1. //
  2. // 2e journée
  3. // PSG/Ajaccio (1-1)

Cavani rassure (un peu) le Parc

Premier match au Parc des Princes de la saison, et grande première pour Edinson Cavani. Au terme d'une rencontre très moyenne, l'attaquant uruguayen a sorti ses coéquipiers du traquenard à la 86e minute (1-1). Pour les Corses, longtemps devant, le coup parfait n'est pas passé loin.

Modififié
22 105
PSG - Ajaccio 1-1
Buts : Cavani 86' / Pedretti 9'


Le PSG a eu chaud. Très chaud. À quatre minutes près, le club de la capitale aurait encaissé sa première défaite de la saison, à domicile. Mais Cavani a sauvé les apparences en fin de rencontre. À 64 millions d'euros, il devait bien ça aux dirigeants. Fabrizio Ravanelli, lui, a bien failli réaliser le coup parfait. Des souvenirs de PSG-OM plein le tête, « Penna Bianca » avait certainement rêvé d'une soirée folle, une soirée chaude pour ses retrouvailles avec le Parc des Princes. Il aura finalement vécu une soirée humide et certainement pas celle qu'il attendait. Ses joueurs devant au score une heure durant ont longtemps cru à l'exploit. Le scénario était parfait, la presse aurait appelé ça un « hold-up » , il aurait été alors question d'évoquer le courage et l'intelligence tactique de ses protégés. Mais ils ont fini par céder, céder dans les dernières minutes sur un but exceptionnel d'Edinson Cavani. Merci, Matador, hein.

La caresse de Pedretti

Lucas provoque en ce début de match pour casser un bloc corse bien constitué, un bloc qui joue bas et ne va se pas raconter d'histoire. C'est ce qu'on croit. Si Fabrizio Ravanelli avait avoué avoir demandé à ses troupes de jouer « avec le cœur, la tête et ensuite les jambes » , si l'ACA arbore ce soir un maillot de district, c'est bien avec talent que les Corses débutent leur match. Sur une remise de Mostefa, Pedretti enroule une merveille hors de la surface et ouvre le score. Le Parc est glacé. Les Parisiens, comme la semaine dernière, insistent sûrement un peu trop dans l'axe. Les joueurs de côté, Lucas et Pastore, repiquent sans cesse pour des tentatives vaines. L'attaque-défense prend forme et Mutu comprend qu'il va passer une longue soirée. Alex et Thiago Silva défendent, eux, dans le camp corse. C'est dire, mais rien ne se passe. Le tempo est lent, très lent et la relation Cavani-Ibrahimović en est encore à l'état de projet. Quand les deux se trouvent, comme à la 22e minute, c'est pour faire briller Ochoa. Ronald Zubar nous rappelle qu'il est encore en vie et manque de peu de marquer contre son camp. Une anecdote à l'image de cette première mi-temps : tiède.

Cavani, enfin

Les attaques placées des Parisiens du début de seconde période sont plus incisives, mais pas encore plus précises. Sous la pluie, servi par Lucas ou Jallet, Cavani place deux têtes. Seule la deuxième est cadrée et permet à Ochoa de briller. Encore. L'air de rien, Ajaccio tient comme ça depuis la 10e minute du match et joue peinard dans ses trente mètres. Dans le rôle du marathonien solitaire, Oliech remplace Mutu. Dans le rôle du héros de la soirée, Ochoa est tout désigné. À l'heure de jeu, il sort cette fois une tête de Thiago Silva et le PSG n'y arrive toujours pas. Lavezzi et Ongenda remplacent Pastore et Lucas pour une amination dans un état stationnaire, entre agacement et approximations.

Même la barre vient narguer le Parc des Princes sur une nouvelle tête de Thiago Silva à dix minutes du terme. Cavani décide donc de prendre les choses en main. Servi par Ongenda, il ambiance Dielna et enchaîne sur une superbe frappe du gauche pleine lucarne. Boom ! De quoi réveiller le Parc, qui aura donc chanté cinq minutes. Mais pas de quoi plomber Ochoa qui claque deux parades exceptionnelles dans les arrêts de jeu, avant que Thiago Silva ne touche lui encore la barre sur une frappe lointaine. Le PSG n'en saura ce soir pas tellement plus sur les idées nouvelles de Laurent Blanc pour son équipe. Il aura en revanche découvert une chose : Edinson Cavani ne renonce jamais.

Antoine Mestres
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

A la place d'Ochoa, je questionnerais longuement ma femme... Parce là, plus de doute, monsieur est cocu!
Les parisiens verront Ochoa dans leur sommeil cette nuit
Le script, c'est pas qu'à FIFA...
Comment j'ai les boules... Pas contre Ajaccio hein, ils ont fait leur match mais franchement normalement c'est 4-1 minimum à la fin. Je vois même pas quoi reprocher aux joueurs, à ce point-là c'est le destin.
C'est pas possible des stats comme ça, une différence de tirs pareil faut appeler le Guiness. En tout cas Cavani il s'en rappellera de son premier but au Parc, il doit être en train de se demander si ici tous les matchs sont comme ça à pousser comme des malades pour marquer
Le pire c'est que je sens qu'à la fin de la saison ils vont nous manquer ces 2 points vu comment les 3 autres sont partis comme des morts de faim....
motherfucker Niveau : CFA
Note : 4
moi je retiens que Denis Olliech a passé un grand pont à Thiago Silva
J'ai adoré regarder ce match avec la musique de benny hill.
Avec tout le pognon qui a été investi cet été les qatariens n'ont même pas prévu une caisse noire pour acheter les arbitres? Quelle bande d'incompétent.
Aparacuacha l'hommeanimal Niveau : Loisir
tres bon match,il faut juste qu'ils arretent de reagir,ca ne va pas tjr reussir comme ce soir,meme si le resultat n'est pas bon,ce nul laisse augurer de tres belles choses!!!

et ochoa qui fait le match de sa vie et le weekend prochain se trouera,par contre jallet c'est vraiment plus possible et je commence a avoir de tres gros doutes sur lucas...faudrait pas trop laisser partir ceux de devant meme si l'an dernier le psg a fait 3 nuls avant de derouler pour le resultat qu'on connait tous
39 tirs à 1 quoi

Paris est marabouté c'est pas possible autrement...
Supporter parisien vous pouvez vous pendre
anigolemagicien
Moi qui pensait que les matchs stratosphériques des gardiens adverses étaient une époque révolue au parc des princes, la tradition continue de persister.

Ibra bouffe la feuille de match.

Pastore faut faire qqch l'envoyer voir un psy, le dépucelér je sais pas, il est mauvais.
cantor0305 Niveau : CFA
le regard plein de panique de laurent blanc(je vais me faire virer, je vais me faire virer, je vais me faire virer...)
Les supersticieux diront qu'on a parfaitement débuté la saison.
Pourquoi Ochoa n'est pas dans un meilleur club ? Il n'est pas régulier dans ses performances ?
J'ai l'impression que le PSG est presque trop à l'aise, en comparaison au match de Monaco ou on sent une équipe moins dominatrice, presque plus fragile, désarticulée mais qui en a conscience, et fait des efforts constants pour que la machine fonctionne. Le PSG domine sans forcer et se perd en suffisance ludique.
Lavezzi et Moura ont compris sur la fin qu'un ailier jouait sur les ailes et le premier a mis le feu dans les dernières minutes.
Philiiiiippe Niveau : CFA2
Quelqu'un pour m'expliquer les 4 minutes d'arrêt de jeu ??? Y a eu environ 3 minutes d'interruption pour Matuidi + les 6 changements, y en avait au moins pour 5-6 minutes non ?
Marek Hamsik Niveau : National
Note : 8
Quand je pense que j'ai cru sérieusement que Ronald Zubar allait préserver ses buts pendant 90 minutes face a Zlatan et Cavani... La L1 devient surréaliste !
Je devais être à 27/16 en fin de match, j'ai la haine.
le championnat de France en fait c'est la reconstruction du mur de Berlin.
Je trouve que l'article insiste pas assez sur le scénario fou du match et la multitude d'occases parisiennes, surtout en 2nde MT.
Ochoa énorme, 2 barres, 2 sauvetages sur la ligne, c'était ahurissant.

Limite même pas trop déçu, y a des matchs comme ça, c'est écrit que tu pourras pas le gagner.
La Juve met une boite
Le Barca met une boite
Dortmund met une boite

Mais que fait donc le psg ??
il se reserve pour les quarts de finals de la champions league ca doit etre ca...
Ajaccio 1 tir un but, Paris 39 tirs 2 barres, 2 ballons sauves sur la ligne et 2 penaltys non sifles... Quand ca veut pas...
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
Article suivant
L'équipe type du dimanche
22 105