1. //
  2. // 8es
  3. // Espagne-Italie (0-2)
  4. // Billet d'humeur

Ce n’est qu’un au revoir, Andrés

Éliminé de l’Euro par l’Italie ce lundi, Andrés Iniesta n’a pour autant pas oublié d’éclabousser la compétition de sa classe et de son talent. Et si on est tristes de déjà le voir partir, on est rassurés, car il l’a affirmé après la rencontre : « Nous reviendrons plus forts. » On a déjà hâte.

4k 20
Les mains sur les hanches, le regard frappé du sceau de la désillusion, tu restes là, immobile, comme figé par la tristesse. Derrière toi, les Italiens fêtent leur deuxième but, celui-là même qui vient de sceller votre sort. Le tien, mais également celui d’une nation toute entière. Il n’est pas encore 20h ce lundi 27 juin, et dans l’humidité de Saint-Denis, tu réalises que ton rêve de remporter trois Euros consécutifs vient de se fracasser sur l’abnégation et la hargne italiennes. Pendant 90 minutes, pourtant, tu as essayé de porter les tiens, comme toujours. Tu as dribblé, passé, frappé. Tu as tout tenté. En vain. Il y a des jours comme ça, où mêmes les plus valeureux guerriers ne peuvent venir à bout d’un coriace adversaire. Quelques secondes plus tard, le coup de sifflet final retentit. La défaite et l’élimination sont actées. Pour de bon. Mais comme à ton habitude, tu restes droit, digne. Humble, dans la défaite comme dans la victoire que tu as tant connue. L’attitude des grands, en quelque sorte. D’ailleurs, alors que ses coéquipiers sont encore en train de se prendre dans les bras, une autre légende s’approche de toi, Gianluigi Buffon. Qu’est-ce qu’il veut ? Ton maillot, évidemment.


Et lorsque la presse lui demandera pourquoi il y tenait tant, l’ange-gardien de la Squadra se fendra d’un subtil : « Parce que c’est la première fois que j’arrive à le battre. » Un bel hommage. Une main de géant posée sur l’épaule de l’un de ses semblables. Dans la vie comme sur les pelouses, les génies se reconnaissent. Se respectent et s’admirent. Car oui, tu es bien un génie, Andrés. Un génie salué de tous, mais trop souvent oublié lors des récompenses individuelles. Peu importe, tu n’en as que faire. Toi tu pratiques un sport collectif. Tu te fonds dans le groupe. Tu brilles dans l’ombre. Ton job ? Rendre les autres meilleurs. Et ils le savent bien, tous ceux qui t’ont côtoyé en club comme en sélection, que, sans toi, ils n’auraient pas été aussi bons. Que sans toi, les trophées n’auraient pas été aussi nombreux. Que sans toi, le football aurait été moins beau. Et ils ne sont pas les seuls à vouloir te remercier. N’importe quel être humain sensible à la beauté du football aura remarqué en toi la poésie et l’élégance de tes gestes. Toujours justes, toujours précis, toujours efficaces. Toujours remarquables.


Pour preuve, nombreux sont ceux à haïr le Barça et la Roja, mais on est en droit de douter de l’existence même d’un seul être humain qui ne soit pas tombé sous ton charme. Ton humilité et ton talent. Alors voilà, Andrés, une page se tourne pour l'Espagne. Pour toi. Il faudra sans doute quelques changements que vous retrouviez votre force d’antan, celle qui vous a fait régner sur le monde du foot pendant près de six années. Mais la page qui suit aura encore besoin de toi pour y écrire quelques lignes, car à 32 ans, tu n’as rien perdu de ta superbe. Tes prestations à l’Euro l’ont confirmé, tu es celui qui peut, qui doit, encore porter cette sélection espagnole. Le Mondial 2018 en ligne de mire. Ne le perds pas de vue. Bientôt viendra le temps de ranger le maillot de la sélection. De profiter allègrement d’un repos plus que mérité. De souffler en légende. Mais pour l’heure, la Roja a encore besoin de toi. De son roi.

Par Gaspard Manet

Dans cet article

Le plus grand pour moi qu'est ce que j'adore ce joueur Humble toujours a la hauteur ce mec est grand je n'ose meme pas imaginer le jour ou il partira ...
Le seul mec (avec Morata) pour qui j'étais triste après l'élimination de l'Espagne et pour lequel je regarde les matchs du barca (avec l'extraterrestre et le cannibale), aura-t-il encore les jambes en 2018 pour nous faire une vraie Zidane 2006? Parce que là il a envoyé toute la sauce au premier tour, il en a mis partout et semblait cramé contre l'Italie. En même temps avec ce Fabregas pour t'aider, t'es vite cramé!
JimPooley Niveau : CFA2
Je l'ai quand même trouvé en petite forme et ne pesant pas tant que ça sur le jeu, ou alors seulement par périodes. Fatigue combinée à la relative faiblesse du reste de l'équipe? Xavi lui manque, moins au Barça où l'effectif est d'un niveau plus élevé, mais quand même.
Malheureusement la messe est quasiment dite : à moins d'une Coupe du Monde miraculeuse en 2018 (pour la saison prochaine, c'est mort puisque les performances de Barcelone sont systématiquement attribuées à Messi), Iniesta n'aura jamais le Ballon d'Or.
Buster-qui-donne Niveau : DHR
Note : 2
On reviendra plus forts ?

Ils ont déjà dit ça il y a deux ans non ?
Buster-qui-donne Niveau : DHR
Note : 1
Et en même temps, remporter trois Euros successifs, non mais attends, rien que d'y penser (après une CdM foireuse en plus), c'est mettre totalement la charrue avant les boeufs, se montrer tellement présomptueux que, c'est obligé, tu es puni derrière.
Tous les connaisseurs du foot aiment Iniesta. Tous. Faites le sondage autour de vous, même avec des supporters madrilènes, la réponse sera toujours positive. C'est peut-être le seul joueur de l'histoire qui fasse l'unanimité comme ça.
Note : 1
Moi, j'y croyais à ce troisième Euro consécutif. Ou plutôt, je ne trouvais pas ça improbable.

Facile de dézinguer après coup!

La sélection espagnole n'en demeure pas moins, sur le papier, ce qui se fait de mieux au monde. J'ai l'impression qu'elle s'est auto-sabotée plus qu'autre chose. En 2014 et aujourd'hui.

Del Bosque n'y est pas pour rien. Avec un bon coach, l'Espagne redeviendra vite une équipe épouvantail.
Buster-qui-donne Niveau : DHR
Message posté par mario
Moi, j'y croyais à ce troisième Euro consécutif. Ou plutôt, je ne trouvais pas ça improbable.

Facile de dézinguer après coup!

La sélection espagnole n'en demeure pas moins, sur le papier, ce qui se fait de mieux au monde. J'ai l'impression qu'elle s'est auto-sabotée plus qu'autre chose. En 2014 et aujourd'hui.

Del Bosque n'y est pas pour rien. Avec un bon coach, l'Espagne redeviendra vite une équipe épouvantail.


Peut-être.

Mais elle aura quand même du mal à concentrer à nouveau autant de joueurs aussi forts qu'il y a 4 ou 6 ans. Une telle concentration de talents c'est assez improbable, et donc peu probable que ça se reproduise avant longtemps.

Par ailleurs les autres ont eux-mêmes progressé et ont surtout appris à jouer contre l'Espagne ; à un moment ils étaient comme subjugués, spectateurs se sentant impuissants. Puis ils ont bossé sous la houlette de certains forts entraineurs / sélectionneurs. La destruction de Barcelone par le Bayern il y a deux ans a été le début de la fin de cette période de fascination résignée.
Buster-qui-donne Niveau : DHR
Bien entendu l'Espagne sera désormais toujours parmi les prétendants à la victoire. La force de son championnat, de sa formation, de son encadrement, la profondeur de sa réserve de joueurs, etc., lui permettent par principe de compter, du moins depuis qu'elle a levé le blocage psychologique lié au fait que jamais dans l'Histoire elle n'avait dépassé les quarts.

Mais elle comptera parmi les favoris au même titre que l'Allemagne, l'Italie, les Pays-Bas ou la France (et, s'il s'agit d'une CdM, l'Argentine, le Brésil).

Ni plus ni moins.

C'est déjà sympa je trouve.
Buster-qui-donne Niveau : DHR
Bien entendu l'Espagne figurera désormais toujours parmi les prétendants à la victoire. La force de son championnat, de sa formation, de son encadrement, la profondeur de sa réserve de joueurs, etc., lui permettent par principe de compter, du moins depuis qu'elle a levé le blocage psychologique lié au fait que jamais dans l'Histoire elle n'avait dépassé les quarts.

Mais elle comptera parmi les favoris au même titre que l'Allemagne, l'Italie, les Pays-Bas ou la France (et, s'il s'agit d'une CdM, l'Argentine, le Brésil).

Ni plus ni moins.

C'est déjà sympa je trouve.
Houla, déficit d'objectivité...
Iniesta a subi la loi des italiens, comme tous ses compatriotes. A aucun moment il n'est sorti du lot.
Ca n'enlève rien à l'immense joueur qu'il est, mais si on veut lui rendre justice il s'agit quand même d'être honnête et pas simplement un fan frustré. A fortiori quand on est journaliste.

Pacoloco, pour le CSA de comptoir.
Note : -1
District.
"N’importe quel être humain sensible à la beauté du football aura remarqué en toi la poésie et l’élégance de tes gestes"

Bien que ayant un penchant prononcé pour le Real, je ne peux que plussoyer l'auteur. Iniesta, c'est le seul joueur du Barça dont je voue un respect et une admiration profonde. Il n'a certes jamais eu de ballon d'or mais il peut se permettre de s'inviter à la table de ceux ayant déjà eu ce trophée.
T'aurais du jouer au Real Andrès!
il a dit qu il arrêtait la sélection, avec ramos.. j'ai pas reve, si ?
Note : -1
Message posté par Buster-qui-donne
Par ailleurs les autres ont eux-mêmes progressé et ont surtout appris à jouer contre l'Espagne ; à un moment ils étaient comme subjugués, spectateurs se sentant impuissants. Puis ils ont bossé sous la houlette de certains forts entraineurs / sélectionneurs. La destruction de Barcelone par le Bayern il y a deux ans a été le début de la fin de cette période de fascination résignée.


Très bon rappel, Buster. (En passant, heureusement que tu ne l'as pas fait après leur match face aux Turcs, tu aurais eu toute la gestapo pro-Roja sur le dos).
En fait les destinées de France 1998-2000 et Espagne 2008-2012 sont assez proches...vénérées au-delà du raisonnable, sentiment d'invincibilité, puis un premier échec retentissant au premier tour d'une coupe du monde. Deux ans plus tard on prétend que c'était un accident, et à l'Euro suivant malgré une équipe au complet, sortie sans contestation possible dès le premier match couperet (après une phase de poules très moyenne), face à un adversaire qu'on pensait battu d'avance et qui s'est imposé en appliquant un plan parfaitement préparé.

Le Kiosque SO PRESS

Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
4k 20