1. //
  2. // 7e journée
  3. // Derby Milan/Inter
  4. //

Cassano et Milan, sombres retrouvailles

Dimanche, c’est le derby milanais. Un match spécial pour les tifosi, pour la ville, mais aussi pour certains joueurs. Cette année, les projecteurs seront braqués sur Antonio Cassano, qui était encore dans le camp adverse il y a quelques mois.

1 11
Sa première conférence de presse avec l’Inter est encore dans toutes les mémoires. « Quand tu es arrivé à Milan, tu as dit que désormais, au-dessus de toi, il n’y avait que le ciel » , lance un journaliste à Antonio qui le regarde, l’air interrogatif. Avec sa moue incomparable d’un gosse qui prépare sa connerie, le joueur, polo gris et gourmettes au poignet, lui répond, comme si c’était évident : « Beh, au-dessus du ciel, il y a l’Inter.  » Rires dans la salle. Rires jaunes du côté de Milanello. Rires jaunes, surtout, pour Adriano Galliani, qui en prend pour son grade lors de cette même conf’ explosive. « On s’est foutu de ma gueule à Milan. Pas les tifosi et mes coéquipiers, qui m’ont toujours soutenu même quand j’ai eu mon problème au cœur, mais quelqu’un au-dessus dont je ne citerai même pas le nom. Lui, il promettait, il promettait, il promettait, mais ce n’était que du vent. » Celui dont on ne cite pas le nom, c’est évident celui que Loulou Nicollin a surnommé Kojak. Un Galliani qui n’a pas tardé à répondre à son ancien poulain, avec qui la séparation a été douloureuse. « C’est la première fois qu’un joueur me dit ça. J’espère aussi que ce sera la dernière. Je ne lui ai rien promis. Promis quoi ? De prolonger son contrat ? Pourquoi aurais-je prolongé un contrat qui expirait en 2014 ? » Ces attaques à distance datent du 26 août. Un peu plus d’un mois plus tard, donc, Cassano va pouvoir rendre ses comptes sur la pelouse. Et autant dire que Fantantonio s’est bien préparé pour l’occasion.

Accent barese et 2 de pique

De fait, depuis son arrivée à l’Inter, Cassano a retrouvé ses jambes. La saison dernière a été plus que compliquée, avec cet AVC, l’opération au cœur, la rééducation et le retour tardif sur les pelouses. Lors de l’Euro, Cassano a souvent eu l’air court physiquement, même s’il a offert des prestations honnêtes, avec cette passe décisive délicieuse pour Balotelli en demi-finale, contre l’Allemagne. Mais c’est véritablement depuis la fin de l’été et son arrivée à Appiano Gentile que le natif de Bari a remis le turbo. Avec quatre buts et une passe décisive en championnat, il est tout simplement présent sur 50% des buts de l’Inter. Sa complémentarité avec Milito est évidente et a même relégué au second plan Wesley Sneijder, qui n’est résolument plus que l’ombre du formidable joueur admiré en 2010. Un Cassano buteur, qui truste les premières places du classement des canonniers, c’est presqu’un nouveau rôle pour celui qui dépasse rarement la barre des 10 buts en championnat par saison. Cette confiance retrouvée, c’est vraisemblablement Andrea Stramaccioni, le jeune coach de l’Inter, qui la lui donne, en louant régulièrement les prestations de son joueur.

D’ailleurs, une drôle d’anecdote lie ces deux-là. En mai dernier, lors du derby milanais (remporté 4-2 par l’Inter), Cassano, alors au Milan AC, était venu voir Stramaccioni dans le tunnel de San Siro. « Strama ? Bien, bien… Wesley m’a dit que tu étais un phénomène » , lui aurait alors lancé le joueur. Quelques jours plus tard, le coach raconte cette histoire lors d’une interview vidéo au Corriere dello Sport. Son imitation de l’accent barese de Cassano fait le tour de la Toile, même si les journalistes italiens, un brin vieux jeu, le fustigent d’avoir rendu publique cette anecdote qui, selon eux, aurait dû rester en off. Sauf qu’aujourd’hui, elle permet de comprendre la relation privilégiée entre les deux hommes, qui s’apprécient, se comprennent et se stimulent l’un l’autre. Rien à voir, forcément, avec Allegri qui, selon les dires de l’intéressé en question, ne considérait Cassano que « comme un 2 de pique » . Mais pourquoi un 2 de pique, bordel ?

Elément perturbateur

Cassano et le derby de la Madonnina, c’est tout de même une sacrée histoire. Le 2 avril 2011, alors qu’il n’est arrivé à Milan en provenance de la Sampdoria que depuis quelques mois, il réalise l’un des exploits les plus fous de l’histoire de la stracittadina. Entré en jeu à la 80e minute à la place de Robinho, il réussit l’incroyable performance de se procurer un pénalty à la 90e minute, de le transformer, de prendre un carton jaune pour avoir enlevé son maillot et de prendre un deuxième jaune, synonyme d’expulsion, 60 secondes plus tard pour une faute totalement inutile. Un condensé de tout le répertoire de Cassano. La fourberie, le génie, le talent (le contrôle en pleine course juste avant d’être gentiment balancé dans la surface par Zanetti est à montrer dans les écoles), l’émotion et la bêtise. C’est bien toutes ces qualités et ces défauts que l’attaquant essaie de canaliser depuis son arrivée à l’Inter. Massimo Moratti a été clair avec lui : pas d’écarts de conduite.

Pour le moment, Anto’ suit la ligne et semble tout de même s’être grandement calmé par rapport à ses périodes de folie à la Roma ou à la Sampdoria (on en reparle, de la scène où il finit le match en chialant, derrière les panneaux publicitaires, en menaçant l’arbitre ?). La paternité l’a beaucoup aidé, et le joueur vient d’ailleurs d’annoncer que sa femme, Carolina Marcialis, attendait un deuxième enfant. Bon, après, Cassano reste Cassano, et c’est bien pour cela qu’on l’aime. Avec lui, on n’est jamais à l’abri d’une déclaration maladroite sur les homosexuels ou d’un revirement de situation quant à son avenir (pourquoi pas un « au-dessus du ciel, il y a l’Inter, et au-dessus de l’Inter, il y a les étoiles de la Juve  » ). En attendant, dimanche soir, Cassano portera bien le maillot nerazzurro de l’Inter et donnera tout pour fermer le clapet de celui dont il ne veut pas prononcer le nom. À l’inverse, lorsque l’on demande à Eugenio Fascetti, son coach du temps de Bari, qui sera décisif lors du derby, un seul et même nom est prononcé. « Avec un Cassano dans cette forme-là, l’Inter peut être l’élément perturbateur de la Serie A. » Voilà une définition qui conviendra parfaitement à Antonio.

Eric Maggiori
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
J'ai tout de même franchement du mal avec ces footballeurs qui changent de clubs comme de chemises, et ce d'autant plus si c'est pour aller au club "ennemi".
Le maillot, les couleurs, ça compte non ?!
#untrainderetard
C'est clair, quand je change de boite je vais pas dire à tout le monde que j'ai toujours rêvé d'y travailler et que je veux y faire toute ma carrière...

En tout cas je me demande si finalement, c'est pas le départ qui fait le plus de mal au Milan.
Très bon article. Très bon joueur, même s'il est un peu taré.
J'espère qu'il fera fermer le clapet de Galliani dimanche.
Après pour ce qui est de passer de Milan à l'Inter ... c'est fini l'époque de "l'amour du maillot". Puis le mec, il est pas originaire de la ville ou quoi.
Je rappelle que Ronaldo (le vrai, un des meilleurs joueurs de tout les temps) a joué à Barcelone et au Réal, à l'Inter puis au Milan AC. Donc bon.
Tant qu'il donne tout pour son club, ça me va.
tito94weshtavu Niveau : District
cassano / balotelli ..... ou comment on va en finale de l'euro avec une attaque de barjos !
Moi aussi j'aime pas trop l'idée de passé du Milan à l'Inter ou inversement mais pour Cassano je trouve que c'est un peu différent car l'Inter est vraiment son club de coeur (sans vouloir faire de mauvais jeux de mots...)
Il y a même joué étant plus jeune :
http://www.bausciacafe.com/wp-content/c … 154908.jpg

http://62.77.33.228/prointer/images/provino_cassano.jpg
Note : -2
Un article caricatural.
Sneijder n'est en rien l'ombre de lui même contrairement à ce que veulent laisser penser les petits journaleux médiocres qui ne regardent pas les matchs.
Et pour le derby de 2011, sur le penalty il y avait simulation (Zanetti qui fait une faute sur Cassano ? Allo réveillez vous).
@Lothaire

Ce qu'on va faire, c'est que tu vas être en pleine course, je vais arriver par derrière et je vais te pousser. Tu vas te rétamer comme une m.erde, et après tu me diras si y'a simulation.
Et sur Sneijder, je suis totalement d'accord avec EM, j'ai regardé beaucoup de matches de l'Inter (oui je regarde tojours ce qui se passe chez l'ennemi), et je l'ai toujours trouvé à l'ouest. on dirait qu'il est hors du jeu, il ne pèse pas du tout. il a quelques fulgurances, car il reste sneijder, mais c'est clairement l'ombre de lui-même...
D'ailleurs Eric, je répète que tes articles sont vraiment très très bons. Merci.
Note : -2
En pleine course...il est limite à l’arrêt le mec et il se roule sur le sol pour un contact de rien du tout...

Sneijder est placé trop haut sur le terrain c'est pour cela qu'il a une influence trop limité, mais les performances du joueurs en lui même son bonnes. Pas géniales, mais bonnes. Rien à voir avec l'ombre de l'an passé.
Lebowski-The BIG one- Niveau : DHR
online.wsj.com/media/0424pod13.jpg
la meilleure Cassanate!!
Bah si tu avais lu, il dit qu'il n'est que l'ombre du joueur de 2010, tu sais l'année ou il aurait pu être ballon d'or. Aucune connerie dans l'article donc.
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
1 11