En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 15 Résultats Classements Options
  1. // Coupe du monde 2014
  2. // France/Équateur (0-0)

Ce qu'il faut retenir de France/Équateur

Pas de but, mais une première place. Pas de gros score, mais certaines certitudes. Finalement, ce match aura eu le mérite d'apporter des enseignements. Et non des moindres. Comme l'importance de Mathieu Valbuena. Si, si.

Modififié
Laurent Koscielny, une alternative crédible
Raphaël Varane en délicatesse avec son transit intestinal, Didier Deschamps a (re)lancé Laurent Koscielny en défense centrale. Celui qui avait perdu gros depuis son carton rouge reçu à Kiev, lors du match de barrage aller contre l'Ukraine, a livré un très bon match, défendant systématiquement debout tout en étant très bon dans les airs. Et comme Mamadou Sakho a ressenti une nouvelle alerte au niveau de la cuisse, le Gunner pourrait être reconduit contre le Nigeria, associé à Raphaël Varane en patron de la défense cette fois. Même si Koscielny est moins « physique » que Sakho, il présente plus de garanties défensives que l'ancien Parisien, parfois un peu imprévisible et toujours aussi lent à se retourner. Koscielny-Varane, c'est bien mieux qu'une défense par défaut. Deschamps voulait faire tourner pour faire un état des troupes. Il a l'assurance que l'ancien joueur de Lorient est apte au niveau international en cas de pépin de monsieur muscles.

Blaise Matuidi est indestructible
Sur le moment, on a eu peur pour lui. Quand on a vu le genou du Parisien se tordre sous le choc, on a pensé que son Mondial était terminé. Sauf que non. Trois minutes après, la pieuvre galopait toujours sur le pré. Fidèle au poste. Ménagé à l'heure de jeu, le gaucher a encore été dans le bon tempo. Depuis le début du Mondial, il est le meilleur Français. C'est simple, Blaise est partout. Il cavale sans compter et gratte une chiée de ballons. Avec un peu plus d'application, il aurait encore pu claquer un pion, hier, au Maracanã. Indestructible. Il a maintenant quatre jours pour se reposer. C'est beaucoup trop. Il va s'ennuyer.


Mathieu Valbuena, l'incontournable
Incroyable mais vrai. Didier Deschamps a réussi à rendre l'équipe de France dépendante de Mathieu Valbuena. Depuis que la Dèche a pris en main la sélection, soit deux ans, c'est la première fois que « Petit vélo » ne disputait pas un match des Bleus. Et ça s'est ressenti dans le jeu. Peu de spontanéité, de liant, de vitesse, de percussion. Bref, sans Valbuena, ces Bleus-là n'ont plus d'accélérateur de jeu et, surtout, ils n'ont plus d'idées. Très à l'aise contre le Honduras et la Suisse, le milieu de terrain de l'OM est le joueur créateur par excellence. Pis, il est le seul à ne pas avoir de doublure même si on aurait aimé voir Cabella en son absence. À un degré moindre, l'absence de Yohan Cabaye s'est aussi ressentie dans la verticalité du jeu. Cela dit, Morgan Schneiderlin a réussi un match plutôt intéressant dans son rôle de premier relanceur, notamment au pressing et dans la manière qu'il a eu de couper les lignes de passes. Quoi qu'il en soit et que ça plaise ou non, en 2014, Mathieu Valbuena est indispensable à l'équipe de France. Et contre le Nigeria, il sera frais.

Paul Pogba doit assumer son statut

On a bien compris. Didier Deschamps n'a pas du tout apprécié le match d'inauguration du Turinois. Pas assez rigoureux et trop nerveux. Puni contre la Suisse, Pogba était pourtant à créditer d'une bonne entrée avec sa caresse pour Benzema de l'extérieur du pied. Face à l'Équateur, la Pioche retrouvait donc le onze de départ. Et force est de constater qu'on en demande déjà trop à ce diamant brut. Dans les petits espaces, il est injouable. Râteau, crochet, semelle, il sait tout faire. Il voit tout avant tout le monde, déclenche une diagonale de 30 mètres, frappe de partout, prend tout de la tête. Bref, il a tout pour lui. Sauf qu'il n'a pas marqué, ni cadré, ni fait de passe décisive. On lui reproche une certaine prise de melon, une propension à défendre en marchant ou à ne pas suffisamment peser sur les matchs. Paul a 21 ans. Seulement. La France veut qu'il soit le patron des Bleus, mais il n'a pas encore les épaules pour. Laissons-lui le temps. À 21 ans, Vieira était à peine invité à s'asseoir sur le banc des Bleus. Lundi, la Pioche sera au rendez-vous.

On connaît l'équipe type
A priori, Didier Deschamps a réussi à dégager son équipe type après ce premier tour. Le match contre l'Équateur a confirmé la hiérarchie chez les latéraux : Sagna et Digne sont des doublures. Au milieu, Cabaye, Matuidi et Valbuena sont intouchables. Entre Giroud et Benzema, il se passe quelque chose de positif. C'est évident. Quant à Moussa Sissoko, son énorme match contre la Suisse est une épine dans le pied de Didier Deschamps. Contre le Nigeria, l'ancien Toulousain aura-t-il les honneurs des titulaires (mais au milieu, pas dans le triangle offensif comme hier) ou Pogba sera-t-il là quand les matchs compteront vraiment ? La réponse est dans la question. Bref, tout ça pour dire que la meilleure formule pour les Bleus est la suivante si tout le monde est apte à jouer : Lloris – Debuchy, Varane, Sakho, Évra – Cabaye, Pogba, Matuidi – Valbuena, Giroud, Benzema. Et quand on peut se payer le luxe de faire entrer Griezmann pour casser des reins, on peut voir plus loin.

Par Mathieu Faure
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



vendredi 16 février 243€ à gagner avec la Juve & Naples 3
Hier à 16:48 Les maillots du PSG floqués en mandarin 16 Hier à 12:17 La panenka ratée de Diego Castro en Australie 16 vendredi 16 février Ligue 1 - 26e journée : Résultats et Classement vendredi 16 février Suivez SoFoot.com sur Facebook
Partenaires
Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
vendredi 16 février Nîmes, Le Havre et Nancy pleurent, Brest rigole enfin 6