Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 7 Résultats Classements Options
  1. //
  2. //
  3. // PSG-Nice (3-0)
  4. // Analyse

Cavani d’espion

Double buteur ce vendredi soir au Parc des Princes, Edinson Cavani vient de porter son total de buts en Ligue 1 à onze unités. Un coup de tête au premier poteau, un appel en profondeur, soit deux classiques du Matador. Mais comment Cavani fait-il pour continuer de surprendre avec sa marque de fabrique ?

Modififié
Certains tours de passe-passe sont plus difficiles à comprendre que d’autres. Quand David Copperfield se lance dans un one-man show, son public n’y comprend rien et reste bouche bée devant son savoir-faire. Pour Arjen Robben, sa fameuse frappe enroulée du gauche fait toujours des dégâts, comme peut en témoigner la Suède lors du jubilé du capitaine néerlandais avec les Oranje. Et pour Edinson Cavani ? Là aussi, c’est toujours la même histoire pour augmenter ses statistiques. Nice peut en témoigner : une tête plongeante au premier poteau sur coup de pied arrêté (3e) suivi d’un appel dans le dos de la défense (31e). En une grosse demi-heure, l’Uruguayen inscrit les 2500e et 2501e buts de l’histoire du Paris Saint-Germain en championnat. Le pire, c’est que ça paraît facile, voire routinier. Simple impression ou réalité ?

La demi-seconde d’avance


Des buts comme le premier inscrit par Cavani ce soir au Parc des Princes, le buteur en a planté une flopée depuis son arrivée au PSG. Une phase arrêtée, une patte gauche comme celle de Di María à la baguette, une accélération pour arriver lancé et le coup de front parfait pour surprendre la défense. En réalité, El Matador est coutumier du fait depuis son passage au Napoli. Un bon jeu de tête qui lui a, entre autres facultés de finisseur, permis de terminer capocannoniere de Serie A lors de la saison 2012-2013. Avant ce soir, la défense du Gym a sûrement dû étudier ses déplacements aux abords de la surface de réparation, qui plus est lorsqu'il marque des buts. Les victimes étaient pourtant nombreuses en Ligue 1 en ce début de saison : Amiens, Guingamp, Toulouse, Saint-Étienne, Metz, Bordeaux et bien entendu Marseille.


Et pourtant, Nice encaisse un but d’entrée de jeu à la suite d’un mouvement breveté par Cavani. Si la défense manque d’un brin d’agressivité sur l’action en question, il ne faut pas omettre le principal responsable du but, à savoir Cavani lui-même. La grande force du footballeur, c’est d’avoir toujours un coup d’avance. Pour Edi, ce coup s’illustre en une demi-seconde. Une différence infime au départ de l’action, mais toujours déterminante au moment de la mettre au fond.

Le profit de la naïveté


Dans sa panoplie complète du buteur instinctif, Cavani possède dans sa poche arrière celle du renard rusé. Celui qui tape la discute avec son garde du corps, en l’occurrence Dante, pour la première étape. Celui qui se cache derrière son vis-à-vis quitte à être hors jeu pour la deuxième étape. Celui qui se remet une demi-seconde en position légale pour éviter un marquage trop agressif pour la troisième étape. Et enfin, celui qui, une fois servi, file vers le but avec un seul objectif en tête : marquer. Il ne faut pas se voiler la face : Dante fait là encore preuve d’une énorme naïveté face à Cavani, après sa dernière boulette en date commise contre la Lazio il y a une semaine. Mais s’il y a bien une chose dont Cavani se fout littéralement, c’est d’accorder de la pitié à ses adversaires. Car avant tout, il y a un statut de meilleur buteur de Ligue 1 à conserver. Et que ce soit Neymar ou Falcao, les rivaux n’auront qu’à bien se tenir.

Par Antoine Donnarieix, au Parc des Princes
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié




Dans cet article


il y a 1 heure Zlatan confirme qu'il reste en MLS 10
Partenaires
MAILLOTS FOOT VINTAGE Un autre t-shirt de foot est possible Tsugi Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
Hier à 13:51 Papus Camara : « S'attendre à ce qu'ils montrent un autre visage » 18 Hier à 12:06 Un quintuple sauvetage fou en FA Trophy 13
À lire ensuite
Ángel Di Merci