En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 2 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Groupe F
  3. //
  4. // APOEL Nicosie/PSG (0-1)

Cavani tueur, David Luiz sauveur

Le chevelu a sauvé son équipe en seconde mi-temps et fut l'un des rares à être au niveau face à l'APOEL Nicosie. Cavani, lui, s'est fendu d'un but de renard pour offrir les trois points au PSG. Oui, c'est un braquo.

Modififié

APOEL Nicosie


Pardo (5) : Pas grand-chose à faire avant la banderille de Cavani dans les cinq dernières minutes.

Mario Sergio (5) : Le latéral portugais pensait passer une soirée compliquée face à Pastore et Maxwell. Il n'en fut rien. Bon défenseur, il a passé une soirée à la cool. Comme Daddy.

João Guilherme (5) : Le premier des quatre centraux brésiliens du match a été le plus discret. Pas vu, pas pris.

Carlão (5,5) : Un mec qui a joué avec Sébastien Roudet peut facilement voyager en Ligue des champions. Superbe sauvetage sur Lucas (47e) et pas vraiment malmené par l'attaque à 100 briques du PSG.

Antoniades (/) : Blessé, il est remplacé par John Arne Riise (5), le Jérémy Mathieu scandinave qui joue un football d'un autre temps. Le mec travaille uniquement les longues touches à l'entraînement. D'ailleurs, il devient quoi, Rory Delap ?

Nuno Morais (5) : Wesh Morais. Un homme que le Mou fait venir à Chelsea est forcément à l'aise en C1. Remplacé par De Vincenti, un nom à avoir roulé à la SAECO avec Gilberto Simoni.

Vinicius (5) : Une pieuvre. Un physique à squatter le poste de numéro 6 dans n'importe quelle taule parisienne U19, des jambes musclées, un cou de bœuf et de la présence. Mais zéro technique.

Tiago Gomes (6) : À un cheveu de Luiz de faire exploser le stade sur une superbe tête au cœur de la surface. Intelligent, le milieu de terrain a tenu la baraque pendant 86 minutes. Quel coffre !

Efrem (5) : Il gâche une superbe contre-attaque sur un contrôle réalisé avec une chaussure de ski, dommage car il avait énormément proposé sur son côté jusque-là.

Sheridan (6) : L'Irlandais bute sur Sirigu dès l'entame de match et réalise, dans l'ensemble, un très bon match. Plutôt remuant pour un mec d'1,96m. Teddy Sheridan, un mec qui a dû rendre visite à son cousin, prisonnier politique, et qui se revendique de l'IRA. Remplacé par Djebbour, en guerre contre le monde.

Manduca (6) : Il va à 10 000. Il a confisqué les reins de Thiago Motta sur une accélération côté gauche et provoqué de nombreuses sueurs froides à chaque prise de balle.

PSG


Sirigu (5) : Ses gants ont chauffé dès l'entame de match sur une frappe de Sheridan. Ensuite, il a laissé les clés de ses buts à David Luiz en serrant les miches très, très fort.

Van der Wiel (4) : L'an dernier, tous ses centres se terminaient en passe décisive en Ligue des champions. Cette saison, on est en train de gentiment regretter le départ de Christophe Jallet. Lent, approximatif et fragile.

Thiago Silva (5,5) : Pas de larmes et pas de blessure, c'est presque un match réussi pour le capitaine du PSG. Neuf semaines après sa talonnade déchirante de Naples, le Brésilien a retrouvé sa place et son brassard et il a fait du bien.

David Luiz (6) : Le sauvetage du mois sur Tiago Gomes en balançant son Afro sur sa ligne de but alors que toute son équipe était partie aux champignons. Encore dans le coup dix minutes plus tard au cœur de la surface, le palmier géant a été le grand monsieur de son équipe, ce soir. Simple et funky. L'esprit funky.

Maxwell (5,5) : À l'image de sa prestation du Stade de France, le gaucher a encore été dans le vrai. Il se bonifie avec l'âge et ringardise Lucas Digne à vitesse grand V.

Thiago Motta (4) : À l'exception du match contre le Barça, on se demande où est passé le vrai Thiago Motta ? Papa Motta est en train de devenir Papy Motta. Lent, imprécis, la capacité pulmonaire d'un fumeur de Gitanes, l'homme aux Mizuno commence à se faire vieux. Et ça se voit. Et c'est triste.

Verratti (4) : Comme Motta. Sauf que Marco a 22 ans. Et 5 étoiles de potentiel sur Football Manager depuis ses 16 ans. Remplacé par Bahebeck, de nouveau décisif en « offrant » à Cavani le but sur une remise de la poitrine. Super Sub pour lui.

Matuidi (5) : À l'entrée de la surface, Blaise a tenté une frappe du pied gauche, son bon pied. À cette heure-ci, personne n'a retrouvé la balle. Même Christopher Nolan et son « Interstellar » n'ont pas de réponse à apporter pour le moment.

Lucas (4,5) : Une bonne frappe du gauche à côté, des courses aussi désordonnées qu'inutiles, des dribbles téléphonés et peu efficaces, un bon Lucas, donc. Remplacé par Chantôme, facile.

Cavani (5,5) : 85 minutes à se demander qui avait bien pu le marabouter de la sorte depuis dix mois. Et puis un but de crevard à la sortie d'un contrôle technique et d'un dribble de boulanger avant de trouver les ficelles en tombant. Un but célébré par un coup de fusil invisible au sol. Une célébration à l'image de son but : dégueulasse. Mais ça fait trois points.

Pastore (3) : Il n'y a pas à dire, El Flaco sait parfaitement se saborder. Entre ballons perdus et mauvais choix offensifs, l'Argentin a dégueulassé son match comme un grand. Remplacé par Cabaye, auteur d'une frapounette cadrée. Gentillet.

⇒ À lire : le compte-rendu du match APOEL Nicosie/PSG

⇒ Résultats et classements de la Ligue des champions

Par Mathieu Faure
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Hier à 09:28 Barton : « 50% des joueurs parient sur les matchs » 22
Partenaires
Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
lundi 22 janvier Une ex-formatrice défonce la goal-line technology (via Brut Sport) lundi 22 janvier Quand Ronaldo planquait de la bière 51 lundi 22 janvier Dupraz quitte le TFC 128 lundi 22 janvier Robinho en route vers Sivasspor 60
À lire ensuite
Le Bayern atomise la Roma