Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. // Euro 2012
  2. // Finale
  3. // Espagne/Italie (4-0)

Casillas la classe

Ce soir, Iker Casillas est officiellement devenu l’un des plus grands champions de ces dernières années. Ce soir, Sergio Ramos était le meilleur défenseur central du monde. Ce soir, l’Espagne est entrée dans l’Histoire.

Modififié
Casillas (10) : Comme quoi, être classe peut rimer avec être espagnol. À 23h, il a soulevé le trophée et, d’ici quelques mois, il mériterait de soulever le Ballon d’Or. D’ici là, il va soulever Sara Carbonero. Et ça, c’est encore mieux que d’humilier les spécialistes de la carbonara.

Arbeloa (6) : Arbeloa, c’est le type que vous maudissez parce qu’il conduit comme un chien, mais qu’il est immatriculé « corps diplomatique » . Un mec qui peut faire des fautes que personne ne fait, sans être sanctionné. Un mec pas top, qui fait des passements de jambe à la vitesse de Giorgio Chiellini en pleine course, mais qui est double champion d’Europe et champion du monde.

Piqué (6): Cet Euro aura été celui du gouffre qui se creuse entre Sergio Ramos et le pauvre Gerard. On ne sait pas si ce sont les rumeurs de grossesse de Shakira ou autre chose, mais le Piqueton est plus fébrile qu’à son habitude. Mais bon, lui aussi, il est champion du monde et champion d’Europe…

Sergio Ramos (9) : Toujours aussi taré, le Sergio. Ce match, c’était un peu le sien. Du coup, il a fait taire Balotelli avant de passer le reste de ses 90 minutes à tenter de marquer un but. Chose qu’il a manqué de très peu d’un geste que l’on qualifiera de « Madjer de défenseur » , cousine éloignée du « tacle d’attaquant » . Un roc.

Jordi Alba (8,5) : Dur, dur d’être un nabot. Sur son côté gauche, Usain Alba a fait passer les défenseurs italiens pour de vulgaires Martial Mbandjock. Un but pour valider un Euro dont il a été l’une des révélations. Et puis pour justifier son contrat juteux à Barcelone, aussi.

Busquets (100%) : Il a une face de rat, des allures de salope, mais beaucoup de talent. À 23 ans, Sergio Busquets a fini le jeu. Oui, à 100%. À 23 ans, le milieu de terrain du FC Barcelone a tout gagné. Et ça, ça se respecte.

Xavi (9) : Les grands champions sont les mecs qui répondent présent le jour J. Xavi a beaucoup trop gagné pour se démener contre l’Irlande. Par contre, aujourd’hui, le maestro était là. Chapeau.

Xabi Alonso (6) : Xabi Alonso, en plus d’être un bon joueur, c’est un type qui assure quand les mecs du Barça n’assurent pas. Aujourd’hui, il n’a pas eu besoin. Du coup, il a juste collé un coup de coude à Abate.

Iniesta (8,5) : Il est là, Andrés. Peinard, avec sa gourde, son teint blafard et son sourire, d’un air de dire : «  Ouais, j’ai encore gagné ! » Un énième succès qui ne lui rendra pas ni sa mélanine, ni son Ballon d’Or. Mais bon, son talent est bel et bien là.

Silva (8) : Il aurait galéré, Fernando Llorente, à mettre un but du torse. Coup de bol, Silva est un nain, et le centre de Fàbregas lui est arrivé sur la tête. Champion d'Angleterre, meilleur passeur de Premier League, vainqueur et buteur en finale de l'Euro. Y a pire comme saison...


Fàbregas (8) : « Monsieur Fàbregas, on ne sait pas où vous mettre. Là, ça va ? » , V. del Bosque, chef de secteur du Pole Emploi espagnol. Et quel festival en début de deuxième mi-temps…

Torres (8) : Meilleur buteur de l’Euro, champion d’Europe avec un pion et une passe décisive en finale, vainqueur de la Ligue des champions. Vous non plus, vous n’osez pas y penser ?

Pedro (5,5) : Une entrée un peu quelconque. Plus efficace quand il vend des télés à la frontière mexicano-américaine.

Mata (non noté) : Deux minutes de jeu, un but. On appelle ça un clutch player.

Les supporters (3) : C’est bien, de crier « Olé !  » à chaque passe, mais maintenant, il va falloir chercher un boulot.

Par Swann Borsellino
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


Hier à 15:52 Usain Bolt pourrait jouer en Australie 14
Partenaires
Tsugi MAILLOTS FOOT VINTAGE Un autre t-shirt de foot est possible Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom Podcast Football Recall
Podcast Football Recall Épisode 48: Mbappé, merci ; Lloris, oups ; Deschamps, président : émission exceptionnelle de Football Recall lundi 16 juillet La danse de la deuxième étoile !! (via Facebook SO FOOT)
À lire ensuite
L'Italie sans défense