En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 26 Résultats Classements Options

Caszely : « Sans le foot, je ne serais sans doute pas en vie aujourd’hui »

Carlos Caszely (soixante-six ans) a porté le maillot de la sélection chilienne de 1969 à 1985. Pendant cette période, « le roi du mètre carré » marque 29 buts en 49 matchs pour la Roja, mais voit surtout l’un des événements les plus tragiques de l’histoire latino-américaine se dérouler sous ses yeux, le coup d’État du général Pinochet. Entretien.

Modififié
Durant le gouvernement de Salvador Allende [1970-1973], vous avez participé à de nombreux travaux volontaires. Vous étiez partisan, militant de l’Unité populaire ?
J’ai travaillé en tant que bénévole dans des camps d’été universitaires pendant cette période, comme une majorité d’étudiants à cette époque, pour aider ceux qui avaient moins que nous. Mais je n’ai jamais participé à quelconque politique de l’Unité populaire et je ne me suis jamais engagé en faveur de quelqu’un. J’ai toujours considéré que les politiques sociales étaient importantes, mais au-delà de l’appartenance à un parti politique, j’avais déjà une vision très claire de la façon dont je conçois la vie. Et ce qui me semble important, c’est que chacun ait la possibilité d’évoluer individuellement, de gagner de l’argent, d’obtenir un bon travail. La différence entre les dictatures de droite et de gauche, c’est qu’au moins, les dictatures de droite laissent certains individus évoluer. Et je crois que nous, sportifs, en tant que personnalités publiques, nous avons l’obligation d’assumer nos prises de position, même si derrière, les politiques nous rentrent dedans.

Vous avez donné beaucoup d’interviews au journal El Mercurio pendant cette période. Pourquoi s’exprimer dans un quotidien qui menait dans le même temps une campagne de propagande contre le gouvernement de Salvador Allende ?
« Que le journal soit de droite ou de gauche, moi, ça m’est égal, j’essaye seulement de rendre publique ma pensée, de ce que je considère comme le meilleur pour le pays et pour le monde. »
Parce qu’il était important de faire comprendre à l’adversaire, à ceux qui pensaient différemment, ce que je considérais meilleur pour le pays. Il était reconnu à cette époque que le Mercurio mentait, c’était devenu un slogan, « El Mercurio miente » , donc c’était l’occasion de montrer à ses lecteurs qu’il existait une alternative plus juste. Que le journal soit de droite ou de gauche, moi, ça m’est égal, j’essaye seulement de rendre publique ma pensée, de ce que je considère comme le meilleur pour le pays et pour le monde.

Il y avait donc une dimension volontairement politique dans vos prises de parole…
Oui, un peu différente de ce qui paraissait normalement dans les éditoriaux de ces journaux. Dans ce pays, 90% des quotidiens sont de droite et le reste au centre, mais partout dans le monde, ce sont des gens de droite qui tiennent les médias. En conséquence, certains ne voulaient pas m’interviewer à cause de mes propos, mais comme j’étais un joueur important de Colo-Colo, l’équipe la plus populaire du pays, et de la sélection chilienne, ils étaient obligés. Parce que si tu es une personne « normale » , ils te passent sous silence facilement, pour éviter que tu dises que la démocratie est ce qu’il y a de mieux.


Vous vous attendiez à vivre un coup d’État ?
Jamais ! Nous, à vingt ans, on était incapables d’imaginer une chose pareille. L’ignorance, la jeunesse, l’envie de s’amuser nous ont empêchés de visualiser un tel événement. Quand, à l’université, on apprend le coup d’État, on ne comprend pas bien ce qu’il se passe, puis les avions passent, la Moneda (Palais présidentiel) bombardée, les premiers corps dans le fleuve…

Comment avez-vous vécu les événements ?
Dans la peur évidemment. Je crois que 80-90% des gens ont eu peur à ce moment-là. Il y a sans doute 10% de la population qui aime la dictature, les patrons du pays, mais l’immense majorité est suffisamment tranquille pour discuter, convaincue par la démocratie.

Vous avez senti immédiatement les conséquences que pourrait avoir ce coup d’État ?
Oui, bien sûr, puisque l’université a été fermée immédiatement, et certains camarades ont été détenus. Des types qui ne faisaient rien de mal, qui pensaient juste différemment. Et ils finissaient en prison. Donc dès le 3e, 4e jour, on avait compris que les choses étaient compliquées.

C’est pour ça que vous avez signé au club espagnol de Levante ?
« Ici, on regarde toujours l’Europe avec une attirance particulière, et malgré quelques touches avec l’Inter de Milan et le PSG, j’ai signé à Levante. »
Non non non, j’avais déjà signé. (Le joueur dispute son premier match sous ses nouvelles couleurs le 30 septembre, ndlr) Après la finale de Copa Libertadores en juin 73, on a réalisé une tournée en Europe avec Colo-Colo et c’est à ce moment-là que j’ai signé. J’étais en train de terminer l’université, et j’étais arrivé au sommet du foot chilien, donc c’était le moment de découvrir autre chose. Il y a eu des offres d’Argentine et du Mexique, mais ici, on regarde toujours l’Europe avec une attirance particulière, et malgré quelques touches avec l’Inter de Milan et le PSG, j’ai signé à Levante. C’était une excellente opportunité pour moi, mais également pour Colo-Colo. Je devenais le troisième joueur chilien de l’histoire à signer en Espagne, et j’ai contribué à ouvrir cette porte pour de nombreux autres joueurs.

Est-ce que le football, et en particulier la sélection chilienne, a contribué à développer un sentiment nationaliste à partir du coup d’État ?
Toutes les dictatures veulent « du pain et des jeux » pour le peuple, mais je pense que tous les gouvernements tirent profit des grands sportifs du pays. Je me souviens que dès 67-68, sous le gouvernement d’Eduardo Frei Montalva, on s’appropriait les succès des sportifs en les invitant au palais présidentiel. Tous les gouvernements font ça, et pas seulement les dictatures. Tous les politiques sont pareils, et les dictateurs pires. À Frei, à Aylwin, à Bachelet, à Piñera (présidents chiliens), tu peux leur dire que tu ne veux pas y aller, et rien ne se passe. En dictature, tu DOIS y aller.


Vous vous souvenez de mesures concrètes prises par la junte militaire pour contrôler la société grâce au football ?
« J’insiste sur le fait que tous les gouvernements utilisent les sportifs, et les dictatures encore plus, car elles ne demandent pas, elles imposent. »
J’insiste sur le fait que tous les gouvernements utilisent les sportifs, et les dictatures encore plus, car elles ne demandent pas, elles imposent. « Que se jouent quatre "Clásicos" Colo-Colo – Universidad de Chile » , et ils avaient lieu. « Que la sélection dispute vingt matchs dans l’année » , et ils avaient lieu. Chaque 11 septembre (date du coup d’État), ils faisaient jouer un « Clásico » quelque part dans le pays et le diffusaient à la télévision. Les gens le regardaient, et ne sortaient pas manifester.

Qu’est-ce que ça signifiait pour vous de porter le maillot du Chili dans un moment si particulier, quand la Roja représentait un pays où il y avait une dictature ?
Pour moi, le sport est au-dessus de toutes les dictatures et de toutes les démocraties du monde. Quand je porte ce maillot, je ne représente pas un gouvernement, je représente un peuple. Et l’amour que je reçois de ce peuple jusqu’à aujourd’hui, on ne peut pas l’effacer. Quand je joue, je représente le supporter qui crie « Caszely ! Caszely ! » C’est lui que je représente, quel que soit le gouvernement en place. Pour mon pays, je porte toujours le maillot avec beaucoup de fierté.

Comment parlait-on du Chili à l’extérieur, et notamment en Espagne où vous étiez ?
C’était horrible. On avait beaucoup plus d’informations en étant en dehors du pays d’ailleurs, puisque les médias nationaux éclipsaient tout. Les journaux espagnols en parlaient… « Six morts dans le Mapocho (rivière qui traverse Santiago) » , « Trois militants de gauche tués » … C’était très compliqué d’avoir des nouvelles des proches, de la famille, des amis…

Dans les semaines qui suivent le coup d’État, le Chili affronte l’URSS en barrage pour le Mondial 74. C’était comment de jouer contre un pays socialiste à ce moment-là ?
À cette époque, les deux plus grands joueurs chiliens étaient Carlos Caszely et Elias Figueroa. Moi, je jouais en Espagne, lui au Brésil, donc on a retrouvé la délégation en Allemagne pour faire le voyage tous ensemble jusqu’en URSS. On arrive à Moscou à minuit, il doit faire -5°C, et les deux seuls qu’ils ne laissent pas passer à la douane, c’est Figueroa et moi. Ils disaient que Figueroa était partisan de Pinochet (le défenseur a participé à des campagnes en faveur du régime militaire), mais tout le monde savait que moi j’étais contre. C’était comme une stratégie pour ne pas montrer ouvertement qu’il refusait l’entrée à Figueroa. Finalement, le coach Luis Alamos a mis la pression en disant que s’ils ne nous laissaient pas passer, toute la délégation repartirait, et on a pu entrer. Mais ce fut un accueil glacial de la part de la dictature soviétique.


Vous redoutiez le contexte ? Même si vous faites la distinction entre le sport et la politique, ce n’est pas le cas de tout le monde…
Il y a toujours des imbéciles, ces terroristes qui ont tué pendant les JO de Munich par exemple… Tu peux tout imaginer. Mais sur les cinq jours qu’on a passé là-bas, on n’a eu aucun problème. On est allés au Kremlin, à la place Rouge, à l’université Lumumba, on a assisté au Bolchoï… Des lieux qu’il faut visiter, indépendamment de ce qu’on pense.

Quand vous rentrez au Chili, après le match nul obtenu à Moscou, Pinochet organise une réception pour vous féliciter…
Je n’y suis pas allé. J’étais au courant de l’organisation de cette réception, donc j’ai évité de passer par le Chili et je suis allé directement en Espagne. Je n’avais pas envie d’y participer.

Vous n’avez pas eu peur des conséquences ?
Si, j’avais peur de ce type, mais quand tu es le sportif le plus important de ton pays, tu es protégé en quelque sorte. J’avais le soutien d’un peuple merveilleux. Et je remercie le football pour ça, parce que sinon, je ne serais sans doute pas en vie aujourd’hui.

Vous n’avez donc jamais subi les conséquences de votre opposition au régime ?
Plusieurs fois, on a retourné mon appartement pendant l’hiver 80-81. J’étais rentré au Chili en 79, sous les couleurs de Colo-Colo, je redeviens champion, meilleur buteur… La situation était donc un peu plus tendue, parce que tout le monde savait que j’étais contre la dictature.

Et en 1989, vous participez à la campagne en faveur du « NO » … (sous la pression internationale, la poursuite du régime militaire est soumise à un référendum populaire.)
J’ai accompagné ma mère pour un spot télévisé, où on la voit témoigner des atrocités qu’elle a vécues sous la dictature. Et à la fin, j’apparais, en disant que mon vote sera « NO » . Ça a foutu une telle merde dans le pays, les gens ont halluciné. Après la diffusion de ce témoignage, 7% des indécis ont voté pour le « NO » , et c’est pour ça que la démocratie a gagné dans ce pays. Et après, tous les politiques de merde oublient ce qu’on a fait pour le retour de la démocratie, qui leur permet d’avoir un travail aujourd’hui.

Vidéo

Fin novembre 1973, le Chili doit accueillir l’URSS pour le match retour, mais le match ne s’est jamais déroulé…
L’URSS n’a pas voulu venir. Soi-disant pour des raisons politiques, mais on a appris plus tard que ce n’était pas pour ça. Leur star de l’époque Oleg Blokhine a confié qu’ils ne s’étaient pas déplacés parce que le Chili avait une super équipe et qu’ils ne voulaient pas perdre.

Comment vous a semblé leur décision de ne pas venir ?
Mauvaise, très mauvaise ! Nous, on s’était déplacés là-bas, on avait rempli notre rôle de sportifs, et ils auraient dû faire la même chose en venant jouer au Chili. Ils auraient dû montrer le même courage dont on avait fait preuve en allant jouer à Moscou.


Vous en avez parlé entre joueurs ?
« En général, dans les équipes de foot, on ne parle pas trop de politique. Par désintérêt, par peur. Tous les dirigeants du monde sont de droite alors… »
Non, la seule chose qu’on s’est dite, c’est : « L’URSS ne vient pas, on va au Mondial ! » En général, dans les équipes de foot, on ne parle pas trop de politique. Par désintérêt, par peur. Tous les dirigeants du monde sont de droite alors…

Quel était votre sentiment de jouer au Stade National, devenu centre de détention et de torture pour les opposants au régime ?
J’ai toujours pensé que les gens qui travaillent, qui se sacrifient toute la semaine, ont le droit au bonheur pendant 90 minutes le dimanche.

Mais les joueurs de la sélection étaient au courant de la présence de prisonniers ?
Oui, tous étaient au courant. Mais on ne les a pas vus. La junte avait dû les cacher quelque part.

Donc la sélection soviétique ne se déplace pas, mais vous sortez quand même sur le terrain pour marquer dans un but vide. C’était…
Ridicule ! Je l’ai dit le jour même, je n’ai jamais joué un match aussi ridicule, même pas au quartier. On entre sur le terrain, on marque ce but, et les imbéciles de la presse écrivent : « Le Chili va au Mondial grâce à ce but. » L’imbécilité pure. Et dans la foulée, on joue un amical contre Santos qui nous en plante cinq. On perd 5-0 devant 10 000 personnes.

Vidéo

Les Soviétiques n’étant pas venus, le Chili n’avait même pas besoin de se présenter pour se qualifier…
Bien sûr que non. C’était juste un show, un spectacle médiatique. Et dans ces cas-là, la FIFA fait comme si elle ne voyait rien.

Votre regard sur ces événements a changé avec le temps ?
Non, pas du tout. L’être humain est égoïste, et on est très peu à pouvoir apporter du savoir, à échanger. Je crois que ça a toujours été comme ça, et les hommes politiques n’apportent pas ce qu’ils devraient au pays. C’est d’abord pour eux, ensuite pour eux, et à la fin, éventuellement, pour le peuple. Ce sera comme ça tant qu’il n’y aura pas de changement de mentalité à grande échelle, tant qu’on n’aura pas une vision différente de la vie en société.

Vous vous considérez comme un porte-parole ?
Je l’ai été. Aujourd’hui, il y en a d’autres. On peut être un leader à un moment, mais il faut savoir laisser sa place à d’autres qui essaieront d’améliorer le monde.

Propos recueillis par Alexandros Kottis
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


Hier à 16:22 320€ à gagner avec Caen-Nice & Espanyol-Valence
Hier à 15:52 Une enquête du fisc espagnol menace le poste de Tebas 48 Hier à 15:49 Le classement FIFA réformé après le mondial 36 Hier à 11:56 Bebeto rejoint le parti politique de Romário au Brésil 7 Hier à 11:43 Chapecoense assure son maintien 2 Hier à 10:28 Deux éducateurs d'un club amateur écartés pour radicalisation 119
Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom
Hier à 08:40 L’effigie d’un serial killer sur le drapeau d’un supporter 24 jeudi 16 novembre Parme passe sous pavillon chinois 40 jeudi 16 novembre Mondial 2022 : Le Qatar fixe un salaire minimum pour les travailleurs immigrés 24 jeudi 16 novembre Des spectateurs payés pour remplir les stades du Qatar 91 jeudi 16 novembre Corinthians sacré champion du Brésil 23 mercredi 15 novembre La boulette de Carragher lors d'un match amical 8 mercredi 15 novembre Les Danois arrosent un plateau TV avec de la bière 11 mercredi 15 novembre Valderrama fait de la prévention contre le cancer des testicules 13 mercredi 15 novembre Poursuivi pour corruption, un ancien dirigeant argentin se suicide 15 mardi 14 novembre Un jeune joueur suspendu par son club après un salut fasciste 44 mardi 14 novembre Des drapeaux LGBT sur les poteaux de corner anglais 33 mardi 14 novembre Tony Chapron va prendre sa retraite 48 mardi 14 novembre Les Suédois ont cassé le plateau d'une chaîne de TV après la qualif' 30 lundi 13 novembre Évra tracte une Jeep à Dubaï et promet de revenir plus fort 103 lundi 13 novembre Ryan Giggs futur directeur d'une académie au Vietnam 13 lundi 13 novembre Le GRAND TOURNOI de la #SOFOOTLIGUE 40 lundi 13 novembre Benzema : « Il ne faut pas être bête... » 188 lundi 13 novembre OM : la photo souvenir d'Évra 43 dimanche 12 novembre Le geste de grande classe de la réserve du Rayo Vallecano 14 dimanche 12 novembre Un penalty d'une dimension parallèle marqué en D4 roumaine 21 dimanche 12 novembre Le golazo de Ronaldinho 23 dimanche 12 novembre Un chien tacle un joueur en plein match de D3 argentine 20 dimanche 12 novembre Un gardien explose le record de matchs de Peter Shilton 14 dimanche 12 novembre Real Madrid : 450 millions d'euros pour Neymar ? 59 samedi 11 novembre Privé d'arbitrage à cause de son nom 22 samedi 11 novembre Van Basten teste des nouvelles règles en D4 néerlandaise 28 vendredi 10 novembre Mondial 2018 : un ancien responsable russe reconnaît avoir détourné 735 000 euros 5 vendredi 10 novembre Bernard Ross toujours porté disparu 28 vendredi 10 novembre Un joueur de NBA lâche un « Matuidi Charo » en plein match 49 vendredi 10 novembre Le but classieux de Lys Mousset lors de France-Bulgarie 6 jeudi 9 novembre Coupe du monde : Un rapport inquiétant du Conseil des droits de l'homme de la FIFA 9 jeudi 9 novembre Ben Arfa piégé comme un bleu par Hanouna 50 jeudi 9 novembre Le but de furieux signé Keisuke Honda en Coupe du Mexique 16 jeudi 9 novembre Rémi Garde reprend du service à l'Impact de Montréal 18 jeudi 9 novembre Guangzhou : Cannavaro remplace Scolari 3 mercredi 8 novembre 735€ à gagner avec France, Brésil & Allemagne 2 mercredi 8 novembre So Foot Club 100% Neymar 7 mardi 7 novembre Le coach de Vélez Sársfield démissionne, car on lui a craché dessus 10 mardi 7 novembre Modène fait faillite 12 mardi 7 novembre Manfredonia perd un match sur tapis vert en Serie D 5 mardi 7 novembre Il entre sur le terrain en glissant sur les escaliers 14 mardi 7 novembre Ronaldo de retour au Corinthians ? 54 mardi 7 novembre Polémique autour des secouristes d'un match de D4 allemande 19 mardi 7 novembre Un match de Gambardella interrompu à cause d'un sabre 24 mardi 7 novembre Un fan anglais mate Chorley-Fleetwood depuis sa fenêtre 17 mardi 7 novembre Allemagne : le chef de la VAR limogé pour favoritisme 17 mardi 7 novembre Maradona va jouer avec le président Maduro 39 lundi 6 novembre Al Ahly veut déposer un recours contre l'arbitrage 22 lundi 6 novembre Makelele nouvel entraîneur d'Eupen 24 lundi 6 novembre L'attentat d'Ignacio Fernández pendant River-Boca 25 lundi 6 novembre Cannavaro du Tianjin Quanjian au Guangzhou Evergrande 6 dimanche 5 novembre Le tacle assassin d'un U17 de Fenerbahçe face à Galatasaray 21 dimanche 5 novembre Le but magnifique de Meijers face au Feyenoord 1 dimanche 5 novembre Yoann Barbet humilie un adversaire pendant Brentford-Leeds 8 dimanche 5 novembre Al-Quwa Al-Jawiya remporte l'AFC Cup 5 dimanche 5 novembre Le Wydad remporte la Ligue des champions africaine 12 samedi 4 novembre 259€ à gagner avec Man City & Inter Milan samedi 4 novembre Chengtou, premier club tibétain dans une ligue professionnelle chinoise 15 samedi 4 novembre Marco Simone viré par le Club africain 23 samedi 4 novembre La pelouse du club d'Hyde United prend feu face à MK Dons 5 samedi 4 novembre EXCLU : 120€ offerts pour parier chez Unibet ! vendredi 3 novembre Patrice Évra mis à pied par l'OM 54 vendredi 3 novembre LE RÉCAP DE LA #SOFOOTLIGUE: BILAN DU MOIS D'OCTOBRE 8 vendredi 3 novembre L'Albirex Niigata Singapore champion du Singapour 4 vendredi 3 novembre Un club de D4 roumaine a payé ses supporters pour jouer 6 vendredi 3 novembre MHD présente le nouveau maillot du Cameroun 9 jeudi 2 novembre 326€ à gagner avec Valence & Porto jeudi 2 novembre Un jeune espoir belge décède d'une crise cardiaque 10 jeudi 2 novembre La blessure impressionnante d’Ustari 9 jeudi 2 novembre Un joueur de MLS suspendu pour violences conjugales 13 jeudi 2 novembre Un joueur argentin prend deux cartons jaunes en dix secondes 10 mercredi 1er novembre Ballon d'or africain : la liste des 30 nommés 28 mercredi 1er novembre L'ancien international ghanéen Abubakari Yakubu est décédé 13 mercredi 1er novembre Envahissement de terrain pendant l'entraînement d'Al Ahly 4 mercredi 1er novembre Les joueurs du Club africain refusent de s'entraîner 3 mercredi 1er novembre Le superbe but d'une joueuse de Nancy face à Grenoble 3 mercredi 1er novembre Boca Juniors interdit les cheerleaders à la Bombonera 16 mercredi 1er novembre Éric Abidal cartonne la prolongation de Deschamps 51 mardi 31 octobre 350€ à gagner avec Séville & Naples - Man City mardi 31 octobre Pronostic Besiktas Monaco : 500€ à gagner sur le match de C1 ! mardi 31 octobre Un entraîneur de D4 anglaise contraint de rejouer 1 mardi 31 octobre Le but « messiesque » d'un jeune de 14 ans du Benfica 11 mardi 31 octobre L’entraîneur d’Ipswich pète un câble en conférence de presse 21 mardi 31 octobre Pour Diego Maradona, Sampaoli est « un charlatan » 19 mardi 31 octobre Il se coince dans un mur pour assister à un match de Boca 11 mardi 31 octobre Le but insolent de Marcus Maddison avec Petersborough 11 lundi 30 octobre La Pro League belge envisage d'impliquer les entraîneurs pour la VAR 13 lundi 30 octobre Un promu en D2 chinoise offre 3,5 millions d’euros à ses joueurs 8 lundi 30 octobre 225€ à gagner avec Man U, Bayern & Atlético 3 lundi 30 octobre Des joueurs feront leur coming out dans le jeu Football Manager 2018 82 lundi 30 octobre La minute la plus folle en Angleterre 23 lundi 30 octobre Colombius Crew pourrait changer de ville 7 dimanche 29 octobre Malbranque rebondit à Chasselay ! 8 dimanche 29 octobre Deux Dunkerquois en viennent aux mains pour tirer un penalty 17 dimanche 29 octobre L'hommage des fans de Willem II à Fran Sol dimanche 29 octobre Thuram : « Je me demande s'il y a une réelle volonté d'en finir avec la haine » 62 dimanche 29 octobre Bittolo se fait poser dix points de suture sur le pénis à cause d'un coéquipier 17 dimanche 29 octobre Expulsé pour avoir uriné en plein match 9 vendredi 27 octobre Le Récap "Coupe de la Ligue" de la #SOFOOTLIGUE 7 vendredi 27 octobre Pronostic Lille OM : 380€ à gagner sur le Bielsasico ! vendredi 27 octobre La Coupe des confédérations remplacée par un Mondial des clubs ? 31 vendredi 27 octobre Olimpia vainqueur de la première CONCACAF League 1 vendredi 27 octobre Youssef Rabeh (WAC) attaqué avant la finale de LDC africaine 4 vendredi 27 octobre Un ultra d’Independiente recherché par Interpol 3 vendredi 27 octobre Shaw « espère rejouer pour Pochettino » 10 vendredi 27 octobre Participez à la Coupe du monde de Football Manager ! 16 vendredi 27 octobre David Trezeguet candidat pour devenir directeur sportif à River 12 vendredi 27 octobre À Tahiti, un arbitre se bat avec un supporter pendant un match 9 jeudi 26 octobre Le ballon du Mondial russe a fuité 47 jeudi 26 octobre Charlotte Lorgeré impressionne au chant pour son bizutage 23 jeudi 26 octobre Un footballeur roumain fait ses débuts avec une prothèse du bras 30 mercredi 25 octobre Un gamin de 10 ans parcourt 500 kilomètres en avion pour s'entraîner 7 mercredi 25 octobre FPF : une amende record de 45 millions d’euros pour QPR 23 mercredi 25 octobre Les fans de Crystal Palace refusent le maillot de Pape Souaré 11 mercredi 25 octobre Un joueur ultra-rapide en D1 indonésienne 25 mercredi 25 octobre Affaire Anne Frank : des ultras d'Ascoli boycottent la minute de silence 77 mardi 24 octobre Rafik Kamergi en casquette sur l'animation d'avant-match 3 mardi 24 octobre Un joueur de Premier League soupçonné de tentative de viol 41 mardi 24 octobre Elle reprend les chansons des fans de San Lorenzo (via Brut Sport) mardi 24 octobre Le vrai meilleur buteur de l'Histoire (via Brut Sport) mardi 24 octobre Pourtant repêchée, l'Égypte se retire du CHAN 2018 9 mardi 24 octobre Les joueurs des championnats uruguayens en grève 7 mardi 24 octobre Le premier club de foot de l'histoire fête ses 160 ans 25 mardi 24 octobre Philadelphie recrute un tatoueur 7 mardi 24 octobre La voiture de Jefferson braquée 18 mardi 24 octobre Un joueur de Preston obligé de revenir sur la pelouse pour se prendre son rouge 6 lundi 23 octobre Giroud remporte le prix Puskás 56 lundi 23 octobre Un supporter chilien parcourt 3000 km pour son équipe 6 lundi 23 octobre 273€ à gagner avec la Lazio & l'Atalanta 1 lundi 23 octobre Un supporter sort du coma grâce aux chants du stade 11 lundi 23 octobre L’actionnaire majoritaire de Lens était avec les ultras 8 lundi 23 octobre Record de points pour le Toronto FC en MLS 13 lundi 23 octobre Un jeune stadier trolle les téléspectateurs d’Everton-Arsenal 19 lundi 23 octobre Un joueur du Fenerbahçe protège l’arbitre de touche 2