 buts en 53 matchs, dont 24 en Liga (45% des buts de son équipe). Du gauche, du droit, de la caboche, Falcao a marqué dans toutes les positions et face aux trois meilleures défenses du championnat (Barça, Real, Valence). L’ancien buteur de River Plate allie les qualités de finition et le physique d’Inzaghi avec ceux de Wayne Rooney. Bref, c’est un monstre, que Manchester et Chelsea veulent déjà s’arracher. Le Colombien a fini la saison en trombe, offrant l’Europa League à l’Atlético et la deuxième division à Villarreal.

Le nouveau Malaga est arrivé


11 départs, 10 arrivées, 60 millions dépensés. Malaga avait fait peau neuve à l’aube de cette saison 2011-2012, avec l’objectif de « se qualifier pour une Coupe d’Europe » . 10e fin janvier après un hiver de merde, les Andalo-qataris ont fini par trouver la bonne cadence avec l’adaptation progressive des recrues et la mise en place par Pellegrini d’un jeu porté vers l’avant. C’est d’ailleurs l’équipe qui a provoqué le plus de fautes cette saison en Liga (642), devant le Barça et Bilbao. Résultat, Malaga décroche la 4e place et la première qualification pour la ligue des Champions de son histoire, à condition de passer le tour préliminaire. Toulalan, abandonné par Laurent Blanc, a bien senti le coup en quittant Lyon pour l’Andalousie l’été dernier. Avec Cazorla et Isco, tous les deux pré-sélectionnés pour l’Euro avec l’Espagne, il fait partie des grandes satisfactions de l’année. Cette qualification éclair pour la C1 devrait aider le cheikh Al-Thani à rameuter du beau monde cet été, pour continuer à grignoter du terrain la saison prochaine et devenir à terme la troisième voie de cette Liga.

Les promus envoient Villarreal en deuxième division

Comme prévu, pas de surprise en haut du classement, où l’on retrouve pour la troisième année consécutive le même trio de tête. Le gros coup de théâtre de la saison est donc venu d’en bas, avec le maintien des trois promus et la relégation de Villarreal. Si le retour du Bétis en Liga n’était qu’un retour à la normale, on ne donnait pas cher de la peau des deux autres promus de l’année, Grenade et le Rayo Vallecano. Le destin a voulu que les deux lascars se retrouvent à Vallecas pour la dernière journée, avec la possibilité pour l’un comme pour l’autre de faire l’ascenseur. Et de s’arranger en cas de besoin. Assuré du maintien du fait de la défaite de Villarreal, Grenade a, à la demande des attaquants du Rayo, ouvert ses portes dans le temps additionnel. Score final, 1-0 pour les locaux, et c’est le Sous-marin jaune qui coule. Cruel, le football.

Par Léo Ruiz
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Partenaires
MAILLOTS FOOT VINTAGE Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Tsugi Un autre t-shirt de foot est possible Podcast Football Recall Olive & Tom
Hier à 15:57 Quand Bryan Mélisse plante ses pieds dans un adversaire 25