Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // 3e tour
  3. // Marseille-Ostende

Ce qu’il faut retenir de l’été marseillais

Presque aussi attendu que l’Été indien de Joe Dassin, celui de l’OM a étonnamment rimé avec sérénité. Invaincus, mais pas rassasiés, présents sur le mercato sans trop en faire, les Phocéens disputent l’acte 1, scène 1, de l’OM Champions Project au Vélodrome face à Ostende ce jeudi. Avec un visage pas si nouveau et, déjà, un peu de pression.

Modififié
  • Pas de défaite, de faibles remous et peu d’enseignements


    Comme dirait la Compagnie créole : c’est bon pour le moral. Et c’est déjà ça. Invaincus en matchs amicaux depuis la reprise des choses sérieuses le 1er juillet, les joueurs de l’OM ont bouclé leur pré-saison ce samedi face aux Rangers en concédant le match nul (1-1) sur un joli coup franc de Niko Kranjčar. Le seul accroc d’une série de six matchs au cours de laquelle l’OM a battu une sélection du Valais (0-2), le FC Sion (2-3), l’Étoile du Sahel (2-0), le FC Viitorul (4-2), le Fenerbahçe (1-0) et le Sporting Portugal (2-1). Pas de quoi fanfaronner, juste une bonne mise en jambes pour une équipe dont la base est finalement sensiblement la même que la saison passée. Si les arrivées de Steve Mandanda, d’Adil Rami, de Luiz Gustavo et de Valère Germain ont renforcé l’OM à chaque ligne, l’idée de jeu de Rudi Garcia n’a pas plus changé que son groupe. Le technicien phocéen a toutefois pu profiter de ces matchs pour effectuer une petite revue d’effectif lors de laquelle des joueurs prêtés ou rangés dans le placard comme Lucas Ocampos, Saîf-Eddine Khaoui (qui vient d'être prêté à Troyes) et surtout Clinton Njie et Bouna Sarr (voir plus bas) ont pu montrer ce qu’ils pouvaient éventuellement apporter à une équipe ambitieuse qui aura besoin de morts de faim sur un banc que le budget limité débloqué par Frank McCourt ne pourra pas remplir. En somme, ce jeudi soir, ce ne sera pas un OM « new look » qui accueillera Ostende, mais l’équipe qui a bien terminé la saison dernière, avec un joli lifting. Comme pour dire qu’avec seulement quatre arrivées jusqu’ici, l’été n’aura pas été agité, mais maîtrisé. Ne reste plus qu’à montrer la même maestria sur la pelouse.

  • Cousin Germain en attendant plus


    Première recrue de l’été marseillais, Valère Germain est le symbole du nouvel OM. L’ancien Monégasque n’est pas une star, ne fait pas de bruit, mais a été auteur d’une campagne de matchs amicaux plus que satisfaisante. Comme pour dire que le Champions Project ne sera pas une télé-réalité diffusée sur la TNT, mais sera une vraie bonne équipe de foot, avec le sérieux, l’efficacité, mais sans chantilly. C’est d’ailleurs la capacité de Germain à planter en étant discret sur la pelouse qui a régalé Rudi Garcia. « Valère Germain est d’une précision chirurgicale. On ne l’a pas beaucoup vu, notamment en première période, puis finalement, il est encore au bon endroit au bon moment. C’est ça, les grands buteurs, on ne les voit pas beaucoup dans le match, mais ils sont là pour vous mettre devant au score » , a applaudi le coach marseillais au micro de OM.net. Auteur de quatre buts lors d’une pré-saison phocéenne dont l’arrivée d’un autre attaquant aura été un fil rouge, Germain a prouvé que son sens du but et sa qualité de déplacement seraient autant de forces pour un OM fourni au milieu avec des créateurs comme Florian Thauvin, Dimitri Payet ou Morgan Sanson. Pas de chantilly avec Valère, mais pas impossible qu’il se régale quand même.

  • L’arrière-garde toujours en question


    Sans rémission est un titre de la Fonky Family. Et s’il vaudrait mieux pour les supporters marseillais que cela en reste là, il n’est pas certain que la maladie qu’a contractée l’OM la saison passée soit en voie de guérison. Catastrophique en défense une bonne partie de l’exercice 2016-2017, notamment au niveau de la charnière, l’escouade de Rudi Garcia ne s’est pas franchement renforcée dans ce domaine cet été. Saluée par ceux qui n’ont pas oublié son long passage sur la Canebière, l’arrivée de Steve Mandanda est un plus, mais ce n’est pas vraiment du rendement de Yohann Pelé dont on se souciait côté OM. Fraîchement débarqué de Séville, Adil Rami a juste eu le temps de donner une conférence de presse, de concéder un penalty et de lancer ce débat : l’OM est-il encore trop juste derrière ? La réponse est évidente : oui. Si l’international français hausse clairement le niveau d’une arrière-garde traumatisée par la doublette Rolando-Fanni la saison passée, Marseille reste fébrile derrière, en qualité et en quantité. Un latéral est logiquement espéré, notamment pour dépanner du côté de Patrice Évra, encore incertain pour Ostende, mais l’arrivée d’un autre central semble indispensable malgré le professionnalisme de Rolando et l’aptitude à bien dépanner de Sertic. Fanni, Dória, Hubočan et Bedimo eux, seraient invités à quitter le club. Heureusement que Hiroki Sakai est là pour défendre pour onze.

  • La folie Bouna Sarr


    D’ailleurs, au petit jeu du « qui pour doubler le poste de Hiroki ? » , le grand gagnant pourrait être Bouna Sarr. Grande blague de ce début d’été sur les réseaux sociaux, la titularisation de l’ancien Messin au poste de latéral droit en a finalement surpris plus d’un. En effet, si le boulot défensif à accomplir reste colossal, l’apport offensif de l’ancien ailier a fait plaisir à voir. Auteur d’un but et d’un bon paquet de centres exploitables, Sarr, encore potentiellement sur le départ, a compris que c’est à ce poste qu’il serait amené à grappiller des minutes s’il restait en région PACA. Une option intéressante pour finir des matchs où l’OM serait amené à être en possession du ballon et en recherche de surnombre pour bousculer un bloc solide.


  • Les jeunes poussent


    C’est une petite prolongation, mais un grand pas pour l’entrejeu de l’OM : auteur d’une bonne Coupe des confédérations avec le Cameroun, Andre-Frank Zambo Anguissa s’est engagé avec l’OM jusqu’en 2021. S’il a parfois semblé jouer avec des Moon Boots la saison passée, notamment une fois arrivé dans la surface adverse, Anguissa pourrait bien être utile à Rudi Garcia lors de cet exercice. Pendant ce temps-là, Yannis Kari, 16 ans, a décroché un bac ES mention très bien avec 16,69 de moyenne, une note équivalente à celle des transversales de Boubacar Kamara, souvent utilisé au milieu de terrain par Rudi Garcia lors des matchs amicaux.


    Si c’est bien au milieu du terrain que jouera Maxime Lopez la saison prochaine, l’avenir du latéral gauche Christopher Rocchia est plus incertain. Courtisé par le LOSC et un paquet d’équipes de Ligue 2, le gaucher de 19 ans tarde à signer son premier contrat pro avec son club formateur. Pourtant, Henri Bedimo étant indésirable, le poste de doublure de Patrice Évra pourrait bien lui revenir. Enfin, une pensée à Antoine Rabillard, qui a quitté l’OM pour Béziers. Le pauvre va devoir se fader Robert Ménard.

    Par Swann Borsellino
    Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
  • Modifié




    Dans cet article


    il y a 7 heures Euro Millions : 45 Millions d'€ + 1 Millionnaire garanti ce mardi il y a 4 heures Nainggolan prend sa retraite internationale 54
    Partenaires
    Tsugi Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom Podcast Football Recall MAILLOTS FOOT VINTAGE
    Hier à 10:19 Le drôle de penalty pour le Real Madrid en finale de Ligue des champions 1960 90