1. //
  2. // 38ème journée

Ce qu'il faut retenir

Tout le monde a eu sa part de gâteau. La dernière journée de Ligue 1 a consacré l'abnégation lyonnaise, la jeunesse héraultaise, la vieillesse auxerroise et la médiocrité parisienne. Marseille peut défiler sereinement en attendant l'année prochaine. De son côté, Bordeaux peut investir dans un bon téléviseur.

Modififié
0 0
Bordeaux pleure...


Il y a un an, la France n'avait que Laurent Blanc à la bouche. On parlait même d'un possible début de règne pour les Girondins de Bordeaux. Douze mois et 38 journées plus tard, Bordeaux ne ressemble plus à rien. Défaits de leur titre sans vraiment lutter, les Bordelais ne disputeront même pas la prochaine coupe d'Europe. Une honte. Entre des cadres blessés et/ou dépassés, une défense ressemblant aux Grands boulevards et un entraineur préoccupé par son futur proche, le club patauge dans une médiocrité ambiante depuis six mois. Résultat, une sixième place qui ne donne le droit qu'à une chose : à rien.

...Hengbart rit


Prénom : Cédric. Nom : Hengbart. Fans sur sa page Facebook : 20. Pourtant, le latéral droit auxerrois a envoyé son club en Ligue des champions, au tour préliminaire tout du moins. Un authentique exploit. Auteur d'un doublé contre Sochaux, l'ancien Caennais a validé la méthode de Jean Fernandez. Le magicien de l'Yonne a réalisé un miracle ; avec un effectif épais comme une feuille de PQ, l'AJA termine troisième, sans que personne ne crie au scandale.

Le raté de Cabaye


Monsieur penalty (8 dans la saison) s'est foiré au pire moment. Dans la dernière ligne droite, une fois le sprint lancé. En ratant sa tentative contre Lorient, le milieu de terrain du LOSC a calé sur la ligne d'arrivée. Encore dauphin de l'OM au coup d'envoi, Lille se retrouve finalement quatrième une défaite plus tard. Il y a de quoi chialer. Yohan Cabaye ne s'en est d'ailleurs pas privé...

Niang cent forcer


On le sentait. La fête marseillaise allait être à l'image du club, démesurée. Une dernière victoire contre Grenoble (2-0), et le Vieux Port peut s'enflammer sans retenue. Mais c'est surtout le capitaine olympien, Mamadou Niang, qui s'est illustré en ouvrant la marque. C'est officiel, le meilleur buteur de Ligue 1 (18 buts), c'est le Sénégalais. Une première depuis le sacre d'Alen Boksic en 1993. Comme le numéro 11 phocéen aime faire les choses avec précision, il s'agit de son centième but en première division (en 256 matches). On a connu des statistiques plus dégueulasses...

Montpellier l'érection facile


"Tu sors d'où, je ne t'ai pas vu rentrer" ! C'est un peu le hold-up mérité de l'année. Promue, la bande à Loulou Nicollin voulait avant tout se maintenir en Ligue 1. Des vieux briscards, des jeunes pousses et un entraineur chevronné, sur un malentendu, ça pouvait le faire. Une dernière grosse victoire au Parc (3-1) contre les cousins des joueurs professionnels du Paris-SG envoie les Montpelliérains en Ligue Europa. De quoi arracher une belle envolée lyrique au président Nicollin : « C'est long 90 minutes ! Lens a fait le travail et nous aussi. On n'a pas trop mal joué, hein ? Et puis je suis content de faire la pige à Bordeaux, ça me fait bander ! » Trash talking, première salve.

Les adieux de Govou


Dix ans de vie commune et au revoir. Sydney Govou a dit au revoir à son club formateur. Acclamé par le stade, le numéro 14 des Gones ne sait toujours pas où il jouera l'an prochain. Quoi qu'il en soit, il a réussi ses adieux. François Clerc en a profité pour s'incruster dans ce pot pourri de bons sentiments.

Le Parc gronde


Les derniers à avoir quitté le Parc des Princes n'étaient pas les joueurs, mais les fadas du Paris-SG. Environ 6 000 amoureux du club ont squatté les deux virages du Parc près de deux heures après le coup de sifflet en signe de protestation. A la 75ème minute déjà, le virage Auteuil s'est embrasé. Une cinquantaine de torches brulées, dont une dizaine balancées sur la pelouse sous la banderole “Pour un football populaire, niquez vos mères”. Une manière de remercier le club pour la saison écoulée. Visiblement, les prochaines mesures pour lutter contre la violence au sein du club ont du mal à passer. 2010/2011 sera bouillant... ou pas.

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Aucun commentaire sur cet article.
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
Article suivant
Et le champion est...
0 0