1. //
  2. // 31e journée

Ce qu'il faut retenir

Dix matches pour rien ? Bloqué entre deux quarts de finale de Ligue des Champions, le championnat national avait mieux à foutre. Pâques, week-end de trois jours, Franck Lebœuf sorti de Koh-Lanta... les distractions menaient la vie dure aux footeux. C'était sans compter sur les buteurs, les vrais. Les assoiffés de buts...

Modififié
0 0
Lisandro Lopez


24 millions d'euros. Le genre de pécule qui vous laisse un club sur la paille et colle une sacrée pression. Lisandro Lopez, la barbe taillée et les pieds dorés, ne s'est jamais arrêté à ce détail. 24 briques, c'est son prix. Et alors ? L'Argentin s'en tamponne. Son credo ? Balancer la gonfle dans les filets adverses, coûte que coûte. A Rennes, le numéro 9 rhodanien a encore réalisé un geste de grande classe. Un but venu d'ailleurs. Une tête rageuse à une quinzaine de mètres de la cage de Douchez. Suspendu pour le match retour en Ligue des Champions contre Bordeaux mercredi, Licha a tout donné samedi soir. Appels, contre-appels, des crochets, pressing. L'ancien de Porto était branché sur 2000 volts, une constance. Avec le pion de samedi, ça fait 22 buts toutes compétitions confondues. Un délice pour les yeux et une caution technique à lui tout seul. Lisandro, c'est la classe, tout simplement.

Issiar Dia


On se disait que son triplé contre Lens était une aventure sans lendemain. Un coït purement bestial, sexuel, sans avenir. Faux. Issiar Dia s'est engagé sur la longue durée. Une romance avec le talent qu'il gargarise chaque semaine.
Bordeaux sur ses terres ? Une rigolade. Des belles chaussures, une liquette blanche et roulez jeunesse. Une offrande pour son pote Hadji sur l'ouverture du score. D'aucuns seraient déjà rentrés chez eux, avec le sentiment du devoir accompli. Que nenni, le playboy en veut plus, beaucoup plus. Derrière ? Un but d'extra-terrestre. Trente-cinq mètres de course balle au pied, Chalmé et Henrique renvoyés à leur triste sort, et un pointu –salvateur– pour crucifier Carasso et offrir les trois points à Nancy, à Bordeaux, excusez du peu. Issiar se marre. Il se souvient qu'en 2006, les Girondins l'avaient chauffé avant de se refuser à lui... ils ont oublié. Pas lui.

Kevin Gameiro


Un prénom de sitcom US, une dégaine de teenager, des fringues flashy, Kevin Gameiro respire la mondialisation. 1m68 de talent, de tonicité et de vitesse. L'enfant de Senlis n'a pas été impressionnant contre Grenoble. Moyen plus au mieux. Mais sur sa première occasion, le Lorientais se fend d'un petit lob de l'extérieur du pied droit pour égaliser. Un frappe, un but. Un ratio de cannibale. Son treizième (son record en Ligue 1). Courtisé par la moitié de l'hexagone, le Merlu est un bijou et vendra très cher ses services. En attendant, les Bretons sont aux portes de l'Europe. Merci Kevin.

Mamadou Samassa


Quelqu'un a des nouvelles de Mamadou Samassa ? La question faisait le tour de Valenciennes depuis près de deux mois. Blessé, l'ancien Marseillais prenait son mal en patience. PS3, les 360 chaînes du bouquet Free, la page sport de La Voix du Nord, Mamadou s'occupait comme il pouvait. Pour son retour dans le onze de Philippe Montanier, le numéro 9 n'a pas déçu. Dans son style accrocheur, il a usé le pauvre Adil Rami. Mieux, son intervention malicieuse et chattée à dix minutes de la fin lui permet de crucifier Landreau et d'offrir la victoire à Valenciennes. Un pion marqué après un contrôle de l'intérieur du genou et/ou de la cuisse. De l'art. Son septième bifteck de la saison, en quatorze matches. Des statistiques loin d'être dégueulasses. Et si Mamadou était en réalité un vrai bon joueur de football ?

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Aucun commentaire sur cet article.
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
Article suivant
La routine
0 0