1. //
  2. // 19e journée
  3. // Napoli /AS Roma (4-1)

Cavani fesse la Roma

On s’attendait à un match fou entre le Napoli et la Roma, mais on a surtout découvert des Partenopei très réalistes : globalement dominés jusqu’à l’expulsion de Pjanic, les Napolitains et Cavani ont profité des entames de mi-temps pour prendre les Romains à froid, avant de dérouler (4-1). De quoi remonter sur le podium de Serie A.

Modififié
22 9
Napoli-AS Roma : 4-1 (1-0)
Buteurs : Cavani (4e, 48e, 70e) et Maggio (90e) pour le Napoli. Osvaldo (73e) pour la Roma.

Napoli-AS Roma, ou une occasion inattendue pour les deux équipes. En effet, avec les défaites surprises de la Fiorentina et de l’Inter dans l’après-midi, le calcul était simple avant même le début de la rencontre : le vainqueur prenait assurément la 3e place au classement. Ce qui avait de quoi ajouter un peu plus de tension au choc de la 19e journée de Serie A. Un choc que l’on attendait prolifique en buts, du fait de la mentalité résolument offensive des deux formations. Longtemps, on a cru que ce ne serait pas le cas. La faute au manque de réalisme de Romains dominateurs, et à celui du Napoli, qui a scoré sur ses seules occasions à chaque entame. En vrai, la folie aura duré cinq minutes, durant lesquelles on assistera à deux buts et une expulsion. Ce sont donc les Partenopei qui s’en tirent, grâce au triplé de leur Matador (qui reprend de fait la tête du classement des buteurs en Serie A). Les voilà désormais 3e au classement, à deux points de la Lazio. La Roma, à l’image de son match, rate une belle occasion.


La Roma prise à froid


Il n’a pas fallu bien longtemps pour lancer ce qu’on appelle communément le derby du Sud. Quatre petites minutes seulement, pour que Pandev trouve Cavani dans la profondeur, le Matador ne ratant pas son duel avec Goicoechea (1-0). Point de départ du match fou qu’on attendait ? Pas vraiment. Suite à l’ouverture du score, la Roma pose le pied sur le ballon, pour débuter une longue période de domination stérile. Stérile, car les Romains multiplient les approximations, éprouvant une certaine difficulté à enchaîner les passes. Du coup, le trio offensif giallorosso, si prolifique fin 2012, reste muet. Côté partenopeo, on a fait le choix logique de laisser jouer l’adversaire, pour mieux le prendre en contre. Avec l’avantage au score et une aisance à se projeter vers l’avant, la tactique paraît bonne. Du moins jusqu’à ce que la Roma décide d’arrêter les boulettes. A partir de la demi-heure de jeu en effet, les Romains se font plus pressants et dangereux, obligeant De Sanctis à sortir ses premières parades : le portier surgit ainsi dans les pieds de Destro suite à une ouverture géniale de Totti (30e), puis se détend de tout son long pour sortir une mine de Pjanic (38e). La Roma domine globalement la rencontre, et peut déjà nourrir le regret d’avoir mal démarré, en concédant un but sur l’unique occasion napolitaine.

La folie dure cinq minutes

On s’attend donc à la poursuite du solo romain à la reprise. A tort. Décidément affamé sur les entames, le Napoli va ainsi doubler la mise pour assommer l’adversaire. Cette fois-ci, il ne faut que trois minutes aux Partenopei et Cavani : le Matador est chanceux, suite au centre en retrait de Zuniga, et bénéficie d’un assist et du contre du malheureux Balzaretti (2-0, 48e). En attendant, la Roma se retrouve dans la mouise. Tellement dans la mouise, que le retard conséquent l’oblige à se livrer davantage. Pour un Napoli toujours aussi à l’aise en contre, les opportunités affluent : Hamsik gâche ainsi un deux contre un (55e), là où Piris sauve les siens en intervenant sur Cavani (58e). Tandis que le jeu se durcit au fil des minutes et que la Roma reprend ses droits, Destro, une nouvelle fois servi par Totti, manque sa reprise face à De Sanctis (60e). Un gardien qui sauvera littéralement les meubles quelques minutes plus tard, avec un double arrêt sur Osvaldo et Lamela, Bradley manquant ensuite le cadre (68e). Le point de départ de cinq minutes de folie. Enfin. Quelques secondes après cette énormissime occasion, Cavani plante une tête sur corner (3-0, 70e). Osvaldo lui répond peu après, en fusillant De Sanctis suite au bon service de Pjanic (3-1, 73e). Ce même Pjanic qui sera expulsé pour un deuxième jaune (75e), conditionnant du coup la fin de rencontre. Maggio viendra ainsi punir les Romains, une dernière fois, sur contre-attaque (4-1, 90e). En ayant concédé les occasions adverses et raté ses opportunités, la Roma n’a pas géré. Tout le contraire du Napoli, qui prend place sur le podium.

Par Alexandre Pauwels
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Bah ce weekends la bonne opération c'est pour le Milan ac
Les stats sont affligeantes pour la Roma: plus de tirs, plus de tirs cadrés, meilleure possession, plus de corners... Sauf qu'au coup d'envoi on avait Destro, eux Cavani, qui a encore fait très très mal. L'occasion était belle de revenir sur le podium, dommage.
ficelle_du_69 Niveau : District
Sacré attaquant ce Cavani tout de même. Rarement très spectaculaire mais bordel* quel sang froid il a devant le but. Un tueur froid dans un stade bouillant, c'est beau.
Les déplacements de Cavani, et notamment ses appels dans le dos de la défense quand il part excentré, sont fatals.
Jean Luc Sassus Niveau : District
EDINSOOOOOON CAVANI !!!! Entendez ce nom scandé par tout le SAN PAOLO ! Cette ferveur du sud, de l'Italie pauvre (mais maline ;) ) Des tifosi qui ne jurent que par ses couleurs, une vraie émotions a chacun de ses buts.. Voila un mec qui mouillent tout l'équipement chaque fois qu'il joue !!
Ce mec est un tueur et ce club est (à mon gout) extraordinaire !

P'tite déclaration !
en même temps le napolitain ne peut jurer ni par le travail ni par la richesse...heureusement qu'il y a le foot dans cette ville d'une puanteur inouïe! naples - marseille, on a le même maillot
Myros el matador Niveau : CFA
Content pour le Napoli!! Mais que ça fait mal au coeur cette Roma depuis quelques temps!! Je me souvient de cette équipe qui me faisait réver avec les Totti, Cafu, Tomasi, Batigol, Montella, Delvecchio, emmerson and co Putain* c'est loin!!!
mirko_1926 Niveau : DHR
hahaha 01domyno tu es une sous-merde.
''leone da tastiera''
01 domyno, tu mérites la mort.
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
Article suivant
Paris frôle l'incident
22 9