En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 19 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Demies
  3. // Real-Atlético

Casemiro, l'ouvrier très qualifié

Après des années de Xabi Alonso, les supporters du Real Madrid avaient pris l'habitude d'admirer un joueur soyeux et élégant au poste de sentinelle. Pourtant, les Madrilènes ont réussi à se prendre d'affection pour son héritier aux épaules larges et aux crampons aiguisés : Casemiro.

Modififié
5 mars 2017, le Real Madrid se rend au Pays basque pour y affronter la surprenante équipe d'Eibar. Présent dans les tribunes du chaleureux Estadio Municipal de Ipurua, un jeune garçon scrute avec attention l’échauffement de son joueur préféré. Sympa, le Madrilène en question se dirige vers l’enfant pour lui offrir son sweat à la fin de son échauffement. Son idole n'est ni Cristiano Ronaldo, ni Gareth Bale, ni Sergio Ramos et a pourtant la réputation de faire peur aux enfants. Son nom : Casemiro.

Xabi Alonso : « Il me rappelle Mauro Silva »


Principal coup tactique du coach Zinédine Zidane, Casemiro a vite trouvé grâce aux yeux du double Z. Couverture du terrain, récupération du ballon, lien entre la défense et l’attaque, le Brésilien est devenu incontournable au sein de cette équipe madrilène qui peine tactiquement lorsqu'il n’est pas sur le pré. Dernier exemple en date, le Clásico. Buteur en première période, Casemiro a dû laisser sa place à la 70e minute, Zidane craignant une expulsion. Résultat, trois minutes plus tard Ivan Rakitić donne l’avantage aux Blaugrana avant que Lionel Messi ne profite d’une équipe madrilène coupée en deux pour offrir le Clásico au Barça. En tribunes, les supporters bougonnent. Ils le savent, avec Casemiro, jamais la Pulga ne serait arrivée à destination. Fétichiste des chevilles, l'international brésilien aurait sans doute taquiné celle de l'Argentin pour mettre fin à sa contre-attaque.


Un brin violent sur le terrain, le joueur de 25 ans n’entre a priori pas dans la nomenclature de la sentinelle pleine de classe qui plaît tant au public exigeant du Santiago Bernabéu. Bien moins ami avec le ballon que Fernando Redondo ou Xabi Alonso, le natif de São José dos Campos, dans l'État de São Paulo, a tout de même réussi l’exploit de faire accepter aux supporters merengues que l’héritier du milieu espagnol préfère le combat physique aux transversales de quarante mètres. Depuis sa tour de Munich, Xabi Alonso confirme le talent de son ancien padawan dans les colonnes de Marca : « Le numéro 14 est entre de bonnes mains au Real Madrid, Casemiro a mérité le droit d'être un joueur fondamental dans le système de Zidane et ce n'est pas facile. C'est un grand joueur. Il me rappelle Mauro Silva. »

Casemiro Makelele


Cité par Xabi Alonso, l’ancienne vedette du Deportivo la Corogne et de la sélection brésilienne a, elle aussi, donné son avis sur le niveau de son compatriote à Radio Marca : « J’aime beaucoup sa manière de jouer. Il est tout le temps bien placé et offre de la sécurité à son équipe. Sa mission est de récupérer le ballon et de le donner aux joueurs plus créatifs. » Des caractéristiques qui ressemblent fortement à un ancien joueur que Zinédine Zidane et le Real Madrid connaissent à la perfection, Claude Makelele. Joueur, Zizou adorait évoluer aux côtés de l’ancien capitaine du PSG qui se tapait le sale boulot pendant que lui attendait patiemment que l'ancien Nantais vole le cuir pour lui remettre dans les pieds. Entraîneur, le Français reproduit ce schéma avec Casemiro qui gratte les ballons avant de les distribuer aux fournisseurs de caviars que sont Toni Kroos et Luka Modrić.


Comme pour Claude Makelele, Casemiro sera donc amené à briller dans l’ombre. Un rôle ingrat, reconnu par ses coéquipiers et son entraîneur, mais trop peu par les spectateurs qui préfèrent les extérieurs du pied du milieu croate. Preuve en est avec ce dernier sondage réalisé sur le site internet de AS. Amenés à réaliser leur équipe type, les supporters ont préféré un milieu composé d'Isco, Asensio, Kroos et Modrić. Que Casemiro ne s’inquiète pas, son boulot commence toutefois à ravir les foules. En tout cas au moins ce jeune supporter du stade d'Ipurua.

  • Profitez de nos bonus et pariez sur le match Real-Atlético

    Par Steven Oliveira
    Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
  • Modifié




    Dans cet article


    Hier à 09:00 Coentrão casse le banc des remplaçants 9 vendredi 19 janvier L2 : Les résultats de la 22e journée 4
    Partenaires
    Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom
    vendredi 19 janvier Un club espagnol offre un maillot à tous les bébés nés en 2018 3