Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. //
  2. //
  3. // Billet d'humeur

Cassano, un retour et des polémiques

C'est officiel : Antonio Cassano est de retour à la Sampdoria, quatre ans après avoir quitté le club génois. Un retour voulu par le président Ferrero, mais qui est clairement une insulte au peuple blucerchiato et à son regretté président Garrone.

Modififié
Massimo Ferrero en est persuadé : « Avec Cassano, nous allons nous divertir, il sera notre bandiera » . Des paroles qui trouvent écho chez Fantantonio. « Avec Ferrero, cela va être un véritable show » . Le président est content, le joueur est content. Tout le monde est content. Antonio Cassano est de retour à la Sampdoria. Son « club de cœur » , c'est ça ? Ah non, c'est l'Inter, son club de cœur. Enfin, non, c'est Bari. Enfin, en 2012, c'était le Milan AC. Bref. Le problème n'est pas là. Sportivement parlant, le retour de Cassano à Gênes n'est pas forcément une mauvaise nouvelle. Certes, le joueur n'a pas joué depuis plus de six mois, et il va falloir un peu de temps pour qu'il retrouve la forme. Mais il demeure un élément capable de faire la différence, comme il l'avait encore prouvé lors de sa dernière aventure parmesane. D'autant que la Samp a perdu cet été Stefano Okaka, un joueur important de son secteur offensif, que Cassano va remplacer numériquement. Mais alors, qu'est-ce qui pose réellement problème dans ce retour de l'enfant pas tout à fait prodigue ?

«  Vieux de merde  »


Petit retour en arrière. Nous sommes à l'été 2010. La Sampdoria vient de se qualifier pour les barrages de la Ligue des champions, emmenée par un sublime duo Pazzini/Cassano. Les Génois perdent malheureusement ce barrage face au Werder Brême. Les prémices d'une saison cauchemardesque. Quelques semaines plus tard, une dispute éclate entre Cassano et le président de la Samp, Riccardo Garrone. Un homme qui avait toujours voulu du bien au joueur, qui l'avait relancé, cru en lui, et qu'il considérait comme un fils. La raison de cette dispute ? Garrone a demandé à Antonio de l'accompagner à la remise du prix « Rete d'Argento » à Sestri Levante, à 40 kilomètres au sud de Gênes. Réponse de Cassano : « Non, je n'y vais pas, à Sestri. Pourquoi ? Parce que non. Je n'irai pas retirer un prix dans cet hôtel de merde » . Garrone s'agace. «  Tu te prends pour qui ? Et ne me dis pas que je hausse le ton, avec toi je ne l'ai jamais fait, et tu le sais bien » .

Cassano pète alors un câble, quitte la pièce en claquant la porte et en insultant son président : « Va te faire foutre, vieux de merde ! Va te faire enc**** ! » . Des mots impardonnables. Son salaire est suspendu et le joueur est mis au placard. Il rebondira au mercato hivernal au Milan AC, avec qui il sera sacré champion d'Italie, pendant que la Sampdoria sera reléguée en Serie B. Cerise sur le gâteau, il marque sur penalty lors de la confrontation directe face à ses anciens partenaires, et célèbre son but sans vergogne avec un pouce dans la bouche. Zéro respect, jusqu'au bout.

Merci Massimo


Un an plus tard, alors qu'il sent que son aventure au Milan AC touche à sa fin (au terme d'une saison marqué par un AVC, quand même), Cassano envoie des signaux d'amour à la Sampdoria. « Cela a été la plus belle expérience de ma vie » assure-t-il. Les supporters s'opposent à un éventuel retour et le président Garrone coupe de toute façon court à la rumeur. « Je n'ai pas de rancœur, j'ai 76 ans vous savez, j'ai pardonné à Antonio. Mais un retour à la Sampdoria n'est pas ni possible ni envisageable » assure-t-il en conférence. Du coup, Antonio file à l'Inter et déclare, dès son arrivée, qu'il réalise enfin la rêve de toute sa vie, lui le tifoso nerazzurro. En janvier 2013, Riccardo Garrone, atteint depuis longtemps d'une tumeur au pancréas, décède. Cassano écrit un message sur les réseaux sociaux : « Aujourd'hui, c'est l'un des joueurs les plus tristes de ma vie, tu resteras toujours dans mon cœur et je t'aimerai toujours » . Il s'attire ainsi l'ire des supporters de la Sampdoria, qui lui demandent de faire profil bas plutôt que d'en faire des tonnes.


La vie d'Antonio, elle, se poursuivra à Parme, où il devient l'une des pièces maîtresses de la magnifique équipe de Roberto Donadoni. Jusqu'au jour où le club est touché par de graves problèmes financiers. Les joueurs doivent renoncer pendant plusieurs mois à leur salaire, mais ils continuent tous de se battre, et réalisent une fin de saison honorable malgré les nombreux points de pénalité et la relégation. Tous, sauf un : Antonio Cassano. Lui préfère quitter le navire dès le mois de janvier, plutôt que de couler avec ses coéquipiers. Encore une belle attitude de champion. Il reste six mois sans club, et trouve finalement en Massimo Ferrero un président aussi fou que lui pour lui donner une nouvelle chance... à Gênes. Riccardo Garrone n'est plus là pour mettre son véto, Cassano peut donc tranquillement retrouver sa place dans le vestiaire d'une équipe qu'il a lâchement abandonné, tout ça la conscience tranquille. Fabrizio Bocca, célèbre éditorialiste de la Repubblica, en Italie, a d'ailleurs immédiatement tiré à boulets rouges sur le talent barese. « S'il y a bien une équipe où Cassano ne peut pas aller, c'est la Sampdoria. Aujourd'hui, la Samp devrait accueillir à bras ouverts celui qui a traité le président Garrone d'une façon ignoble ? Moi, je n'aurais pas le moindre doute : va frapper à une autre porte, celle-ci est fermée » . C'était sans compter sur le fait que Massimo Ferrero avait un double des clefs.


Par Éric Maggiori
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



il y a 5 heures Quand Bryan Mélisse plante ses pieds dans un adversaire 15
Partenaires
MAILLOTS FOOT VINTAGE Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Podcast Football Recall Un autre t-shirt de foot est possible Tsugi Olive & Tom