Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // 4e journée
  3. // Monaco/PSG
  4. // Les notes

Cavani, heureux maladroit

Emmené par un Cavani double buteur aux pieds fébriles, le PSG a mis une mi-temps avant de faire craquer une ASM bien faible. Et surtout peu aidée par une charnière plus vieille que le monde.

Modififié

Monaco


Subašić (5) : Un vrai bon copain. Il a longtemps fait mine d'être sérieux, avant de feinter l'arrêt sur la tête de Cavani, en a laissé un autre pour la forme, puis à Pocho pour la confiance et Di María pour la forme. Signe qui ne trompe pas, Ibra est reparti avec son maillot.

Fabinho (2) : Avec son niveau actuel, il serait incapable de prendre la place de Sagna à City. Ce qui en dit long.

Raggi (3) : Plot (nom masculin). Ensemble des plateaux obtenus en sciant une grume suivant des traits successifs parallèles, et empilés dans leur ordre d'origine. Contact fixe, à fixation rigide, d'un commutateur ; pièce métallique fixe d'un appareil qui raccorde des éléments de circuit. Cube numéroté sur lequel se place le nageur au départ d'une compétition. Élément compris entre deux joints verticaux, dans un barrage en béton. Défenseur monégasque très lent.

Carvalho (3) : Plot (nom masculin). Ensemble des plateaux obtenus en sciant une grume suivant des traits successifs parallèles, et empilés dans leur ordre d'origine. Contact fixe, à fixation rigide, d'un commutateur ; pièce métallique fixe d'un appareil qui raccorde des éléments de circuit. Cube numéroté sur lequel se place le nageur au départ d'une compétition. Élément compris entre deux joints verticaux, dans un barrage en béton. Défenseur monégasque très lent.

Echiejile (4) : Abandonné par El Shaarawy en phase défensive, il a mangé le train Aurier dans les dents tout le match, surtout en première période. Sinon, a commencé sa carrière à Wikki Tourists, ce qui explique cela.

Toulalan (6) : Des papys derrière, des mineurs devant. Le drame de la pyramide des âges.

A.Traoré (6,5) : Fidèle à la maxime de son sosie Timon : « Si le monde entier te persécute, tu te dois de persécuter le monde.  » A glissé quelques caresses bien soyeuses à Matuidi et Verratti.

Bernardo Silva (6) : Toujours aussi fort techniquement, le mec souffre quand même d'une préparation tronquée par l'Euro U21. Mais qu'on ne s'y trompe pas, son numéro 10 n'est pas faubertien.

El Shaarawy (6) : Transparent défensivement, le Pharaon a fait parler sa pointe de vitesse pour semer la confusion dans les rangs parisiens en début de match. Et puis Matuidi lui a planté le tibia, Aurier l'a embaumé, et c'était terminé bonsoir. Un classique joueur « et si » .

Lemar (5,5) : Plus Bob que Steve.

Martial (5,5) : Pas facile de dribbler ce Thiago Silva. La trêve arrive à point nommé.

PSG


Trapp (?): Aimerait bien se montrer entre les bois, mais les deux Brésiliennes placées devant lui excellent dans leur travail. La terrible loi de Boulogne pour Kévin Trav.

Maxwell (6) : Toujours aussi classe, toujours aussi sobre, il a été applaudi par la belle blonde aux yeux clairs qui va bientôt partager sa vie. Layvin Kurzawag sait à quoi s'attendre.

Thiago Silva (8) : Un très bon Brésilien, présent sur toutes les tentatives monégasques. Et c'est Thiago Silva qui t'a assassiné Martial.

David Luiz (6,5) : Sans doute moins visible que son compère, David a gardé ses boucles en alerte tout au long de la partie. Avant d'envoyer un bon taquet en fin de partie pour se réveiller les muscles et attirer la caméra.


Aurier (7,5) : D'aventures en aventures, Serge progresse et a pu profiter d'un couloir ouvert pour dégainer quelques centres bien sentis. En revanche, cracher sur cette belle occase en fin de match, c'est moyen. Serge Lama.

Thiago Motta (7) : « Devinez qui mène la barque, j'suis rodave, mon Thiag' s'est laissé pousser la barbe.  »

Verratti (6,5) : Des gri-gris, quelques ouvertures classieuses, mais pas au niveau de son rayonnement habituel. Mais au fond, avait-il besoin d'en faire plus ? Remplacé par Marquinhos (80e)

Matuidi (4 puis 7) : Plus judoka que footballeur en première mi-temps, Blaise a retrouvé ses gambettes de feu et débloqué la situation grâce à ce centre décisif vers Cavani. Mi Riner, mi-runner.

Lucas (5) : Il va vite, sait dribbler et faire des contrôles en extension. Donnez-lui la frappe de balle d'Andy Delort et le PSG pourra enfin compter sur un joueur de niveau international. Remplacé par Ángel Di María (65e) qui a donné une passe décisive et demie en 25 minutes. Ça n'en devient même plus drôle pour la Ligue 1.

Cavani (2 ou 9) : Tu te souviens de ce pote pas très beau qui enchaînait les râteaux, mais finissait toujours par ramener une nana à la fin de la soirée ? Charognard, maladroit, mais satisfait au bout de la nuit.

Ibrahimović (7) : Parfois 8, souvent 10, quelquefois 9, Zlatan ne sait plus quel numéro jouer sur les pelouses de l'Hexagone. En revanche, sa qualité de passe demeure intacte. Pas impossible de le voir finir défenseur central d'ici deux ans. Remplacé par Lavezzi (75e) qui va tenter de corrompre Di María cette nuit. Ezequiel-Ángel, un duo bientôt divin dans les établissements de nuit parisiens.

Par Charles Alf Lafon et Raphael Gaftarnik
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Partenaires
Un autre t-shirt de foot est possible Podcast Football Recall Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Tsugi MAILLOTS FOOT VINTAGE Olive & Tom
jeudi 19 juillet Quand Bryan Mélisse plante ses pieds dans un adversaire 25