1. //
  2. // 3ème journée

Cavani en orbite

Deuxième tour, et la Serie A est déjà folle. Cavani envoûte le San Paolo en plantant un triplé face au Milan AC, la Juve confirme, l'Udinese assure et les Romaines rament sévère.

Modififié
0 5
Il est monstrueux. L'an dernier, déjà, ses exploits avaient emmené le Napoli en Ligue des Champions. Edinson Cavani est reparti sur les même bases. Déjà buteur mercredi en Ligue des Champions sur la pelouse de Manchester City, le buteur uruguayen a récidivé ce soir. Mais pas de n'importe quelle manière. Avec un triplé. Et pas contre n'importe qui. Contre le Milan AC, champion d'Italie en titre. Oui. Le Napoli, grâce à son attaquant vedette, s'offre le scalp du champion, celui-là même qui, la saison passée, leur avait collé deux roustes, aussi bien à l'aller (2-1) qu'au retour (3-0). Les hiérarchies ont visiblement changé pendant l'été. Naples est revenu plus déterminé que jamais, avec un effectif encore plus solide, et un avant-centre qui fait figure d'extra-terrestre. Ainsi, grâce à cette victoire de prestige, le club de Mazzarri s'envole déjà en tête du classement, avec deux victoires en autant de rencontres. Ce soir, le San Paolo (plein à craquer) a raison d'avoir des étoiles plein les yeux. Le Scudetto n'est plus une chimère. En revanche, la vie est dure pour le champion : après deux journées, les rossoneri n'ont qu'un petit point au compteur. Tout comme l'Inter. Le Nord est en danger.

La Juve roule, la Lazio coule

Mais le bleu du Napoli n'a pas été la seule couleur forte de la journée. Un dimanche sous le signe du blanc et du noir. En effet, aux côtés du magnifique Napoli, ce sont trois équipes qui se partagent le trône de la Serie A. La Juventus, l'Udinese et Cagliari, qui campait déjà le haut du classement depuis samedi après-midi, après sa victoire contre Novara (2-1). L'Udinese, d'abord. Trois jours après le succès face à Rennes, les Frioulans ont dominé une Fiorentina pourtant bien en place. L'affaire a été réglée en 29 minutes, le temps pour Di Natale d'inscrire son quatrième but en cinq matches officiels, et pour Isla de scorer d'une frappe croisée. Un 2-0 efficace, qui confirme que même sans Alexis Sanchez, l'Udinese est toujours brillante. Brillante. Ce n'est pas forcément le mot qui définirait la prestation de la Juve aujourd'hui. Pour son deuxième match sur le banc de la Vieille Dame, Antonio Conte n'a pas laissé de place à la fameuse "émotion face à son ancien club" : sans rayonner, son équipe s'impose 1-0, grâce à un but de Matri sur l'une des seules occasions. Joueurs et prolifiques la semaine dernière, solides et cyniques aujourd'hui : les Turinois ont, pour le moment, tous les ingrédients pour réussir.

La surprise de la journée, c'est la première défaite cette saison de la Lazio. Le club romain semble atteint par un drôle de mal : l'incapacité à gérer un résultat favorable. Face au Milan AC, les laziali ont mené 2-0 avant de se faire rattraper 2-2. Jeudi, en Europa League, même schéma : un but de Cissé ouvre la voie, puis c'est la tristesse : 2-1 pour Vaslui, et finalement 2-2. Cette après-midi, la formation de Reja n'a pas retenu la leçon. Après avoir dominé la première période face au Genoa, ponctuée sur le score de 1-0, la Lazio a arrêté de jouer, laissant les coéquipiers de Sebastien Frey inverser la tendance et s'imposer 2-1. Avec un point récolté en deux rencontres, le début de saison est laborieux pour le club de Rome. Ou plutôt, pour les clubs de Rome. Car la situation n'est pas plus glorieuse pour la Roma. La Louve est allée grappiller un premier point à San Siro face à une Inter amorphe. Un point chacune : les Romaines et les Milanaises vont devoir se bouger. Les autres ne les attendront pas.

Denis, sous le déluge

Si quatre équipes réalisent pour le moment un sans-faute, trois n'en sont pas loin. Outre le Genoa, ressorti victorieux du stadio Olimpico, Catane est également parvenu à prendre ses trois premiers points de la saison, atteignant ainsi la barre des quatre. Après le 0-0 face à Siena, l'équipe désormais coachée par Montella s'est imposée face à Cesena sur la plus petite des marges, et de la plus petite des façons. 1-0. But sur pénalty de Maxi Lopez. Pire : le pénalty est plus que litigieux. Mais Montella s'en fiche : lui veut atteindre 40 points le plus vite possible, et qu'importe la manière. En revanche, les débuts sont difficiles pour Cesena. Deux défaites en deux matches, et déjà une place de relégable. Comme un inexorable destin.

La dernière équipe à avoir obtenu une victoire et un nul, c'est l'Atalanta. Malheureusement pour les Bergamasques, le compteur n'affiche pas un joli 4, mais un toujours déprimant -2. Néanmoins, à ce rythme-là, les six points de pénalité seront bientôt un vilain souvenir pour les nerazzurri, surtout si German Denis, comme aujourd'hui face à Palerme, se transforme en buteur providentiel. A noter que la rencontre a été interrompue pendant de longues minutes à cause d'un déluge, ce qui a littéralement coupé les jambes des Siciliens, qui essayaient, à ce moment de la rencontre, de revenir au score. Si le ciel se décide même à venir en aide aux punis (sûrement un coup de Doni, le magicien suspendu), le maintien ne sera plus un mirage à l'horizon.

Bologne en pleine galère

Battus lors de la première journée, Parme et Lecce ont su réagir. Les Parmesans ont remis leur sort entre les mains du lutin Giovinco. Seul buteur il y a sept jours lors de la déroute face à la Juventus, la Fourmi a cette fois-ci réalisé un doublé décisif face au Chievo, avec, cerise sur le gâteau, un but vainqueur inscrit dans les arrêts de jeu. Lecce, pour sa part, n'a pas eu besoin d'attendre la 90ème minute pour battre Bologne. Les giallorossi ont claqué un pion par mi-temps et repartent dans le Sud de l'Italie avec trois points mérités dans les valoches. Et Bologne ? Bah, comme Cesena : deux défaites en autant de matches disputés. Pas mal. Surtout que leur calendrier leur offre la Juventus, l'Inter et l'Udinese lors des trois prochains tours. Di Vaio, à toi de jouer.

Les résultats complets :

Cagliari – Novara 2-1

Ribeiro 38', Larrivey 86' / Morimoto 88'

Inter – Roma 0-0

Atalanta – Palermo 1-0

Denis 34'

Bologna – Lecce 0-2

Giacomazzi 37', Grossmüller 60'

Catania – Cesena 1-0

Maxi Lopez (p) 47'

Lazio – Genoa 1-2

Sculli 10' / Palcio 54', Kucka 71'

Parma – Chievo 2-1

Giovinco 24' et 91' / Paloschi 79'

Siena – Juventus 0-1

Matri 54'

Udinese – Fiorentina 2-0

Di Natale (p) 8', Isla 29'

Napoli – Milan 3-1

Cavani 13', 36' et 51' / Aquilani 12'


Eric Maggiori

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Shiiit! les milanais ont bien aidé cet enfoiré de matador! Bon je l'aime bien quand même mais qu'il oublie le match retour...

Comme le dit EM, Naples a l'air plus dense et vicelard que l'année dernière, ça pourrait faire mal. Contre City déjà, belle opposition!
L'Uruguay nous fournit de belles gazelles devant depuis quelques années ! Ce Cavani, je demande à voir à l'Inter ou Chelsea ou à Madrid...Au moins il confirme sa belle année 2010-2011 ! Il est reparti sur les chapeaux de la roue de la caravane etc...
Salut Alanders,

Il n'est jamais facile de jouer Napoli au San Paolo. Encore moins avec un Milan pareil. Sans Zambrotta, Boateng, Robinho & Ibra, ce Milan-ci avait des allures de Novara.

J'ai été assez déçu par Nocerino & Pato (trop irrégulier ce type). En revanche, l'entrée en fin de match de El Shaarawy a fait un peu de bien aux rossoneri. Peut-être, & surtout avec cette brochette de blessées, devrait-il avoir plus de temps de jeu.
Moonsy, j'espère bien que le transfert de Cavani vers l'un des trois clubs que tu cites n'aura jamais lieu. J'aime trop les belles histoires de rencontre entre un joueur et un public, de fidélité, d'amour du maillot, et plein d'autres trucs ringards dans le même genre.
Ce que le Napoli et Naples ont à offrir à Cavani, il ne le trouvera dans aucune des multinationales en question. On peut compter sur Lavezzi pour le lui suggérer.
Salut Skidi,

tout à fait d'accord avec toi sur les blessures, Nocerino et Pato.

Je n'ai malheureusement pas vu l'entrée d'El Shaarawy que j'attendais d'ailleurs avec impatience. Ma courte nuit de la veille m'a coûté la dernière demi-heure du match. J'espère en tout cas que pour une fois le Milan donnera sa chance à ce jeune. Allegri ne devrait pas hésiter à le tester.
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
0 5